Les études du pôle histoire sont actuellement dirigées par Denis Hermann, chercheur affecté par le CNRS depuis le mois d’août 2019. Ce pôle est par ailleurs composé de plusieurs chercheurs associés de l’IFEA et doctorants :

Le pôle histoire a vocation à regrouper les travaux couvrant une large période allant de la période byzantine aux premières décennies de la République turque. Une importance particulière est accordée à la dimension transaréale afin de penser l’espace de l’Asie Mineure dans ses relations avec le monde environnant, notamment balkanique, iranien, arabe et caucasien.

Ainsi, les études historiques à l’IFEA sont organisées en axes thématiques qui se juxtaposent, se croisent et se complètent mutuellement :

Histoire de la pensée réformiste et constitutionnaliste dans l’Empire ottoman et qajar (ca. 1850-1911) dirigé par Denis Hermann et Erdal Kaynar

Le programme traite de l’histoire du constitutionnalisme en tant que mouvement intellectuel et politique majeur dans les empires ottoman et qajar (ca. des années 1830 à la Première Guerre mondiale). Il s’agit principalement d’analyser comment l’idée d'un régime parlementaire et constitutionnaliste impliquait à repenser la politique, l'état et la société; discuter de la nature et de l'importance de l'opposition au constitutionnalisme; de mieux connaître les réseaux promouvant le constitutionnalisme ainsi que leurs agendas; et s’interroger à quels défis les acteurs et les structures politiques ont été confrontés une fois la règle constitutionnelle établie.

Notre projet démontre que le constitutionnalisme possédait différentes dimensions : il permettait de discuter des structures de pouvoir au niveau régional et/ou communal ainsi que de déterminer des agendas pour imaginer la politique au niveau national. Cette dynamique dépendait non seulement de la pensée occidentale mais aussi des échanges intellectuels au sein d’un vaste espace comprenant l’Iran et l’Empire ottoman, démontrant un engagement organique avec la philosophie occidentale, la pensée politique islamique et les développements politiques et intellectuels au niveau international.

Ce projet s’articule depuis 2018 autour de l’organisation de colloques, conférences et séminaires de recherches réguliers et en collaboration avec différents partenaires institutionnels dont l’Orient-Institut Istanbul tout particulièrement. 

A notre connaissance la conférence qui s’est tenue à l’IFEA en janvier 2020 a réuni pour la première fois des spécialistes de l'histoire iranienne et ottomane pour présenter leurs travaux et débattre des différences dans le développement du processus constitutionnaliste en Iran, dans les Balkans, en Anatolie, au Caucase et dans l’espace arabe :

Une publication des actes du second colloque sous la direction de Denis Hermann et Erdal Kaynar est actuellement en préparation.

L’islam dans l’espace turco-iranien dirigé par Denis Hermann et Mathieu Terrier

Une attention particulière du pôle histoire de l’IFEA est accordée à l’histoire des doctrines en islam dans l’espace turco-iranien, ceci se manifestant notamment dans la programmation du webinaire du pôle (introduit plus bas).

Cet axe accueil par ailleurs le projet suivant :

Histoire de l’histoire de la sagesse en Islam

Mathieu Terrier (CNRS, LEM, membre associé de l’IFEA)

Ce projet porte sur un genre littéraire aux marges de la philosophie, ayant traversé toute l’histoire et la géographie du monde musulman en façonnant en partie sa culture intellectuelle et morale : l’histoire de la sagesse et des sages (ta’rîkh al-ḥikma, ta’rîkh al-ḥukamâ’), avant et après l’apparition de l’islam. Il s’agit d’étudier, de façon à la fois diachronique et comparative, l’importante série d’ouvrages relatant les vies, les doctrines et les paroles mémorables des sages anciens, produits entre le IIIe/IXe et le XIe/XVIIe siècle. Appartenant à différents registres formels comme la chronique historique, l’anthologie gnomique, le dictionnaire bio-doxographique, le catalogue bibliographique et l’épître philosophique – liste non exhaustive –, tous ces ouvrages forment ensemble un écheveau, possédant des titres souvent interchangeables, puisant aux mêmes sources et se recopiant les uns les autres, tout en présentant des différences d’orientation notables. Tous répondent à un même problème, à la fois philosophique et historique, celui de la place de la sagesse ancienne, principalement grecque mais aussi égyptienne, perse et indienne, dans la civilisation de l’Islam. À travers l’étude de ces ouvrages souvent négligés, voire méprisés, par les spécialistes, il s’agit donc de faire l’histoire d’un processus culturel, celui de l’intégration de l’héritage scientifique et philosophique grec, et d’une représentation, celle de la sagesse antique, en Islam.

Ce programme de recherches, commencé il y a plusieurs années, s’est enrichi lors d’une mission à l’IFEA en décembre 2019 et des rencontres faites à cette occasion. Les échanges avec des collègues turcs ont permis d’ajouter de nouvelles pièces à mon corpus d’« histoires des sages », dont un ouvrage composé dans l’Empire ottoman dans la première moitié du Xe/XVIe siècle, le Nawâdir al-akhbâr d’Aḥmad Afandî Ṭâshkuprîzâdeh. L’histoire de l’histoire de la sagesse en islam permettra ainsi, finalement, d’interroger et d’éclairer le développement de la tradition philosophique entre l’Empire ottoman et l’Iran safavide, par-delà les conflits politico-religieux bien documentés. Cet aspect du projet devrait donner lieu à l’organisation d’un colloque à l’IFEA réunissant des collègues turcs, iraniens et internationaux.

