• Atelier « Missionnaires en qualité d’experts : réseaux religieux, connaissance du terrain et action publique au Moyen-Orient (XIXe-XXIe siècle) » - 26/10/2018

    Workshop : Missionaries as Experts 

    Religious Networks, Knowledge of the Field and Public Action in the Middle East (19th-21st century)

     

     Atelier : Missionnaires en qualité d'experts  

    Réseaux religieux, connaissance du terrain et action publique au Moyen-Orient (XIXe-XXIe siècle)

     

    Inscription obligatoire avant le 25 octobre (midi) sur / Registration required by October 25 (noon) on Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

     

    09.30-09.45 : Welcome and introduction
    09.45-10.30 : Keynote speech, Dr. Claudio Monge (St Pierre convent)

    Panel 1 : Missionary expertise, orientalism, and colonization (Discussant : Dr. Karène Summerer-Sanchez, Universiteit Leiden)

    th Century (Stanislau Paulau, Georg-August-Universität Göttingen)
    11.10-11.30 : Coffee break
    11.30-12.10 : Paul Salman, an expert on the in-between in the Emirate of Transjordan (1932-1948) (Dr. Norig Neveu, CNRS, IREMAM)
    12.10-13.00 : Panel discussion

    13.00-14.30 : Lunch break

    Panel 2 : Missionaries, nationalist states, and development (Discussant : Dr. Heinrich Harmann, hab., Universität Basel)

    14.30-15.10 : Expertise et technique dans l'Egypte nassérienne. Le cas des missionnaires salésiens (Dr. Annalaura Turiano, Ecole Française de Rome)
    15.10-15.50 : The function of expertise, from colonialism to nationalism : the Jesuits as informers of the state ? (1941-1975) (Dr. Philippe Bourmaud, Université Jean Moulin – Lyon 3) 
    15.50-16.40 : Panel discussion

    16.40-17.00 : Coffee break 

    17.00-18.30 : Roundtable and general discussion : Missionary declinations and contexts of the power-knowledge nexus (Philippe Bourmaud, Norig Neveu, Karène Summerer-Sanchez)

    18.30 : Buffet (IFEA)

  • Workshop Étude et Réhabilitation des Jardins de l'Hevsel

    Depuis 2014 et grâce à un premier financement de la MSH-M (Maison des Sciences de l'Homme de Montpellier - site : MSH-M.fr), le programme « les Jardins de l'Hevsel »  à Amida/Diyarbakır/ Turquie réunit, sous la responsabilité de M. Assénat et de J-F. Pérouse, assistés de C. Kuzucuoğlu et A. Pérez, historiens, urbanistes, politistes, architectes, ethnologues, archéologues, géophysiciens, géomorphologues – paleoenvironnementalistes et acteurs locaux. Ce programme vise à réhabiliter, par une série de lectures pluridisciplinaires, des jardins mésopotamiens (Eden ou Paradis), aujourd'hui jardins urbains maraîchers dans la perspective d'un classement du site au patrimoine culturel et naturel de l'Humanité (UNESCO).

    Le workshop débutera avec une série de présentations par les principaux partenaires et participants du programme, sur l’état des connaissances et d’avancement de travaux antérieurs et préliminaires au programme (2013). Ces communications s’ouvriront sur des propositions d’axes de recherche.

    Les 14 présentations prévues seront suivies d’un débat autour des questions de réhabilitation des éléments urbains et naturels (en ville et hors la ville) de Diyarbakır, dans un contexte de promotion et de protection de ses richesses patrimoniales. Ce débat doit permettre de définir également une stratégie de recherche pour l’approfondissement des connaissances sur l’Amida (nom de Diyarbakır depuis l’époque assyrienne), achéménide, hellénistique, romaine, byzantine, seldjuk et ottomane).

    Tout ce programme repose sur une étroite collaboration entre l’équipe française (principalement CRISES, IFEA, LGP) et l’équipe turque des services urbains de la Municipalité de Diyarbakır. Ce Workshop International sera suivi d’autres rencontres.

    Programme

    Mardi 14 Octobre

    9h Accueil - Introduction

    I - LES JARDINS ET LE TIGRE –modérateur Martin Godon

    9h40- Sabri KARADOĞAN (Université du Dicle- Diyarbakır), Geomorphological setting and tectonic context of the valley of the Tigris in the region of Diyarbakır

    10h - Catherine KuzucuoĞlu (LGP, Meudon) : Formation et évolution des jardins de l'Hevsel: relations avec les dynamiques passées et actuelles de la vallée et du bassin-versant du Tigre à Diyarbakır

    10h20 - Discussion

    II - LES JARDINS DANS LA VILLE-modérateur Sabri Karadoğan

    10h 40  - Antoine PEREZ  (CRISES) De l’histoire au mythe ; du mythe à l’histoire : Assurnarsipal II, l’Eden et les Jardins de l’Hevsel.

    11h - Martine ASSENAT (CRISES, IFEA). Amida : éléments de structuration de l’espace urbain et naturel

    11h20 - Murat ALÖKMEN (Diyarbakır Büyükşehir Belediyesi): Diyarbakır Kentsel Peyzajında Hevsel Bahçeleri

    11h40- Discussion

    III – ARCHEOLOGIE DES JARDINS –modérateur Antoine Pérez

    14h00 - Martin GODON (IFEA)  Approches et contraintes archéologiques dans la réhabilitation des Jardins de l'Hevsel à Diyarbakır

    14h20- Mahmut DRAHOR (Université d’Izmir-Geoim) First results of the geophysical prospection before the gates of Hevsel gardens in Diyarbakır

    14h40 -  Martine ASSENAT  (CRISES, IFEA) & Jean-Claude BESSAC J-C. (UMR 5140). Les carrières de basalte des Jardins de l’Hevsel.15h

    15 h00- Discussion               

    Mercredi 15 Octobre

    9h Accueil

    IV - LES JARDINS ET LA REHABILITATION DE LA CAPITALE DE MESOPOTAMIE modérateursCatherine Kuzucuoğlu et Mahmut Drahor

    9h20 - Gamze SAYGI (Dokuz Eylül Universitesi - Izmir- FBK). Architectural Heritage and 3D Visualization: The case of Diyarbakır City Walls in Turkey

    10h - Discussion

    10h 20 - Michaël THEVENIN (Acomont). Une maison du berger à Diyarbakır

    10 h 40 - Julien BOUCLY  (EHESS, Paris). Exigences de collaboration et divergences de projets sur un site candidat au patrimoine mondial.

