• A. Aupiais - “Have You Ever Been Told That God Loves You?” Conjugality, Celibacy, and the Heterosexual Division of Religious Labour in an Istanbul Mixed Pentecostal Church

    Aupiais, A. (2021). “Have You Ever Been Told That God Loves You?” Conjugality, Celibacy, and the Heterosexual Division of Religious Labour in an Istanbul Mixed Pentecostal Church, Social Sciences and Missions, 34(1-2), 92-124. doi: https://doi.org/10.1163/18748945-bja10014

    This article focuses on the division of religious labour according to both gender and marital situation, based on an ethnographic survey in a Pentecostal church with a mixed membership in Istanbul (Turkey). Following the description of religious labour throughout its six areas, this research shows that celibacy is made relatively invisible inside the church, where the emphasis is on conjugality and family, while the latter bonds are de-emphasised in the outside world, where singles are at the forefront. “Love” appears as a multifaceted reality, encompassing not only justifications but the very output of religious labour, inside and outside the faith community.

  • A. Çelik - ‘Keep your mouth shut in the day and your door shut at night.’ Intra-Kurdish Violence in the Shadow of the State: The case of Hizbullah in Kurdistan of Turkey

    Çelik, Adnan. 2021. “Keep Your Mouth Shut in the Day and Your Door Shut at Night". Intra-Kurdish Violence in the Shadow of the State: The Case of Hizbullah in Kurdistan of Turkey. Kurdish Studies 9 (1). pp. 37-57. https://doi.org/10.33182/ks.v9i1.563.

    This article focuses on the main three limitations of the current studies on Hizbullah, an Islamist organisation in Turkey operative during the 1990s: the lack of historicisation of the trajectory of Hizbullah and its members, the lack of consideration of the spatial dimension of its spread and the absence of grounded studies about how it has functioned at the local level. Taking the case of Silvan, a small town in the province of Diyarbakir, the article investigates and analyses Hizbullah’s repertoire of action in the shadow of the state, the degree of coercion it achieved in different spaces, its targets, and its conception of the world. The paper argues that the extremism and intensity of the PKK-Hizbullah violence is said to have expressed a completely new type of intra-Kurdish conflict within the long intra-Kurdish conflict history.

  • A. Çelik, N. K. Dinç - La Malédiction. Le génocide des Arméniens dans la mémoire des Kurdes de Diyarbekir

    Adnan Çelik & Namık Kemal Dinç, La Malédiction. Le génocide des Arméniens dans la mémoire des Kurdes de Diyarbekir traduit du turc par Ali Terzioğlu et Jocelyne Burkmann et préfacée par Étienne Copeaux, Éditions L'Harmattan, Paris, 2021.

  • A. Lamesa - Les différents sens du terme Καππαδοκία dans la Géographie de Strabon

    Lamesa Anaïs, « Les différents sens du terme Καππαδοκία dans la Géographie de Strabon », Dialogues d'histoire ancienne, 2021/Supplément22 (S 22), pp. 209-225. https://www.cairn.info/revue-dialogues-d-histoire-ancienne-2021-Supplément22-page-209.htm

    La construction littéraire du territoire cappadocien semble débuter dès le Ve siècle avant J.-C. par Hérodote. Sa définition se précise progressivement à mesure que l’Anatolie est parcourue. Avec le traité d’Apamée (188 avant J.-C.), un clientélisme s’établit entre le roi de Cappadoce et Rome, l’un dépendant économiquement et militairement de l’autre. Ces rapports étroits accélèrent la connaissance géographique de la région. Au tout début du Ier siècle après J.-C., Strabon paraît définir la zone. Curieusement, après l’intégration du royaume de Cappadoce à l’Empire romain par Tibère (17 après J.-C.), les auteurs antiques rencontrent des difficultés à comprendre le sens du terme Καππαδοκία, puisqu’il désigne à la fois un district, une région et une province. La définition de la Cappadoce par Strabon, contrairement à ce qui a pu être écrit, ne semble pas fixer la représentation littéraire de la région mais au contraire la complexifier. Le but de cet article est donc d’étudier les différents sens du terme Καππαδοκία dans la Géographie de Strabon et d’en rechercher l’origine.

  • Anatolia moderna - Yeni anadolu, Tome 1

    Anatolia Moderna - Yeni Anadolu Tome 1, 1991 https://www.persee.fr/issue/anatm_1297-8094_1991_num_1_1
    La revue d'histoire Anatolia Moderna publiée par l'IFEA entre 1991 et 2004 est désormais disponible en open access dans son intégralité sur le portail
    Les articles sont disponibles pour une lecture en ligne ou un téléchargement au format PDF.
  • Anatolia moderna - Yeni anadolu, Tome 10

    Anatolia moderna - Yeni anadolu, Tome 10, 2004 https://www.persee.fr/issue/anatm_1297-8094_2004_num_10_1

