• "Hand in hand with love", exhibition in Nisantasi

    Le festival «Hand in hand with love» est un évènement organisé tous les ans depuis 2000, par l'école juive d’Istanbul (Ulus Private Jewish Kindergarten) en collaboration avec trois autres écoles (arménienne, grecque et turque).

    nisantasi_hand

    Ce festival permet aux enfants et aux jeunes (entre 9 et 16 ans) de se rencontrer et de mieux connaitre leurs cultures respectives, grâce, notamment, à l’expression de leur créativité dans les domaines de la littérature, des arts visuels et de la musique. Le thème choisi pour l’année 2010 était «Istanbul in my dream».Dans le cadre de ce festival, une exposition de peinture nous a été présentée en plein cœurdu centre commercial «City» dans le quartier de Nişantası, du 7 au 24 avril.

    nisantasi_mall_expo

    Le choix du lieu de l’exposition «Hand in hand with love» n’est pas anodin: on aurait pu penser que l’installation de cette exposition dans un centre commercial luxueux fréquenté notamment par des touristes fortunés, permettrait à Istanbul de renvoyer une image cosmopolite et respectueuse des minorités à travers le monde. Il apparaît donc assez surprenant que les quelques indications concernant l’exposition soient exclusivement en turc.

    nisantasi_mall_hand_with_hand

    A contrario, on pourrait aussi pu penser que le fait de mettre en avant ce genre d’exposition dans un quartier comme Nişantası sensibiliserait davantage les parents d’élèves, eux-mêmes issus de minorités et ayant eu pour un certain nombre d'entre eux, un passé dans ce quartier, trajectoire urbaine des minorités dans les années 1960 à 1980.

    nisantasi_drapeau_turc

    nisantasi_mall_tulip



     

     

     

  • "La place de la culture dans un quartier en proie à une proche gentrification. Observations et analyses au sein du quartier de Tophane à Istanbul", par Camille Lanoir (2011)

    Camille LANOIR, Master 1 Territoire de l’Urbain (Université Paul Valéry – Montpellier 3)
    “La place de la culture dans un quartier en proie à une proche gentrification. Observations et analyses au sein du quartier de Tophane à Istanbul ”
    stagiaire OUI 2011
    (télécharger le mémoire)

  • “Développement de nouveaux quartiers urbains issus de la décentralisation en périphérie d’Istanbul: le cas du marché de gros d’Istanbul ISTOÇ: décentralisation, reconcentration, redéploiement.”, par Aziliz Pierre (2011)

    Aziliz-Marie PIERRE, Master 2 d’Aménagement et d’Urbanisme et 3ème année magistère d’Aménagement, d’Urbanisme et de Gestion des collectivités territoriales (Université Paris-IV Sorbonne)
    “Développement de nouveaux quartiers urbains issus de la décentralisation en périphérie d’Istanbul: le cas du marché de gros d’Istanbul ISTOÇ: décentralisation, reconcentration, redéploiement.”
    (télécharger le mémoire)

  • 14032009 - Jean françois Perouse - La question de l'eau à Istanbul

    Le 14 mars 2009 à l'IFEA
    Jean françois Pérouse - La question de l'eau à Istanbul

  • 18112009 - Jean-François Pérouse : De quoi les inondations de septembre 2009 à Istanbul sont-elles le symptôme ? “Catastrophe”, mémoire locale et impossible territoire de destin

    Audio konferans :
    Mercredi 18 novembre 2009

    “Istanbul, ville durable? Questionnements, débats, expériences de terrain et perspectives croisées”

    De quoi les inondations de septembre 2009 à Istanbul sont-elles le symptôme ? “Catastrophe”, mémoire locale et impossible territoire de destin.

    Intervention de Jean-François Pérouse. 

  • 20012010 - Bekir Cantemir : Restructuration du cadastre et terrains forestiers (de type 2B) déclassés

    Mercredi 20 janvier à 18h à l’IFEA.
    "Restructuration du cadastre et terrains forestiers (de type 2B) déclassés"

    "İstanbul'da 2 B Arazileri ve Kadastro Çalışmaları"

    Invité : Bekir Cantemir (ingénieur, cartographe)
    Doktora Adayı, Marmara Üniversitesi Türkiyat Araştırmaları Enstitüsü Cumhuriyet Tarihi Anabilim Dalı
    “Istanbul, ville durable? Questionnements, débats, expériences de terrain et perspectives croisées”
    Organisé par Jean-François Pérouse

    conférence en Turc
  • 23122009 - Muhammet Garip, Yıldız Koç : Les énergies renouvelables à Istanbul

     

    Audio konferans :

    Mercredi 23 décembre (18h à l'IFEA)
    SEMINAIRE DE L'OBSERVATOIRE URBAIN D'ISTANBUL (2009 / 2010)
    “Istanbul, ville durable?
    - Muhammet Garip, Directeur de la Direction de l'Eclairage Public et de l'Energie à la Mairie Métropolitaine d'Istanbul
    - Yildiz Koç, Direction de l'Eclairage Public et de l'Energie, Mairie Métropolitaine d'Istanbul
  • 24 avril 2008 : Sortie urbaine à AKFIRAT-arrondissement de Tuzla

    "Une mairie périphérique à la mort annoncée" – par Jean-François Pérouse.

    RDV devant l'IFEA jeudi avant 8h30.

    Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • 24022010 - Bernard Cornut : Pollution atmosphérique et types de chauffage à Istanbul. Instances compétentes, méthodes et intitiatives.

    Audio konferans : 24 février 2010 :
    Pollutionatmosphérique et types de chauffage à Istanbul.
    Instances compétentes, méthodes et intitiatives.
    Invité : Bernard Cornut (Ademe)
  • 24032010 - Haluk Gerçek, Ulaş Akın : Urban mobility and sustainability in İstanbul

    Séminaire “Istanbul, ville durable ? Débats, terrains, perspectives"
    Mercredi 24 mars 2010 à 18h à l'IFEA
    Haluk Gerçek
    (Prof. ITU)

    Urban mobility and sustainability in İstanbul "
    Ulaş Akın (Doktora öğrencisi, IMP)
    "Challenges of urban planning in Istanbul : 2005-2010"
  • 24052010 - Jean-François Pérouse : Les projets urbains d'Istanbul 2010

    Jean-François Pérouse
    “Autour d'Istanbul 2010 : acteurs locaux émergents et compétitivité urbaine”
    Lundi 24 mai 2010 à 19h à l'IFEA
    Jean-François Pérouse
    (Observatoire Urbain d'Istanbul / Université de Galatasaray)
    "Les projets urbains d'Istanbul 2010"
    http://www.istanbul2010.org/index.htm
  • 26/05/2008 Article paru dans "Le Monde" sur Marmaray

    Le port de Constantinople ressort de terre

    LE MONDE | 26.05.08 | 17h58  •  Mis à jour le 26.05.08 | 17h58

    Istanbul, correspondance

    Son chapeau d'explorateur sur la tête, l'archéologue turc Metin Gökçay montre son immense terrain de jeu. Un trou de 10 mètres de profondeur sur une surface de 58 000 m2, en plein centre d'Istanbul, sur lequel les scientifiques travaillent jour et nuit. "Probablement le plus grand chantier de fouilles jamais réalisé à Istanbul", estime-t-il. Les brouettes chargées de terre vont et viennent, formant une chaîne ininterrompue.

    AFP/MUSTAFA OZER
    En plein centre d'Istanbul, des scientifiques travaillent dans un trou de 10 mètres de profondeur, sur une surface de 58 000 m2 :
    le plus grand chantier de fouilles réalisé dans la ville.

  • 27032009 - Caroline Fabianski : Le financement des transports urbains : qui paie quoi ?

    Video konferans:
    mardi 27 mars 2009
    Caroline Fabianski (doctorante à la Bartlet School of Planning UCL, de Londres) :
    Le financement des transports urbains : qui paie quoi?
  • 28 mai 2008-Sortie urbaine à Arnavutköy - visite de l'arrondissement et rencontre avec le maire

    RDV mercredi 28 mai à 8h45 devant l'IFEA

    Dans le programme figurent :

    -un entretien avec le maire d'Arnavutköy

    -la visite de l'arrondissement, où nous aurons l'occasion de voir le site de Tasoluk, où il est prévu de reloger les Rom de Sulukule (dans la péninsule historique) dans le cadre du projet de renouvellement par TOKI.

    Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • 5-6 février 2008 - colloque - Coordination des observatoires urbains du pourtour méditerranéen

    organisée par l'IFEA (Jean-François Pérouse ; suivi Éloïse Dhuy, Hamdi Gargin)
    à l’initiative de la Sous-direction de l’Archéologie et des Sciences humaines

  • À propos de Bernard Cornut

    Jumelage franco-turc : "le courant passe"

    Un jumelage institutionnel avec la Turquie sur l’efficacité énergétique vient de s’achever. Il marque l’aboutissement de la mission deBernard Cornut, expert résident, pour laquelle une excellente connaissance de la culture locale et des enjeux énergétiques internationaux est indispensable.

    Mettre en réseau les ministères, les collectivités, des opérateurs et universités de France et de Turquie actifs autour de l’efficacité énergétique…, voilà l’une des missions principales du jumelage institutionnel européen sur l’efficacité énergétique qui s’est achevé en novembre. Pour ce faire, l’ADEME, représentant la France (représentant elle-même l’Union européenne) auprès du ministère turc de l’Énergie et des Ressources naturelles, a envoyé sur le terrain l’un de ses experts internationaux les plus chevronnés et les plus atypiques. Depuis juillet 2005, Bernard Cornut, expert de la direction de l’action internationale de l’ADEME, travaillait sur le terrain en tant que conseiller résident et a affiné, durant près de deux ans, sa connaissance des enjeux énergétiques, de la culture et de la législation du pays avec deux objectifs : favoriser la transposition dans le droit turc des principales directives européennes sur l’efficacité énergétique et proposer des scénarios d’évolution accompagnés d’engagements, par la constitution d’une base de données d’indicateurs énergétiques.

    Conseil et accompagnement
    Pour mener à bien ce type de projet, plusieurs missions attendent l’expert résident dans son pays d’accueil. Son travail consiste d’abord à prodiguer des conseils – techniques, administratifs, législatifs… – aux administrateurs locaux sur les différents thèmes centraux du jumelage (habitat, industrie, transports, cogénération, tarifs, fiscalité…). Une tâche dont Bernard Cornut, curieux de nature et très bon connaisseur de la région, connaît la recette : « Je me suis beaucoup documenté, j’ai recueilli l’avis des fonctionnaires, d’universitaires et d’experts locaux pour mieux connaître la situation énergétique du pays, faire émerger les idées et lister les propositions d’amélioration. Le travail en amont est essentiel… » Bernard Cornut a également été chargé de préparer le terrain aux visites d’autres experts de l’Union européenne pour assurer la cohérence des actions et de former une équipe locale d’une vingtaine de personnes aux meilleures pratiques. Avec toujours comme priorité d’« aller à la rencontre du pays et des différents interlocuteurs, respecter la sensibilité et la culture locale, et surtout, ne pas rester dans nos bureaux ! ». Et le rôle d’un conseiller résident ne s’arrête pas là. Il doit également coordonner et diriger les différentes missions ponctuelles, tout en animant et préparant les réunions du comité de pilotage. Bernard Cornut a par ailleurs participé et accompagné la rédaction des rapports intermédiaires et finaux qui seront soumis à la Commission européenne par les chefs de projet turc et français.

  • Ahmet Tercan - L'architecture écologique en Turquie : 26/05/10

    “Istanbul, ville durable ? Débats, terrains, perspectives"
    Mercredi 26 mai 2010 à 18h à l'IFEA
    Dr. Ahmet Tercan
    (Mimar Sinan Üniversitesi) : "L'architecture écologique en Turquie"

  • Analyse des 7 lieux de la soirée de lancement

    Les 7 lieux du lancement d’Istanbul 2010

    Haliç : La cérémonie officielle de lancement d’Istanbul 2010 s’est déroulée au Centre de Congrès de Haliç en présence du Président de la République Abdullah Gül, du Premier ministre Recep TayyipErdoğan, du Maire d’Istanbul Kadir Topbas aussi que les autres membres du Cabinet, du Président de l’Agence Istanbul 2010 Şekib Avdagiç et d’un grand nombre d’invités (5000) venus de divers horizons : publics ou privés, turcs ou étrangers, hommes d’affaires, artistes, leaders des différentes minorités d’Istanbul et ministres de 20 pays. Le premier ministre Recep Tayyip Erdoğan, le ministre  Hayati Yazıcı, le maire d’Istanbul Kadir Topbaş et le président de l’Agence Istanbul 2010 Şekib Avdagiç ont fait des discours, ce dernier soulignant l'intérêt international des plus de 400 événements qui se dérouleront pendant l’année.Après les discours, la soirée s’est poursuivie avec le spectacle ‘La Magie d’Istanbul’ qui durait un peu plus d’une heure et dans lequel 24 œuvres sur Istanbul, créées par les illustres Sultan Abdulaziz, Mozart, Adnan Saygun, Minur Nurettin Selçuk et Orhan Veli Kanık, étaient interprétés par divers artistes contemporains. La presse a parlé de ‘La Magie d’Istanbul’ comme un spectacle réunissant les différentes disciplines de l’art (poésie, danse, musique et arts audio-visuels) et dont le but était de présenter les sons et les images caractéristiques d’Istanbul en montrant à la fois le patrimoine culturel et l’énergie de la ville. A la suite de ce spectacle, le président Gül et le premier ministreErdoğan ont allumé les feux d’artifices et le spectacle de lumière qui s’étendait sur un terrain de 1 km², magnifiant l’importance de l’événement.

    istanbul2010feu1

    Taksim :La soirée a débuté avec le feu d’artifice de Group F, un groupe français mondialement connu pour ses prouesses pyrotechniques. Cependant, ce spectacle n’a pas suscité beaucoup d’enthousiasme parmi les spectateurs qui attendaient avec impatience l’arrivée de Tarkan, selon les journaux. Jusqu’au terme de ce concert en plein air et donc sous la pluie, les nombreux spectateurs ont semblé apprécier les chansons du populaire Tarkan. Bien que le spectacle pyrotechnique n’ait pas déclenché la réaction espérée, il visait vraisemblablement à rappeler l’élément « feu » utilisé dans la campagne de communication d’Istanbul 2010, celle-ci proposant une vision d’Istanbul au prisme des quatre éléments : l’eau, le feu, la terre et l’air. Pour sa part, le choix de Tarkan pour un site urbain comme Taksim, centre drainant et redistribuant quotidiennement d’importantes masses de populations d’Istanbul, montre bien la stratégie de l’agence de 2010 : se faire connaitre et accepter par le peuple, même si ce choix est par ailleurs relativement critiquable du point de vue artistique.


    Sultanahmet : Le secteur historique d’Istanbul a, pour sa part, accueilli le spectacle de l’orchestre de janissaires ottomans puis le concert de Mercan Dede, combinant sonorités soufies et électroniques. Les spectateurs étaient principalement des Stambouliotes auxquels se sont joints quelques touristes qui ne paraissaient pas connaître la nature de l’événement mais assistaient à la soirée comme à un événement touristique proposé. Dans ce lieu particulièrement symbolique, l’intention des organisateurs était donc assez claire : mêler tradition et modernité pour offrir aux uns comme aux autres l’image d’un orient toujours vivant. Cependant, il en ressortait une curieuse impression de rupture/continuité entre les deux concerts. Ironiquement, il semble ainsi difficile de déterminer lequel était traditionnel et lequel était post-moderne…

    concertjanissaires1

    Kadıköy : Les événements ont commencé à Kadıköy par le spectacle de montgolfière de Group F et ont continué avec le concert de Mor ve Ötesi, un groupe rock turc assez connu parmi les jeunes, réputé pour ses chansons critiques concernant les problèmes de la vie urbaine, de l’homme moderne, etc. La presse n’insiste pas beaucoup sur le concert qui a eu lieu à Kadıköy, pourtant il faut souligner l’assez grande pertinence du choix du groupe proposé pour Kadıköy, arrondissement dont le centre est supposé avoir une scène culturelle ‘underground’ et plutôt critique par rapport aux sujets sociaux.