    11h  - Nevin SOYUKAYA (Mairie de Diyarbakır), Diyarbakır Kalesi ve Hevsel Bahçeleri kültürel Peyzajı :

    11 h 20 Discussion – Conclusions

    14h -  V - TRAVAUX

  • BAKOU Table-ronde "Islam and Azerbaijan in an Era of Globalization" 14/05/2014

    Table ronde organisée en partenariat avec le Département de science politique et de relations internationales de l'université Khazar (Bakou) dans le cadre du cycle "Le Caucase dans la mondialisation"

    Page personnelle de Mohamed-Ali Adraoui, chercheur invité par l'ODC: http://www.eui.eu/ProgrammesAndFellowships/MaxWeberProgramme/People/MaxWeberFellows/Fellows2013-2014/Adraoui.aspx 

    adeline conf02
    Dr Mohamed-Ali Adraoui (Institut universitaire européen, Florence) et Dr Anar Valiev (Académie diplomatique d'Azerbaïdjan)

    adeline conf04

    Dr Mukhtar Hajizada (Responsable du département de science politique et de relations internationales de l'université Khazar ; Dr Elnura Azizova (Responsable du département des langues orientales et d'études religieuses, université Khazar) ; Dr Adeline Braux (Reponsable de l'Observatoire du Caucase) ; Mohamed-Ali Adraoui ; Anar Valiev

    adeline conf03

  • Journées d'étude IFEA-IFPO Logiques étatiques / pratiques transnationales : les dynamiques actuelles dans les zones kurdes de Turquie - d’Irak - de Syrie et d’Iran

    {tab=Présentation du projet}

    L'objectif de ce projet est d'organiser deux ateliers de travail et une conférence au cours de l'année 2014 sur les dynamiques politiques des zones kurdes de Turquie, d'Irak, de Syrie et d'Iran. Ce projet, organisé conjointement par l'IFEA (Istanbul) et l'IFPO (Erbil), vise à réunir en priorité des doctorants et chercheurs français, turcs et irakiens. Son but est de favoriser une lecture transnationale des évolutions à l'œuvre dans l'espace kurde en décloisonnant le débat scientifique sur cette question.
    Depuis une vingtaine d'années, nous assistons à une redéfinition des interactions entre les états turc, irakien, syrien, iranien et leur population kurde, qui s'affirment en tant qu'acteurs politiques autonomes. Plus récemment, les crises irakiennes et syriennes ont eut pour conséquence l'affaiblissement des États et le renforcement du rôle politique des minorités, et en Turquie, la question kurde connaît d'importants développements.
    Les zones kurdes de chaque État connaissent de profondes mutations dans un contexte de redéfinition des rapports entre acteurs étatiques et acteurs périphériques. Entre les périphéries kurdes de chaque état, on observe une multiplication des liens, des migrations et des échanges transnationaux. Ces derniers ont pour conséquence de développer des phénomènes d'influence réciproque et des logiques d'interdépendances entre les différents espaces. De plus, les acteurs périphériques développent leurs propres modes de gouvernance au niveau local, et deviennent pour certains des pôles régionaux dotés d'un agenda politique propre. Cette émergence de nouveaux acteurs régionaux n'est pas sans conséquences sur les stratégies transnationales des États.

    Dans ce contexte ce projet collectif pose les questions suivantes : comment s'effectue le processus de redéfinition des relations entre l'État et les acteurs périphériques kurdes dans chaque cadre national ? Entre les acteurs périphériques des différents cadres nationaux ? Dans quelle mesure ces évolutions participent-elles à un renversement symbolique ou partiel des rôles entre centres et périphéries ?
    Il s'agit ici de s'interroger sur l'émergence de nouvelles pratiques politiques et sociales à partir de trois niveaux d'observation. Premièrement à travers l'étude de la transformation des modes d'intervention étatique dans les zones kurdes de chaque État: en quoi observe-t-on une redéfinition des politiques étatiques par rapport à leurs périphéries ? Deuxièmement, par les nouveaux modes de gouvernance locales que les acteurs kurdes développent en interaction avec leur scène nationale et régionale. Ceci pose la question de savoir dans quelle mesure ces périphéries sont elles même productrices de gouvernance au niveau local. Enfin l'observation à l'échelle régionale des pratiques politiques devrait permettre de mettre en valeur le rôle des différents réseaux transnationaux qui permettent aux acteurs de se désenclaver, d'acquérir de nouvelles ressources et de se projeter sur d'autres terrains d'action. Ce dernier point nous permettra d'esquisser des éléments de réponses pour comprendre comment la multiplication des liens transnationaux transforme les pratiques locales autant que le cadre régional dans son ensemble.

    {tab=Programme}

    {/tabs}

  • Call for proposals / Research Workshop : « Beyond soft power: The stakes and configurations of the influence of contemporary Turkey in the world » / January 8th and 9th 2014

    Call for proposals

    Research Workshop

    « Beyond soft power: The stakes and configurations of the influence of contemporary Turkey in the world »

    January 8th and 9th 2014

    French Institute for Anatolian Studies (IFEA), Istanbul

     

    I. PRESENTATION

    This project consists in the organization of 3 half-day research workshops on the theme of Turkish political and cultural influence in the world at the French Institute for Anatolian Studies (IFEA) in January 2014.The language used will be English.

    Today Turkey differentiates itself by its growing diplomatic and cultural influence. This influence, even if it is not comparable with that of China or the USA, has been expanding for several decades in the Balkans, the Middle East, Central Asia, even in Africa and is also noticeable in Ankara’s involvement in international organizations. This increasing influence has been highlighted by the Arab Spring, which has created an environment conducive to the idealization of Turkey’s model of governance (the « Turkish model ») and to its promotion by Western powers. Turkey’s attractiveness is also based on its substantial economic development contrasting with the economic crisis European countries are suffering from, and on its increasing cultural presence in the media (notably through the broadcasting of TV shows outside Turkey), especially in neighboring countries who share cultural affinities with Turkey. However, this influence used by Ankara within the framework of a self-promoting discourse has started to be questioned in the past few months due to both regional and domestic developments. Indeed, the degradation of the situation in Syria and in Iraq has limited the influence of Ankara on neighboring actors while the Gezi park demonstrations and its repression are casting doubts on Turkey’s ability to be a source of inspiration for the region. 

    How can analytical tools help us characterize today’s Turkey’s influence and its limits? The concept of “soft power” created by Joseph Nye in 1990 was an attempt to theorize mechanisms and conditions of this kind of influence, contesting the idea that war was the only source of power of the nation-states. It was highlighting the use by states of non-coercive means in conflict resolution, in decision-making in the international sphere, or in order to gain economical attractiveness. This concept was widely used in academic research, media, and in the public sphere. Yet, this concept received several types of criticism among which two can be emphasized concerning our case study. Firstly, the core of the concept of “soft power” mainly focuses on the role of the State, in particular because the theory, at the time it was created, applied to the USA. Thus the State is considered as the main actor and beneficiary from such an influence, and makes “soft power” dependent on the ability of the State to use diverse tools in order to expand its influence. This state-centered perspective, in which the State remains the only instigator of the interest of the country, has been strongly criticized. Such an analysis denies both the role and the capacity of private initiative and transnational dynamics to influence international relations. The second criticism addressed to the concept of soft power concerns the consequences of its success: the term “soft power” is now used to characterize tools, practices, or groups of actors through multi or antagonistic meanings. Therefore its interest as a concept would be undermined by its own polysemy.