    La revue d'histoire Anatolia Moderna publiée par l'IFEA entre 1991 et 2004 est désormais disponible en open access dans son intégralité sur le portail
    Les articles sont disponibles pour une lecture en ligne ou un téléchargement au format PDF.
  • Anatolia moderna - Yeni anadolu, Tome 4, Derviches des Balkans, disparitions et renaissances

    Anatolia Moderna - Yeni Anadolu Tome 4, 1992 https://www.persee.fr/issue/anatm_1297-8094_1992_num_4_1
    La revue d'histoire Anatolia Moderna publiée par l'IFEA entre 1991 et 2004 est désormais disponible en open access dans son intégralité sur le portail
    Les articles sont disponibles pour une lecture en ligne ou un téléchargement au format PDF.
  • Anatolia moderna - Yeni anadolu, Tome 4, Derviches des Balkans, disparitions et renaissances

    Anatolia Moderna - Yeni Anadolu Tome 4, 1992 https://www.persee.fr/issue/anatm_1297-8094_1992_num_4_1
    La revue d'histoire Anatolia Moderna publiée par l'IFEA entre 1991 et 2004 est désormais disponible en open access dans son intégralité sur le portail
    Les articles sont disponibles pour une lecture en ligne ou un téléchargement au format PDF.
  • Anatolia moderna - Yeni anadolu, Tome 5

    Anatolia Moderna - Yeni Anadolu Tome 5, 1994 https://www.persee.fr/issue/anatm_1297-8094_1994_num_5_1
    La revue d'histoire Anatolia Moderna publiée par l'IFEA entre 1991 et 2004 est désormais disponible en open access dans son intégralité sur le portail
    Les articles sont disponibles pour une lecture en ligne ou un téléchargement au format PDF.
  • Anatolia moderna - Yeni anadolu, Tome 8

    Anatolia Moderna - Yeni Anadolu Tome 9, 1999 https://www.persee.fr/issue/anatm_1297-8094_1999_num_8_1
    La revue d'histoire Anatolia Moderna publiée par l'IFEA entre 1991 et 2004 est désormais disponible en open access dans son intégralité sur le portail
    Les articles sont disponibles pour une lecture en ligne ou un téléchargement au format PDF.
  • Anne Krebs et Franck Mermier - The Louvre Abu Dhabi: A Clash of Cosmopolitanisms

    Anne Krebs et Franck MERMIER, "The Louvre Abu Dhabi: A Clash of Cosmopolitanisms" in Vincenzo Ciccheli, Sylvie Octobre, Viviane Riegel (eds), Aesthetic Cosmopolitanism and Global Culture,Leiden, Brill, 2019, pp. 295-312. DOI:https://doi.org/10.1163/9789004411487_015

  • Anne Krebs et Franck Mermier - The Louvre Abu Dhabi: A Clash of Cosmopolitanisms?

    Krebs, Anne, & MERMIER Franck. (2019). "Louvre Abu Dhabi: a Clash of Cosmopolitanisms?". In Vincenzo Cicchelli, Sylvie Octobre and Viviane Riegel (Eds.) Louvre Abu Dhabi: a Clash of Cosmopolitanisms?. Leiden, Nederland: Brill. doi: https://doi.org/10.1163/9789004411487_015

    Gathering scholars from five continents, this edited book displaces the elitist image of cosmopolitan as well as the blame addressed to aesthetic cosmopolitanism often considered as merely cosmetic. By considering aesthetic cosmopolitanism as a tool to understand how individuals and social groups appropriate the sphere of culture in a global world, the authors are concerned with its operationalization on two strongly interwoven levels, macro and micro, structural and individual. Based on the discussion of theoretical perspectives and empirically grounded research (qualitative and quantitative, conducted in many countries), this volume unveils new insights, on tourism and food, architecture and museums, TV series and movies, rock, K-pop and samba, by providing resources for making sense of aesthetic preferences in a global perspective.

  • Archéologie : Mise à jour des procédures de demande d'autorisation auprès des autorités turques (2)

    Le texte réglementaire dans sa dernière version de mars 2013, est disponible en français ci-dessous, et de manière plus détaillée dans cet articlequi précise la marche à suivre pour déposer une demande d'autorisation de fouille ou de prospection archéologique en Turquie.
    Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
  • Atelier - Anatolian Rivers between East and West : The Cultural Aspects of Rivers - 29/9/2017 (3)

    Vendredi 29 septembre 2017 à l'IFEA
    Atelier Anatolian Rivers between East and West: Axes and Frontiers
    La langue de communication est l'anglais

    Inscription en ligne avant le 28/9 à midi : https://www.inscription-facile.com/form/Uxk1L7ziwqmW5jYkEDb4

    Istanbul (French Institute of Anatolian Studies) – Enez (Enez Excavations Directorate), Turkey

    Hydronymy, beliefs, religious practices, and mythology will be discussed. This shall contribute to a better understanding of the relationship between human communities and their environment.