    Bağcılar : Le lancement de 2010 était ici célébré par le concert de la chanteuse néo-arabesque Zara devant un large public de familles avec leurs enfants et de jeunes. Néanmoins, personne n’était informé de la raison de cette festivité avant que l’on ne commence à montrer les images des événements sur la Corne d’Or. Succès populaire donc sans que le lien avec Istanbul 2010 ne soit totalement perçu.

    zara_bagcilar1

    Beylikdüzü et Pendik :Les deux lieux oubliés par la presse turque ont fêté la soirée de lancement avec Nil Karaibrahimgil et Kıraç : périphérie de la grande culture turque classique comme de l’urbanité stambouliote. Malgré la pluie et le froid, nous espérons que cela s’est bien passé pour les Stambouliotes ayant bravé les conditions atmosphériques.
  • Atlas de l'Empire Ottoman (2007 non paru)

    hellert-demo sProjet de CDROM en 2007 de la MMSH, aix en Provence avec les collections de l'Atelier de cartogaphie de l'IFEA (Non paru) :
    « Nouvel atlas physique, politique et historique de l'Empire Ottoman et des états limitrophes en Europe, Asie et en Afrique...»  par Jean-Jacques HELLERT ( Paris - Bellizard, Barthès , Dufour et Lowell - 1838-1845 )

    En 1843, Jean-Jacques Hellert achève une oeuvre entreprise une dizaine d’années auparavant : la publication d’une traduction en 18 volumes de la monumentale histoire de l’Empire Ottoman, des origines jusqu’en 1774, publiée en allemand par J. De Hammer. Deux ans plus tard, pour compléter son ouvrage, J.-J. Hellert publie un atlas de l’Empire. Cet opus est composé de 39 planches de différents formats qui ressortissent à trois catégories : 1. des cartes des régions ottomanes et des pays environnants (24 pl.) ; 2. des plans des principales batailles et des sièges qui ponctuent l’histoire de l’Empire (13 pl.) ; 3. des plans de villes reproduits sur des planches indépendantes pour les plus importantes (2 pl.) ou, plus souvent, en carton sur les cartes régionales (11 plans).

     

    Les dix-huit volumes de Jean-Jacques Hellert
    Histoire de l’Empire ottoman depuis son origine jusqu’à nos jours, par J. de Hammer. Ouvrage puisé aux sources les plus authentiques et rédigé sur des documents et des manuscrits le plupart inconnus en Europe Traduit de l’allemand, sur les notes et sous la direction de l’auteur par J.-J. Hellert, accompagné d’un atlas comparé de l’Empire ottoman contenant 21 cartes et 15 plans de batailles dressés par le traducteur.
     Dix-huit tomes édités à Paris chez Bellizard, Barthès, Dufour et Lowell, entre 1835 et 1843.

    Ces reproductions numériques ont été réalisées dans le cadre du programme Gallica de la Bibliothèque Nationale de France - http://gallica.bnf.fr

     

  • Axes de recherche des études contemporaines 2017

    Le pôle d’études contemporaines rassemble des recherches sur la Turquie contemporaine définie de manière large - de la fin de l’Empire ottoman à nos jours. Il regroupe des chercheurs issus de différentes disciplines (histoire, anthropologie, science politique, sociologie, géographie, démographie) autour de problématiques communes qui constituent ses axes de travail : 

    La recherche du pôle s’inscrit également dans les axes transversaux de l’IFEA :

    Le pôle est actuellement dirigé par Sümbül Kaya, pensionnaire scientifique à l’IFEA depuis janvier 2017 et composé de plusieurs chercheurs, doctorants et post-doctorants 

    {tab=Sümbül Kaya}

    Sümbül Kaya est politiste, responsable de l'OVIPOT et du pôle Études contemporaines de l'IFEA depuis janvier 2017. Elle travaille sur la socialisation politique des jeunes, sur l'armée et plus généralement sur la sociologie politique de la Turquie
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Page personnelle

    {tab=Clémence Scalbert-Yücel}

    scalbert-yucelClémence Scalbert-Yücel est géographe, responsable de l'OVIPOT et du pôle Études contemporaines de l'IFEA de septembre 2014 à décembre 2016. Elle travaille sur les politiques linguistiques et culturelles, la fabrique patrimoniale et les questions minoritaires.
     Page personnelle

    {tab=Jean-François Pérouse}

    jfpJean-François Pérouse est géographe. Il travaille sur la Turquie contemporaine au travers ses dynamiques urbaines. Il assure la direction de l'IFEA depuis septembre 2012.
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  
    Page personnelle

    {tab=Adeline Braux}

    photo abraux

    Adeline Braux a été responsable de l'Observatoire du Caucase de janvier 2014 à août 2106. Spécialiste des migrations, du droit des réfugiés et du phénomène de diasporas dans l'espace post-soviétique, elle s'inscrit dans l'axe Migrations et Mobilités.
     Page personnelle

    {tab=Elif Aksaz}

    Elif Aksaz est sociologue, elle enseigne la sociologie des migrations à l'Université Galatasaray. Elle coordonne l'axe Migrations et Mobilités (AMiMo) et travaille sur les questions relatives aux migrations, la sociabilité, le mariage et la parenté
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
     Page personnelle

    {tab=Ayşe Akyürek}

    Ayşe Akyürek effectue sa thèse de doctorat en anthropologie à l'EPHE sous la direction de Thierry Zarcone sur l'intégration de la femme aux fonctions de neyzen et semazen mévlévie au sein de la Turquie moderne. Elle a rejoint l'IFEA en octobre 2014 via le dispositif d'Aide à la mobilité.
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    {tab=Kristen Biehl}

    kristenKristen Biehl is a PhD candidate at the Institute of Social and Cultural Anthropology and the Centre on Migration, Policy and Society (COMPAS), the University of Oxford and doctoral fellow at the Max Planck Institute for the Study of Religious and Ethnic Diversity (MPI MMG) in Göttingen. Her doctoral research focuses on migration, diversification and urban spatial transformation in Kumkapı, Istanbul. She is currently a visiting scholar at IFEA, and is actively involved in the works of AMiMo research programme.
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
     Page personnelle

    {tab=Julien Boucly}

    Julien Boucly effectue sa thèse de doctorat à l'EHESS sous la direction de Nathalie Clayer sur les politiques patrimoniales à Diayrbakır. Il a rejoint l'IFEA en octobre 2015 via le dispositif d'Aide à la mobilité. Il co-anime l'OUI avec Helin Karaman et est activement impliqué dans les axes Patrimoines anatoliens et Processus culturels contemporains.

    {tab=Helin Karaman}

    Helin Karaman effectue sa thèse en sociologie à l'EHESS sous la direction de Nilüfer Göle sur la normalisation des espaces publics à Istanbul depuis les années 1980. Elle a rejoint l'IFEA en octobre 2015 où elle co-anime l'OUI avec Julien BOucly.

    {tab=Anouck Côrte-Réal}

    Anouck Côrte-Réal est post-doctorante à l'IFEA où elle coordonne le projet TRANSFAIRE et anime l'axe Libéralisation.
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Page personnelle

    {tab=Jean-François Polo}
    Jean-François Polo est politologue, en délégation à l'Université Galatasaray. Il travaille sur la diplomatie sportive et est impliqué dans le projet TRANSFAIRE en tant que chercheur associé.
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Page personnelle

    {tab=Claire Visier}
    Claire Visier est politologue, titulaire d'une bourse de recherche Marie Curie (Université Bilgi). Elle travaille sur les dispositifs de financement de projets européens dans le cadre de la pré-adhésion de la Turquie à l'UE. Elle est impliquée dans le projet TRANSFAIRE et anime avec Clémence Scalbert-Yücel le séminaire de recherche à destination des doctorants.
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Page personnelle

    {tab=Lydia Zeghmar}
    Lydia Zeghmar effectue sa thèse de doctorat en anthropologie à Paris-10 sous la direction de Michael Houseman sur l'invention d'une tradition nationale, les modalités de transmission d'une éthique par l'exemple d'une communauté folklorique. Elle a rejoint l'IFEA en octobre 2014 via le dispositif d'Aide à la mobilité.
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    {/tabs}

    Ce pôle de recherche s’appuie sur deux observatoires : Observatoire Urbain d’Istanbul (OUI) et l'Observatoire de la Vie Politique turque (OVIPOT). La mission des observatoires est d’accumuler et de mettre à disposition les sources primaires de la recherche, tout en accueillant des stagiaires et chercheurs de passage.

    Le pôle Études contemporaines est impliqué activement dans la publication de l'European Journal of Turkish Studies via ses membres présents dans le comité de rédaction de la revue.

    {tab=Circulations et Migrations}

     L’axe s’articule autour de l’étude des circulations des pratiques et des savoirs d’une part, et des mobilités et migrations d’autre part. Cet axe, s’inscrivant dans une approche délibérément pluridisciplinaire, sort de l’analyse des catégories et des typologies établies pour travailler à une réflexion sur la globalisation, les phénomènes circulatoires et les dynamiques migratoires.

    En 2015-2016, l’axe organise deux séminaire : le séminaire TRANSFAIRE et le séminaire Migration (AMIMO Working Papers Seminar Series)

    Thématiques de recherche et Projets en cours

    • ANR TRANSFAIRE logo-transfaire

    Cet axe est lié au Projet ANR (2013-2016) “Matières à transfaire. Espaces-temps d’une globalisation (post-)ottomane” (acronyme  “TRANSFAIRE”), dans le cadre du programme GLOB 2012 “Métamorphoses des sociétés  –  Globalisation et gouvernance”. Il est dirigé par Marc Aymes (CNRS, CETOBAC) et coordonné, à Istanbul, par Anouck Corte-Real, chercheure post-doc.

    À l’encontre des travaux qui analysent la mise en circulation de pratiques, d’instruments, de normes et de savoirs comme étape subséquente à leur production localisée, le projet Transfaire vise à étudier les instruments techniques et symboliques produits et reproduits par la circulation.
    L’ANR TRANSFAIRE organise un séminaire de recherche à Paris (CETOBAC- EHESS) et à Istanbul (IFEA).

    • AMiMo (Axe Migrations et Mobilités) AMiMo


    L’Axe Migrations et Mobilités (AMiMo)est ancré dans une tradition de recherches menées à l’IFEA, notamment au sein du pôle d’études contemporaines, de l’Observatoire Urbain d’Istanbulet de lObservatoire du Caucase.L’AMiMo fédère des chercheurs en sciences sociales qui étudient les phénomènes migratoires et de mobilités en relation avec la Turquie et le Caucase.

    En 2015-2016, l’AMiMo organise un seminaire de recherche (AMIMO Working Papers Seminar). 

    L'équipe de l'IFEA est aussi engagée dans le projet ANR LAJEH dont l'objectif est d'approfondir la connaissance des migrations au Moyen Orient en analysant les flux actuels de réfugiés dans leur contexte historique et régional.

    {tab=Territoires}

     Cet axe vise à analyser  la fabrique politique, scientifique et imaginaire des territoires d’une part, la territorialisation des dynamiques sociales et politiques d’autre part. Cet axe s’inscrit dans une tradition de recherche à l’IFEA, notamment autour de l’Observatoire Urbain d'Istanbul fondé fin 1988. La recherche, loin de se limiter aux territoires de la métropole stambouliote, s’intéresse également auxterritoires en région.

    Thématiques de recherche et Projets en cours

    L’objectif de ce projet ANR est de mieux comprendre la manière dont se fabriquent les marges urbaines et les processus d’intégration et d’exclusion dont elles sont l’objet, dans le pourtour méditerranéen. 

    Cette thématique de recherche a été lancée avec un financement duFonds d’Alembert en octobre 2012 et continue autour de collaborations variées notamment avec le séminaire Medi-Lev (INALCO/EFA/LAU-Ehess/IFEA) et le programme MEDITER (Paris-VIII-Claudia Moatti), sur les sciences sociales de la Méditerranée. 

    • Les territoires du politique

    Dans un pays dont la formation en tant qu’État-Nation-Territoire est aussi récente, théâtre de mobilisations politiques à caractère régionaliste, les débats sur la gestion politique du territoire continuent à être vifs. La régionalisation statistique ou la mise en place d’Agences (Régionales) de Développement dans les années 2000 ont contribué à initier d’autres manières d’aborder le territoire national. Les chercheurs de l’IFEA, au sein notamment de l’Observatoire de la Vie Politique et de l’Observatoire Urbain d’Istanbul, ou encore dans le cadre de l’ANR TRANSFAIRE, s’intéressent à l’émergence des pouvoirs politiques locaux, la territorialisation des politiques publiques, ou encore aux rapports entre acteurs publics et acteurs privés dans la gouvernance urbaine et territoriale.

    L’IFEA est aussi engagé dans un programme dénommé « Le gouvernement des grandes métropoles » porté par la « Chaire Ville » de l’École des Ponts et Chaussées (Dominique Lorrain).

    Kristen Biehl, Oxford U. (COMPAS), Max-Planck Fellow

    {tab=Processus culturels}

    Les recherches collectives ou individuelles rassemblées dans l'axe  Processus culturels contemporains entendent analyser les processus culturels contemporains en Turquie dans toute leur complexité et dans un contexte de globalisation. Ce faisant, elles dépassent les oppositions souvent invoquées telles que par exemple modernité-tradition ; sécularisme-religiosité ; culture-politique ; et ré-explorent certaines thématiques centrales des études sur la Turquie, telle que le folklore, la religiosité, le genre, ou les politiques culturelles dans des perspectives neuves au-delà notamment de la perspective de construction nationale ou identitaires.

    Trois projets sont actuellement en cours :

    {tab=Médias}

     Deux projets en cours sont à mettre au crédit de cet axe qui interroge les logiques, fabriques et réceptions des productions médiatiques en Turquie et dans la région

    {tab=Libéralisation}

     Libéralisation et politique sécuritaire

    Après plus de vingt ans d’économie fermée, la libéralisation et  l’internationalisation de l’économie turque observées depuis 1980 ont profondément bouleversé le paysage national économique. L’adhésion en 1995 de la Turquie à l’ douanière a marqué en particulier son intégration dans l’espace (économique) européen sans pour autant effacer toutes les divergences économiques et politiques. Ces processus complexes ont abouti notamment à une diversification et hybridation des pratiques de financement, de production, d’échanges et de consommation, devançant parfois les structures légales.
    Dans ce contexte, les chercheurs du pôle d’études contemporaines s’intéressent aux effets politiques et sociaux de cette interpénétration croissante de la Turquie par le biais de l’économie.
     
    La recherche est développée notamment dans le cadre de l’OVIPOT et de l’OUI et s’articule autour des thèmes suivants :

    • la circulation et transformation du pouvoir à travers l’économie
    • la reconfiguration de la fabrique urbaine stambouliote à partir de pratiques marchandes et économiques 
    • la recomposition de l’État turc par le prisme des privatisations
    • les liens complexes entre la libéralisation politique, la libéralisation économique et la formation de politiques sécuritaires

    {tab=Relations extérieures}

       Projet actuellement en cours:

    Coordination : Yohanan Benhaim etArthur Quesnay 

    Partenaires

    IFPOhttp://www.ifporient.org/
    Université d'Exeter
    http://www.exeter.ac.uk/
    Université Aix-Marseille- CERIChttp://www.ceric-aix.univ-cezanne.fr/ 

    {/tabs}

    {tab=Dipnot}

    Dipnot est le blog des chercheurs de l'IFEA. Y sont proposés des analyses, comptes-rendus de lecture et réflexions en lien avec l'actualité.

    dipnot mini 

     

    Quelques remarques sur l'évolution régionale de l'emploi déclaré entre 2013 et 2014À partir des données récemment fournies par le TÜİK – transformées en cartes par Pascal Lebouteiller – on peut esquisser une brève analyse de l’évolution régionale... http://dipnot.hypotheses.org/1069


    Vahdet, une unification sous le signe de la différence ?Servant manifestement la reconfiguration en cours, « par le haut », du champ de la presse turque, l’arrivée du quotidien Vahdet marque aussi une étape... http://dipnot.hypotheses.org/1054


    Religion, Contention & State Power beyond TurkeyLet me start with a confession of sorts. I am a Dutch post-doc researcher that almost ten years ago stumbled, while living in Damascus... http://dipnot.hypotheses.org/971


    Lieux et milieux du Kurban Bayramı. Retours sur un terrain exploratoire à IstanbulLe séjour de recherche réalisé à Istanbul en amont, pendant et en aval de la « fête du sacrifice » (kurban bayramı, 4-7 octobre 2014) s’inscrit dans un projet de recherche... http://dipnot.hypotheses.org/889


    De la difficulté d’être une ONG ou une association en AzerbaïdjanL’apparence policée du régime azerbaïdjanais s’est fissurée à l’occasion du discours prononcé par le Président Aliyev au Parlement européen... http://dipnot.hypotheses.org/806


    La catastrophe de Soma-Eynez (Manisa, Égée) du 13 mai 2014 : la conséquence inévitable d’un productivisme aveugle ? Le discours du Premier ministre du 14 mai 2014 vers 16 h – soit près de 24 heures après l’accident – a plus visé... http://dipnot.hypotheses.org/739


     Le marché du gaz naturel : vers une libéralisation totale ?Le subventionnement du gaz comme frein à la libéralisation complète du marché Lorsqu’en 2001, la loi n°4646 sur le marché du gaz fut votée, l’objectif visait... http://dipnot.hypotheses.org/489


    Mise en perspective des évolutions du marché domestique du gaz naturel en Turquie depuis 2001Malgré la clémence saisonnière dont jouissent les habitants d’Istanbul ces derniers jours, les hivers sont chaque année... http://dipnot.hypotheses.org/479