    The methodological and analytical consequences we could draw from these statements are that such uses of the concept of “soft power” tend to maintain and create shortcuts where the limits between concept and ideology become blurred, where the labelization of a dynamic as “soft power” becomes a political stake, and where analysis, causes and effects, actors and vectors, scales and contexts, theoretical and empirical dimensions are not distinguished. This workshop project intends to answer the need for a redefinition of the concept of “soft power” and its value as an analytical concept. It will also be an opportunity to characterize the different types and modalities of Turkey’s influence, which could lead to the production of new conceptual tools, more adapted to Turkey’s current situation.

    This workshop aims at raising several questions: To what extent is the concept of “soft power” adequate to characterize Turkey’s influence and its weaknesses both on the international stage and towards its neighboring countries? Reciprocally, how can the analysis of the different patterns of Turkey’s influence help us question the concept of “soft power”, and to come up with other notions?

    In the framework of this workshop, we will propose to explore the influence of Turkey through several axes (which are not exhaustive).

      • The discourse of soft power within Turkish diplomacy and para-diplomacy;
      • State institutions promoting Turkey’s influence abroad;
      • The role of private actors and civil society in Turkish influence abroad;
      • The territorial logics of Turkish soft power: the role of infranational and supranational entities;
      • The economic dimension of Turkish “soft power”;
      • Various instruments of Turkish “soft power”: education, culture, media…;
      • Religion in Turkish foreign policy;
      • Regional and domestic limits of Turkey’s “softpower”

    II.PRACTICAL INFORMATION

    a) Objectives of the workshop

      • Scientific debates on the topic of “soft power” and its applicability to contemporary Turkey;
      • Promotion of young scholars along with recognized academics;
      • Creating a network of academics working on these fields;

    The workshop will take place at the French Institute for Anatolian Studies in Istanbul (IFEA). The language spoken will be English. Communicants’ transportation and housing fees will be covered

    b)  Abstracts and proposals

    This workshop aims at highlighting the research of young scholars, with a focus put on topics sustained by strong field research. 

    Abstracts should not exceed 400 words. They have to be sent with a C.Vbefore September 20th to the following address: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    All abstracts should be submitted in English and in Word format(Times New Roman, 12). Acceptance will be notified by early October.

    Selected participants will be asked to submit their complete article before December 15th, 2013.Papers shall not exceed 40 000 signs(including spaces, notes and bibliography). The papers presented during the conference will be examined by the scientific committee for possible publication.

     c) Scientific and organizing Committee

    Elise Massicard (CNRS/IFEA/OVIPOT)
    Gabrielle Angey (EHESS/IFEA)
    Julien Paris (EHESS/IFEA)
    Jérémie Molho (Université d’Angers/IFEA)
    Elshan Mustafayev (Sciences Po Grenoble/IFEA)
    Yohanan Benhaïm (Paris I/IFEA)

    III. CALENDAR:

    • September 20th, 2013: deadline for submitting abstracts;
    • Early October2013: proposals’ selection and notification sent to presenters  
    • December 15th,2013: submission of discussants’ papers;
    • January 8th and 9th, 2014: Workshop « Beyond soft power: The stakes and configurations of the influence of contemporary Turkey in the world ».

     IV. WEBLINK:

  • PARIS - Journée d’études Sociétés urbaines méditerranéennes et levantines. Histoire et anthropologie - 03/06/2013

    La journée d’études organisée dans le cadre du séminaire Sociétés urbaines méditerranéennes et levantines. Histoire et anthropologie. 
    lundi 3 juin 2013 de 9h15 à 19h00, à la salle 5.28 du PLC Inalco 6 rue des Grands Moulins, 75001 Paris Métro : Bibliothèque François Mitterrand

    Organisé par :
    École française d’Athènes, INALCO (CREE), Institut français d’études anatoliennes (Istanbul) et EHESS (IIAC-LAU) 

    Interventions en français

  • TBILISSI Roundtable: Democracy and governance in the Caucasus: the legacy of constitutionalist movements - 14/06/2013

     

    Roundtable

    Democracy and governance in the Caucasus

    the legacy of constitutionalist movements

    June 14, 2013
    Tbilissi National Museum
    Organized by IFEA (Observatoire du Caucase à Bakou) / Institut Français de Géorgie

    While « frozen conflicts » continue to have an influence on the democratization process in the Caucasus, scholars from different countries of the region will debate in Tbilisi with French scholars about the legacy of constitutionalist movements of the early 20th century that had inspired the first Transcaucasian Republics, thus offering the opportunity to compare local contexts and specific aspirations in the framework of an interregional dialog, detached from contemporary issues.

    The roundtable will gather researchers from the Caucasus region and will be open to the public. It will take place at Ilia State University of Tbilisi and will be entitled as follows: "Democracy and governance in the Caucasus: the legacy of constitutionalist movements ". This conference will enable to think on ideological origins of the three independent republics of Transcaucasia (Azerbaijan, Armenia, Georgia, 1918-1921), that are less know than the history of revolutionary movements that led to the Bolsheviks’ victory and Russian control taking on those three countries.

    Though, the constitutionalist idea that enabled the setting up of three new states obviously did not appear ex nihilo, and 20 years after the independence of the new Republics, it is interesting to confront their institutional constructs, their successes and their limits within the framework of particular events, and these idea debates that were broadly forgotten since one century but that are definitely went down into their history. We will identify the inspiration sources of the first three independent republics’ founders, from the exiled Decembrists’ arrival to the Caucasus and their contacts with local intelligentsia’s first generations, through the recurrent reference to the first 1876 Ottoman Constitution, or through the debates of the 1905 Russian Revolution, between tenants of a classes’ alliance against despotism (Constitutional-democrats and Mensheviks) and the Bolsheviks tenants of the dictatorship of the proletariat; and the relationship with the 1906-1909 Iranian constitutional Revolution, where North Azeris and revolutionary Armenians played an important role. Finally, we will compare local contexts and specific aspirations, and evaluate the importance of the reference to the first independences and of their leaders in the reappropriation of national identity and political life of the three countries in the last 20 years.

  • Journée d’étude Visage des Vivants – Visage des Morts : 11/03/2013

    Journée d’étude

    Visage des Vivants – Visage des Morts

    à l’occasion du cinquantenaire de la signature du Traité de l’Élysée

    Projets de recherche franco-allemands à Délos, Pergame et en Éolide


    Lundi 11 mars 2013 de 14h à 17h au RCAC İstiklal Caddesi No: 181 Merkez Han 34433 Beyoğlu P.O.B. 260



    Interventions en allemand, en français,traduction simultanée vers le turc
  • Journées d'études : Sites et Patrimoines en Turquie : Fabrique, acteurs, interactions et compromis - 6-7/06/2013

    affichebil big 1L’organisation de séminaires à l’Institut français d’études anatoliennes (IFEA) autour des monuments urbains ou régionaux — Constantinople et la Cappadoce — a mis en exergue certaines questions fondamentales sur la patrimonialité en Turquie. Parmi tous les sujets soulevés au cours de ces conférences, il est apparu que les acteurs, lors de la mise en valeur d’un monument ou d’un site en Turquie, interagissent de manière à créer une dynamique qui se ramifie selon les besoins locaux et se rencontrent rarement dans d’autres pays.