    Online mandatory inscription, until 28/9 midday : http://bit.ly/fleuves

    Organizing committee

    • Anca DAN, Centre National de la Recherche Scientifique – École normale supérieure, labex TransferS, Paris
    • Sait BAŞARAN, Istanbul University, Professor Emeritus – Director of the Ainos excavations
    • Dominique KASSAB TEZGÖR, Bilkent University, Ankara
    • Nino INAISHVILI, Niko Berdzenishvili Institute, Shota Rustaveli State University, Batumi
    • Stéphane LEBRETON, Université d’Artois, Arras

    Supported by

    • Labex TransferS de l’École normale supérieure (Paris)
    • Institut Français d’Études Anatoliennes (Istanbul)
    • Enez Kazisi Baskanligi (Enez)
    • Université d’Artois (Arras)
    • Bilkent University (Ankara)
    • Shota Rustaveli University (Batumi)
  • EJTS 28| 2019 Narrating Experience: Rethinking Gender, Violence, Family and Media in Contemporary Turkey

     
    Berna Ekal and Åsa Eldén(eds.) Narrating Experience: Rethinking Gender, Violence, Family and Media in Contemporary Turkey, European Journal of Turkish Studies 28|2019
    This issue covers empirical examples of research on gender in Turkey that deals with narration of experience in different spaces and in relation to different kinds of media.
     
     
    Open-air exhibit of Beyoğlu Municipality for 2013 Women's Day, Istiklal Street-Istanbul
  • EJTS 31 Le langage socio-politique turc-ottoman et ses transformations, XIXe-XXe siècles

    Erdal Kaynar (dir.) Le langage socio-politique turc-ottoman et ses transformations, XIXe-XXe siècles European Journal of Turkish Studies 31 | 2020. DOI : https://doi.org/10.4000/ejts.6869869

    Ce numéro propose de discuter l’utilité d’une sémantique historique pour les études ottomanes. Il se veut aussi une mise au point critique, nécessaire à la fois pour préciser les apports possibles d’une telle approche et pour identifier les risques d’une reprise hâtive d’un courant en vogue.

  • F. Bilici - Le canal de Suez et l’Empire ottoman

    Faruk Bilici Le canal de Suez et l’Empire ottoman, Paris, CNRS Éditions 2019 ISBN 978-2-271-12706-8. Ouvrage publié avec le concours de l'IFEA.
    17 novembre 1869 : le canal de Suez est inauguré en grandes pompes, en présence de l’impératrice Eugénie. Mais la construction du canal, débutée en 1859, ne s’est pas faite sans heurts. Ferdinand de Lesseps et la France ont en effet bataillé durant de longues décennies avant de convaincre l’Empire ottoman, dont l’Égypte n’était qu’une province, de son bien-fondé.
    Accusée d’être un instrument de colonisation de l’Égypte au profit de la France, la Compagnie universelle du canal de Suez, « État dans l’État », est très critiquée par l’Empire ottoman. Celui-ci craint qu’un canal maritime séparant matériellement l’Égypte du reste de l’Empire rende illusoire la souveraineté du sultan sur ce territoire, et ouvre la porte à une domination occidentale inacceptable.
    Cet ouvrage ne propose pas une énième histoire du canal de Suez ni sur le plan technique, ni sur le plan diplomatique, mais il entend combler une lacune considérable : l’étude de cette histoire du point de vue ottoman, des projets à l’exploitation en passant par la construction du canal. Procès, arbitrages, polémiques : bien avant la « crise de Suez » de 1956 liée à sa nationalisation, le canal était déjà au cœur d’un jeu de puissances entre Orient et Occident
  • F. Mermier - Le qât au Yémen, profiteur de guerre

    Franck Mermier, "Le qât au Yémen, profiteur de guerre", in A. Stella, A. Coppel (dir.) Vivre avec les drogues, Paris, Pepper 2021. ISBN : 978-2-343-23390-1. https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=70077.

    Vivre avec les drogues, apprendre à les connaître, maîtriser leurs usages.Tel est le fil rouge de cet ouvrage collectif, issu de séminaires tenus à l'EHESS.Depuis cent ans, les politiques publiques en matière de drogues sont fondées sur la prohibition. Pourtant, la légalisation des drogues est aujourd'hui en marche. Aussi, les frontières entre drogues légales et illégales sont de moins en moins nettes. En France, les consommateurs quotidiens de benzodiazépines prescrits, mais aussi d'alcool et de tabac - se comptent par millions. Drogues et drogués sont donc parmi nous : pour se soigner, ou pour prendre du plaisir, la demande de psychotropes n'est pas près de baisser.Dès lors, réfléchir à un nouveau cadre pour la production, la distribution et la consommation de ces substances s'avère nécessaire.

  • F. Mermier - Panarabisme culturel et nouveaux médias

    Franck Mermier, « Panarabisme culturel et nouveaux médias », in Elodie Bouffard et Hanna Boghanim (éd.), Divas arabes. D'Oum Kalthoum à Dalida : Exposition, Paris, Institut du Monde Arabe/SKIRA, 2021.

