Dear friends, colleagues
Caucasus Survey's website is now operational. The journal was presented on Novembre 12 at the Royal Institute for International Affairs at Chatham House.


A presentation will take place at the CERI (Paris) on December 10, 17pm.
Presidency: Sophie Shihab, Le Monde

with

Laurence Broers, Editor of Caucasus Survey; School of Oriental and African Studies (SOAS), London
Caucasus Survey: A new scholarly voice for a dynamic region

Thorniké Gordadzé,associate researcher at the CERI-Sciences Po
L'année électorale dans les trois pays du Sud-Caucase. Ruptures et continuités

Mayrbek Vatchagaev, Editor, Jamestown Foundation
L'élément Nord-Caucasien dans le conflit syrien et ses possibles conséquences

Adeline Braux, Institut Français d'Études Anatoliennes, Observatoire du Caucase, Bakou
Caucase du Sud : recompositions plurielles d'un champ migratoire


CERI-56 rue Jacob, 75006 Paris / Salle de conférences

Les jardins de l’Hevsel à Diyarbakır viennent d’être admis, avec le centre historique et ses murailles, sur la liste indicative du patrimoine de l’UNESCO par le Ministère turc du Tourisme et de la Culture.  Ils représentent une surface d’environ 300 hectares étagés entre la muraille romaine et le Tigre. Voués à la culture du murier du ver à soie à l’époque ottomane, ces jardins vivriers et historiques sont à nouveau partagés entre l’agriculture et l’arboriculture. Ils constituent, fait notable, une « réserve historique» de première importance pour l’étude des jardins en Haute-Mésopotamie dont nous n’avons que trop peu d’exemples, pour ne pas dire pas d’exemple. À Amida/Diyarbakir des jardins sont cités dès le IXème siècle avant J.-C  par les Annales royales assyriennes qui rapportent que  le roi Assurnasirpal II combattit devant les portes d’Amida et réduisit ses vergers. Et c’est entre Tigre et Euphrate que doivent être recherchées les réalités qui ont donné lieu à « l’Invention du Paradis » et à ses descriptions dans les textes sacrés, Bible et Coran.

Lire la suite sur Dipnot

– Antoine Perez: De la réhabilitation historique à la question patrimoniale I. Amida/Diyarbakır (Turquie): une cité méconnue de l’Antiquité.

– Martine Assenat: De la réhabilitation historique à la question patrimoniale II. Mise en valeur et réhabilitation du centre ville de Diyarbakır.

 Diyarbakır, l’antique Amida, a durablement souffert d’un déficit historiographique qui a eu pour effet de minorer tout-à la fois son importance et son rôle historiques durant l’Antiquité. Jusqu’alors, elle était réputée fondée tardivement, sous le règne de l’empereur Constance II (337-361), en même temps que son imposante enceinte, l’un des plus grands remparts antiques à ce jour conservés dans le monde (plus de 5,5 km.). Le caractère monumental de cet ouvrage a, comme par effet de contraste, oblitéré l’existence antérieure de la ville, jugée anecdotique, alors même que de très anciennes mentions attestent son nom dès l’époque medio-assyrienne, à la fin du premier millénaire avant J.-C. L’identification récente d’un grand théâtre romano-italique probablement datable du haut-Empire pourrait permettre de lever un peu le voile sur cette réalité occultée. Associé à la remise en perspective des sources littéraires – gréco-latines, syriaques, arméniennes, perses, arabes -, cette découverte a permis de remettre en perspective l’histoire séculaire et le statut d’une cité qui fut probablement, outre une capitale régionale de l’empire assyrien, une fondation royale hellénistique – séleucide –, avant de constituer, dès l’époque des Sévères, au IIIe siècle ap. J.-C., une ciuitas majeure des marges orientales de l’empire romain.

 Cette longue durée, associée à la position privilégiée d’Amida, aux confins des mondes classiques gréco-romain et iranien ainsi qu’au carrefour de nombreuses cultures, composera un des argumentaires d’un dossier de classement UNESCO, dossier dont le rempart reste, naturellement, une pièce essentielle.