    Cette singularité turque s’explique en grande partie par la richesse de ses monuments qui se surimposent, formant un héritage complexe et subtil qui oblige les différents types d’acteurs à agir de concert afin de monter des projets de valorisation et de protections du patrimoine.

    Discernés ces acteurs est chose facile. Tout projet de mise en valeur ou de protection d’un patrimoine est élaboré par plusieurs types d’institutions ou d’organisations, inscrits dans des systèmes hiérarchisés. On peut ainsi identifier d’un côté, les acteurs publics – l’Etat à travers, entre autres, le Ministère de la Culture et du Tourisme et plus particulièrement de la Direction générale des patrimoines et des musées (Kültür Varlıkları ve Müzeler Genel Müdürlüğü), mais aussi les centres de recherche à fonds publics, les universités publiques ou encore les préfectures et les municipalités – et de l’autre les acteurs privés – fondations (vakıf) et associations (dernek) nationales ou internationales ou encore instituts de recherche privés mais aussi populations locales qui peuvent parfois jouer un rôle important dans les évolutions et décisions concernant le patrimoine d’une région, d’une ville, voire d’un quartier. Appréhender ces différents acteurs par l’intermédiaire d’études de cas locaux révèle leur grande diversité et met en lumière leurs besoins, leurs stratégies et leurs buts qui, parfois, au sein d’un projet de niveau local, peuvent divergés voire même être concurrentiels. Les processus de « patrimonialisation » d’un site ou d’un monument nécessitent donc, en soi, une étude précise.

    Les processus de patrimonialisation nécessitent donc l’action d’une multiplicité d’acteurs publics et privés qui, à travers leurs décisions, mettent en exergue le rôle du patrimoine comme chaînon intermédiaire entre un territoire et sa population, mais aussi déterminent la formation d’une mémoire collective pour qui sites et monuments sont les formes matérielles d’un passé immatériel. C’est dans ce contexte que les questions suivantes gagnent en signification : Quels sont, dans les processus décisionnels, les aspects valorisés et les compromis trouvés entre les différents acteurs du patrimoine? Par qui et comment sont choisis et gérés les sites et monuments mis en valeur par les processus de patrimonialisation ? Quelle place est donnée à la population locale dans l’appropriation du patrimoine ? Quels sont les liens entre patrimoine et mémoire ?

    Par le truchement d’études de cas, ces journées d’études doivent permettre de comprendre comment s’articulent les interventions des acteurs au niveau local et comment se crée l’émulation permettant à un projet d’aboutir, au sein de ce pays au patrimoine si complexe et stratifié.

    Nous souhaitons réunir pour un débat commun, sur deux jours, des intervenants principalement turcs concernés à divers niveaux dans la mise en valeur et la conservation du patrimoine. Quelques intervenants étrangers permettront d’ouvrir plus largement ces échanges et de partager d’autres solutions correspondant à leur propre expérience.

    Ces journées d’étude se tiendront les 6 et 7 juin 2013, à l’auditorium de l’Université Mimar Sinan, à Istanbul. Une première demi-journée sera consacrée à la visite des murailles d’Istanbul en compagnie du directeur de l’IFEA Prof Dr. J-F. Pérouse et duProf. Dr. Zeynep Ahunbay pour amorcer les discussions.

    Puis, les journées se présenteront sous la forme de sessions composées de deux communications de 30 minutes chacune suivies de discussions. A la fin de la deuxième journée, une table ronde permettra aux intervenants d’échanger leurs conclusions sur l’ensemble des présentations. A l’issue de ces journées d’étude, une publication est souhaitée.

    Ce projet associe des institutions françaises et turques : l’IFEA, le Département de restauration de l’université de Mimar Sinan, le Ministère des Affaires étrangères et européennes de France, le CETOBAC (EHESS, Paris) et l’association Europa Nostra Turkey.

    {module Sponsors Patrimoines}

      Mimar Sinan Europa Nostra Turkey

    Conseil scientifique :

    Işık Aydemir (professeur à l’université de commerce d’Istanbul, architecte)
    Demet Binan (professeur à l’université des Beaux-Arts de Miman Sinan, architecte-restauratrice)
    Benoît Fliche (IFEA – CNRS/CETOBAC, anthropologue)
    Cyril Isnart (maître de conférences à l'université de Evora, anthropologue)
    Jean-François Pérouse (directeur de l’IFEA, géographe)
    Alexandre Toumarkine (pensionnaire scientifique de l’Orient-Institut, historien)

    Comité organisateur :

    Aylin de Tapia (IFEA, doctorante en histoire ottomane)
    Anaïs Lamesa (Paris IV, doctorante en histoire byzantine)
  • Le quartier : le retour ou la fin ? La fabrique du quartier à l'épreuve des transformations et des politiques urbaines 2-3/05/2013

    ATELIER REGIONAL SUR LES MUTATIONS URBAINES

    Panel 1 || Panel 2 || Panel 3 || Panel 4 || Panel 5 || Conclusion

    ifealogopetit ifri cetobac

    2, 3 mai 2013 / Istanbul

    Journées d'études organisées par l'Institut Français de recherche en Iran (IFRI), l'Institut Français d'Etudes Anatoliennes (IFEA) et le Centre d'Etudes Turques Ottomanes Balkaniques et Centrasiatiques (CETOBAC).

    "Quartiers : le retour ou la fin ?

    La fabrique du quartier à l’épreuve des transformations et des politiques urbaines"

    Les quartiers d’Istanbul et de Téhéran en miroir avec les capitales et villes de la région

    Alors qu’à Téhéran la référence au quartier et l’usage du terme se répand et devient une préoccupation visible et affirmée des politiques publiques, à Istanbul, il apparaît dans le vocabulaire et l’imaginaire urbain mais sans pour autant représenter un cadre d’action pertinent pour les édiles politiques qui menacent même de le supprimer. Cet atelier reviendra sur les usages et le sens du quartier comme cadre de pensée et d’action, comme référence symbolique et matérielle mais aussi comme lieu de mémoire dans un contexte général de transformations urbaines.

    La tendance à opposer le quartier, comme une réalité pleine et proche, à une ville, jugée trop vaste et mal connue est aujourd’hui remise en cause. Le quartier, lui-même, ne se donne jamais tout entier. Il comporte autant de trous, de zones indécises que la ville. Dans un contexte de métropolisation, le quartier peut aussi devenir synonyme de résistance, s’apparenter au village et devenir un « état d’esprit » véhiculé dans les séries télévisées (Louis Wirth).