  • F. Mermier - Urban Cosmopolitanisms in the Arab World: Contribution in the Theoretical Debates

    Franck Mermier, "Urban Cosmopolitanisms in the Arab World: Contribution in the Theoretical Debates", in Catherine Lejeune, Delphine Pagès-El Karoui, Camille Schmoll et Hélène Thiollet (dir.), Migration, Urbanity and Cosmopolitanism in a Globalized World, Cham (Suisse), Springer, 2021, pp. 55-65. https://doi.org/10.1007/978-3-030-67365-9_5
     
    The notion of cosmopolitanism has been the subject of many definitions and has attracted renewed interest in the context of globalization. Cosmopolitanism, however, in a sociological perspective, has two main meanings. It can refer to the skills of individuals who are able to move between different worlds precisely because of their cosmopolitan cultural capital. It also refers to the ethnic, cultural and religious plurality of cities, some of which may be more cosmopolitan than others. The two seem inseparable since the degree of cosmopolitanism of an urban space is also a function of its capacity to absorb external influences through its inhabitants. This article focuses on the forms of urban cosmopolitanism present in the Arab world and their relationship to the type of urbanity specific to each city. In particular, it discusses how this notion has been used to analyze urban realities in highly differentiated historical and cultural contexts, raising the case of Aden under British occupation. By highlighting the plurality of forms of cosmopolitanism within a cultural area, this study aims to question its definition on the basis of this criterion and to contribute to the comparative study of urban societies in a context of globalization.
     
  • L’influence grandissante de la Turquie dans le Caucase et en Asie centrale

    BALCI Bayram, "L’influence grandissante de la Turquie dans le Caucase et en Asie centrale", Les grands dossiers de Diplomatie 63, Géopolitique de la Turquie, Août-Septembre 2021

    Si, de manière générale, le rôle de la Turquie en Asie centrale et dans le Caucase est davantage culturel et commercial, on assiste également depuis quelques années à l’émergence d’une influence turque politique et même militaire, notamment dans le Caucase, comme a pu le montrer le rôle d’Ankara dans le second conflit du Karabagh.

  • Matériel topographique

    L'IFEA possède du matériel topographique à disposition des missions archéologiques ou autres. Un forfait qui prend en charge l'entretien du matériel sera demandé (250€ par mois ou 120€ par mission courte (moins de 10j) pour la station totale et 50€ pour le niveau) ainsi qu'une convention signée entre l'IFEA et le chef de mission. L'assurance de l'appareil est obligatoire à la charge du loueur.

    STATION TOTALE LEICA TC803

    Station totale avec trépied léger et porte prisme de 3,5m. (3 batteries et logiciels de topo), 10000 points de stokage et possibilité d'exporter les données en txt ou en dxf.
    consulter la notice de l'instrument

    Théodolite WILD T1 et DİSTOMAT LEICA Di4
    Théodolite mécanique WILD T1 surmonté d'un distance-mètre Distomat Di4 (deux boites) avec trépied bois Leica et prisme 2,15m. (pas d'enregistrement des mesures)

    Niveau de chantier PENTAX
    Niveau de chantier avec trépied et mire de 4m en bois.


    Autres matériel de l'IFEA :

    Paire de Talkie walkies longue portée (8Kms)

    Videoscope Full HD JVC Disque dur 40 Go

    Videoscope JVC MPG 40 Go
    Sac à dos pour station totale

    Petit matériel (mires et décamètres)

    Possibilité d'emprunter un poste de travail PC sur demande
    RESERVATION 2015 :

    LEICA TC803
    WILD T1 ET DISTOMAT NIVEAU PENTAX NIVEAU LEICA
    Henry :     Henry : 25 juillet au 30 sept
         marro : 30 Juillet au 20 Sept  
           



    RESERVATION 2014 :

    LEICA TC803
    WILD T1 ET DISTOMAT NIVEAU PENTAX NIVEAU LEICA
    Henry : 1 juin au 30 Juillet     Henry : 1 Juin au 30 Juillet
         marro : 30 Juillet au 20 Sept  
           


    RESERVATION 2013
    :

     

    LEICA TC803
    WILD T1 ET DISTOMAT NIVEAU PENTAX NIVEAU LEICA
    Henry : 15 Juillet au 30 Sept     Henry : 25 juillet au 30 sept
         marro : 30 Juillet au 20 Sept  
           


    RESERVATION 2012 :


    LEICA TC803
    WILD T1 ET DISTOMAT NIVEAU PENTAX
    Baralis : 15 mai au 30 mai    
    Pedaros : 1 au 15 juillet    
    marro : 28 Juillet au 7 Sept    
    Henry : 8 Septt au 30 Sept    
     myrina : 15 oct 15 nov    
         


    RESERVATION 2011 :

     

    LEICA TC803
    WILD T1 ET DISTOMAT
    NIVEAU PENTAX
    Baralis : 13 mai au 22 mai
     