    D’une bibliographie à l’autre… À propos du dernier “dossier de l’IFEA” Le 11 février 2014 était mis en ligne le numéro 21 de la série “la Turquie aujourd’hui” des dossiers de l’IFEA. Intitulé Istanbul bibliography 2000-2013, cet épais dossier... http://dipnot.hypotheses.org/470


    “Après les élections locales du 30 mars 2014, 16 000 villages vont être rayés de la carte” C’est ainsi qu’Ali Ekber Yıldırım, le chroniqueur des questions agricoles du quotidien économique “Dünya”, titre son papier en date du 14 janvier... http://dipnot.hypotheses.org/464


    Note de lecture : Écrivains de Turquie. Sur les rives du soleilÉcrivains de Turquie. Sur les rives du soleil est une anthologie d’écrivains turcs contemporains éditée par la maison d’édition Galaade1. Créée en 2005 par... http://dipnot.hypotheses.org/435


    Une nouvelle revue dans le champ de l’urbain, de l’archéologie à l’architecture : TAÇ (premier numéro Octobre-Décembre 2013) On connaît la fondation TAÇ (Türkiye Anıt Çevre Turizm Değerlerini Koruma Vakfı), vieille institution dédiée à la protection du patrimoine “naturel et culturel”, créée en avril 1976 sous l’égide... http://dipnot.hypotheses.org/427


    Compte rendu de lecture : Özcan Yılmaz – La formation de la nation kurde en Turquie L’ouvrage de Özcan Yılmaz intitulé La formation de la nation kurde en Turquie est le résultat de son travail de doctorat qu’il a effectué sous la direction... http://dipnot.hypotheses.org/420


    Les « Jardins de l’Hevsel » : patrimonialisation ou urbanisation ?Les jardins de l’Hevsel à Diyarbakır viennent d’être admis, avec le centre historique et ses murailles, sur la liste indicative du patrimoine de l’UNESCO par le Ministère turc... http://dipnot.hypotheses.org/403


    İki deniz arası – Une marche pour la villeÀ l’heure des Grands Travaux (l’inauguration du Marmaray s’est faite le 29 octobre 2013) qui symbolisent la course effrénée à l’internationalisation et l’hypermétropolisation... http://dipnot.hypotheses.org/370


    Compte-rendu de lecture Dilek Yankaya – La nouvelle bourgeoisie islamiqueLe livre de Dilek Yankaya est issu de son récent travail de doctorat dirigé par Nilüfer Göle. L’ouvrage part d’un fait dont on entend beaucoup parler... http://dipnot.hypotheses.org/364


    Cartographie de l’installation des centrales hydroélectriques en TurquieAfin de réduire ses importations d’énergie fossile qui pèsent de plus en plus lourdement dans sa balance commerciale extérieure et d’accompagner la demande croissante... http://dipnot.hypotheses.org/344


    Note de lecture. Migration around Turkey: Old Phenomena, New Research Le programme de recherche Migration Research Center at Koç University (MiReKoc), établi en 2004 avec la collaboration de la fondation suisse the Foundation for Population, Migration...http://dipnot.hypotheses.org/325


    Selam ou la mise en scène de l'action du mouvement de Fethullah Gülen à l'étranger « L’homme blanc peut-il être bon ? » se demande au début du film un enfant sénégalais face à l’indifférence des Occidentaux. C’est à cette question que le film Selam...http://dipnot.hypotheses.org/280


    La possibilité d'une paix. Le "processus de paix" en Turquie : quelques publications à signaler Ce qu’il est convenu depuis la fin de l’année 2012 d’appeler le “processus de paix” (barış süreci) et qui s’est traduit par le retrait des éléments armés...http://dipnot.hypotheses.org/271


    Compte Rendu de Séminaire « Perceptions des migrants internationaux en Turquie » Le 12 avril 2013 s'est tenu à l'université de Bilgi un séminaire portant sur la perception des migrations et des migrants internationaux en Turquie. Organisée en partenariat...http://dipnot.hypotheses.org/249


    Les variations régionales du taux de fécondité en 2010/Regional variations of the fertility rate in 2010 On sait le caractère politiquement sensible des questions démographiques dans la Turquie actuelle. Le pouvoir politique s'en saisit fréquemment à travers des déclarations...http://dipnot.hypotheses.org/208


    Televizyon dizileri kentsel dönüşümü sahiplenince.. « kayıp şehir »? Televizyon dizileri yoluyla mahalle olgusunu simgesel olarak yeniden şekillendirmeye ve bu dizilerin yeni gözde konusu olan İstanbul'un...http://dipnot.hypotheses.org/193
    Quand les séries télévisées s'emparent de la transformation urbaine... Ville perdue ? Pour la dernière fois, le 26 mars 2013, a été diffusé sur la chaîne Kanal D un épisode du feuilleton télévisé turc « ville perdue » (Kayıp şehir)...http://dipnot.hypotheses.org/184


    Jérome Cler – Turquie. Cérémonie de Djem Bektashi – La tradition d'Abdal Musa À la fois liturgie commémorant les récits fondateurs de la foi des bektashis et agape fraternelle réunissant toute la communauté, la cérémonie...http://dipnot.hypotheses.org/173


    Recherche et photographie Évolutions politiques, identité nationale, conflits sociaux, mythes collectifs... Nombreux sont les photographes...http://dipnot.hypotheses.org/165


    Les nouveaux horizons d'influence de la Turquie à travers l'indicateur des liaisons aériennes À l'heure où l'appel d'offre pour la construction du troisième aéroport international d'Istanbul...http://dipnot.hypotheses.org/45


    L'évolution depuis 2002 des investissements directs turcs à l'étranger : un indicateur de rayonnement à suivre Si l'habitude est grande d'étudier la Turquie comme un pays-cible pour les investissements directs étrangers (IDE)...http://dipnot.hypotheses.org/41


    La création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines en Turquie par la modification de la loi n.5779 ou le triomphe écrasant de l'urbain dans l'ordre de gestion territoriale Le 11 novembre 2012 la Grande Assemblée Nationale de Turquie a finalement – après des débats très houleux...http://dipnot.hypotheses.org/37

    {tab=Bibliothèque}
    La bibliothèque de l'IFEA met chaque mois en avant une sélection d'ouvrages autour d'un thème (qu'il s'agisse de villes, de questions brûlantes, de problématiques en lien avec notre programmation scientifique, ou de la mise en valeur d'auteurs emblématiques pour nos disciplines ou ayant imprimé leur marque dans l'histoire de l'institution....).

    La Turquie et l' européenneMars 2015 Sans être exhaustive sur ce thème, la bibliothèque de l’IFEA reflète bien la production scientifique sur les questions Turquie-Europe et ses évolutions... http://dipnot.hypotheses.org/983
    La Méditerranée dans les sciences sociales et humaines turques : une discrète nouvelle venue ?
    Février 2015 La question de la Méditerranée “vue de Turquie” continue à nous préoccuper. Après le cycle de conférences... http://dipnot.hypotheses.org/981
    Planification régionale et territoriale en Turquie
    Décembre 2014 Le dernier et dixième « Plan quinquennal de développement » (Kalkınma Planı) – qui concerne la période 2014-2018 – a été rendu public au printemps... http://dipnot.hypotheses.org/911
    Autour de la relation Turquie-Azerbaïdjan
    Octobre 2014 La relation de proximité qu’entretiennent l’Azerbaïdjan et la Turquie se manifeste dans bien des domaines... http://dipnot.hypotheses.org/874
    La Turquie et ses voisins syrien et irakien
    Juin 2014 Les frontières tracées à l’issue de la signature du traité de Lausanne en 1923 ont...http://dipnot.hypotheses.org/769Tour d'horizon des Études culturellesMars 2014 La notion de « culture », plutôt que de désigner un panthéon de références doit se définir comme « les manières de vivre... Présentoir
    Une production audiovisuelle turque sous contraintes multiples : l’Histoire, l’audience, le marché, le
    politique
    Décembre 2013 En l’espace d’une vingtaine d’années le paysage audiovisuel turc (PAT) a considérablement évolué...
    Présentoir
    Marges urbaines, par-delà centre et périphérie Octobre 2013 Compte tenu du développement effréné et inégal de l’organisme urbain stambouliote, il paraît difficile...Présentoir
    Le commerce, un objet d'étude pluridisciplinaire Mars 2013 « Les clients continuent à venir chez moi car chez DIA, on fait passer les produits... Présentoir
    Politique étrangère de la Turquie Janvier 2013 Formée d’après la formule  d’Atatürk “paix à l’intérieur, paix à l’extérieu...Présentoir
    Trabzon Décembre 2012 Nous présentions le mois dernier Kayseri, la ville aux quatre universités (dont deux...Présentoir
    Kayseri À partir de ce mois de novembre 2012, le présentoir de la bibliothèque de l'IFEA sera désormais péri... Présentoir

    {/tabs}

  • Ayşegül Cankat - Le mythe du patrimoine minoritaire : 20/04/2011

    Séminaire "Mémoires et mobilités urbaines"
    Mercredi 20 avril 2011 à 18h à l’IFEA

    Ayşegül Cankat (École Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble)
    "Le mythe du patrimoine minoritaire"
    Intervention en français.
  • Base de données cartographique sur la Turquie du XVe siècle à nos jours (2013)

    L'atelier de cartographie a un projet de base de données cartographique d'Istanbul à l'emprise de l'Empire Ottoman; ce projet permettra d'avoir accès via internet aux copies digitales des cartes et plans representant ces régions. Plusieurs centres, bibliothèques et universités Turques et Européennnes sont conviées au projet pour mettre leurs ressources à la disposition des chercheurs et du public sur ce portail.
    La première étape du projet de recherche documentaire entre 2004 et 2011 qui a permis de classer des documents numériques en basse définition et est en attente de financements pour créer l'interface de la base de données et la numérisation des fonds.
    Nous recevons une grande demande des étudiants et chercheurs pour ce projet qui serait un outil de grande valeur pour la recherche sur la Turquie et l'Empire Otoman de l'archéologie jusqu'à nos jours.

    1864_swanson_constantinople_s


    ist_departement_2004

     

  • Benoît FLICHE

    Benoît FLICHE
    CR1 CNRS
     
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Brian CHAUVEL

    Brian Chauvel

    contact :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Statut : Chercheur associé à l'IFEA
    2010-2011: Boursier Tübitak
    Observatoire Urbain d'Istanbul

    Thèse de doctorat :

    Enjeux patrimoniaux et renouvellement urbain en centre historique d’Istanbul.Thèse en sociologie effectuée à l'EHESS-Paris, sous la direction de Nilüfer Göle (CADIS / EHESS).

  • Bürge Elvan Erginli - Intra-metropolitan mobility patterns in Istanbul : 11/11/10

    Séminaire "Mémoires et mobilités urbaines"
    Jeudi 11 novembre 2010 à 18h00 à l’IFEA
    Bürge Elvan Erginli(Université de Bilgi)
    "Intra-metropolitan mobility patterns in Istanbul"
    Intervention en anglais

  • Bürge Elvan Erginli - Intra-metropolitan mobility patterns in Istanbul : 11/11/10

    Séminaire "Mémoires et mobilités urbaines"
    Jeudi 11 novembre 2010 à 18h00 à l’IFEA
    Bürge Elvan Erginli(Université de Bilgi)
    "Intra-metropolitan mobility patterns in Istanbul"
    Intervention en anglais
  • CDROM Atlas de la croissance d'Istanbul (2003)

    pochette_atlas« Atlas électronique de la croissance d’Istanbul du XVIIIème siècle à nos jours » 2004

    Cet atlas interactif sur CD est la première production, expérimentale en quelque sorte, de l’atelier cartographique de l’Observatoire Urbain d’Istanbul (OUI), constitué fin 2003 au sein de l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes (I.F.E.A.). Cette première réalisation a donc vocation d’être la vitrine de cet atelier, qui, nous l’espérons, lui confèrera une première visibilité et raison d’être publique.

    La version Française sortie en 2005 est épuisée (copie possible sur demande à l'atelier de l'IFEA)

    Une version de mise à jour et trilingue Français, Turque et Anglaise est prévue courant 2013/14.

  • Cilia MARTIN

    Cilia MARTIN

    Post-doctorante
    Chercheuse associée à l'Observatoire Urbain d'Istanbul

    Thèmes de recherche : (re)composition territoriale, questions minoritaires, socio-histoire des mobilités, socio-histoire de la mémoire, relation urbain/rural.
    Terrains : Turquie, Grèce.

    Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
     
  • Colloque Médiation publique dans les métropoles du Maghreb et du Moyen-Orient 28/01/2011-30/01/2011

    Médiation publique dans les métropoles du Maghreb et du Moyen-Orient: Concurrences foncières et accès au logement. Amman, Beyrouth, Casablanca, Damas, Istanbul, Le Caire, Téhéran, Tunis
    Du vendredi 28 au dimanche 30 janvier à l'IFEA

  • Compte-rendu du discours d'Erdogan lors de la soirée de lancement

    Le discours du Premier ministre Recep Tayyip Erdoğan :

    Lien pour la vidéo du discours : http://www.istanbul2010.org/IST-VIDEO/index.htm?video=GP_620109

    Dans le discours prononcé au cours de la soirée de lancement d’Istanbul comme Capitale européenne de la culture, le Premier ministre a souligné l’importance d’Istanbul comme patrimoine culturel pour la Turquie mais aussi, plus globalement, pour le monde entier. Erdoğan a décrit la structure culturelle d’une ville qui, selon lui, porte les traces de 5 continents et de plusieurs civilisations comme les Empires byzantin et ottoman. En outre, il a ajouté que l’histoire et la culture fondées à Istanbul sont l’une des bases incontestables de la culture occidentale, base continuant à en être l’un de ses motifs d’ « inspiration », selon le terme qui a été choisi pour qualifier Istanbul 2010.

    Le président a fait référence aux personnalités importantes, de l’Empereur Constantin à Mehmet II Le Conquérant, de Soliman le Magnifique à Mustafa Kemal, qui ont eu des influences dans l’histoire de la ville et qui ont contribuées à la beauté d’Istanbul. Il a aussi commémoré tous les architectes (Mimar Sinan), les poètes et les artistes qui ont créés des œuvres importantes pour Istanbul, depuis les poètes de la littérature Divan (Fuzuli, Baki), en passant par les Classiques (Mehmet Akif, Yahya Kemal, Ziya Osman Saba), jusqu’aux contemporains parfois anticonformistes (Isidoros, Mehmet Ağa, Nedim, Necip Fazıl, Nazim Hikmet, Atilla Ilhan, Orhan Veli).

    Reprenant ensuite le lieu commun consacré, le Premier ministre a mis l’accent sur la position d’Istanbul comme un carrefour géographique où les cultures, les civilisations, les races et les couleurs se mêleraient : une ville où, d’après lui, « l’appel à la prière n’étouffe pas les cloches des églises chrétiennes », cela afin de mettre en avant sa « politique de la tolérance ». En effet, la tolérance a constitué le leitmotiv de tout son discours, ainsi que de l’ensemble des discours prononcés. Il a aussi fait référence aux événements historiques pour montrer comment depuis l’Empire ottoman toutes les identités, toutes les ethnies étaient libres d’exercer leurs pratiques religieuses et culturelles, – y compris la langue –, ajoutant que la présence historique de chaque groupe était assurée du point de vue de leur sécurité. Il s’est également porté garant da la continuité des investissements pour faire d’Istanbul un des centres mondial de la finance.

    A la fin de son discours, Erdoğan a aussi indiqué les réussites récentes de la métropole stambouliote, tels les centres de congrès, symboles d’une modernité urbaine au rayonnement international. Le Haliç Kongre Merkezi inauguré en mars 2009 en est un bon exemple : reconstruction et extension de l'abbatoir de Sütlüce construit en 1923, il comporte 20 salles pour une capacité de 6 887 places.

    halic1

    Somme toute, le Premier ministre a fait un discours consensuel destiné à montrer la détermination du gouvernement à faire d’Istanbul un centre mondial aux profondes origines culturelles, historiques et religieuses, mais tout en restant prudent pour ne pas négliger les atouts de la République et de la diversité culturelle d’aujourd’hui. A travers son discours, Erdoğan a donné le gage nécessaire à une politique d’adhésion à l’Union Européenne et a réaffirmé la volonté de son pays de s’insérer dans les réseaux de la globalisation.
  • Conférence-débat MERSI Trying to understand the today's Mass Housing Administration (TOKI) 28/01/11

    Conférence-débat
    "Trying to understand the today's Mass Housing Administration (TOKI)"
    Vendredi 28 janvier 2011 à 18h à l'IFEA
    Ayşe Çavdar
    (economist and writer), Cihan Baysal (lawyer and activist), Ulus Atayurt (political commentator and writer, Express)
    This conference will be taken in English, in the frame of the MERSİ research program meeting.