    Les projets de rénovation urbaine en cours dans les deux villes conduisent à une disparition rapide du tissu social, du patrimoine et des identités locales qui se sont construites au fil du temps. Un phénomène qui semble bien contradictoire, à Téhéran, avec la volonté de la Municipalité de renforcer la gestion urbaine de proximité. À Istanbul, ce phénomène s’accompagne d’une muséification et d’un projet d’ingénierie sociale s’appuyant sur la création de quartiers ottomans.

    La notion de quartier se joue donc à la croisée de constructions socio-spatiales, politiques et temporelles mais aussi de représentations mentales et d’une diversité d’usages. Entre instabilité dimensionnelle et incertitude existentielle (Piolle), il s’agira d’essayer d’appréhender le quartier comme une « médiation socio-spatiale » entre l’inconnu et le connu, le dedans et le dehors, l’intérieur et l’extérieur, l’accord et le désaccord, entre soi et l’autre (Di Méo). Le quartier sera donc considéré comme l’échelle d’observation la plus efficace pour analyser la spatialisation des substances sociales (Michel Lussault).

    Ce colloque se veut transdisciplinaire mais aussi trans-période. Etant donné que « la ville se fait sur la ville », autrement dit que la longue durée est indispensable à la sédimentation des populations et des gouvernances sur le tissu urbain, il s’agira de prendre en considération les quartiers anciens et leur recomposition mais aussi la création de nouveaux quartiers en marge de la ville. Ces phénomènes sont une réalité connue de la totalité des villes qui seront abordées dans cet atelier, à savoir en premier lieu Istanbul et Téhéran mais aussi Alexandrie, le Caire, Athènes et Beyrouth.

    Nous donnerons « quartier libre » pour sortir le quartier de son isolement - spatial, temporel, politique et épistémologique.

    Les responsables scientifiques : Cilia Martin (CETOBAC/IFEA) et Mina Saïdi (IFRI)
    Comité scientifique : Jean-François Pérouse, Nathalie Clayer, Mina Saïdi et Cilia Martin

    Avec le soutien du laboratoire Mosaïques de l'Université Paris-Ouest, la Défense et de l'Institut Français

    logo mosaique home logo-if

     

  • Deuxièmes Rencontres d’historiens : Les usages publics du passé : 23/02/2013

    IFEA & Tarih Vakfı

    Rencontres d’historiens : Les enjeux de l’histoire en France et en Turquie 2

    Les usages publics du passé

    samedi 23 février 2013
    Salle de conférence des EditionsBağlam
    Adresse : Meşrutiyet caddesi Avrupa Pasajı
    no 8/25  Galatasaray, İstanbul

    Il s’agit de la deuxième Journée de rencontre et de débat, entre historiens de France et de Turquie sur "Les enjeux de l'histoire en France et en Turquie", organisé par l’IFEA en collaboration avec la Fondation de l’Histoire (Tarih Vakfi). Le but de ces journées annuelles est de réunir des historiens des deux pays et de trouver l'occasion d'échanger nos expériences et questions sur ce qui en est de la posture de "l'Historien dans la société" aujourd'hui. Cette deuxième Journée sera ouverte aux historiens-universitaires mais s’adresse également aux étudiants concernés par ce domaine.

    La rencontre de cette année sera structurée autour de la question « des usages publics du passé ». La session du matin sera consacrée aux exposés sur « les usages publics du passé » en France et en Turquie. La session de l’après midi portera sur « la perception du temps et de l’historicité » dans les deux pays. Pour chaque session deux historiens ou philosophes interviendront l'un sur l'état du débat en question en France et l'autre sur celui en Turquie respectivement.

    Les conférences - Le débat

  • Workshop L’expulsion des étrangers en Turquie : 12/01/2013

    L’expulsion de différentes catégories d’étrangers qualifiées d’indésirables a progressivement pris plus de place dans les agendas des gouvernements de plusieurs pays européens dès les années 1990. En lien avec ce changement est né l’intérêt de plus en plus croissant des chercheurs. Pourtant, cela n’était pas le cas  en Turquie. Comme il est particulièrement important de comprendre la pratique d’expulsion de la Turquie, le Centre des Recherches sociales de l’Université de Galatasaray et l’Institut de Sociologie de l’Université de Neuchâtel, en collaboration avec l’Institut français d'études anatoliennes (IFEA), organisent un atelier intitulé L’expulsion des étrangers en Turquie le 12 janvier 2013 à Istanbul. Ce dernier réunira des spécialistes (des avocats, des sociologues, des acteurs associatifs ainsi que des travailleurs sociaux) pour discuter différents aspects de la pratique d’expulsion.

    La langue de travail sera le turc
    L'atelier aura lieu à l'IFEA
    le 12 janvier 2013 à partir de 9h
    Plus d'informations : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Programme

    9.00-9.30: INTRODUCTION À LA JOURNÉE

    Prof. François Hainard (Université de Neuchâtel)
    Doç. Dr. Didem Danış (Université Galatasaray)

    9.30-12.30: SESSION 1

    Modérateur : Prof. Dr. Rona Aybay
    Discutant : Taner Kılıç (Mülteci-Der)
    • Doç. Dr. Esra Dardağan (Univ. Ankara) : Yabancılar ve Uluslararası Koruma Kanununun Sınır Dışı Etmeye İlişkin Hükümlerinin Mevcut Yasal Düzenlemelerle Karşılaştırılması
    • Av. A.Halim Yılmaz (Mazlum-Der): Türkiye'de Yabancıların Sınır Dışı Edilmesi: Uygulama ve Yargısal Denetim
    • Av. Gülseren Yoleri (İHD): Türkiye'de Yabancılar ve Geri Gönderme Merkezlerinin Durumu
    • Av. Meryem Kavak: Türk Hukukunda Soruşturma veya Kovuşturmaya Uğramış Yabancıların Sınır Dışı Edilmesi
    • Av. Orçun Ulusoy ve Av. Utku Kılınç (ELENA Türkiye, Barreau d'İzmir): Mültecilerin Sınır Dışı Edilmesine Dair AİHM ve Anayasa Mahkemesinin Tedbir Mekanizmalarının Karşılaştırılması