MisSMO (Missions chrétiennes et sociétés au Moyen-Orient) : organisations, identités, patrimonialisation (XIXe-XXIe siècles) (programme EFR-IFAO-IFPO-IFEA-FSCIRE, coordinatrice principale : Norig Neveu)

Projet dont les activités au sein de l’IFEA sont portées par Philippe Bourmaud, et auquel participent, parmi les anciens chercheurs doctorants de l’IFEA et masterants accueillis à l’Institut : Armand Aupiais-L’Homme, Gabriel Doyle et Aude Aylin de Tapia. L’objet de ce programme est d’étudier, dans une perspective d’abord historique, la manière dont les missions chrétiennes ont contribué, non pas par en-haut mais au quotidien, à la transformation socio-culturelle des sociétés du Moyen-Orient, de l’Égypte à l’Anatolie ; mais également comment l’installation au Moyen-Orient a contribué à transformer les conceptions de la mission.

Parmi les activités du programme impliquant l’IFEA ou des chercheurs membres ou associés, citons : l’atelier “Missionnaires en tant qu’experts” coorganisé avec l’OII les 26 et 27 octobre 2018 (coordination : Philippe Bourmaud, Aylin de Tapia, Armand Aupiais-L’Homme) ; et l’atelier “Cultural diplomacy, aesthetics and missions in the Middle East, 19th-20th centuries”, World Congress for Middle East Studies, Université de Séville, 20 juillet 2018.

L’une des orientations de recherche en cours, depuis 2016, est l’exploration de la relation entre fait missionnaire et changement social à l’échelle régionale. A la suite du colloque sur la prédication missionnaire au Moyen-Orient tenu à Rome en octobre 2020 et auquel l’IFEA a été associé (https://ifpo.hypotheses.org/7523), cette exploration a été étendue à l’ensemble des acteurs religieux dont le mode opératoire, indépendamment de la religion, peut être qualifié de missionnaire.

Un prolongement du programme a été déposé fin 2020 auprès des institutions partenaires, sur la thématique « ‘L’évangile du bien’. Réseaux chrétiens, bienfaisance et développement au Moyen-Orient (1897 à nos jours) ». Dans le même temps, un projet ANR a été soumis sous l’intitulé « Grammars of preaching : model, cartography, materiality Middle East / Europe (19th-21st centuries) ».

Une participation du programme MisSMO au Congrès du GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans (Aix-en-Provence, 28-30 juin 2021) prendra la forme d’un atelier piloté par Marie Levant (« Le Vatican au Moyen-Orient, de la Première Guerre mondiale à la guerre du Golfe : une puissance religieuse, humanitaire et diplomatique ») et la participation de plusieurs membres du programme à l’atelier « Les communautés non musulmanes et leur rôle dans la production des institutions au Levant 1920-1950 » (coord. Viktorya Abrahamyan)

Mémoire et perception de l’Empire ottoman dirigé par Juliette Dumas

Ce projet s’articule depuis 2019 autour de l’organisation de colloques, conférences, table ronde et séminaires de recherche :

Guerre de course et hégémonies transnationales : la Méditerranée et l’Océan indien au début de la modernité dirigé par Fabrizio Speziale (EHESS), Alberto Ventura (Université de Calabre) et Marilisa Morrone (archéologue)

Ce projet explore de nouvelles perspectives dans la manière d’interpréter la guerre de course au XVIe siècle. Il explore la guerre de course comme un phénomène global qui, au début de la modernité, voit les navires européens et musulmans se confronter de la Méditerranée à l’Océan indien. Il envisage l’étude de deux régions qui jouent un rôle clef dans la stratégie franco-ottomane de s’emparer de l’Italie : la Provence, en particulier Toulon, où la flotte des corsaires ottomans est abritée à plusieurs reprises au XVIe siècle, et la Calabre, l’une des régions du royaume de Naples (1282-1806) les plus exposées aux raids des corsaires. La Provence, la Calabre, le monde ottoman et l’Océan indien ont rarement été étudiés comme des espaces connectés, à la période moderne. La constitution d’un réseau international et multidisciplinaire permettra une synergie sans précédents entre spécialistes de différentes aires géographiques. Des colloques et des journées d’études seront organisés dans le cadre de ce projet.

Commerce Raiding and Transnational Hegemonies: the Mediterranean and the Indian Ocean in the Early Modern Period

This project explores new perspectives on how to interpret corsairs’ raids in the 16th century. It looks at commerce raiding as a global phenomenon which, at the beginning of the modern period, sees European and Muslim fleets confront each other from the Mediterranean Sea to the Indian Ocean. It looks at two regions which play a key role in the Franco-Ottoman strategy to annex Italy: Provence, in particular the city of Toulon, where the fleet of the Ottoman corsairs is sheltered on several occasions during the 16th century, and Calabria, the region of the kingdom of Naples (1282-1806) which for its geographical location was one of the most exposed to corsairs’ raids. Provence, Calabria, the Ottoman world, and the Indian Ocean have rarely been studied as connected environments in the modern period. The creation of an international and multidisciplinary network will allow unprecedented synergy between scholars of different geographical areas.

Séminaires

Le pôle ‘histoire’ organise également des séminaires internes entre membres du pôle qui ont pour principal objectif de présenter les recherches en cours. Ces séminaires ont notamment pour finalité d’accompagner le travail des doctorants et des post-doctorants du pôle dans leurs recherches en Turquie et à l’IFEA.

Suite à l'épidémie de COVID 19 des conférences sont également régulièrement organisées en ligne depuis le mois de septembre 2020 :

Colloques et autres événements scientifiques 

Au-delà des axes de recherche le pôle histoire accueille aussi différents événements scientifiques pour lesquels l’IFEA est partenaire et dont les thématiques relèvent du pôle ‘histoire’. Ainsi, depuis le début de l’année 2019 l’IFEA a organisé en ses locaux les colloques suivants :