    Pimouget (Myra) : 4 juillet au 17 juillet  
     
     Marrot : 25 Juillet au 15 sept
       
    myrina : 15 oct 15 nov
    olivier H : 15 Juillet au 15 Aout
     
     
       
         

    Pascal LEBOUTEILLER responsable du matériel topographique de l'IFEA



    RESERVATION 2010 :


    LEICA TC803
    WILD T1 ET DISTOMAT
    NIVEAU PENTAX
    Baralis : 18 avril au 25 avril (annulé)
      Henri : 1mai au 30 juin
    Abadie : 15 mai au 15 juin  
     
     Henri : 30 juin au 10 juillet (Antakya)
       
    Pimouget (Myra) : 5 juillet au 24 juillet (annulé)
       
    Marrot : 25 Juillet au 18 sept
       
    Baralis : 1 au 30 oct
       

    Pascal LEBOUTEILLER responsable du matériel topographique de l'IFEA

    RESERVATION 2009 :

     

    LEICA TC803

    WILD T1 ET DISTOMAT

    NIVEAU PENTAX

    Pimouget (Myra) : 1 juillet au 30 juillet


    XANTHOS : été 2009

    Marrot : 1 Aout au 10 sept

     

     

    Koray Konuk ( Carie) : 10 oct au 25 oct

     

     


     

     


     

     

    Pascal LEBOUTEILLER responsable du matériel topographique de l'IFEA

    RESERVATION 2008 :

     

    LEICA TC803

    WILD T1 ET DISTOMAT

    NIVEAU PENTAX

    IZMIR : 23 MAI au 2 JUIN

    MARRO : 20 JUILLET AU 15 SEPT

    XANTHOS : été 2008

    KODAPA : 20 JUIN au 30 JUIN

     

     

    KITANAURA : 30 JUIN au 7 JUILLET

     

     

    Roumamie : 1 AOUT au 22 AOUT

     

     

    O Henry : 24 AOUT au 7 SEPT

     

     

    roumanie : 8 SEPT au 25 SEPT

     

     

    Pascal LEBOUTEILLER responsable du matériel topographique de l'IFEA

  • Migrations Société 177 juil-sept. 2019

    Éditorial

    Pages 3 à 18
    Pages 19 à 33

    Varia

    Pages 145 à 166

    Note de lecture

    Pages 167 à 170

    Nouveautés documentaires de CIEMI

    Page 171
  • natolia moderna - Yeni anadolu, Tome 2. Derviches et cimetières ottomans

    Anatolia Moderna - Yeni Anadolu Tome 2, 1991 https://www.persee.fr/issue/anatm_1297-8094_1991_num_2_1
    La revue d'histoire Anatolia Moderna publiée par l'IFEA entre 1991 et 2004 est désormais disponible en open access dans son intégralité sur le portail
    Les articles sont disponibles pour une lecture en ligne ou un téléchargement au format PDF.
  • natolia moderna - Yeni anadolu, Tome 2. Derviches et cimetières ottomans

    Anatolia Moderna - Yeni Anadolu Tome 2, 1991 https://www.persee.fr/issue/anatm_1297-8094_1991_num_2_1
    La revue d'histoire Anatolia Moderna publiée par l'IFEA entre 1991 et 2004 est désormais disponible en open access dans son intégralité sur le portail
    Les articles sont disponibles pour une lecture en ligne ou un téléchargement au format PDF.
  • Réinterroger le quartier, à partir d'Istanbul en proie aux transformations (2)

    Réinterroger le quartier, à partir d'Istanbul en proie aux transformations

    Axe de recherche mené par Cilia Martin, Jean-François Pérouse et Mina Saïdi

     
    bandeau lequartier
     

    {tab=Argumentaire}

    On peut dire sans abus que L'IFEA a d'ores et déjà une tradition de recherche sur le quartier, son Observatoire Urbain d'Istanbul – fondé en 1989 – travaillant beaucoup à cette échelle. En somme, le parti pris adopté de facto pour l'approche de la métropole a été celui de l'entrée par le quartier, en rupture avec la vision orientaliste du quartier inhérente au prétendu modèle de la « ville orientale » (Raymond, 1995). Les muhtar comptent parmi les premiers interlocuteurs sollicités lors des excursions urbaines de l’OUI et  le président de l’association des maires de quartier d’Istanbul avait été l’un des premiers invités du séminaire-OUI de l’année 2000-2001. Comme si l'immensité métropolitaine difficilement abordable dans sa totalité ne pouvait être saisie qu'au travers de ces unités de vie, de perception, d'identification et de gestion que sont les quartiers.
    Le quartier a donc été et reste un prisme d'analyse, c'est aussi un catalyseur d'interdisciplinarité, dans la mesure où historiens, anthropologues, sociologues, géographes, architectes et urbanistes peuvent s'y retrouver, à l'instar du séminaire organisé en 2000 à l'IFEA par Işık Tamdoğan.