    14.00-17.00: SESSION 2

    Modérateur : Didem Danış (Univ. Galatasaray)
    Discutant : Volkan Görendağ (Af Örgütü)
    • Yrd.Doç.Dr. Güven Şeker et Yrd.Doç.Dr. Buğra Özer (Univ. Celal Bayar): Kamu Yönetiminde İstenmeyen Yabancıları Sınır Dışı Etme Faaliyeti ve Kolluk Uygulaması
    • Prof. Dr. Mine Eder (Univ. Boğaziçi): İstanbul'da Yabancı Kadın Göçmenler ve Sınır Dışı Edilme Halleri
    • Özge Çelebi (TİHV): Van'daki Sınır Dışı Etme Pratikleri
    • Lülüfer Körükmez (Ege Üniversitesi): "Ermeni'nin Bavulu Her Zaman Kapının Arkasındadır": Sınır Dışı Edilme Korkusu ve Çelişik Sınır Dışı Etme Uygulamaları
    • Dr. Özge Biner (Univ. Strasbourg): Yasanın ve sınırın içinde kalabilmenin kural(sızlığ)ı

    17.30-18.30: CLÔTURE et débat

    İbrahim Soysüren (Univ. Neuchâtel, doctorant): Sosyal Bilimler Yazınında Ulus-Devlet ve Yabancıların Sınır Dışı Edilmesi

  • Panel Penser la frontière : 09/01/2013

    Bien plus que les lignes séparant deux pays, les frontières ont des dimensions sociales, économiques, politiques et anthropologiques profondes. Par contre la frontière est un domaine négligé par les sciences sociales en Turquie. Dans ce panel, trois chercheurs travaillant sur les frontières de la Turquie discuteront de la vie sociale, de l'immigration, des relations économiques, des représentations de l'Etat, de la nation et de la patrie ainsi que des relations de parentés en lien avec leur sujet de recherche.

    La langue de travail sera le turc
    Le panel aura lieu à l'IFEA
    le 9 janvier 2013 de 14 à 17h
    Plus d'informations : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Intervenants :

    Prof. Neşe Özgen : La culture de la frontière dans les réseaux des migrations internationales
    Fabio Salomoni (Université de Koç) : Les effets de la frontière sur la vie sociale à la frontière turco-caucasienne
    Pınar Şenoğuz (ODTÜ) : Regarder la frontière sur la base de l'histoire orale d'une petite ville située à la frontière turco-syrienne
  • Fouilles et projets de recherche à Sinope

    Dominique Kassab Tezgör
    Professeur, Fine Arts Department,
    Faculty of Art, Design and Architecture,
    Université de Bilkent, Ankara
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Téléchargez l'article sur HAL-SHSD. Kassab Tezgör - Fouilles et projets de recherche à Sinope

    Résumé : Les fouilles de l'atelier amphorique de Demirci, à 15 kilomètres au sud de Sinope, ont permis de connaître la morphologie des fours romains de cette région et d'établir la typologie des amphores sinopéennes produites entre le 2e  ou 3e s. et le 6e ou 7e s. pC Le suivi des exportations de ces amphores dans d'autres sites de mer Noire, en Méditerranée et même en Italie, a mis en valeur l'important réseau commercial de Sinope. D'autres recherches et projets se sont greffées à ces travaux en collaboration avec le Ministère de la Culture et du Tourisme, un four à l'identique de ceux fouillés à Demirci a été reconstruit par les étudiants de l'Université de Bilkent. Il est exposé dans la salle consacrée aux fouilles d'ateliers de la mission franco-turque. En 2009, un Symposium international a réuni à Sinope même les récents travaux dédiés à cette ville, tandis qu'une série de Tables Rondes internationales PATABS (Production and Trade of the Black Sea Amphorae) a été initiée à Trabzon et Batoumi en 2006.  Enfin, s'est greffé un nouveau projet en cours d'élaboration : la constitution d'un Corpus des amphores produites en mer Noire à l'époque romaine et conservées dans les musées de la côte nord de la Turquie.

    Mots clés : Sinope, atelier, amphore, tuile, céramique, lampe, four, pressoir, prospection sous-marine, époque hellénistique, époque romaine.


    Abstract: The excavations of the workshop of amphorae at Demirci, 15 kilometers south of Sinope, have clarified the morphology of Roman kilns in the region and established the typology of Sinopean amphorae produced between the 2nd or 3rd century and the 6th or 7th century AD. Monitoring the exports of these amphorae in other sites of the Black Sea, the Mediterranean, and even Italy, has highlighted the important commercial network of Sinope. This work has helped to develop other projects and research activities. In collaboration with the Ministry of Culture and Tourism, a kiln identical to those excavated at Demirci was reconstructed by students of Bilkent University. It is exhibited in the gallery devoted to the French-Turkish excavations of the workshops. In 2009, an International Symposium held in Sinope focused on recent research concerning this city, while a series of international Round Tables, PATABS (Production and Trade of the Black Sea Amphorae), was initiated in Trabzon and Batumi in 2006. Finally, a new project is in preparation: the creation of a Corpus of amphorae produced in the Black Sea during the Roman period and kept in the museums of the northern coast of Turkey.


    Keywords: Sinop, workshop, amphora, tile, ceramic lamp, kiln, wine press, underwater exploration, Hellenistic period, Roman period.


     

    Licence Creative Commons
    Fouilles et projets de recherche à Sinope de D. Kassab Tezgör est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé.

  • Politiques énergétiques métropolitaines : le cas des villes turques : 29/05/2012

    PROGRAMME

    Séminaire organisé par l'Institut français d’études anatoliennes, l'Université de Galatasaray et Environnement Ville Société, CNRS-Université de Lyon
    Organisateurs : Eric Verdeil (EVS CNRS-Lyon University) – Jean-François Pérouse (Toulouse-II University/Galatasaray U.)
    Avec le soutien de la Région Rhône Alpes (Coopera 2012) et l'aide du LATTS (ENPC-Paris Est University)
    Lieu: Institut français d’études anatoliennes - Palais de France - Nur-i Ziya Sokak, 10 P.K.54 - TR-34433 - Beyoğlu - Istanbul
    Date : 29th May 2012, 9 :30 – 17:00.
    Une visite sur le terrain est prévue le 30 mai.
    http://calenda.revues.org/nouvelle23382.html
    Langue : les conférenciers interviendront en anglais ou donneront un résumé en anglais de leur communication.

    séminaire à l'Institut français d'études anatoliennes, co-organisé par Eric Verdeil (Université
    de Lyon Jean Moulin – UMR Environnement Ville Société) et Jean-François Pérouse (Université de
    Galatasaray et IFEA)
    Financement : Programme COOPERA (région Rhône-Alpes) – ANR TERMOS

    Consultez le compte-rendu d'Éric Verdeil sur le blog de l'OUI

  • La science politique dans la cité: regards croisés France-Turquie : 17/02/2012

    Journée d'étude
    La science politique dans la cité: regards croisés France-Turquie
    Vendredi 17 février 2012
    à l'IFEA
    Introduction par Nora Şeni