A. P.

Située sur le plateau volcanique du Karacadag à 70 mètres à l’aplomb du Tigre, entièrement bâtie de pierre volcanique noire,  Diyarbakır est la métropole historique de la haute Mésopotamie et le conservatoire de ses cultures successives. Depuis les années 90, le centre ville historique de Diyarbakır (158 hec, enserré dans de spectaculaires murailles romaines connaît une situation de forte pression démographique. La ville est passée de 274 000 habitants en 1980 à plus d'un million et demi d'habitants (1 570943) selon les statistiques de 2012. Dans le centre ville, l’arrivée des populations pauvres a été accompagnée du départ des populations plus aisées ce qui est à l’origine à la fois des nombreuses dégradations des bâtiments traditionnels, qui ont été également réutilisés comme fondations pour des constructions illégales, et, d’une verticalisation de la ville historique. La muraille a été envahie par les geçekondu. De ce fait les pouvoirs publics ont du faire face au processus de dégradation rapide du centre et de ses bâtiments historiques. Aujourd’hui le plan urbain s’attache à promouvoir une demande de classement de la ville au patrimoine mondial de l’UNESCO. Il a été acté par une politique volontariste de réhabilitation de la muraille, en lien avec celle du centre ville et le réaménagement de plusieurs des axes principaux, qui s’est attaché à remettre la muraille en valeur, à restaurer un certains nombre de bâtiments historiques ou traditionnels et à aménager des espaces piétonniers et des espaces verts. L’ensemble de ces démarches, et en dernier lieu la dynamique que sollicite le projet UNESCO, a favorisé le développement de recherches sur l’histoire de la ville. Un inventaire des biens à protéger a été réalisé. C’est dans ce contexte que le projet AMIDA (du nom antique de la ville) a été mis en place. Il vise à protéger le site en attirant l’attention des acteurs locaux sur l’importance des aspects non nécessairement spectaculaires du patrimoine diyarbakiriote où sur la sensibilité de certaines zones topographiques (quartiers du forum, du tetrapylon, du théâtre, zones des carrières antiques, éléments en réemploi…). Il doit également permettre une acquisition ortho-photographique des murailles et l’élaboration de bases de données utiles aux recherches actuelles et futures.

M. A.

Rencontres et Débats du 6 Décembre 2013 au MUCEM. Marseille. Burçak Madran, Les défis du contemporain en muséologie et muséographie: le cas du Diyarbakir City Museum, en Turquie.

Burçak Madran, muséologue et designer, directrice de TETRAZON Design, professeur au Département de la Muséologie de l’Université de Yildiz, Istanbul, Turquie et à la Faculté d’Architecture de l’Université de la Méditerranée de l’Est, Chypre donne une conférence le 6 décembre 2013 au MUCEM de Marseille dans le cadre des Rencontres et débats : à quelle distance placer le contemporain ?

"Les défis du contemporain en muséologie et muséographie : le cas du Diyarbakir City Museum, en Turquie"

Diyarbakir est une cité vieille de 8000 ans où les lieux de mémoires sont toujours restés pour la plupart confinés au sein des grands murs de la ville. Ils conservent les traces de nombreux conflits, diasporas, immigrations et assimilations qui n’ont pas créé un milieu idéal pour préserver les preuves matérielles de la mémoire collective formée par plusieurs communautés. Par conséquent, le projet du musée doit « réinventer le contemporain » afin de visualiser et de raconter le passé commun à la fois pour les citoyens de Diyarbakir et les gens qui visitent la ville.

2 kasım 2013 Cumartesi

10:00 -Sinevizyon gösterimi
10:15-Açılış konuşması
Sunum: DTK eşbaşkanı


1.gündem
 
 
10:45 Kürdistanda Zorla yerinden edilme
Sunum: hazırlık komisyonu


11:15 ara

2.gündem

11:30 Zorla yerinden edilmenin sosyo ekonomik ve psiko sosyal sonuçları
Moderatör: Raci Bilici (İHD şube başkanı)
Zorla yerinden edilme ve yaşanan sosyo-kültürel zorluklar 
Sunum: Feray Salman (Sosyolog)
Zorla yerinden edilmenin sosyo-ekonomik etkileri
Sunum: Mustafa Sönmez  (Yazar-ekonomist)
12:10-Zorla yerinden edilmenin mağdurlar üzerinde yarattığı psikolojik etkiler/ötekileşme  
Sunum: dr. Necdet İpekyüz (TİHV tem.)
12:30-Zorla yerinden edilmenin kadının sosyal, siyasal, ekonomik ve kültürel yaşama katılması üzerindeki etkileri
Sunum: Demokratik özgür kadın hareketi
12:45-Zorla yerinden edilen nüfusun yaşadığı sağlık sorunları
Sunum: Dr. Cengiz Günay (D.bakır tabip odası genel sek.)