    Contexte

    Au début des années 2010, le contexte métropolitain – et l'ivresse de la référence à l'échelle globale qui s'est emparée des édiles -  semble défier le quartier comme unité de gestion administrative et politique. On assiste donc à une mise en cause du quartier, qui convoque à la fois les pratiques de mobilité des ménages (une étude récente a révélé que les Stambouliotes changeaient de logement en moyenne tous les deux ans et demi), la puissance des réseaux et des sociabilités réticulaires (plutôt que celles déployées dans la proximité physique) et surtout les politiques de transformation urbaine (kentsel dönüşüm) dont Istanbul est la proie. La perspective annoncée d'un renouvellement de la moitié du bâti de la métropole d'ici vingt ans donne la mesure des bouleversements engagés. Or cette politique prioritaire est conduite par le centre politique – Premier ministre, Conseil des ministres et ministère de l'Environnement et de l'Urbanisme – dans un mépris total des pouvoirs locaux au nombre desquels compte la mairie de quartier (muhtarlık) dont le responsable est élu au suffrage universel tous les cinq ans. Le régime dominant de transformation se déploie dans la négation du local. Cela semble même être une des conditions de son efficacité, la consultation étant jugée comme une perte de temps au regard des objectifs quantitatifs des promoteurs de cette politique. En 2008 une simplification radicale du maillage des quartiers administratifs avait déjà entraîné, surtout dans les arrondissements centraux, la suppression sans appel de nombreux quartiers administratifs, dont certains avaient pourtant une très longue histoire. Certains parlent même d'une suppression totale du quartier comme plus petit échelon d'administration locale, dans les grandes métropoles en tout cas.
    Dans ce contexte, le quartier comme unité de vie – voire comme communauté imaginée – connaît un réinvestissement que l'on peut qualifier de compensatoire. Ce qui se perd en pertinence politique et en cadre de vie quotidien, pour des populations qui travaillent loin de leurs lieux de résidence, paraît se reconvertir en communauté de sentiments rêvée. Le principal réinvestissement affectif à l'oeuvre à Istanbul est le fait des milieux conservateurs qui tendent à exalter le quartier comme unité sociale, humaine, base de la conservation des « vraies valeurs nationales » et de la résistance contre l'atomisation et la modernisation. Dans cette
    vision, le quartier est une unité équilibrée, protégée et stabilisée par  un ensemble de régulations « naturelles », avec ses jeunes et ses vieux, ses riches et ses pauvres, ses hommes et ses femmes, ses humains et ses animaux, ses savants et ses simples d'esprit, ses figures invariables de l'autorité et ses institutions repères (mosquée, école, épicerie... ). Le nombre de publications à caractère nostalgique, vantant les charmes perdus des quartiers ottomans d'antan (Bayramoğlu Alada, 2008), est d'ailleurs impressionnant, sans parler des séries télévisées ou des articles de presse (quotidiens ou magazines). Cette nostalgie du quartier est à la fois une reconstruction idéalisatrice du passé et l'expression d'un conservatisme politique et moral. Le projet conservateur du Parti de la Justice et du Développement (AKP) passe ainsi par un réinvestissement physique des quartiers par une action de proximité développée en direction des femmes, des enfants et des personnes âgées, et par de nouvelles institutions comme le médecin de famille, l'imam de famille et le konak de proximité (semt konağı). Cette dernière institution, qui interfère avec la mairie locale, ne tire pas sa légitimité du suffrage universel comme celle-ci, mais du parti qui en a fait un vecteur de son influence et du contrôle social local, au cœur des territoires de vie quotidiens.