    L'objectif de cette journée organisée par l'IFEA est de réunir des politistes de France et de Turquie pour réfléchir et débattre sur la place de la science politique dans la cité, alors que l'interrogation sur l'engagement des politistes devient plus pressante ces derniers temps dans les deux pays. Qu'en est-il des modalités d'intervention des politologues dans le débat politique ? La question est plus étroite que celle, très courante et jamais épuisée, de la responsabilité politique des « intellectuels », catégorie bien plus large ; il s’agit ici de la question de la responsabilité, voire du devoir, des savants d’intervenir au nom d’une connaissance scientifique dans le débat politique à partir de leur « chaire ». Selon la doxa wéberienne - la fameuse « neutralité axiologique » -, la position de savant ne donne pas, voire interdit, tout pouvoir d’intervention qui porterait atteinte à la dignité à la fois du savant et du politique, à partir de l’idée qu’on ne saurait dériver d’une connaissance scientifique, une valeur quelconque. Le rôle de la discipline doit-il être limité à l’invitation au débat rationnel, à l’éclairage des choix possibles à partir d’éléments objectifs, ou doit-il s’étendre à des recommandations politiques substantielles ? Le politiste en tant qu’expert intervient-il dans le débat politique d’une autre manière, et plus légitimement, que celui qui le fait au titre de ses engagements politiques ou d’une conception morale de ses fonctions ? Il ne s’agira pas ici de livrer des réponses normatives, mais d’apporter un regard comparatif sur la manière dont ces questions se posent, et sur les positionnements qu’adoptent les politistes, dans les deux pays.

  • Rencontres d’historiens : Les enjeux de l’histoire en France et en Turquie : 28/02/2012

    IFEA & Tarih Vakfı

    Rencontres d’historiens : Les enjeux de l’histoire en France et en Turquie

    mardi 28 février 2012
     AYNALIGEÇİT ETKİNLİK MERKEZİ
    Meşrutiyet Caddesi Avrupa Pasajı No:8 Kat:2
    Galatasaray / Beyoğlu / İstanbul

     

    Il s’agit d’une Journée de rencontre et de débat, entre historiens de France et de Turquie sur "Les enjeux de l'histoire en France et en Turquie", organisé par l’IFEA en collaboration avec la Fondation de l’Histoire (Tarih Vakfi). Le but de cette journée est de réunir des historiens des deux pays et de trouver l'occasion d'échanger nos expériences et questions sur ce qui en est de la posture de "l'Historien dans la société" aujourd'hui. Cette première Journée sera ouverte aux historiens-universitaires mais s’adresse également aux étudiants concernés par ce domaine.

  • Paris, 08-09/12/2011 Workshop Towards a transnational history of Kemalism beyond Turkey

    Workshop programsponsors_ws_kemalisme
    Lieu :
    EHESS Salle du conseil R-1 bât. Le France

    190-198 Avenue de France
    75013 Paris
  • Journée d'étude : Le processus d'adhésion à l'UE et les élections de juin 2011 en Turquie : 06/05/2011

    Journée d'étude coorganisée par l'IFÉA et l'Université Doğuş "Le processus d'adhésionà l'UE et les élections de juin 2011 en Turquie"

    Vendredi 6 mai 2011 de 10 à 13h à l’Université Doğuş
    Didier Billion (Institut de Relations Internationales et Stratégiques)
    Interventions en français et en turc avec traduction simultanée.

  • Journée d'études Nommer et ordonner ? L'introduction des noms de famille en Turquie 15/04/2011

    Journée d'étude "Nommer et ordonner ? L'introduction des noms de famille en Turquie"

    Dans le cadre du séminaire "Administrer et gouverner en Turquie depuis les Tanzimat"

    Vendredi 15 avril 2011 de 9 à 18h à l’IFEA
    Intervenants
    Emmanuel Szurek, EHESS/ENS
    Marc Aymes, CNRS/CETOBaC
    Olivier Bouquet, Université de Nice Sophia Antipolis
    Christian Bromberger, Université de Provence
    Meltem Türköz, Işık Üniversitesi
    Élise Massicard, CNRS/IFEA
    Benoît Fliche, CNRS/IFEA
    Samim Akgönül, Université de Strasbourg

  • Workshop "Water Supply and Water Structures in Anatolia and Bordering Regions: From Antiquity to Modern Times" 07/12/10

    Workshop "Water Supply and Water Structures in Anatolia and Bordering Regions: From Antiquity to Modern Times"
    7-8 décembre 2010

    Co-organisé par l'Université Koç et l'IFEA en collaboration avec le réseau Balnéorient
    en savoir plus
    http://balneorient.hypotheses.org/2107

  • Workshop "Honor in Ottoman/Turkish studies" 04/12/10

    Workshop "Honor in Ottoman/Turkish studies"
    Samedi 4 décembre 2010 à l'université de Bilgi (campus Santral), 10:00-18:00

    Org. Noémi Lévy Aksu(Université du Bosphore, départ. d'Histoire) et Basak Tug (Université de Bilgi, départ. d'Histoire)
    Avec le soutien du CETOBAC, EHESS-Paris), l'Université de Bilgi et l'ANR-Transtur, en coopération avec l'IFEA

  • Workshop "From Kolkhoz to Jamaat" 16-19/12/2010

    Séminaire "From Kolkhoz to Jamaat"
    16-19 décembre 2010 à l'IFEA

    Accueil de l'atelier scientifique du projet de recherche international
  • Workshop État des lieux des études en histoire : 15/10/2010

    État des lieux des études en histoire en Europe et en Turquie
    Table ronde à l'Université Koç, Faculté des Sciences Sociales
    Vendredi 15 octobre à 10h (Sarıyer)

    Animé par François Georgeon, Işık Tamdoğan, Zafer Toprak, Nora Seni, Cengiz Kırlı, Nadir Özbek, Yonca Köksalet Dilek Barlas

  • Workshop De la collection aux archives : prises en faux : 21-22/10/2010

    Workshop  International  "De la collection aux archives : prises en faux"
    Istanbul, Université du Bosphore, 21-22 octobre 2010


    Agence Nationale de la Recherche (France), ArchiMO project: www.archimo.net
    Département d'Histoire de l'Université du Bosphore http://hist.boun.edu.tr/
    Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (UMR 8032, CNRS / EHESS / Collège de France, Paris): http://cetobac.ehess.fr
    Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (Paris): http://iismm.ehess.fr
    Institut français d’études anatoliennes (Istanbul): www.ifea-istanbul.net

    logo-EHESSehess-iismmanr-logo

    ifealogo-couleurbulogoyazi

     

  • Workshop Constitution des archives, constitution de la mémoire 25/05/10

    Atelier "Constitution des archives, constitution de la mémoire"
    Atelier du programme Ramses sur "Les acteurs et les dynamiques non-étatiques du rapprochement gréco-turc"
    Mardi 25 mai, de 9h à 18h à l'IFEA

  • Journée d'études Selim III : 18/02/2009

    JOURNEE SELIM III
    le 18 février à 15:00 à l'IFEA.
    Günsel Renda (Professeur d'histoire de l'art à l'Université Koç):
    Napoléon et Selim III: la diplomatie et l'art
    Kemal Beydili(Université Yeditepe):Selim III: Une révision historiographique.
    Discutant : Ali Akyıldız(Université Marmara et ISAM)
  • le 12 mai 2007-La muséographie et le développement des collections à Istanbul

    Atelier sur"La muséographie et le développement des collections à Istanbul" coorganisé par l'IFEA , l'Association internationale des critiques d'art (AICA)(section Turquie) et l'Académie des Beaux-Arts de l'Université Mimar Sinan, à l'Université Mimar Sinan de 10h à 17h00. Le projet conçu par Burcu Pelvanoğlu (AICA TR, Mimar Sinan University). Le comité d'organisation :Burcu Pelvanoğlu, Ali Akay, Marcus Graf, Beral Madra, Alexandre Toumarkine (IFEA).