  • Cycle d’excursions urbaines de l'Observatoire urbain d'Istanbul 2018 - Kuzey Marmara Otoyolu

    Cycle d’excursions urbaines 2018 par l’Observatoire Urbain d’Istanbul
    « Kuzey Marmara Otoyolu : diagnostic d’un périphérique en formation »


    Résumé

    Pour l’année 2018, l’OUI organise un cycle d’excursions urbaines sur les territoires traversés par le troisième périphérique autoroutier, Kuzey Marmara Otoyolu (KMO). S’étendant sur 150 km, ce périphérique s’annonce comme le vecteur du redéploiement urbain vers le nord d’Istanbul (Morvan, 2013). Les opposants au projet (associations, chambres professionnelles et certains universitaires) ont dénoncé l’impact de l’infrastructure sur la dégradation des écosystèmes, la montée du prix de l’immobilier et l’incitation à l’usage de la voiture. Cependant, l’aménagement de KMO participe-t-il réellement à la recomposition des territoires du nord d’Istanbul ? Pour étudier les effets à l’œuvre et attendus de KMO sur les processus de croissance économique, démographique et urbaine, il faut dès aujourd’hui décrire et analyser les territoires qui lui sont limitrophes (Mestre-Gongyet, 2002). L’étude des mutations territoriales autour de KMO nous permettra de questionner les effets automatiquement attendus d’une telle infrastructure sur le développement local (Hadiou & Duquenne, 2009 ; Plassart, 1977).

    Objectifs

    L’objectif du cycle est double. Il s’agit d’abord de fournir un « constat », un « diagnostic » à un instant T (2018) des territoires traversés par KMO. Cette analyse s’appuiera par exemple sur les critères suivants :
    * paysage / environnement
    * dynamisme, activités, emplois, services
    * urbanisme, étalement urbain, promotion immobilière
    * population, migration
    * relation avec le centre d’Istanbul / accentuation de la périphéricité du nord d’Istanbul
    Deuxièmement, les excursions urbaines ont pour objectif d’alimenter les archives de l’Observatoire urbain d’Istanbul (OUI). Chaque visite fera en effet l’objet d’un compte rendu écrit sur le blog de l’OUI, agrémenté par des supports photographiques et vidéos qui viendront enrichir les archives visuelles de l’IFEA et fournir une photographie actuelle des territoires qui composent « l’espace KMO ». En somme, ce cycle vise à produire suffisamment de données sur l’état actuel des territoires traversés par KMO pour permettre d’étudier sur le long terme les évolutions urbaines du nord d’Istanbul.

    Méthodologie

    Nous avons découpé notre itinéraire en six tronçons afin de réaliser une excursion urbaine par mois - de janvier à juin 2018.
    Calendrier provisoire :
    1. Jeudi 18 janvier : Başakşehir
    2. Vendredi 16 février : Işıklar / Odayer
    3. Vendredi 9 mars : Uskumruköy
    4. Vendredi 13 avril : Garipçe / Poyraz / 3e pont
    5. Vendredi 11 mai : Alibakadar / Paşamandıra / Bozhane
    6. Vendredi 8 juin : Cumhuriyet

    Le travail, basé sur de l’observation et des entretiens (en fonction des situations rencontrées), prendra appui sur l’outil photographique et vidéo. À la fin de ce cycle, nous souhaitons présenter les résultats sous la forme d’une exposition photographique avec un court métrage résumant notre terrain. Agathe Fautras et Filiz Hervet, disposant du matériel nécessaire, proposent d’en assurer la réalisation.

    Concernant le transport, l’IFEA propose de mettre à disposition un bus (16 personnes) pour les territoires mal desservis en transport en commun (excursion du 9/2, du 13/4, du 11/5 et du 8/6).


    L’objectif des excursions urbaines 2018 est de réaliser avec ses participant·e·s un travail collectif de collecte de données sur les territoires traversés par l’autoroute O-6, afin d’effectuer un diagnostic de l’avancement de sa construction et de ses impacts à une période donnée (janvier à juin 2018). À travers six étapes, de Başakşehir à Cumhuriyet en passant par le troisième pont, deux méthodes de recherche seront appliquées : l’observation et l’entretien. D’une part, il s’agira de suivre physiquement le tracé de l’autoroute KMY, afin d’observer les obstacles qui la jalonnent et les opportunités qu’elle suscite pour les usagers et les habitant·e·s, et de rendre compte des différentes infrastructures et des pratiques qui se développent aux alentours de son tracé. D’autre part, il s’agira de s’entretenir avec les acteurs locaux, par exemple des muhtar (maires de quartier), des agents immobiliers ou si possible des représentant·e·s des différentes entreprises impliquées dans la construction des différents tronçons de l’autoroute. Ces rencontres viseront ainsi à récolter des informations sur les acteurs mobilisés pour la construction de KMO, de définir un organigramme des constructeurs locaux, ou encore de rendre compte des évolutions démographique et politique des territoires. Les organisatrices mettront à disposition des participant·e·s un dossier de synthèse résumant les informations démographiques et urbanistiques déjà existantes, et une carte du territoire observé. Ceux-ci seront constitués à partir des archives de l’Observatoire urbain d’Istanbul (OUI) et du service de cartographie de l’IFEA. Les excursions urbaines seront donc l’occasion de réunir chercheur·e·s et néophytes, afin de mettre en commun les connaissances et ressources de chacun·e pour recueillir des données sur les territoires traversés par l’autoroute KMO, et ainsi de documenter la fabrique de la ville.


    Bibliographie

    - Hadiou L. & Duquenne M.N. (2009) « Proposition de méthodologie de pour une approche territoriale des effets autoroutiers sur le développement local », p1444-1452, https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00487216/document
    - Mestre-Gongyet C. (2002) « Autoroute et recompositions spatiales : l’exemple du Val de Durance », Persée, p37-44,
    http://www.persee.fr/doc/geoca_1627-4873_2002_num_77_1_6260
    - Morvan, Y. (2013). L'aménagement du grand Istanbul: entre ambition géopolitique mondiale et enjeux fonciers locaux. Le troisième pont sur le Bosphore. Hérodote, (1), p197-210
    - Plassard,F. (1977) Les autoroutes et le développement régional. Presses Universitaires de Lyon, Édition Economica, Paris, 341p

  • D. Fırat, M. Durmaz, S. Darıcıoğlu - Les lieux de mémoire du coup d'État de 1980 : 16/02/11

    Séminaire "Mémoires et mobilités urbaines"
    Mercredi 16 février 2011 à 18h à l’IFEA
    Derya Fırat
    (Université Mimar Sinan), Melike Işık Durmaz (doctorante), Sevda Darıcıoğlu (master)
    Les trois intervenantes sont à l'origine de l'association des études sociologiques de la mémoire et de la culture (BEKS)
    "Les lieux de mémoire du coup d'état de 1980"
    Intervention en français

  • Dossier sur Istanbul sur le site GeoConfluences

     

    Dans le cadre du dossier "De villes en métropoles" :

    IstanbulIbb1-min.gif

    Istanbul, de la mégapole à la métropole mondiale.

    À partir des études récentes sur Istanbul, cet article d'Antoine Fleury (CNRS, UMR 8504 Géographie-cités) présente les composantes et les formes de la croissance d’Istanbul depuis les années 1950, avant d’envisagerl'insertion récente de la ville dans la mondialisation et d’interroger son statut de métropole mondiale en devenir.

    Cette mégapole à la croissance naguère alimentée par l’exode rural est devenue une plaque tournante des migrations et des mobilités internationales. Capitale économique de la Turquie, Istanbul assure désormais un rôle de relais de la mondialisation et d'interface avec l’Union européenne. La "capitale européenne de la culture 2010" a bel et bien renforcé sa position dans le système des villes mondiales. Mais cette évolution va de pair avec des tensions sociales accrues et une ségrégation socio-spatiale qui s'accentue, alors même que la ville demeure une métropole incomplète.
    .. à retrouver à partir de : 
    http://geoconfluences.ens-lsh.fr/actus/index.htm

     

    Dans le cadre du corpus documentaire du dossier "Risques et sociétés" :

    IstanbulAjse2.gif

    Mégapoles et risques en milieu urbain. L'exemple d'Istanbul.

    Istanbul est une illustration intéressante de la vulnérabilité des grandes métropoles et des mégapoles aux aléas. La probabilité de survenue d'un séisme majeur dans les prochaines décennies n'y est pas négligeable et d'autres types de risques peuvent la frapper. Dans quelle mesure la vaste conurbation est-elle armée pour y faire face ?

    .. à retrouver à partir de : 
    http://geoconfluences.ens-lsh.fr/actus/index.htm

  • Équipe de l'OUI

     

    Responsables de l'Observatoire Urbain d'Istanbul

    -Jean-François PEROUSE(pour plus d'informations cliquer ici, ou sur le nom)

    -Pascal LEBOUTEILLER : responsable de laCartographie

    contact :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ;Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    - Julien PARIS : Doctorant EHESS - CNRS / Architecte DPLG / Master Projets Culturels dans l'Espace Public (Paris I)

    Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / Carnet de thèse : http://devam.hypothèses.org

    - Yoann MORVAN : Post-doc CNRS, Docteur de l'Institut d'Urbanisme de Paris


    Doctorants de l'Observatoire Urbain d'Istanbul

    -Cilia MARTIN: Doctorante BAM (CETOBAC) / Master franco-grec de démographie / Master d'histoire

    - Brian CHAUVEL :Doctorant en sociologie (EHESS)


    Chercheurs associésà l'Observatoire Urbain d'Istanbul:

    - Nora ŞENI 

    - FranckDORSO (Institut d'Urbanisme de Paris)

    - MicheleJOLE (Institut d'Urbanisme de Paris)

    - AntoineFLEURY (CNRS)

    - Didem DANIŞ (Université Galatasaray)

    - Clémence PETIT (Université de Strasbourg)

    - Benoit MONTABONE (Université de Rennes 2)

     

    Possibilités d'accueilà l'Observatoire Urbain d'Istanbul:

    L’IFEA accorde 2 types de bourses : bourses d'aide à la mobilité et bourses de courte durée

    • BAM : la campagne 2011-2012 est close
    • BCD : la campagne 2011 est close
    L'IFEA accueille également des étudiants bénéficiant de bourses TÜBİTAK
    Effectuer un stage de courte durée (n'excédant pas 2 mois) est également possible, et ce tout au long de l'année. Les stages ne sont pas rémunérés.
    Les candidats sont invités à adresser leur curriculum vitae accompagné d'une lettre de motivation précisant le cadre dans lequel s'inscrit ce projet de stage ainsi que les dates envisagées.L'adresse de contact est ifea.istanbul(at)gmail.com


     

    Stagiaires accueillisà l'Observatoire Urbain d'Istanbul:


    Les travaux réalisés par les stagiaires de l'OUI depuis 2002 peuvent être consultés dans la rubrique:

    Documents en ligne - Littérature Grise

     

    Liste des stagiaires et travaux antérieurs :


    - Annabelle LOPEZ (2010). Master 2 Institut Français d'Urbanisme (Université Paris Est), spécialité “Opérateurs urbains”. Projet de rénovation urbaine des quartiers de Fener et Balat à Istanbul : instrumentalisation du patrimine en vue de reconfigurer la péninsule historique.(télécharger le mémoire)

    - Lucie RENOU (mai-juin 2010). Master 2 Institut Français d'Urbanisme (Université Paris Est). Projets de rénovation urbaine : Balat et Suleymanye (Istanbul 2010, Capitale européenne de la culture). (télécharger le mémoire)

    - Marine DEBARD (mars-avril 2010). Master 1 Administration des institutions culturelles (Université Aix / Marseille). Politique culturelles et enjeux d'Istanbul 2010, Capitale européenne de la culture.(télécharger le mémoire)

    -Ceren AKYOS (mars-avril 2010). Université de Galatasaray (Sociologie). Les projets urbains d'Istanbul 2010, Capitale européenne de la culture.(télécharger le mémoire)

    - Alp FERMAN (janvier-février 2010). Chargé de communication du pôle "Développement durable / Sürdürülebilir Kalkinma", avec le soutien de l'Agence Française de Développement (AFD)

    -Murat ULKER (octobre 2009 - janvier 2010). IEP Paris. Transports et pauvreté : le cas d'Istanbul.

    - Annika TÖRNE (novembre 2008 - avril 2009). Traduction/communication. Contact :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    - Marie-Noëlle BATTAGLIA (février - juin 2009) :La construction et l'utilisation d'une mémoire locale "résistante" par les différents réseaux qui structurent le quartier de Küçükarmutlu. Master 1 Politiques publiques et changement social Mention Ville-Territoire-Solidarité, Institut d' Etudes Politiques (IEP) de Grenoble. Contact :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    - Julia BURTIN (février - juin 2009), Les call-shops du quartier de Kadirga, points de rencontre entre différents réseaux migratoires et lieux d'activation de nouvelles solidarités. Master 1 Politiques publiques et changement social Mention Ville-Territoire-Solidarité, Institut d' Etudes Politiques (IEP) de Grenoble.Contact :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    - Ulrike LEPONT (2008), Istanbul, entre ville « ottomane » et « ville monde ». La politique culturelle de la municipalité du Grand Istanbul confrontée aux ambitions municipales d’internationalité, Université de Paris-Sorbonne (Paris IV), UFR de géographie et aménagement Master GAELE, spécialité Mondialisation et dynamiques spatiales dans les pays du Sud, sous la direction de Brigitte Dumortier. (télécharger le mémoire)

    - Cécile GOURSAT (Printemps 2007)

    - Cécile NOURIGAT (Printemps 2007), Le rôle d'une institution nationale, le Devlet Planlama Teşkilatı, dans la mise en place des prémisses de la politique régionale en Turquie selon les normes européennes,sous la direction de Hamdi Gargin. (télécharger le mémoire)

    - Laurent SCHIRMEYER (Printemps 2007)

    - Annette BOZARGAN (Eté 2006), Lesvapurd'Istanbul: un espace public en suspens.(télécharger le mémoire)

    - Yıldız KOÇ (Printemps 2006),Les stratégies de réponses des acteurs d’Istanbul  au tremblement de terre : Étude de cas. Université Louis Pasteur Strasbourg, Faculté de Géographie et d‟Aménagement , Maîtrise de Géographie Humaine.(télécharger le mémoire)

    - Ciğdem AKSU (Hiver 2006)

    - Ilker ÇAKAL (Hiver 2006)

    - Jérémie BRASSAC (Eté 2005)

    - Caroline FABIANSKI (Eté 2005), L'eau dans une perpective de développement durable à Istanbul, la prise en charge de la pauvreté,Maîtrise d'économie des transports et aménagement du territoire, Université Lyon 2.(télécharger le mémoire)

    - Thomas ROUSSEAU (Printemps 2005)

    - Elsa MEKKI-BERRADA (Printemps 2005)

    - Julien GROUILLER (2005),La reconversion de la centrale électrique Silahtarağa à Istanbul. Analyse d’une opération de reconversion de friche industrielle urbaine au travers de ses références et des acteurs impliqués.Maîtrise d'urbanisme et d'aménagement, Paris VIII. (télécharger le mémoire)

    - Yıldız KOÇ (Hiver 2005)

    - François DOUDET (Hiver 2004-2005)

    - Ceren İNAN (Eté 2004)

    - Hamdi GARGIN (Eté 2004)

    - Derya ÖZEL (Eté 2004), Politiques urbaines et patrimonialisation : quelle représentation de l'héritage architectural. L'exemple de la péninsule historique Eminonü - Fatih, Istanbul,(télécharger le mémoire)

    - Ladislas SEVESTRE (Eté 2004)

    - Ceyda BAKBAŞA (Eté 2004)

    - Caroline FABIANSKI (Eté 2004)

    - Samuel ANTOINE (Eté 2004)

    - Julien DAVID (Printemps 2004),Cités privées à Istanbul.

     

  • Éric Verdeil - Kentler ve enerji. Yeni kentsel politikalar : Arap ülkelerinden örnekler : 07/03/2011

    Eric Verdeil (CNRS araştırmacısı) 
    "Kentler ve enerji. Yeni kentsel politikalar : Arap ülkelerinden örnekler"

  • Éric Verdeil - Villes et enjeu énergétique. Vers de nouvelles politiques urbaines? Exemples de quelques pays arabes : 07/03/2011

    Conférence
    Lundi 7 mars 2011 à 18h à l’IFEA
    " Villes et enjeu énergétique. Vers de nouvelles politiques urbaines? Exemples de quelques pays arabes."
    Eric Verdeil (CNRS)
    Intervention en français.

  • Excursion urbaine du 16 décembre 2010 : Kurtuluş

    Rédigé parCilia Martin

    Compte-rendu de l'excursion urbaine du 16 décembre 2010 :


    Marchandage identitaire à Kurtuluş


    Dans la suite de nos excursions urbaines, le quartier de Kurtuluş est un exemple des dynamiques et territoires commerciaux d’Istanbul observables dans un ancien quartier. Ici, les différentes offres commerciales correspondent à diverses formes d’appropriation du territoire qui passent notamment par une mise en scène de l’identité.

