• Dejanirah COUTO

    Dejanirah COUTO

    contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Dejanirah Couto studied first in Portugal, where she got a  BA in History, and then in France where she obtained a second BA in History and Physical Geography. She also holds two MA’s, one in Historical Geography of Asia Minor (University of Paris-I Panthéon Sorbonne)  and the other on late Byzantine history (University of Toulouse-II) as well as a french Ph.D thesis in Byzantine History (8e-13e centuries), (University of Toulouse –II, 1979), and an Habilitation à diriger des recherches in Early Modern History obtained from the University of Paris X-Nanterre where she presented an additional thesis on the history of the portuguese presence in the Persian Gulf and the Indian Ocean in the 16th century (2006). She studied arab (Maghreb) in the University of Lisbon and Turkish at the National School of Oriental Studies in Paris (INALCO) as well as in Istanbul. She joined the University of Paris III-Sorbonne-Nouvelle in 1982, where she still teaches history of medieval, modern and contemporary Portugal as well as History of Overseas European Expansion  and history of pre-colonial and colonial african and South and South-East societies of the former portuguese territories in Africa and Asia.

  • Description des collections

    Fonds voyageurs

    Le fonds "voyageurs", qui rassemble environ 500 titres, dont certains remontent au XVIIIe siècle, constitue une des principales richesses de la bibliothèque.
    A signaler aussi une importante collection de cartes anciennes et de plans de villes (Istanbul, Izmir...) réalisés à l'initiative de compagnies d'assurance. Enfin, une centaine de microfilms rend compte de la diversité de la presse ottomane de langue française.

    Voir enfin le riche travail effectué dans le cadre d'une recherche sur l’histoire des bibliothèques grecques dans l’Empire ottoman entre le 16e et le 20e siècle dans lequel sont inventoriés des récits de voyages concernant principalement les Îles aux Princes cliquez ici.

    Autre projet enthousiasmant soutenu par la Fondation Aikaterini Laskaridis, http://eng.travelogues.gr/est une vitrine des voyage(ur)s en Grèce et en Méditerranée du 15 au 20e siècle.

    Fonds Escalin

    La bibliothèque a reçu en don un ensemble précieux de copies de documents issus essentiellement de divers fonds d’archives départementales de France et de la BnF sur La Garde Antoine Escalin, général des galères et « ambassadeur » à la Porte ottomane sous Soliman entre 1541 et 1547.

    Ressources documentaires de l'Observatoire urbain d'Istanbul

    Une salle spécialisée de la bibliothèque propose, outre plusieurs centaines de cartes et plans, une collection d'ouvrages portant sur Istanbul et les autres villes de Turquie, des dossiers thématiques —constitués pour l'essentiel de coupures de presse— et des CD-roms permettant la consultation aisée du fond cartographique et des collections de photographies.

    Fonds Jean-Pierre Thieck (qui était Jean-Pierre Thieck?cliquez ici)

    Ce don composé d'environ trois cents ouvrages, en sciences sociales, science politique et linguistique, composait la bibliothèque personnelle de Jean-Pierre Thieck.
    Il est localisé dans la salle 1 de la bibliothèque sous la cote F TH

    Fonds Yerasimos

    À son arrivée à l'IFEA comme directeur à l'automne 1994, Stéphane Yerasimos fait don de près de 600 ouvrages et périodiques à l'Institut. Ces ouvrages ne sont pas ventilés dans la bibliothèque de l'IFEA, mais concentrés sous une cote "Fonds Yerasimos" (TUR FY) qui se trouve au premier étage.
    La raison de ce choix réside dans l'homogenéité du fonds.

    Fonds Hüsrev Tayla

    Nos collections se sont enrichies d’une petite partie des livres de Hüsrev Tayla, inventoriés après la mort de ce dernier, en même temps que le reste des éléments de sa bibliothèque (photographies, croquis, plans et dossiers de restauration) avec l’aide de l’IFEA. Si l’intégralité des livres n’a pu être conservée – certains ont été vendus, d’autres récupérés par les ayants-droit -, la collection de photos et les études et plans ont été cédés à SALT-Research, partenaire de l’IFEA. Notre institut tient à remercier les enfants du défunt et est fier de participer par la constitution de ce “Fonds Tayla” à la perpétuation de la mémoire de cet architecte important.

    Fonds TEZ

    Ce fonds réunit environ trois cent travaux de recherche (thèses de doctorat, mémoires de Master, rapports de stage, rapports de fın d'études) rédigés en en français, en turc, en anglais ou en italien . Il se trouve dans le dernier rayon du compactus dans la salle 5 sous la côte TEZ. 

    Fonds de l'Observatoire de l'Asie centrale et du Caucase

    Dans une autre salle de la bibliothèque, quelques 5000 ouvrages qui couvrent une zone allant des pays de Transcaucasie (Arménie, Georgie, Azerbaïdjan) aux confins orientaux de l'Asie centrale, représentent une collection unique à Istanbul.