Ara 13:00-14:00


14:00- Asimilasyon/Zorla yerinden edilmenin dil ve kültür üzerindeki etkileri
Sunum: Sabahattin Gültekin (Kürdi-der bşk)
14:15-Üretim toplumundan tüketim toplumuna. Zorla yerinden edilmenin ekonomik etkileri
Sunum: Şilan Elmas (Ticaret odası bşk. Yrd)
14:30-Zorla yerinden edilme ve yoksulluk
Sunum: Şerif Camcı (Sarmaşık derneği genel sek)
14:45- Zorla yerinden edilmenin ekolojik ve kentsel yapı üzerindeki etkileri
Sunum: Necati Pirinççioğlu (Mimarlar odası bşk)
 

15:00 ara

15.10- Zorunlu göçün sosyo ekonomik ve psiko sosyal Sonuçları-Tartışma

16:10 ara

16:20- - Zorunlu göçün sosyo ekonomik ve psiko sosyal Sonuçları-Tartışma


17:20-kapanış

2.gün

3 kasım 2013 Pazar


3.gündem

10:00- Köye geri dönüşün önündeki engeller
Moderatör:  Av. Cihan Aydın (D.bakır baro yön kurulu üyesi)
10:10 -5233 sayılı yasanın uygulanma sorunları çerçevesinde mevcut hukuksal durum
Sunum: Nahit Eren (Baro 2.bşk)
10:25-Patlayıcılar ve mayın sorunu
Sunum: Muteber Öğreten (Mayınsız bir Türkiye koordinatörü)
 

10.40- Koruculuk sistemi
Sunum: Yrd. Doç.Dr. A.Rahim Özmen


11:00 ara

11.15- işgal ve mülkiyet sorunu
Sunum: Hüseyin Kırşan (Harita mühendisleri odası)
11:30-Çatışma sonrası geri dönüş konusunda dünya deneyimleri
Sunum: Erdal Balsak (GABB)

Ara 12:00-13.00
 
13:00- Köye geri dönüş için çözüm Önerileri- Tartışma
Moderatör: Şefika Gürbüz (Göç-Der eski genel başkanı)

14:00 ara
 
14:15  Köye geri dönüş için çözüm Önerileri- Tartışma

15:15 ara

15:30  Köye geri dönüş için çözüm Önerileri- Tartışma

16:30 Sonuç bildirgesi

Exposition "Smyrne aux 18e et 19e siècles: Regards Occidentaux" 25/09-29/12/2013

Dans le cadre de l’exposition ont été réunis près de 300 documents et oeuvres d’art grâce aux prêts de musées européens de premier plan, de bibliothèques et de collections privées, et dont la plupart n’ont jamais été exposés jusqu’à présent.
L'IFEA est au nombre des institutions prêteuses d'œuvres avec des documents d'archives issus de l'Atelier de cartographie. Nous avons prété des plans d'assurance GOAD ainsi que des guides ou voyageurs de l'IFEA.

 
CENTRE D’ART D’ARKAS
1380 Sokak No:1 Alsancak, İzmir
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Plus d'informations

invit2 sinvit s

poster fr L

Télécharger le volume des 1eres Rencontres d'Archéologie

En novembre 2010 l’IFEA inaugurera un événement qui, projeté de longue date, n’avait pu encore aboutir. Ainsi, à compter de 2010, l’IFEA organisera chaque année les Rencontres d’Archéologie à  l’IFEA qui visent à réunir l’ensemble des acteurs français en ce domaine et en Turquie ainsi que leurs partenaires turcs et étrangers. Il s’agit non seulement d’offrir une plateforme scientifique de rencontres aux chercheurs, mais aussi d’accroître  le dynamisme des activités archéologiques françaises en Turquie en développant le réseau scientifique et institutionnel existant. Ces rencontres  auront aussi pour ambition de resserrer les liens entre institutions, personnels scientifiques français et turcs et de développer le vivier des jeunes chercheurs.

Sous la responsabilité scientifique d’Olivier Henry les Rencontres  d’archéologie de  l’IFEA 2010 se dérouleront du 11 au 13 novembre. Placées cette année sous le thème 'Archéologies et Espaces Parcourus', les Rencontres 2010 réuniront près de 35 interventions scientifiques données par 50 participants de 9 nationalités  différentes. Les sujets abordés couvriront l'ensemble des périodes depuis la préhistoire jusqu'à la période médiévale et présenteront un large éventail des domaines de l'archéologie en Turquie (recherche de terrain, recherche en musée, histoire, histoire de l'art, géographie historique, numismatique, épigraphie, architecture, etc.).