    (Ré)investissements

    L'économie immobilière n’est pas en reste dans ce réveil. Elle s'est aussi emparée de cette nostalgie, en commercialisant la référence au « quartier traditionnel » et à ses supposées incomparables valeurs d'urbanité, dans une reformulation opportuniste du principe « small is beautifulnbsp;». Cela conduit parfois les promoteurs, tout comme les concepteurs de centres commerciaux d'ailleurs, à produire des pastiches de quartier ressemblant à de mauvais décors de
    série télévisée. L’ouverture fin 2012 dans un centre commercial très chic de tout un étage dénommé «nbsp;Quartier/Mahalle » semble confirmer cet usage croissant de la référence décontextualisée au quartier par l’économie urbaine de la consommation. Le petit commerçant de quartier, atrophié par le développement des centres commerciaux, est récupéré comme simple icône « hors sol », dans le cadre de ces mêmes centres.
    Parallèlement un réinvestissement politique peut s'opérer selon d'autres modalités, comme celui enregistré après le tremblement de terre d'août 1999 où certains habitants d'Istanbul ont réalisé que face aux risques sismiques seule une organisation à l'échelle locale était réellement
    efficace. Il en est résulté un regain du phénomène associatif à l'échelle des quartiers, par réactivation d'associations récentes ou créations ex-nihilo. Les luttes écologistes et les mobilisations contre la transformation urbaine ont aussi pour effet de réactiver le quartier en tant qu'échelle et cadre de contestation, comme on l'a vu dès 1994 à Arnavutköy – contre, déjà  !, un tracé de troisième pont routier sur le Bosphore -, et dans des dizaines de quartiers désormais dressés contre la perspective d'une destruction, d'une éviction et de déplacements forcés. En ce sens, la transformation urbaine peut participer, dans certaines conditions, à la recristallisation d'une conscience de quartier, comme on l’a vu à la suite de la révolte du parc de Gezi de juin 2013.
    Certaines organisations de
    gauche radicale, à l’instar des « Maisons du Peuple » (Halkevleri) participent aussi au réinvestissement politique du quartier, à la fois au niveau symbolique – en exaltant la mémoire des mouvements révolutionnaires dans les quartiers au cours des années 1970 (Aslan, 2004) - et au niveau pratique, en implantant des associations de quartier, en favorisant les mobilisations à cet échelon, voire en noyautant certaines mairies de quartier (Yıldız, 2013). Suivant l’invitation du sociologue Ali Şimşek (2008), la gauche turque semble redécouvrir cette unité sociale concrète.
    Le quartier à Istanbul, dans ce contexte contradictoire et stimulant, n'est donc pas un objet d'étude
    obsolèteque la recherche aurait épuisé. Sa polymorphie et les formes d'investissement qu'il polarise encore en font un analyseur inépuisable des dynamiques urbaines. Pour l’étude des populations captives – par l’âge, le sexe, la langue, un handicap physique ou la position socio-économique – l’entrée par le quartier paraît particulièrement adaptée et même indispensable. C’est comme si, à l’heure des mobilités et des mises en réseau démultipliées pour certains, le quartier ne restait une réalité que pour les plus démunis et les plus invisibles. Ne serait-ce qu’à ce titre, il mérite la plus haute attention.

    Réinterroger”, pour faire écho à notre : « ‘Interroger le quartier’  : quelques repères terminologiques et méthodologiques », Anatolia Moderna/Yeni Anadolu, n°X, Istanbul, IFEA, 2004, p. 127-130.


    Le tableau d'İbrahim Sâfi (1899-1983) intitulé “Eski İstanbul Mahallesi” (Vieux quartier d'Istanbul) a parfaitement fixé cet imaginaire archétypal du quartier.

    Citons ici juste quelques titres d'articles parus récemment : “Je veux qu'on me rende mon quartier”, Gezinti, automne 2003, p. 28-32, “Pourquoi avons-nous cessé de faire le salut du matin?”, Zaman-Cumartesi, 17 février 2007, p. 7, “Avant il y avait les mères de quartier; à chaque souci on accourrait à elles” (Star, 15 avril 2012, p. 1), “Êtes-vous un bon voisin?”, Zaman-Cuma, 27 avril 2012, p. 7, “Qui est donc mon voisin de palier?” (Yeni Bahar, 3 mai 2012, p. 34-35), “Les imams de quartier à l'époque ottomane” (Yeni Bahar, 3 mai 2012, p. 6-7)...

    Le complexe résidentiel fermé développé en 2012 par le groupe Neo Vista au nord-ouest de l’aire urbaine joue beaucoup sur cette référence au quartier; “La vie de quartier a été greffée, avec des prix qui commencent à 760 000 TL”, Dünya, 22 mars 2012, p. 16. On pourrait croire à une plaisanterie, eu égard aux prix proposés...

    Voir Mehmet Tez, “Nous sommes devenus américains, bravo” (en turc), Milliyet-Cumartesi, 26 janvier 2013, p. 2.

    Voir notre: “Catastrophes, risques sismiques et redécouverte de la dimension locale à Istanbul », In  : Coanus T. et Pérouse J.-F. (éd.), Villes et risques. Regards croisés sur quelques cités «  en danger,  » Economica, Anthropos, 2006, p. 56-78.

    Voir sur cet aspect  notre : “Katmerli mağdurların muhalif olma hakkı yok. Ayazma’da neden yerel bir muhalefet oluşamadı?” (Les victimes multiformes n’ont pas le droit à l’opposition. Pourquoi aucune résistance n’a pu émerger à Ayazma  ?), İstanbul Dergisi, Nisan 2008, n°63, pp. 26-29.

    Voir Can Uğur: “Regard sociologique sur les quartiers de gecekondu : qui dit quartier dit voisinage et solidarité” (en turc), Birgün, 30 décembre 2012.

    Le “Netherlands Institute inTurkey” travaille depuis 2012 aussi beaucoup à cette échelle, en focalisant sur un quartier-parangon, celui de Tophane à Beyoğlu ; consulter :http://www.nit-istanbul.org/NITTophaneHeritageProject.pdf

    Comme le prouve le compte-rendu récent : Virgilio Pinto Crespo, « Biographie d’un quartier de Madrid », La Vie des idées, 17 juillet 2013. ISSN  :  2105-3030. (URL  : http://www.laviedesidees.fr/Biographie-d-un-quartier-de-Madrid.html (dernière consultation  : 19 juillet 2013).