  • Jean-Louis Bacqué-Grammont - Les talismans de Sainte Sophie et de l’hippodrome d’Istanbul dans la relation de voyage d’Evliya Çelebi - 4/11/2015

    Mercredi 4 novembre 2015 à 18h à l'IFEA
    Jean-Louis Bacqué-Grammont (directeur de recherches émérite au CNRS)
    "Les talismans de Sainte Sophie et de l’hippodrome d’Istanbul dans la relation de voyage d’Evliya Çelebi"

    LES TALISMANS DE SAINTE-SOPHIE ET DE L’HIPPODROME D’ISTANBUL DANS LA RELATION DE VOYAGE D’EVLİYÂ ÇELEBÎ

    Si, pour nous en tenir à la définition du dictionnaire de Littré, on qualifie de merveille une chose qui cause de l’admiration et qui, partant, apparaīt extraordinaire, hors des normes connues, on admettra que ce résultat peut ou pourrait être obtenu, entre autres, par des talismans, soit, toujours selon le même auteur, « certaines figures ou caractères gravés sur la pierre ou sur le métal, auxquels on attribue des relations avec les astres, et des vertus extraordinaires, suivant la constellation sous laquelle ils ont été gravés ». Or, ayant maintes fois rencontré la mention de ces objets de forme et de nature très diverses et peu explicite dans la relation de voyage (Seyâhat-nâme) d’Evliyâ Çelebî, il nous a semblé qu’il ne devait pas être inintéressant d’y poursuivre la recherche des occurrences les plus notables.

    Dans l’ensemble du Seyāhat-nāme, nous avons ainsi relevé 42 occurrences significatives des mots tılısmet mutalsamânât auxquelles s’ajoutent quelques redites et, sans aucun doute, beaucoup de cas qui ont échappé à notre attention. Quoi qu’il en soit, cet embryon de corpus apparaît suffisant pour examiner de plus près la manière dont un Ottoman relativement cultivé du milieu du XVIIe siècle pouvait envisager ces amulettes et les pouvoirs qu’il leur attribuait. Nous limiterons ici notre exposé à quatre cas, ceux des chérubins des pendentifs de Sainte-Sophie et des trois monuments caractéristiques de l’Atmeydanı.  

  • Jean-Louis Bacqué-Grammont - Visions des châteaux des Dardanelles - 27/5/2015

    Jean-Louis Bacqué-Grammont (CNRS)
    "Visions des châteaux des Dardanelles"
    Mercredi 27 mai 2015 à 18h à l'IFEA

    "Visions des châteaux des Dardanelles"

    Avec le Bosphore, les Dardanelles sont l’un des deux détroits qui mettent en communication la Méditerranée et la mer Noire via la mer Égée et l’antique Propontide, aujourd’hui mer de Marmara. Elles constituent donc l’un des points stratégiques majeurs sur une route commerciale nord-sud fréquentée de tout temps. On sait peu de chose sur l’aspect des constructions qui en protégèrent l’accès avant que le souverain ottoman Mehmed II fasse édifier de part et d’autre du détroit deux forteresses qui, lors du siège de Constantinople en 1453, complétèrent le dispositif d’isolement systématique de cette ville : Kilidülbahir (« la clé de la mer », l’antique Sestos) du côté européen et Seddülbahir (« le mur de la mer », l’antique Abydos) du côté asiatique. Aucune menace navale n’ayant affecté la capitale ottomane au cours des trois cents années qui suivirent, ce n’est qu’au milieu du XVIIe siècle que des travaux de remaniement s’imposèrent, la guerre de Crète contre les Vénitiens ayant pris un moment une tournure favorable à ces derniers. À quelques réfections près, ce sont ces mêmes forteresses que l’escadre des Alliés découvrit en face d’elle en 1915.
    Nous présenterons quelques textes peu connus en français qui contribuent à préciser la topographie et l’aspect des lieux à l’époque ottomane. L’un d’eux est dû à Pîrî Re’îs, ancien corsaire devenu amiral ottoman et auteur d’une remarquable description nautique des côtes et des îles de la Méditerranée au début du XVIe siècle. Un autre est celui qu’on peut trouver dans l’énorme manuscrit inédit de la relation de voyage du Périgourdin Julien Bordier qui les vit plusieurs fois à partir de 1605. Enfin nous examinerons ce qu’en dit un quart de siècle plus tard Evliyâ Çelebî, voyageur ottoman qui parcourut infatigablement pendant plus de quarante années les terres de l’Empire et quelques autres plus ou moins lointaines.       

  • Un Tatar au Japon

    Abdürrechid IBRAHIM, Un Tatar au Japon. Voyage en Asie (1908-1910), Sindbad Actes Sud, La Bibliothèque turque, Traduit du turc ottoman par Işık Tamdoğan-Abel, octobre 2004, 272 pages.

  • Voyageurs occidentaux dans l'Empire ottoman

    Elisabetta Borromeo, Voyageurs occidentaux dans l'Empire ottoman (1600-1644), Volume 2, Maisonneuve et Larose & Institut français d'études anatoliennes-Georges Dumézil , collection Passé ottoman, présent turc, Paris, mars 2007.