Nora SENI  

 Toutes les communications bénéficieront d'une traduction simultanée français/turc, turc/français.

Les Premières Rencontres d'Archéologie de l'IFEA se tiendront dans les salons de CEZAYIR (Hayriye Cad 16, Galatasaray, Beyoğlu, 34425 Istanbul).

Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les Rencontres d'Archéologie de l'IFEA bénéficient du soutien financier de TOTAL Turquie. TOTAL_LOGO_COUL_Q

Lire la suite : 1eres Rencontres d'archéologie de l'IFEA 11-13/11/2010

Trois initiatives intéressantes à signaler :

2011 boyut diyarbakir

 

La mise en ligne intégrale sur le site de la mairie de Diyarbakır de l'excellent guide touristique de la ville de Diyarbakır aux éditions Boyut

diyarbakir supp taraf La parution, le 29 mars 2013 dans le quotidien Taraf, d'un supplément sur Diyarbakır
dunya bolge diyarbakir Le supplément mensuel "Bölge Araştırması" du quotidien Dünya consacre son numéro de septembre 2013 à Diyarbakır

La préfecture de Diyarbakır et la Municipalité Métropolitaine de Diyarbakır organisent conjointement à Diyarbakır une réunion internationale intitulée « La forteresse de Diyarbakir et sa Ville Historique: Rencontre 2013 ICOMOS/ICOFORT » du 11 au 14 avril 2013.

Un dossier de candidature pour inscription de la forteresse de Diyarbakir et de sa muraille a été déposé pour inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Au cours de cette réunion, organisée pour la première fois en Turquie et avec la participation des experts d'ICOMOS / ICOFORT, seront notamment échangées les expériences d'autres villes fortifiées.

***Deadline extended to Friday, February 22, 2013***
The American Research Institute of the South Caucasus (ARISC) announces the availability of US graduate student, postdoctoral and junior faculty (pre-tenure) fellowships in support of research and mentoring activities in the South Caucasus (Armenia, Azerbaijan, and/or Georgia). The goals of the fellowship are
  1. to support research in and the study of the South Caucasus; and
  2. to select, recognize and financially support individuals early in their careers who demonstrate high potential to contribute to research in this region.
Projects in all fields in the humanities, social sciences, and natural sciences are eligible, but all projects must include one or more undergraduate and/or graduate students from Armenia, Azerbaijan, and/or Georgia as research assistants/participants in order to foster long-term ties between the academic communities in the U.S. and the South Caucasus.
Research awards will be made for a maximum of $5000 each to help cover travel, living, and research expenses in the South Caucasus; an additional $500 may be made available for fellows to offset necessary expenses related to incorporating an undergraduate or graduate student in the host country in their research program.
Proposals will be judged on their quality and on the potential of the research to strengthen scholarship on the South Caucasus.

Application requirements

Please send a complete application including the application form, a project statement of not more than 1500 words, work schedule, budget, and curriculum vitae, by February 22, 2013, to Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..
Three letters of recommendation must also be submitted.
Letters of recommendation should be sent directly from your referee via email to Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..
All information must be received by February 22, 2013, in order for the applicant to be considered for the fellowship.

ARISC does not discriminate on the basis of race, color, national origin, religion, sex, physical or mental disability, medical condition, ancestry, marital status, age, sexual orientation, or status as a covered veteran.

This fellowship is supported with a grant from the US Department of Education.
For more information and the application form, please visit http://www.arisc.org/Resources/Funding-Opportunities

 

Le président de la holding Arkas a inauguré la 17 mai 2012 un nouveau musée consacré à l'histoire maritime à Bornova (Izmir).

Le musée expose près d'uen centaine de maquettes de navires allant du premier millénaire avant JC au 20e siècle, des antiquités maritimes ainsi qu'une collection de 67 œuvres picturales rassemblées au cours des 30 dernières années par Lucien Arkas.

Ce nouveau musée vient compléter l'offre culturelle de la Arkas Holding qui a déjà ouvert en novembre 2011 un centre de soutien et promotion des arts dans une aile du bâtiment du consulat honoraire de France à Izmir.