    Ancien quartier minoritaire rum dont les premières installations remontent au 16ème siècle, Kurtuluş, anciennement désigné sous le nom de Tatavla, n’est encore qu’un village à la fin du 19ème siècle. Un village centré autour de son église principale mais qui commence à s’étirer vers le nord, le long d’un axe, celui de la grande rue de Tatavla ou Tatavla Caddesi, qui deviendra ensuite Kurtuluş caddesi.

    La visite du quartier commence par l’avenue de Kurtuluş. Avenue phare du quartier,  première à être électrifiée, desservie en eau et où le tramway circule dès 1911, elle cristallise les phénomènes démographiques, économiques et sociaux, eux-mêmes en grande partie suscités par les mobilités qui saisissent tout le quartier, surtout à partir des années 1950.

    Les mutations de commerce

    L’histoire des mutations de commerce sur l’avenue est avant tout une histoire de changement de propriétaires, '‘el değiştirmek’'. Les Rumavaient le monopole du commerce sur l’avenue jusqu’à leur départ de Turquie. Précipités par les évènements de 1955, ils vendent leurs magasins à d’autres minoritaires, des Arméniens pour la majorité. La passation entre Rumet Arméniens est un indice d’une proximité intercommunautaire (les mariages mixtes en sont un autre). Le passage de Feriköy, anciennement passage de l’Atlas, situé tout en haut de l’avenue, illustre cette transmission des commerces, notamment dans le secteur de la chaussure. Le propriétaire du passage était rum. Après 1955, il vend un par un, les locaux du passage en grande partie à des Arméniens. Aujourd’hui encore 2 boutiques sur une quinzaine sont tenues par des Arméniens. Bien que Tatavla ait été un quartier réputé pour ses fabricants et magasins de chaussures, ils sont aujourd’hui beaucoup moins nombreux et vendent leurs chaussures fabriquées dans les usines d’Ikitelli.

    p1030194

    A l’entrée du passage de Feriköy, l’enseigne d’un magasin de chaussures datant de 1964.

     

    Relocalisation des anciens commerces et arrivée de nouvelles enseignes

    L’avenue est par ailleurs le théâtre d’une relocalisation des commerces à l’instar de la pâtisserie Nazar. Cette pâtisserie tenue par un Rumdans les années 1940, se trouvait d’abord en face de son emplacement actuel, trois numéros plus haut. Dans les années 1960, l’immeuble fut rasé et le propriétaire délocalisa sa boutique trois numéros plus bas. Au changement de propriétaire, le nouvel acquéreur déplaça l’enseigne de l’autre côté de l’avenue. Ces sauts de puce étaient fréquents selon les dires des anciens commerçants. Parallèlement cette ancienne logique commerciale qui subsiste, de nouveaux types de commerces apparaissent depuis les années 1980. Ce sont entre autres des magasins franchisés dans le secteur alimentaire (DİA, ŞOK, ÜÇLER) électroménager, (ARÇELİK, İSTİKBAL) bancaire. L’exemple le plus visible est celui de  Migros qui s’installe, au début des années 1990, juste au commencement de l’avenue récemment remplacé par Carrefour.

    Les magasins franchisés s’installent sur l’avenue

    Enfin, l’ancienne offre commerciale s’adapte à une nouvelle demande Apparaissent par exemple des salons de toilettage pour chien, des pharmacies qui vendent du viagra, des call-shops qui indiquent l’arrivée de nouveaux habitants et traduisent un nouveau style de vie.

    p1030215

    Offre adaptée à une nouvelle demande : viagra en vitrine de pharmacie, toiletteur pour chien

     

    Mise en scène de la diversité

    Certains magasins affichent sur leur enseigne l’origine géographique de leur premier propriétaire. Cela témoigne d’une part de la volonté d’ancrage territorial exprimé par des habitants issus en majorité du mouvement migratoire des années 1960-1970. Toujours dans le même ordre d’idée, l’implantation d’un bakkala été pour les familles originaires par exemple de Kastamonu, Erzincan et Sivas le premier point d’ancrage dans le quartier. Lieu de sociabilité, le bakkala ainsi légitimé leur présence. De même, les associations de pays (Hemşehir) représentant les Erzincanlı, dont la première date de 1952, participent à cette appropriation de l’espace. D’autre part, l’affirmation identitaire participe de l’image de marque de certains produits tels que les baklavas de Gaziantep.

    p1030213 p1030214

    Par le jeu des identités et d’une ancienneté (1965), Göreme devient une référence en matière de laitage.

     

    Mise en mémoire du quartier

    Kurtuluş est l’objet de plusieurs récits de quartier qui ont entrainé une réactivation de l’identité minoritaire. Cette dernière se manifeste depuis trois ans par la revitalisation d’une ancienne pratique collective :le carnaval. Temps fort de la vie sociale, il se déroulait pendant trois jours et réunissait les habitants d’autres quartiers qui venaient se divertir sur la place de Kurtuluş et dans ses nombreux music-halls (Yasemine gazinosu, Ali gasinosu, Bijou, Ararat…). Alors qu’aujourd’hui les music-hall ont été remplacé par Carrefour, le carnaval est ressuscité par des acteurs étrangers à l’ancienne communauté rumdu quartier qui participent ainsi à la folklorisation de l’identité rum.

    'Tatavla dürüm evi'

    Enfin, l’entreprise immobilière OFTON se sert aussi de cette image folklorique pour vendre son projet ‘'Elysium Cool Kurtuluş'’ en s’appuyant sur le mythe de la mosaïque urbaine.

  • Excursion urbaine du 21 avril 2011 : Bayrampasa

    Rédigé par Julien Paris.

    Compte-rendude l'excursion urbaine du 21 avril 2011 :

    Dans le ventre d’Istanbul :

    Le marché de gros de fruits et légumes de Bayrampaşa

     

    Dans le cadre des excusrions urbaines ayant pour thème l’urbanisme commercial, l’Observatoire Urbain a organisé une visite le 21 avril 2011 dans le plus important marché de gros en fruits et légumes d’Istanbul, celui de Bayarampasa. Ce marché a pour rôle de nourrir la rive européenne d’une ville de plus de 13 millions d’habitants, consommant près de 60% de la production nationale de fruits et légumes, ce qui lui vaut de pouvoir être qualifié de véritable « ventre » d’Istanbul.

    img_5232 img_5226

    Le marché de Bayrampasa, durant une heure creuse de la matinée

    Situation géographique

    Le marché de gros –Istanbul Meyve ve Sebze Hali, ouMeyvehos- est situé au nord-ouest du noeud autoroutier de Bayrampasa, où se croisent l’autoroute O3 (axe E-O rejoignant la TEM) et l’axe routier Nord-Sud rejoignant la gare routière d’Esenler (Otogar Baglanti Yolu). On retrouve autour de ce noeud:

    • Au Nord-Est : le centre commercial « Forum Istanbul », comprenant IKEA, Pratikler, un mall, et l’aquarium Turkuazoo, ainsi qu’une station de métro desservant le tout ;
    • Au Nord-Ouest : le marché de gros en fruits et légumes, le marché de gros en produits laitiers (Megacenter) lui faisant face, ainsi qu’un projet d’hôtel 7 étoiles ;
    • Au Sud de l’O3 : le centre commercial Carrefour Bauhauss et la gare routière d’Esenler, et leurs stations de métro correspondantes.

     

    Le marché de gros occupe à Bayrampasa un espace de presque 287.000 m2, terrain qui jusqu’en 1986 était occupé par des champs. Le marché de gros se trouvait auparavant entre Eminönü et Unkapani, ce jusqu’à ce que les bâtiments disparaissent dans l’incendie d’Unkapani en 1971.

    img_5224 dsc05063

    Vue des parkings de desserte

    Fonctionnement et organisation

    Deux marchés de gros se partagent le rôle de distributeurs en fruits et légumes à Istanbul : Bayrampasa sur la rive européenne et Icerenköy sur la rive asiatique. Bayrampasa est de loin le plus important des deux, centralisant 571 magasins (contre 193 à Icerenköy) sur une superficie de 287.000 m2 (contre 54.000 m2 à Icerenköy). On y achète et revend environ 80 types de légumes, 50 types de fruits, et 20 autres types de marchandises importées.

    Le marché de gros de Bayrampasa a pour particularité d’être géré par la mairie du Grand Istanbul (IBB), propriétaire du terrain, par le biais du Directoire du Marché de gros de la Mairie Métropolitaine d’Istanbul,. L’IBB se charge à la fois de l’entretien, du contrôle du flux de visiteurs et du contrôle des prix des produits.

    Le marché de gros est situé sur un terrain envallonné, les rangées de bâtiments longilignes suivant les lignes de niveau. On retrouve en haut le parking visiteurs, la mosquée, les bureaux de l’administration d’IBB, et une grande variété de produits frais (agriculture traditionnelle et « bio »). Plus bas dans la vallée les produits sont moins fragiles et ce sont plutôt les patates, le riz et les oignons qu’on retrouve en majorité.

    L’espace est à la mesure des besoins alimentaires d’une ville comme Istanbul : le marché de gros est censé pouvoir accueillir 6000 à 8000 camions par jour, pour un volume de vente quotidien de 15 à 20 milliers de tonnes de produits, soit un volume annuel allant jusqu’à 2 millions de tonnes. Le parking en lui-même avec sa capacité de 800 places pour les visiteurs, les employés et les acheteurs, donne une idée de l’intensité de cette activité.

    L’ensemble des visites et passages est concentré sur quelques plages horaires très denses, dont un pic entre 3h et 5h du matin. Cette affluence est contrôlée par un dispositif de caméras et l’enregistrement des entrées et sorties de véhicules.

    Le contrôle du flux routier se double d’un contrôle des prix en temps réel. Les travaux de modernisation et d’informatisation du parc de revendeurs lancés en 2007 par l’IBB ont permis au marché de gros de se convertir en une véritable bourse des fruits et légumes, les prix étant retransmis sur les postes des revendeurs et affichés dans les couloirs du bâtiment central de l’administration. Cette centralisation n’est pas neutre dans la mesure où les transactions sont sujettes à une taxe perçue par l’administration gestionnaire, l’IBB. Naturellement certaines transactions cherchent à échapper à cette centralisation, alors que l’IBB cherche à finir l’informatisation de l’ensemble du parc.

    dsc05072

    Vue d'une des travées du marché de gros en rénovation

    Historique rapide du marché de gros

    Le premier marché de gros d’Istanbul – Yemis Iskelesi - a été construit en 1935, son achalandage étant assuré par trains et par voie maritime. Jusqu’alors le commerce de fruits et légumes n’était pas centralisé et les producteurs de la région arrivaient à la gare d’Hayderpasa par train, puis allaient en carriole ou à pied sur leur lieu de vente.

    Les techniques d’emballage (de plus en plus standardisées) et les techniques de fret évoluant (essentiellement par la route, par bateau et par train), un marché de gros permettant de centraliser la distribution est construit sur la rive asiatique (Yemis Iskelesi). La population d’Istanbul et la demande augmentant, le site s’étend et est ensuite transféré à Zeytinburnu puis à Unkapani, et enfin à Bayrampasa en 1986. En 1997 le marché de Bayrampasa intègre l’ensemble des bureaux des « brokers » qui étaient restés sur les sites précédents, et centralise alors l’ensemble des activités de vente de gros de fruits et légumes pour la partie européenne d’Istanbul.

    L’urbanisation de cette partie de la ville, marquée par la présence des centres commerciaux aux alentours, du réseau routier et de la gare routière, transforme la vocation première du marché de gros. Le marché de Bayrampasa cherche maintenant à intégrer des activités de services (centre de congrès, restaurants), faisant ainsi écho aux nouveaux projets de construction tel cet hôtel 7 étoiles halal en bordure d’autoroute, le Caprice Gold Hotel (conforme aux règles islamiques).

    Image de synthèse du projet de l'hôtel Caprice

    L’association professionnelle ISMEYDER

    Après une visite guidée des bureaux du Directoire assurée par deux fonctionnaires de l’IBB, nous avons pu rencontrer Nevdaz Dayak, président de l’association de producteurs ISMEYDER. Nevdaz Dayak est un personnage : d’origine kurde, au caractère trempé, il s’enorgueillit de son parcours « depuis bas de l’échelle » lui ayant permis de passer du simple manutentionnaire au statut de propriétaire de plusieurs boutiques (certaines spécialisées dans des produits « bio »), et de représentant des vendeurs de Meyvehos.

    L’association ISMEYDER est une association non gouvernementale représentant le secteur de la vente en gros de fruits et légumes ; il semble qu’elle soit la plus importante ONG dans ce secteur. Son rôle est de négocier avec l’IBB les conditions de travail et de vente des différents producteurs, et de participer aux débats et projets concernant le secteur. L’association a des représentants à la Chambre de Commerce d’Istanbul (ITO), au comité sur les fruits et légumes de la Chambre du Commerce, ainsi qu’au Conseil du Directoire du Marché de gros de la Mairie Métropolitaine d’Istanbul, l’institution gestionnaire du parc.

    En mettant de côté le style technocratique du discours qui nous a été tenu on pourrait résumer les projets d’ISMEYDER pour le marché de gros en deux mots : produire plus. Cette perspective se justifie de deux manières : la population d’Istanbul continue d’augmenter, et le marché européen commence à s’ouvrir.

    hal2

    Le nouveau marché de gros de Bursa, vue aérienne et de l'intérieur

    Un projet de délocalisation d’une partie des activités de Bayrampasa a d’ailleurs vu le jour en 2006 à Bursa (voir image plus haut). Ce nouveau lieu illustre ce processus de décentralisations successives des activités de commerce de gros (dans ce cas Yemis Iskelesi, puis Unkapani, puis Bayrampasa), leur périphérisation, et le rôle de ce processus dans la poly-centralisation de la cité.

    Peut-être là encore une marque de la métropolisation gargantuesque d’Istanbul, dont l’appétit va jusqu’à engloutir les villes environnantes ?


    Liens internet

    Site de la Mairie du Grand Istanbul :
    http://www.ibb.gov.tr/sites/haller/en-US/Pages/MainPage.aspx

    Site Ismeyder :
    http://www.ismeyder.org.tr/

  • Excursion urbaine du 25 novembre 2010 : les hans d'Eminönü

    Dans les Han d'Eminönü, excursion du jeudi 25 novembre
    avec Jean-François Pérouse et Mathilde Pinon.

     

     

  • Excursion urbaine du 31 janvier 2011 : Başakşehir

    Rédigé par Cilia Martin et Clémence Petit. VidéoJulien Paris

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Compte-rendu et vidéo de l'excursion urbaine du 31 janvier 2011 :

     

     

    TOKI au service des « banlieues de l’Islam »

     

    Stratégies de déconcentration aux périphéries, aux dépens du foncier public.

     

    {flv width="512"}31012011_Visite_basaksehir{/flv}

     

    p1030215 p1030215

     

    Le premier arrêt s’est effectué, juste au sortir du TEM (deuxième périphérique autoroutier), dans le quartier de Gazi, ancien quartier de gecekondu jadis réputé pour abriter des organisations d’extrême gauche et une importante communauté alévie. Profitant des nombreuses amnisties votées dans les années 1980-1990, les habitants ont progressivement remplacé leurs gecekonduspar des immeubles de 5 ou 6 étages, ce qui a conduit à la verticalisation du quartier. Gazi a aussi été rendu célèbre par la médiatisation d’émeutes qui ont éclaté dans le quartier en mars 1995 en réaction à des provocations des forces occultes de l’ "Etat profond" causant des dizaines de morts. Suite à ces événements, les pouvoirs publics ont cherché à normaliser la situation en construisant un axe routier qui ceinture le quartier ainsi qu'un mall aujourd’hui en chantier.

     

    p1030215 p1030215

    Les Avrupa Konutları, construits par Toki entre 2008 et 2010 font face aux immeubles et aux quelques gecekondus résiduels

     

    Sur la route historique d’Edirne Asfaltı, dans le nouvel arrondissement d’Arnavutköy, la cité MILKENT est un projet initié par la mairie qui propose pour la somme de 150 000 USD des appartements permettant aux heureux acquéreurs de vivre en communion avec la nature sans sacrifier leur confort.

     

    p1030215 p1030215

     

    Non loin de là, à 30 kilomètres de Sultanahmet, le projet social réalisé par TOKI ‘Taşoluk konutları’ était à l’origine destiné à accueillir des populations vivant auparavant dans la péninsule historique, dont le quartier a fait l’objet d’une opération de transformation urbaine. 360 de ces logements étaient réservés aux anciens habitants de Sulukule qui possédaient un titre de propriété. Toutefois, les populations doivent disposer d’un revenu mensuel régulier suffisant leur permettant de s’acquitter des mensualités du crédit mis en place par TOKI, chaque logement coûtant au total 10 000 euros.  De plus, le trajet de Taşoluk à Sultanahmet en mini-bus et tramway dure une heure et demi environ et peut coûter jusqu’à 200 lires par mois. Aujourd’hui, il ne reste plus que six familles originaires de Sulukule. Les autres, qui continuaient à se rendre chaque jour dans la péninsule, ont revendu leur logement et louent désormais une chambre dans un des quartiers voisins de Sulukule. Il ne reste que 5 familles relogées à Taşoluk, sur les 360 initialement.