    {tab=Bibliographie}

    • Aslan Ş. (2004), Bir Mayıs Mahallesi. 1980 Öncesi Toplumsal Mücadeleler ve Kent[Le quartier du Premier Mai. Luttes sociales et ville avant 1980], İstanbul, İletişim.
    • Ayverdi H. (1965), Fatih Devri Sonralarında İstanbul Mahalleleri, Şehrin İskânı ve Nüfusu, Ankara: Doğuş Matbaası.
    • Bayramoğlu Alada A. (2008), Osmanlı Şehrinde Mahalle [le quartier dans la ville ottomane], İstanbul: Sümer.
    • “Dünya’nın merkezi Mahallemiz” II [Le centre du monde, notre quartier], Kebikeç, 20, 2005.
    • Kara İ. & A. Birinci (1997), Mahalle mektebi hatıraları [Souvenirs de l’école de quartier], İstanbul : Kitabevi.
    • Osmanlı Mahalleleri Atlası, Atlas Dergisi özel kolleksyion 2011, İstanbul: DB.
    • "Aux marges de la métropole stambouliote : les quartiers Nord de Gaziosmanpaşa, entre varoş et Batıkent", Cahiers d'Etudes sur la Méditerranée Orientale et le monde Turco-Iranien ("Métropoles et Métropolisation"), CERI/FNSP, Paris, 1997, n°24, p. 122-162.
    • « Lettre d’Istanbul. Le quartier d’Ayazma »,   Mediterraneans-Méditerranéennes, Paris, nº12, octobre 2001,   p. 320-323.
    • «  Göz ardı edilen bir mahalle  ?  Küçükçekmece Ayazma mahallesi» (Ayazma à Küçükçekmece, un quartier tenu à l‘écart?), İstanbul Dergisi, Ocak 2002,   n°40, p.  81-83
    • «  Les métamorphoses de ‘Gazi Mahallesi’  : formation et dilution d’un quartier périphérique d’Istanbul  », Anatolia Moderna/Yeni Anadolu, n°X, Istanbul, IFEA, 2004, p. 189-204.
    • « Ayazma (Istanbul)  : une zone sans nom, entre stigmatisations communes et divisions internes  », in  : J.-L. ARNAUD (dir.), L'Urbain dans le monde musulman de Méditerranée, Paris  : Maisonneuve & Larose, 2006, pp. 155-174.
    • Raymond A. (1995), "Ville musulmane, ville arabe : mythes orientalistes et recherches récentes", in J.-L. HERVE, J.-C. BIGET(coord.) Panoramas urbains, situation de l'histoire des villes,  Fontenay/St-Cloud, E.N.S. Editions, p. 309-336.
    • Şimşek A. (2008), «La gauche doit bien lire les quartiers » (en turc), Birgün, 20 avril 2008, p. 11.
    • Yıldız E. & Oda Projesi (2013), Kendi sesinden Gülensu-Gülsuyu [Gülensu-Gülsuyu, de l’intérieur], Ankara, Nota Bene.

    {/tabs}

  • Soutenance de thèse de Julien Boucly

    Julien Boucly, bénéficiaire de l'Aide à la mobilité de l'IFEA, ancien responsable de l'Observatoire urbain d'Istanbul, soutiendra le 4 décembre 2019 sa thèse intitulée "La fabrique nationale du patrimoine mondial. Une étude politique de l'action publique patrimoniale en Turquie et à Diyarbakır" effectuée à l'EHESS sous la direction de Nathalie Clayer.

  • Voyage d'études des étudiants de master sociologie sur les politiques sociales et les nouveaux enjeux de participation, Univ. St Étienne 5-12/01/2013 (2)

    Les étudiants sont encadrés parValérie Sala Pala dont les thèmes de recherche actuels portent sur les relations interethniques, la question des discriminations et du racisme, les politiques urbaines et de logement.

    Ce voyage comportera des rencontres avec des ONG, des séminaires à l'IFEA et des visites urbaines.

    Programme des séminaires organisés à l'IFEA

    7/1/2013

    10h Accueil et introduction

    Jean-François Pérouse, géographe, IFEA
    les transformations urbaines à Istanbul

    14-16h Gizem Aksümer, géographe/urbaniste, Université Mimar Sinan
    Présentation du projet de recherche TÜBITAK (« CNRS turc ») sur la transformation des quartiers de Sarıyer

    16-18h Manon Leroy, Re-sources
    Les problématiques environnementales et de développement durable en Turquie et à Istanbul

    10/1/2013

    10-12h Korhan Gümüş, architecte, président du centre ONG Human Settlements (avec Asu Aksoy sous réserve)
    La société civile et les projets de transformation urbaine à Istanbul

    14-16h Claire Visier, politiste
    Turquie/Europe : regards croisés