  • le 31 mars 2007-Débattre des nouvelles perspectives de l'historiographie des migrations en Turquie

    Atelier "Débattre des nouvelles perspectives de l'historiographie des migrations en Turquie et de la notion d'ingénierie démographique".

  • les 8-9 mars 2007- les acteurs de la réconciliation, mémoires du conflit et archives

    atelier de travail IFEA-Bogaziçi-Ecole Française d'Athènes (EFA) du programme Ramses " mémoire et réconciliation " à l'université Bogaziçi. Thèmes : les acteurs de la réconciliation, mémoires du conflit et archives.

  • 14 mars 2008 - Journée d'études turques à Paris

    Cette journée est organisée par l’équipe Études turques et ottomanes (ETO) (UMR 8032 - CNRS/EHESS/Collège de France) en collaboration avec le CERI et le FASOPO à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Amphithéâtre, 105, Bd Raspail - 75006 Paris.

  • Regards croisés sur les historiographies française et turque du maintien de l'ordre

    Regards croisés sur les historiographies française et turque du maintien de l'ordre
    organisé par l'Institut Français d'Etudes Anatoliennes et l'Institut Atatürk de l'Université Bogaziçi à l'Université Bogaziçi à la salle Demir Demirgil (Campus sud)
    Télécharger le programme de l’atelier en format pdf.

  • 3 juin 2009 Journée d'études : Les thérapeutiques dans l'Empire ottoman

    Journée d'études : Les thérapeutiques dans l'Empire ottoman

     

    le mercredi 3 juin, de 9h15 à 17h15, à l'IFEA

    organisé par l'IFEA (Musa Çimen)avec les interventions de:
    Nuran Yıldırım
    (Prof. à l'Université d'Istanbul),

    Anne-Marie Moulin (Directrice de recherche au CNRS, Chercheur au CEDEJ ),
    Afife Mat(Prof. à l'Université d'Istanbul),

    Nora Şeni(Directeur de l'IFEA),
    Daniel Rottenberg
    ( Doctorant au Département d'Etudes turques de l'Université de Strasbourg ),

    Anastasia Falierou (Doctorante à l'EHESS)

    Musa Çimen (Doctorant au Département d'Etudes turques de l'Université de Strasbourg, boursier de l'IFEA).

  • 30102009 - Journée d'étude : l'État en Turquie au XXème siècle

    Audio konferans :

    Journée d'étude :

    l'Etat en Turquie au XXème siècle

    Contrôle social et production du citoyen

    IFEA

    Séance du vendredi 30 octobre à l'IFEA

    Journée d’étude organisée par l’ANR Transtur, avec le soutien de l’UMR 8032 « Études turques et ottomanes » et de l’IFEA.

    Matinée :

    Président de séance : Jean Marcou (OVIPOT, IFEA)
    9h00 : Allocution d’ouverture par Nora Şeni, directrice de l’IFEA
    Benjamin Gourisse (CRPS, Paris 1) : Introduction. Analyser l’Etat en Turquie

    9h30 : Première Session. Le rôle culturel de l’Etat kémaliste

    Emmanuel Szurek (CHDT, EHESS) : Administrer la langue ? La « Société de la Langue Turque » à l’époque kémaliste
    Discutant : Füsun Üstel (Université de Galatasaray)
    Birol Çaymaz (Université de Galatasaray) : Les manuels de Medenî Bilgiler (Instruction civique) à l’époque républicaine
    Discutant : Gérard Noiriel (IRIS, EHESS)

    11h15 : Deuxième session. Les institutions de coercition

    Alexandre Toumarkine (IFEA) : L’impossible neutralisation de l’armée kémaliste
    Discutant : Gérard Noiriel (IRIS, EHESS)
    Noémi Lévy (Université du Bosphore / EHESS) : Le policier, acteur de la ville à Istanbul à la fin de l’Empire ottoman
    Discutant : Vincent Dubois (IUF, IEP de Strasbourg)

    Après-midi :

    Président de séance : François Georgeon (CHDT, EHESS)

    14h15 : Troisième session. Le memur ou l’Etat en action

    Nicolas Camelio (CHDT, EHESS) : La Mülkiye sous le gouvernement démocrate (1950-1960) : multipartisme et devoirs du fonctionnaire
    Jean-François Pérouse (Université de Galatasaray, IFEA) : Raisons et réseaux d’Etat : premières hypothèses à partir d’une institution centrale exemplaire, le Devlet Planlama Teskilati (DPT/SPO)
    Discutant : Vincent Dubois (IUF, IEP de Strasbourg)

    16h15 : Quatrième session. L’Etat et ses populations

    Nikos Sigalas (IFEA) : La construction des populations suspectes dans l’Empire ottoman (1890-1918). Surveillance, discrimination juridique et migration forcée
    Laurent Mallet (Université de Galatasaray) : Nouveaux discours, anciennes pratiques : les ambiguïtés des relations entre l’Etat kémaliste et la communauté juive
    Discutant : Vincent Duclert (AHMOC, EHESS)

     

  • 03062009 - Journée d'études : Les thérapeutiques dans l'Empire ottoman

    Journée d'études : Les thérapeutiques dans l'Empire ottoman

    le mercredi 3 juin, de 9h15 à 17h15, à l'IFEA

    organisé par l'IFEA (Musa Çimen)

    avec les interventions de:
    Nuran Yıldırım(Prof. à l'Université d'Istanbul),

    Anne-Marie Moulin (Directrice de recherche au CNRS, Chercheur au CEDEJ ), 
    Afife Mat(Prof. à l'Université d'Istanbul),
    Nora Şeni(Directeur de l'IFEA),
    Daniel Rottenberg
    ( Doctorant au Département d'Etudes turques de l'Université de Strasbourg ),

    Anastasia Falierou (Doctorante à l'EHESS)

    Musa Çimen (Doctorant au Département d'Etudes turques de l'Université de Strasbourg, boursier de l'IFEA).

    {flv}03062009_Nuran_Yildirim{/flv}
    {flv}03062009_Nora_Seni{/flv}
    {flv}03062009_Afife_Mat{/flv}
    {flv}03062009_Musa_Cimen{/flv}
    {flv}00031{/flv}