     

    p1030215

    p1030215 p1030215

     

    Le paysage illustre un isolement géographique et social qui contraste avec le paysage de la péninsule historique. 

     

    Au bout de la route de Taşoluk, se dresse la mosquée de Taşoluk Yeşil Camii. Cette mosquée, liée à la confrérie Nakşibendis, est un élément clé du projet imaginé par les élus du parti du Refah (ancêtre de l’AKP) dès leur accession à la municipalité du Grand Istanbul en 1994. Effectivement, avec ses six minarets et sa capacité de 12 000 fidèles, elle concurrence la grande mosquée Sultanahmet. Elle symbolise ainsi la volonté des édiles locaux de faire de Arnavutköy – promu arrondissement en mai 2008 - un nouveau pôle d’un Istanbul plus religieux.

     

    p1030215

     

    Ce grand projet de ‘banlieue de l’Islam’  - selon la terminologie du Refah en 1994 - s’illustre aussi d’une certaine manière dans le chantier de construction de TOKI à Kayabaşı. L’objectif est d’accueillir une partie de la population de la péninsule historique dans le cadre d’un projet de déconcentration et de touristificatrion du centre historique d’Istanbul. En effet, ce complexe résidentiel comptera 60 000 logements, ou 1/3 des logements de la péninsule historique. Il renferme une mosquée, une école primaire, secondaire et un mall.  Enfin, il offre une diversité de logements exclusivement destinés à la vente. Les personnes relogées se verront proposer un logement à 20 000 lires tandis que les potentiels propriétaires devront débourser la somme de 35 000 lires.

     

    p1030215

    p1030215 p1030215

     

    La visite se conclut par une traversée de la ville nouvelle de Başakşehir, premier jalon du projet de “cité de l’Islam” dont la première phase a été réalisée en 1996 par KİPTAŞ (entreprise de construction liée à la municipalité métropolitaine d’Istanbul). Parmi les derniers développements de la cité, on trouve des logements construits par OYAK, entreprise de construction de l’armée qui diversifie ses activités en construisant pour la première fois des logements destinés aux civils. L’extension rapide de Başakşehir menace les gecekondusalentours de Şahintepe, ainsi que les logements à caractère social réalisés à la fin des années 1990 pour les immigrés de Bulgarie et les victimes du tremblement de terre de 1999.

     

    p1030215

     

  • Excursions urbaines 2008-2009

    "Autour et au long du Marmaray in progress : avancement du chantier, problèmes soulevés, débats, opportunités ouvertes et jeux d'anticipation"
    marmaray.jpg
    En rouge et blanc: tracé du Marmaray(source: www.marmaray.com )
    "Chantier du siècle à certains égards, par sa portée symbolique, son coût, ses dimensions, son ampleur et ses implications, le Marmaray, qui ne se réduit pas au tunnel sous le Bosphore déjà achevé, a déjà commencé à transformer la métropole à de multiples égards. Par ces visites, il s'agira donc de suivre le tracé du chantier, pour voir, à l'échelle des quartiers traversés, les répercussions de ce grand projet trop souvent abordé de manière générale et désincarnée, alors qu'il affecte d'ores et déjà la vie quotidienne de centaines de milliers de personnes à l'heure actuelle."
    Terrains des excursions : HALKALI, YEDİKULE, YENİKAPI, SİRKECİ, SARAYBURNU, ÜSKÜDAR,SÖGÜTLÜCESME, KARTAL et GEBZE
    Les excursions sont orchestrées par Jean-François Pérouse.

  • Excursions urbaines 2010-2011

    Territoires et dynamiques commerciales d'Istanbul

    A l’heure où la loi sur l’urbanisme commercial est encore en discussion au parlement turc, l’idée des excursions urbaines de cette année est d’observer des dispositifs commerciaux, et d’interroger les dynamiques commerciales et le jeu des acteurs d’un secteur polymorphe si central/vital pour l’économie stambouliote. Des formes “traditionnelles” de la péninsule historique aux formes plus récentes des péricentres et périphéries, du commerce banal au commerce plus rare, du détail au gros ou demi-gros, le commerce revêt une grande diversité et semble en permanente recomposition.

    Du lien entre quartier et offre commerciale de proximité – autour de la figure de l’esnaf, gardien « naturel » de l’intégrité et de la bonne moralité du quartier – , comme entre recompositions périphériques et délocalisation du commerce de gros ou émergence de grandes surfaces, le commerce est un révélateur et un moteur des transformations urbaines en cours, comme des reconstructions nostalgiques du passé. La gentrification de Galata s’exprime dans l’offre commerciale comme la normalisation de Gazi.

    Retournant aux fonctions initiales de la ville, on s’attachera ainsi á voir Istanbul á travers ce prisme de l’offre et des dynamiques commerciales, en prenant en compte á la fois les mutations de l’offre, de l’inscription dans la ville, celles des pratiques de consommation, celles des modes de fréquentation, ainsi que l’évolution du capital et des investissements.

     

    PROGRAMME DES SORTIES

    Mois deNovembre
    Dansles Han d'Eminönü, excursion du jeudi25 novembre 2010
    avec Jean-François Pérouse et Mathilde Pinon.
    Départ 9h00 de l'IFEA.
    (Voir la vidéo ICI)

    Mois deDécembre
    Dans le quartier deKurtuluş, excursion du16 décembre 2010
    avec Jean-François Pérouse et Cilia Martin.
    Départ 9h00 de l'IFEA.
    (Voir le compte-rendu ICI) - FR
    (Voir le compte-rendu ICI) - TK

    Mois deJanvier
    LesMall Automobiles,excursiondu11 janvier 2011
    avec Jean-François Pérouse et Yoann Morvan
    Départ 9h00 de l'IFEA.
    (Voir le compte-rendu ICI) - FR
    (Voir le compte-rendu ICI) - TK

    Mois deFévrier
    AIlkitelli, excursion du22 février 2011
    avec Jean-François Pérouse
    Départ 9h00 de l'IFEA.

    (Voir le compte-rendu ICI) - FR
    (Voir le compte-rendu ICI) - TK

    Mois deMars
    AUmkapanı, visite de
    Istanbul bakkallar odası (chambre des épiciers d'Istanbul) du 24 mars 2011
    avec Jean-François Pérouse
    Départ 9h00 de l'IFEA.
    (Voir le compte-rendu ICI) - FR

    Mois d'Avril
    Dans les halls de Bayrampaşa,excursion du 21 avril 2011
    Le marché de gros en fruits et légumes le plus important d'Istanbul, ou le "ventre" d'Istanbul.
    avec Jean-François Pérouse
    Départ 9h00 de l'IFEA
    (Voir le compte-rendu ICI) - FR

    Mois deMai
    ABakırköy,excursionprévue le 26 mai 2011
    Du premier shopping mall de Turquie (Galleria) à un des derniers en date, soit 2 générations de centres commerciaux dans un arrondissement très "classe moyenne" où la consommation est devenu un mode de vie.
    avec Jean-François Pérouse et Yoann Morvan
    Départ 9h00 de l'IFEA
    (Voir le compte-rendu ICI) - FR

    Mois de Juin
    Autour de Sabiha Gökçen, excursionprévue le 9 juin 2011
    avec Jean-François Pérouse
    Départ 8h30 de l'IFEA

  • Film gösterimi: Ekümenopolis - 25/05/2011

    "Bellek ve kentsel hareketlilik" Semineri
    25 Mayıs Çarşamba, saat18:00’da, IFEA’da,
    Ekümenopolis, a city without limits (İmre Azem, film gösterimi)
    Türkçe projeksiyon.

  • Harita Atölyesi'nin Tanıtımı

    İstanbul Şehir Gözlem Merkezi ve IFEA Harita Atölyesi’nin birincil misyonu IFEA’nın yüzlerce orijinal ve çoğaltılmış (kağıt ve dijital olarak) harita koleksiyonunu yönetmektir (restorasyon, halkın kullanıma sunma, değişim politikası). Kağıt harita fonunun bir katalogu mevcuttur ve en değerli belgeler restorasyondan sonra kullanılabilmesi için dijital ortama aktarılmıştır.

    İstanbul ve Türkiye üzerine olan dijital plan ve haritalardan oluşan bir veri bankası oluşturulmaktadır. Harita Atölyesi Coğrafi Bilgi Sistemi’ne (CIS) sahiptir. Harita Atölyesi kendi araştırmacılarına olduğu kadar genel olarak İstanbul ve Türkiye üzerine çalışan araştırmacılara hizmet sağlamaktadır (istatiksel ya da diğer verilerden yola çıkarak tematik haritaların oluşturulması). CIS sistemiyle bir bilgi ve belge merkezi olan OUI’de toplanan bilgilerin düzenli ve kolay bir şekilde güncellenmesi sağlanarak, coğrafi araştırma yapanlara güncellenmiş ve kalıcı bilgiler sunulmasını sağlar. Harita atölyesi son dönemlerde gerçekleştirilen Türkiye ve İstabul harita fonlarından yola çıkarak tematik haritalar gerçekleştirebilmekte ve nümerik olarak orijinal çalışma elgeleri sunmaktadır (CD’ye taranmış eski ya da yeni haritalar).

    russe istanbul s

    Harita Atölyesinin Yayınları :

    CDROM "L'atlas électronique de la croissance d'Istanbul du XVIIIème siécle à nos jours" (version Française 30 juin 2005 - version Turque et Anglaise à paraitre en 2010)
    CDROM "Atlas de l'Empire Ottoman" - Hellert - MMSH - CNRS et IFEA 2007
    "Les plans d'assurance-incendie de Charles Edouard Goad (Istanbul)", Mairie d'Istanbul / ifea - 2008, livre grand format
    CDROM "Atlas Kiepert d'Asie Mineure" - en cours de publication 2009/10, MMSH - CNRS et IFEA

    pochette atlas

  • J.-F. Pérouse : Mülk Allahındır ('This House is God's Property') Legitimizing Land Ownership in the Suburbs of Istanbul

    Jean-François Pérouse : Mülk Allahındır ('This House is God's Property') Legitimizing Land Ownership in the Suburbs of Istanbul in M. Ababsa, B. Dupret, E. Denis (dir.) Popular Housing and Urban Land Tenure in the Middle East: Case Strudies from Egypt, Syria, Jordan, Lebanon, and Turkey, The American University in Cairo Press october 2012, 352 p., ISBN 9789774165405

    Abstract :

    Mülk Allah'indir est une phrase souvent inscrite sur la façade des immeubles auto-construits des périphéries d'Istanbul. Cette affirmation constitue une manière de légitimer lesdites constructions, en se référant à l'ordre de l'au-delà, implicitement sensé avoir le primat sur celui d'ici-bas, plus inique. Or le changement d'attitude des pouvoirs publics vis-à-vis de l'habitat " illégal " que l'on note depuis le début des années 2000 - dans le sens d'une plus grande intolérance - a pour effet de mettre en concurrence des ordres différents de légitimation de la propriété ou de l'usufruit du sol urbain (en voie de raréfaction). Dans ce contexte, cet article s'emploie à analyser les modalités actuelles de production de l'illégalité foncière et les modes de légitimation développés par les "occupants " menacés par les transformations enregistrées par le marché foncier. L'extrême relativité et labilité de la légalité foncière, produit d'un rapport de forces entre acteurs aux intérêts variés et changeants, ressort de l'analyse proposée.

  • Jean-François PEROUSE

    Jean-François Pérouse

    Maître de conférences à l’Université Toulouse-II, Habilité à Diriger des Recherches (HDR) depuis le 30 juin 2009

    Directeur de l'IFEA 2012-2017

    Titres universitaires français : Ancien Elève de l’ENS, Agrégation de géographie, D.E.A. "Géographie et Aménagement" (Paris-IV), D.E.A. "Histoire et Civilisations" (E.H.E.S.S.), Diplôme des Langues-Orientales (Turc) et Doctorat de géographie et aménagement "D'Angora à Ankara (1919-1950) : la naissance d'une capitale", thèse soutenue en janvier 1994, à l'Université de Reims-Champagne-Ardenne, sous la direction de M. BAZIN.

  • Jean-François Pérouse - Autour d'Istanbul 2010 : acteurs locaux émergents et compétitivité urbaine : 24/05/10

    “Autour d'Istanbul 2010 : acteurs locaux émergents et compétitivité urbaine ”
    Lundi 24 mai 2010 à 19h à l'IFEA
    Jean-François Pérouse
    (Observatoire Urbain d'Istanbul / Université de Galatasaray)
    "Les projets urbains d'Istanbul 2010"
    http://www.istanbul2010.org/index.htm

  • Julien PARIS

    blog Hypothèses : http://devam.hypotheses.org
    mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    tél : +90 0212.244.17.17 (poste : 116)
    Contrat doctoral CNRS

    Sujet de thèse :

    « Coopérations et partenariats du développement culturel et métropolitain. Ce que nous apprend Istanbul des interactions entre politiques culturelles privées et publiques et le territoire. »
    Thèse de doctorat effectuée à l'EHESS (Histoire et civilisations, CETOBAC) sous la direction de Nora Şeni. No FCT : P0060168

  • La création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines en Turquie par la modification de la loi n.5779 ou le triomphe écrasant de l'urbain dans l'ordre de gestion territoriale

    Le 11 novembre 2012 la Grande Assemblée Nationale de Turquie a finalement – après des débats très houleux et même violents – adopté une loi relative à la création de 13 nouvelles municipalités métropolitaines (Büyükşehir Belediyesi), qui s'ajoutent aux 16 existantes, instituées à la suite de la loi sur les municipalités métropolitaines de 1984. Les nouvelles municipalités métropolitaines sont Tekirdağ, Balıkesir, Manisa, Aydin, Denizli, Muğla, à l'ouest du pays; et Trabzon, Hatay, Şanlıurfa, Kahramanmaraş, Mardin et Van, à l'est.

    depart metropolises

    Lire la suite sur Dipnot

  • Les plans d'assurance d'Istanbul de Charles Edouard Goad (2007)

    goad_kadikoyLes plans d'assurance d'Istanbul de Charles Edouard Goad (1904-1906)”(IBB - IFEA, Décembre 2007/ Mise en vente mai 2008)

    Publication : « Les plans d'assurances à Istanbul de Charles Edouard Goad » Dec 2007 (collaboration entre l'observatoire urbain de l'IFEA et la direction des musées et bibliothèques de la grande Mairie d'Istanbul : IBB). JF Perouse - P Lebouteiller

  • M. Henry E. Chiti A. Santilli C. Deweerdt - Reconsidering Alexandrian cosmopolitanism : 20/12/10

    Séminaire "Mémoires et mobilités urbaines"
    Lundi 20 décembre 2010 à 18h00 à l’IFEA

    Intervenants de l'IREMAM (Aix en Provence) et l'IFAO (Egypte) : Mélanie Henry, Eléna Chiti, Anthony Santilliet Charlotte Deweerdt.
    "Reconsidering Alexandrian cosmopolitanism : New temporalities and qualitative social science perspectives".
    Interventions en anglais

  • Modern Kenti doğaçlamak: Yapanlar, Mimarlar ve Kurgulayanlar Yuvarlak Masa Toplantısı - 07/12/2012

    Konu

    Kentin son elli yıldır yapımına damgasını vuran gecekondu olgusu çoğunlukla bir sorun olarak görülmüştür; şehrin görüntüsünü bozan, işgalci bir yıkım gücü. Halbuki, doğaçlama usülü kent yapımı diye adlandırabileceğimiz bu süreç kente göçle gelenlerin barınma ihtiyaçlarını çözmek üzere tüm kültürel sermayelerini ve insiyatiflerini ortaya döktükleri bir yaratıcılık konusu olarak da ele alınabilir. Gecekonduda basit bir barınma ihtiyacından yola çıkılarak insanların bizzat yarattıklarının bir bina olmanın çok ötesinde bir yaşam alanı, bir mahalle, bir kent parçası olduğunu görüyoruz. Doğaçlama kent yapımı sürecinde insanlar yarattıkları her bir dokunun bilgisine ve hafızasına sahipler, bu yüzden yarattıkları yaşam alanlarının kendileri için anlamı var. Her bir çivisinden, akrabanın ordaki evinin çatısına, hemşerinin bakkalına, ordan da çıkması zahmetli tepesine ve taşan deresinin getirdiği çamuru aşılarak yürünen sokaklarına kadar her yönü ile ve duygusal bir şekilde hatırlanan bir kent dokusu yaratılan. Gecekondunun ifade ettiği bu doğaçlama kent yapımında mimar ya da tasarımcıyı fazla göremiyoruz. Tasarımcının bu sürece girememesi söz konusu (ya da kendisini soyutlaması) şimdiye kadar; ya ideolojik ve kültürel nedenlerle ya da tamamen finansal nedenlerle, zira gecekonducuların mimari proje için paraları olmadı hiç bir zaman. Bugün, artık milyonlarca metrekareler, trilyonlarca liralar, kimbilir ne kadarlık beklentilerle ilerleyen kentsel dönüşüm, her bir hamlesiyle bu değersiz addedilen ve tiksinti ile bahsedilen gecekondu kültürünü derinlere gömüyor. Tüm yönleriyle önden tasarlanmış yaşam kurguları ile tepeden inen modern kent, doğaçlama kent yapmak kültürünün tam tersine insanın yaşadığı yere ilişkin ortaya koyabileceği yaratıcılığına ihtiyaç duymuyor. Kentsel dönüşüm, tamamen pazar mekanizmasının diktasında, alış-satış, rant, getiri-götürü hesapları üzerinden şekillenen modern kent parçalarını mevcut gecekondu mahallelerine monte ediyor. Pazar mekanizmasının bu kadar baskın ve tek söz sahibi olması modernden kastedilenin de olabileceğinden çok daha daralması anlamına geliyor: insanlara araba park yeri, yürüme yolu, havuzu, görmelik bahçeleri ve iki artı birleri ile hazır paketler şeklinde sunulan komfor, güvenlik ve düzen vaadinin ötesine geçemiyor modernlik. Kentsel dönüşümün işaret ettiği bu modern kent yapımında mimar ve tasarımcıya bu sefer önemli bir rol düşüyor: projeleri satılabilir kılmak, markalaştırmak, bir diğer deyişle meşrulaştırmak. Bu süreçte esamesi artık okunmayan kentlinin kendisi. Kentli yapan olarak artık gündemde değil, artık bir tüketici konumunun ötesinde rol düşmüyor kendisine. Bu panelde sormak istediğimiz sorular şunlar: mimarlık ve tasarım uzmanlığı kentsel dönüşüm süreci ile işlevsizleştirilen kentlinin kent yapmada ortak olma potansiyelini yeniden ortaya çıkarabilecek bir yaratıcı çabanın içine girebilir mi ve böylelikle kent yapmaya ilişkin katılımcı bir sürecin önünü açabilir mi; mimarlık ve tasarım uzmanlığı, kentlinin kent yapma bilgi ve becerisini de yanına alarak bugün çok çetrefilli bir konu olarak önümüze çıkan kenti müşterek kullanım alanı ve kültürü olarak geliştirmek meselesini ele alabilir mi? Mimarlık ve tasarım uzmanlığı bugün tamamen piyasa mekanizmasının çözümlerine hapsolmuş pratiğini (bu pratiğin yarattığı kaynakları kullanarak) bir nebze serbestleştirme stratejisi olarak kentsel dönüşüm mağduru olmaya aday kentlilerle birlikte kâr-amacı gütmeyen proje geliştirme ve uygulama çabalarına kalkışabilir mi? Pazar mekanizmasının taleplerini dengeleyecek kent hakkı, kentli hakkı, iyi yaşam hakkı taleplerinin muhatabını bulmak üzere seferber olabilir mi? Doğaçlama kent yapmak olarak adlandırdığımız gecekondu kültüründen iyi yaşamla ilgili, modernliği yaratıcı bir şekilde, aşağıdan inşa etmekle ilgili bir şeyler öğrenebilir miyiz? Mimar ve tasarımcının özgür yaratıcılık arayışı kenti doğaçlayanların birikimi ile buluşmadan beslenebilir mi? Bu buluşmadan kenti özgürleştirici kılacak, kentlilerini de güçlendirecek bir enerji çıkar mı? Mimarlar ve kent yapanlar birlikte, hazır reçeteler şeklinde modern yaşam alanları kurgulayanların gücünü yönetebilirler mi?
     
    1.İstanbul Tasarım Bienali paralelinde, Musibet Sergisi küratör ekibi ile birlikte düzenlenen bu yuvarlak masa toplantısında şehir plancısı, mimar, sosyolog, sosyal politika uzmanları, ve kenti bizzat yapanlar, inşa edenler biraraya gelecekler.

    Katılımcılar

    Açılış : Jean-François Perouse / Kentbilimci, 'IFEA’nın Müdürü
    Moderatör: Asu Aksoy / Doçent, İletişim fakültesi, Bilgi Üniversitesi, “Art and Cultural Managment” bölümü
    Erbatur Çavuşoğlu / Kentbilimci, Mimar Sinan Güzel Sanatlar Üniversitesi
    Şükrü Aslan / Kentbilimci, Mimar Sinan Güzel Sanatlar Ünivesitesi, Sosyoloji bölümü
    Gökhan Karakuş / bağımsız mimar, mimarlık eleştirmeni
    Yaşar Adanalı / Araştırmacı ve eylemci, Kentsel projelerde yurttaş katılımı uzmanı
    Hüseyin Çevik / Müteahhit (Inovacons.com)
    Adil Tekirdağ / Adil Kebap Dürüm’ün sahibi
    Nil Aynalı / Mimar, İstanbul Tasarım Bienali “Musibet” sergisinin asistan küratörü

    EK Bigiler

    7 aralık Cuma, saat 18.00’de
    Sunum dili Türkçe
    IFEA konferans salonu
    Bilgi için: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Murat Güvenç - Mapping the registers and the Annuaires Orientaux : throughout the exhibition Istanbul 1910-2010 : 28/10/2010

    Séminaire :
    Mémoires et mobilités urbaines

    Jeudi 28 octobre 2010 à 18h à l'IFEA
    -Précédé d'une visite de l'Exposition mardi 26 octobre-
    Murat Güvenç

    (Istanbul Şehir Üniversitesi)

    "Mapping the registers and the Annuaires Orientaux :
    throughout the exhibition Istanbul 1910-2010"

  • Murat Güvenç 28/10/2010

    Séminaire :
    Mémoires et mobilités urbaines à Istanbul
    Jeudi 28 octobre 2010 à 18h à l'IFEA
    Murat Güvenç
    (Istanbul şehir üniversitesi)
    "Mapping the registers and the Annuaires Orientaux :
    througout the exhibition Istanbul 1910-2010"

  • Muriel Girard - İstanbul’da turizm ve kültürel miraslaştırma programı açısından zanaat dünyasının yeniden yapılanması ve kentsel dönüşüm :16/03/2011

    Seminer "Bellekler ve kentsel harekelilik"
    Çarşamba 16 Mart 2011 18:00'da IFEA'da
    Muriel Girard
    (EHESS ; CETOBAC)

    " İstanbul’da turizm ve kültürel miraslaştırma programı açısından zanaat dünyasının yeniden yapılanması ve kentsel dönüşüm. "
    Sunum dili Fransızcadır.

  • Muriel Girard - Les recompositions du monde artisanal et les mutations urbaines au regard des mises en patrimoine et en tourisme. Le cas d'Istanbul :16/03/2011

    Séminaire "Mémoires et mobilités urbaines"
    Mercredi 16 mars 2011 à 18h00 à l’IFEA
    Muriel Girard
    (EHESS ; CETOBAC)
    " Les recompositions du monde artisanal et les mutations urbaines au regard des mises en patrimoine et en tourisme. Le cas d'Istanbul. "
    Intervention en français.

  • N. Lévy - I. Tamdoğan - Mahallenin dünü ve bugünü 19/01/11

    Seminer: "Bellek ve kentsel hareketlilik" 
    19 Ocak Çarşamba, saat 18:00’da
     Işık Tamdoğan(CNRS/IFEA) ve  Noémi Lévy (Boğaziçi Üniversitesi) 
    "Mahallenin dünü ve bugünü” 
    Sunum dili Fransızca’dır.

  • N. Lévy - I. Tamdoğan - Réflexion sur le mahalle d'hier et d'aujourd'hui : 19/01/11

    Séminaire "Mémoires et mobilités urbaines"
    Mercredi 19 janvier 2010 à 18h00 à l’IFEA
    Işık Tamdoğan
    (CNRS/IFEA) et Noémi Lévy (Boğaziçi Üniversitesi).
    "Réflexion sur le mahalle d'hier et d'aujourd'hui"
    Interventions en turc

  • OUI - Istanbul 2010

    istanbul_2010_logo.jpg

    L'IFEA et son Observatoire Urbain d'Istanbul effectuent un suivi des nombreuses activités qui se déroulent sous l'égide d'Istanbul 2010, Capitale européenne de la culture. Vous trouverez dans cette rubrique le programme des séminaires en analysant les enjeux, ainsi qu'une série d'articles relatant les événements intervenus.

    L’IFEA (Fransız Anadolu Araştırmaları Enstitüsü) dahilindeki Şehir Gözlem Merkezi İstanbul 2010 Avrupa Kültür Başkenti kapsamında devam eden bir çok etkinliği inceliyor. Bu başlık altında, yapılan seminerler ve gündemleri, aynı zamanda takip ettiğimiz etkinlikleri anlatan bir makale dizisi de yer almaktadır.

  • OUI - présentation

    L'Observatoire Urbain d’Istanbul

    La mégapole stambouliote, formidable résumé de la Turquie, cœur actif de celle-ci et laboratoire des mutations économiques, sociales et politiques actuelles, fait de l'Observatoire Urbain l'un des pôles importants de la recherche sur la Turquie contemporaine au sein de l’IFEA. l'Observatoire s'intéresse prioritairement à l'étude des phénomènes qui accompagnent la métropolisation d'Istanbul (développement urbain, environnement, immobilier, vie politique et économique, politiques culturelles). Il fonctionne à la fois comme un centre d’information et de ressources documentaires, bibliographiques et cartographiques, un point d’interface Turquie/Europe, et un lieu de recherches et de valorisation de celles-ci.

    Un centre de documentation et de ressources

    Il s’agit à la fois de ressources cartographiques, decollections de photographies , dedossiers thématiques , de statistiques et d’ouvrages. Les cartes et plans, du 1/500e au 1/500 000e, concernent à la fois l’Istanbul ottomane, l’Istanbul républicaine et la Turquie d’aujourd’hui. Les dossiers de presses et la bibliothèque de l'OUI sont régulièrement remis à jour. Enfin, certains documents sont disponibles en ligne (données statistiques, résultats des programmes de recherche, études et rapports de stage, documents des conférences et colloques, etc.).

    Un point d’interface

    L’Observatoire peut renseigner et guider les chercheurs et acteurs économiques s’intéressant à Istanbul. Sur demande, il est à même d’identifier les différents interlocuteurs possibles (institutionnels, universitaires, acteurs économiques, chambres professionnelles, fondations et associations). Il fonctionne comme une sorte d’intermédiaire, au service des non-turcophones peu familiers du milieu stambouliote. Des formes de partenariat très diverses se sont développées avec différentes institutions européennes (UE, CoE, OCDE, etc.), dans le cadre de programmes d'étude et de conseil.

    Un lieu de recherches et de valorisation de celles-ci

    Enfin, l’Observatoire est un centre de recherches. Outre les travaux personnels de ses animateurs, il développe, en collaboration avec divers partenaires, en particulier dans le cadre dela coordination des observatoires urbains de la Méditerranée orientale et méridionale , des programmes qui visent à rendre compte des évolutions actuelles dans les villes de la région.


    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Pour toutes les informations concernant les activtés de l'OUI, voir le blog OUI sur hypothèses.

    Contact:

    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


  • Panel Improviser la ville contemporaine : Citoyens, Architectes et Inventeurs : 07/12/2012

    En écho à la Biennale du Design d'Istanbul, l'IFEA - en collaboration avec l'Université de Bilgi - organise le vendredi 7 décembre 2012 à 18h une table ronde sur le thème de la participation citoyenne dans les projets urbains contemporains.

    Intervenants

    Ouverture : Jean-François Perouse / urbaniste, directeur de l'IFEA
    Modératrice : Asu Aksoy / professeure associée, Faculté de Communication, Université Bilgi, département "Arts and Cultural Management"
     
    Şükrü Aslan / Urbaniste, Université Mimar Sinan, département de Sociologie
    Gökhan Karakuş / architecte indépendant, critique d'architecture
    Yaşar Adanalı / chercheur et activiste, spécialiste de la participation citoyenne dans les projets urbains
    Hüseyin Çevik / entrepreneur (Inovacons.com)
    Adil Tekirdağ / propriétaire de Adil Kebap Dürüm
    Nil Aynalı / architecte, curateur assistant de l'exposition 'Musibet', Biennale de Design d'Istanbul

    Informations complémentaires : blog de l'OUI

    Vendredi 7 décembre à 18h à l'IFEA
    Conférence en turc
    Demandes d'information :Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
     
  • Pascal LEBOUTEILLER

    Pascal LEBOUTEILLER

    contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
    Atelier de cartographie : 0212 2441717 poste 140

  • Projection du documentaire Ekümenopolis 25/05/2011

    Séance de conclusion du séminaire "Mémoires et mobilités urbaines"
    Mercredi 25 mai à 18h00 à l'IFEA
    İmre Azem

    Projection du film Ekümenopolis

    Projection en turc.

  • Revue de presse sur le lancement d'Istanbul 2010

    La cérémonie de lancement d’Istanbul comme Capitale européenne de la culture a été largement commentée par la presse turque. Même si les critiques diffèrent, il est certain que le sujet de « la Culture » et d’Istanbul 2010 sera largement discuté au cours de cette année qui met Istanbul sous les projecteurs médiatiques.

    Le groupe de média Doğan, auquel appartiennent les journaux Milliyet, Hürriyet et Radikal, a fait des commentaires plutôt modérés concernant la soirée de lancement. Toutefois, des points de vue assez négatifs ont été exprimés à propos du projet d’Istanbul 2010 et de l’idée de la culture promue par des événements, mais aussi concernant l’incompétence d’Istanbul à entretenir de tels projets culturels. Par ailleurs, d’autres articles ont vu 2010 comme une occasion qui aurait pu être bénéfique pour Istanbul et les Stambouliotes mais qui sera vraisemblablement une occasion manquée. Cependant, c’est curieusement du journal Sabah, pourtant partie intégrante du groupe Turkuvaz connu pour ses liens étroits avec le gouvernement, que sont venues les critiques les plus sévères. Ainsi, Istanbul 2010 ne serait, selon les journalistes de ce journal, qu’un trompe-l’œil destiné à masquer les maux de la ville. Ils ont également dénié le discours de tolérance du Premier ministre et affirmé qu’Istanbul n’est pas une ville pour les différences culturelles. En outre, plusieurs journalistes ont questionné les dépenses somptuaires effectuées pour la soirée de lancement alors que la ville manque d’infrastructures et d’investissements publics pour la culture.
    Le sacrifice financier consenti pour attirer les investissements internationaux et pour s’articuler aux réseaux des villes mondiales ne se fait-il pas  au détriment du local ? Néanmoins, il y avait dans la presse des remarques plus positives, sensibles à ce que la nomination d’Istanbul comme Capitale européenne a déjà apporté au niveau culturel et percevant les actions menées comme un bon point de départ.

    Les journaux de tendance islamiste (Yenişafak, Vakit, Zaman) semblaient quant à eux assez partagés. Tandis que certains ont fait l’éloge d’Istanbul 2010 et de la cérémonie de lancement, y voyant une opportunité pour montrer les atouts de la culture orientalo-ottomane aux yeux de l’Europe, d’autres au contraire pensent qu’Istanbul 2010 est une conséquence de la domination culturelle de l’Europe sur la Turquie et une forme de trahison vis-à-vis des valeurs locales. D’après eux Istanbul n’est pas une ville européenne mais musulmane. D’autres critiques plus modérées interrogeaient quant à elles le bien-fondé de certains des choix artistiques, estimant qu’ils ne correspondent pas à l’offre culturelle stambouliote.

    De toute évidence ces divers points de vue continueront à alimenter les débats autour d’Istanbul 2010. Pour notre part, gardons notre propre regard critique et circonstancié sur le déroulement des projets, les stratégies et ses effets sur la morphologie de la ville ainsi que sur les politiques, sans perdre notre neutralité afin de ne pas manquer les futures occasions qui peuvent résulter de cette initiative.

    A propos des journalistes qui ont écrit les articles analysés :

    Pour Zaman

    Hilmi Yavuz : après avoir quitté la faculté de droit de l'université d'İstanbul, il a fait des études de philosophie à Londres. Actuellement, il enseigne a Bilkent et il écrit sur la culture dans le journal Zaman. Il est connu comme un écrivain de tendance islamiste
    http://www.zaman.com.tr/yazar.do?yazino=943973 (Zaman)

    Pour Yeni Şafak

    Akif Emre : Un des fondateurs de journal Yeni Şafak.
    http://yenisafak.com.tr/yazarlar/?i=20533&y=AkifEmre (Yenişafak)

    Pour Milligazete

    Cafer Keklikçi : Poète. Il n'est pas lié avec un groupe idéologique ou une école littéraire. Il a aussi écrit à Yeni Şafak dans le passé.
    http://www.milligazete.com.tr/makale/avrupa-kultur-baskenti-150755.htm (Milligazete)

    Pour Sabah

    Engin Ardıç: diplômé du lycée de Galatasaray et du département de sciences politiques de Bogazici. Libéral.
    http://www.sabah.com.tr/Yazarlar/ardic/2010/01/20/istanbullu_istanbulu_satti (Sabah)

    Pour Radikal
    Joost Lagendijk
    : co-président de parlement joint de UE-Turquie, membre du  Groupe des Verts/Alliance libre européenne. Socialiste.
    http://www.radikal.com.tr/Default.aspx?aType=RadikalYazarYazisi&Date=17.01.2010&ArticleID=974997
    (Radikal)
  • Revue Urbanisme No.374

    Dossier spécial sur Istanbul
    préparé par
    Nora Şeni, Jean-François Pérouse etYoann Morvandans la Revue UrbanismeNo.374, sept.-oct. 2010

  • Séminaire d'études urbaines Mémoires et mobilités urbaines

    Dans le cadre du cycle 2010-2011des séminaires de l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes, nous proposons un séminaire   urbain interdisciplinaireprenant pour toile de fonds la ville d’Istanbul. Au fil d’un rendez-vous mensuel, le regard croisé de nos invités facilitera la comparaison entre différents terrains perçus comme autant de lieux de mémoire et de mobilité et nous accompagnera dans un tour d'horizon des travaux contemporains qui éclairera aussi les intersections entre les questions mémorielles et les dynamiques urbaines.

    Ce séminaire croisera ainsi deux approches, deux lectures complémentaires de la ville afin de comprendre dans quelle mesure les questions mémorielles dévoilent les mobilités qui tissent l’espace stambouliote et inversement comment la lecture des mobilités nous conduisent à réinterroger les stratégies mémorielles. D’une part, nous interrogerons la place grandissante des questions mémorielles dans l’espace public turc. La multiplication des travaux scientifiques et des œuvres littéraires contemporaines qui mettent en lumière les mémoires collectives semble en effet constituer un nouveau champ à travers lequel l’espace urbain est réinterprété depuis un point de vue micro, élaboré à l’échelle des quartiers, accordant dès lors une place plus importante aux subjectivités. Seront, alors, privilégiées les études locales qui montrent comment les habitants intériorisent et projettent les dynamiques globales auxquelles ils participent et sont confrontés dans leur espace quotidien. Les sujets qui touchent à l’identité, qui font appel à l’histoire orale, à la mémoire et aux mémoires tiendront donc une place importante dans le sens où ils remettent aussi en question la construction nationale de l’identité et de l’espace en insistant, notamment, sur des quartiers minoritaires qui véhiculent un imaginaire puissant. Cette mise en visibilité d’un imaginaire minoritaire, relayée par des logiques de promotion culturelle et de mise en scène du cosmopolitismene détournera, toutefois, pas notre attention sur des sujets occultés tels que les mémoires des travailleurs migrants. D’autre part, les analyses des mobilités urbaines en rendant compte des flux de population (entrées et sorties, internes et externes, volontaires ou forcées), de leur installation et de leur mode d’habiter, des trajectoires résidentielles, des itinéraires journaliers (trajets résidence-lieu de travail), des formes de réappropriation de l’espace(patrimonialisation, gentrification), réinterrogent aussi les pratiques mémorielles. Les mobilités nourrissent, alors, de nouveaux processus de territorialisation à l’échelle non plus du quartier mais de la rue, de l’îlot ou de l’immeuble qui morcellent l’espace préexistant et fondent de nouvelles centralités.
    Ce séminaire accordera donc une attention particulière aux aspects méthodologiques des recherches présentées et aux diverses façons de lire et d’interpréter les usages de l’espace stambouliote.

    Mois d'Octobre / ''Mapping the registers and the Annuaires orientaux : throughout the exhibition Istanbul 1910-2010’'.
    Venez écouterMurat Güvenç, jeudi 28 octobre, à 18h, à l’IFEA ‘. Cartographe et urbaniste, professeur à l'Université Şehir,il nous présentera, en anglais, le travail de cartographie, réalisé à partir de données quantitatives massives, qui fait l’objet de l’exposition ‘Istanbul 1910-2010’ qui se déroule jusqu’au mois de novembre 2010 au Musée d’Art Moderne à Santral Bilgi.
    {flv}28102010_guvenc2{/flv}
     
    Mois de Novembre / ''Intra-Metropolitan mobility patterns in Istanbul''
    Venez écouter,Bürge Elvan Erginli,
    Jeudi 11 novembre à 18h à l'IFEA, qui nous présentera son travail sur les migrations internes à l'échelle métropolitaine stambouliote.
    {flv}11112010-erginli{/flv}
     
    Mois de Décembre /"Reconsidering Alexandrian cosmopolitanism : New temporalities and qualitative social science perspectives"
    L'équipe de l'IREMAM (Aix en Provence) et des Études Alexandrines (IFAO - Le Caire) viendra nous présenter sa recherche sur la déconstruction des lieux et mots du cosmopolitisme.
    Lundi 20 décembre, à 18h, à l'IFEA.
    {flv}20122010_IREMAM-IFAO{/flv}
     
    Mois de Janvier /"Réflexion sur le mahalle d'hier et d'aujourd'hui" (Titre à confirmer)
    Avec Işık Tamdoğan (ottomaniste - CNRS/IFEA) et Noémi Lévy(Boğaziçi).
    Mercredi 19 janvier, à 18h, à l'IFEA.
    {flv}19022011_levy-tamdogan_811{/flv}
     
    Mois de Février / ''Mémoires urbaines du coup d'état de 1980''. (titre à confirmer)
    Avec l'équipe de recherche de Derya Fırat (Mimar Sinan).
    Mercredi 16 février, à 18h, à l'IFEA.
    {flv}16022011_firat_918{/flv}
     
    Mois de Mars / présentation de ses travaux sur lesrecompositions du monde artisanal et les mutations urbaines au regard des mises en patrimoine et en tourisme. Le cas d'Istanbul.
    Avec Muriel Girard (EHESS/CETOBAC).
    Mercredi 16 mars, à 18h, à l'IFEA.
    {flv}16032011_946gerard{/flv}
     
     
    Mois d'Avril / présentation de ses travaux sur le mythe du patrimoine minoritaire.
    Avec Ayşegül Cankat(Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble).
    Mercredi 20 avril, à 18h, à l'IFEA.
    {flv}20042011_cankat2{/flv}


    Organisateurs :
    Cilia Martin etBrian Chauvel

  • Séminaire Istanbul 2010

    Recherches autour d'« Istanbul 2010. Capitale européenne de la culture » 
    Organisé parYoann Morvan
  • Séminaire Istanbul ville durable 2009

    “Istanbul, ville durable? Questionnements, débats, expériences de terrain et perspectives croisées”
    Organisé par Jean-François Pérouse

    PROPOS : On peut commencer par une question naïve : au-delà des incantations souvent intéressées des politiques et de certains segments de la “société civile”, la plus grande agglomération du pourtour méditerranéen se cartactérise-t-elle par un mode de développement durable? Plus que nombre de questions qui occupent l’agenda de recherche, cette question nous semble centrale. L’OUI se propose, en relation avec ses partenaires, d’apporter quelques éléments de réponse et de réflexion. L’idée est à la fois de prendre connaissance des initiatives prises à Istanbul et de mettre en relation des acteurs convaincus par les mêmes nécessités. En effet, l’urgence d’une action plus intégrée et territorialisée est grande, comme les inondations de début septembre 2009 l’ont tragiquement rappelé, qui ne sont pas seulement un sale coup de la providence. L’approche sera celle des sciences sociales soucieuses d’interroger et de refonder l’action publique, les politiques environnementales ne souffrant pas la morcellisation ou les actions de court terme.

    Le séminaire se tient un mercredi (18h / IFEA) par mois :

  • Séminaires 2009/2010 Istanbul, ville durable?

    “Istanbul, ville durable? Questionnements, débats, expériences de terrain et perspectives croisées”
    Organisé par Jean-François Pérouse

    PROPOS :On peut commencer par une question naïve : au-delà des incantations souvent intéressées des politiques et de certains segments de la “société civile”, la plus grande agglomération du pourtour méditerranéen se cartactérise-t-elle par un mode de développement durable? Plus que nombre de questions qui occupent l’agenda de recherche, cette question nous semble centrale. L’OUI se propose, en relation avec ses partenaires, d’apporter quelques éléments de réponse et de réflexion. L’idée est à la fois de prendre connaissance des initiatives prises à Istanbul et de mettre en relation des acteurs convaincus par les mêmes nécessités. En effet, l’urgence d’une action plus intégrée et territorialisée est grande, comme les inondations de début septembre 2009 l’ont tragiquement rappelé, qui ne sont pas seulement un sale coup de la providence. L’approche sera celle des sciences sociales soucieuses d’interroger et de refonder l’action publique, les politiques environnementales ne souffrant pas la morcellisation ou les actions de court terme.

    Le séminaire se tient un mercredi (18h / IFEA) par mois :

    • 18 novembre :De quoi les inondations de septembre 2009 à Istanbul sont-elles le symptôme ? “Catastrophe”, mémoire locale et impossible territoire de destin.
    Introduction du séminaire par Jean-François Pérouse
    • 23 décembre : Initiatives en matiere d'énergies renouvelables de la mairie métropolitaine d'Istanbul.
    Invités : Muhammet Garip (directeur de l'Eclairage public et de l'Energie / Mairie Métropolitaine d'Istanbul) (Istanbul Enerji Genel Müd.)
    et Yıldız Koç (membre de la direction de l'Eclairage public et de l'Energie / Mairie Métropolitaine d'Istanbul)
    • 20 janvier : Restructuration du cadastre et terrains forestiers (de type 2B) déclassés
    {flv}20012010_Bekir_Cantemir{/flv}
    Invité : Bekir Cantemir (ingénieur, cartographe)
    Cliquer ici pour voir laCarte des terrains de type 2B
    • 24 février : Pollution atmosphérique et types de chauffage à Istanbul. Instances compétentes, méthodes et intitiatives.
    Invité : Bernard Cornut (Ademe)
    Cliquer ici pour plus d'informations surBernard Cornut
    • 24 mars : Politique de transports et sensibilité environnementale : la polémique sur le troisieme pont du Bosphore, les transports "doux" et le développement des transports en site propre.
    Invités : Haluk Gerçek (Prof. Dr. ITÜ) et Ulaş Akın (IMP, doctorant ITÜ)
    • 21 avril : Politique de collecte des déchets solides a Istanbul : un systeme d'acteurs concurrentiels.Projets urbains et dimension environnementale. L’expérience de tri sélectif dans le cadre du projet de Fener-Balat.
    {flv}28042010_142_eloise{/flv}
    Invitée : Eloise Dhuy (Urbaniste)
    • 26 mai :Architecture, paysage et développement durable.

    Invité : Ahmet Tercan(Dr. Mimar Sinan Üniversitesi)

  • Séminaires Istanbul 2010

    Recherches autour d'« Istanbul 2010. Capitale européenne de la culture » 

    Organisé parYoann Morvan

    Le séminaire se tient un lundi (19h / IFEA) par mois sur cette thématique ouverte et transdisciplinaire.

    - Le Lundi 14 décembre, Korhan Gümüş est invité.

    Cliquer ici pour la Conférence en ligne.

    - Le 11 janvier, les invités sont Asu Aksoy et Orhan Esen.

    Cliquer ici pour la Conférence en ligne.

    - Le 22 février, Cengiz Aktar est invité.

    Cliquer ici pour la Conférence en ligne.

    - Le 15 mars, Nora Şeni est invitée.

    Cliquer ici pour la Conférence en ligne.

    - Le 26 avril, Bige Örer est invitée.

    Cliquer ici pour la Conférence en ligne.

    - Le 24 mai, Jean-François Pérouse est invité.

    Cliquer ici pour la Conférence en ligne.

    En 2010, Istanbul va jouir d’une importante visibilité médiatique en Europe. En effet, la mégalopole turque bénéficiera de son statut temporaire de « Capitale européenne de la culture », label attribué par la Commission européenne destiné à promouvoir un certain nombre de manifestations culturelles. C’est la première fois qu’une entité urbaine d’un tel poids, tant historique que démographique, s’est trouvée être sélectionnée depuis la montée en puissance de ce label au cours des années 1990. Certes, Istanbul s’inscrit dans la liste déjà longue des métropoles entendant utiliser cette occasion pour se doter par la culture, notamment par la requalification de friches industrielles et la reconquête de waterfronts, d’une image de marque sur le très concurrentiel marché globalisé des villes. Cependant, comme nous l’analyserons, le cas d’Istanbul comporte des particularités qui le singularisent nettement par rapport à ses prédécesseurs.

  • Soirée de lancement

    Écrit par Yoann MORVAN

     

    Après des années de préparation, Istanbul célèbre officiellement ce samedi 16 janvier son statut de Capitale européenne de la cultureen 2010 : en sept lieux différents, des feux d’artifices, des danseurs, des concerts avec de célèbres artistes. Après les discours officiels du Président de la République turque Abdullah Gül et de son Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, les célébrations commenceront à la nuit tombée simultanément dans plusieurs quartiers. La programmation gratuite et variée devrait satisfaire tous les goûts :
    Taksim : 19h Feux d’artifices - 20h25 concert de Tarkan,
    la star de musique Pop.
    Bords de la Corne d’Or :20h10 Spectacle sons et lumières pour prolonger le discours d’inauguration des officiels. Ce grand feu d’artifice s’étendra sur un kilomètre des berges.
    Kadıköy:19h Spectacle avec une montgolfière  -  20h25 Mor ve Ötesi,
    groupe de rock stanbouliote.
    Sultanahmet :19h Mehter Takimi : musique militaire ottomane  -  20h25 Mercan Dede
    mixant la musique traditionnelle turque avec des sons électroniques du monde entier.
    Pendik :20h25 Kiraç
    chanteur pop-rock.
    Bağcılar :20h25 Zara, un groupe de musique traditionnelle.
    Beylikdüzü : 19h Groupe de danses chamanes  -  20h25 Nil Karaibrahimgil
    , chanteuse Pop.

    Si vous désirez plus de calme, de nombreux musées célébreront l’événement en ouvrant exceptionnellement leurs portes jusqu’à minuit.

    "Après des mois de préparation, de répétition, et plus de 8 millions de lires turques investits pour la cérémonie d’ouverture, nous espérons que ce sera une expérience inoubliable que les gens pourront regarder en disant « j’étais à Istanbul en 2010 »" a annoncé Sekib Avdagiç, le directeur de l’agence Istanbul 2010 CEC, ajoutant qu’ "Istanbul est prête à partager son énergie avec la Turquie et le monde".

  • Visite de l'exposition 'Istanbul 1910-2010' en compagnie de Murat Güvenç : 26/10/2010

    Excursion urbaine au Musée d'Art Moderne Santral Istanbul
    Mardi 26 octobre 2010 à 16h

    visite de l'exposition 'Istanbul 1910-2010' en compagnie de Murat Güvenç

    (dans le cadre du séminaire mémoires et mobilités urbaines)

    voir le blog de l'OUI

  • Voyage d'études des étudiants de master sociologie sur les politiques sociales et les nouveaux enjeux de participation, Univ. St Étienne 5-12/01/2013

    Les étudiants sont encadrés parValérie Sala Pala dont les thèmes de recherche actuels portent sur les relations interethniques, la question des discriminations et du racisme, les politiques urbaines et de logement.

    Ce voyage comportera des rencontres avec des ONG, des séminaires à l'IFEA et des visites urbaines.

    Programme des séminaires organisés à l'IFEA

    7/1/2013

    10h Accueil et introduction

    Jean-François Pérouse, géographe, IFEA
    les transformations urbaines à Istanbul

    14-16h Gizem Aksümer, géographe/urbaniste, Université Mimar Sinan
    Présentation du projet de recherche TÜBITAK (« CNRS turc ») sur la transformation des quartiers de Sarıyer

    16-18h Manon Leroy, Re-sources
    Les problématiques environnementales et de développement durable en Turquie et à Istanbul

    10/1/2013

    10-12h Korhan Gümüş, architecte, président du centre ONG Human Settlements (avec Asu Aksoy sous réserve)
    La société civile et les projets de transformation urbaine à Istanbul

    14-16h Claire Visier, politiste
    Turquie/Europe : regards croisés

  • Yoann MORVAN

     Co-responsable de l'Observatoire Urbain d'Istanbul

    Post doc CNRS / IFEA
    Docteur en Urbanisme de l'Institut d'Urbanisme de Paris

    (Thèse menée sous la direction de Thierry PAQUOT) 
    Chercheur associé au Gerphau (LAVUE-UMR CNRS 72 18)
    Membre du Comité National Français de Géographie (CNFG, Commission commerce)
    Membre de l’Association Française de Sociologie (AFS, Réseau thématique Sociologie de l’urbain)