Gülnar, Meydancıkkale

Années d’études :

Le site de Gülnar, Meydancıkkale a été fouillé dès 1971 (campagne préliminaire de déblaiement et de relevés). Entre 1971 et 1983, il y a eu huit campagnes de fouilles. De 1983 à 1986, le travail sur le terrain fut interrompu.  La reprise des fouilles a eu lieu en 1985 pour une durée de 10 ans.
Contrairement a des sites comme Xanthos dont la trace existait dans des sources documentaires anciennes, le site de Gülnar, Meydancıkkale fut découvert fortuitement pas Emmanuel Laroche en 1969 alors directeur de l’Ifea pendant qu’il effectuait un voyage en Cilicie.

Géographie :  

Le site de Meydancıkkale est situé à 9 km de la ville de Gülnar, sous-préfecture de la province de Mersin soit au sud de la Turquie en bordure de Méditerranée. Le site présente une fortification implantée sur un éperon calcaire à 900 mètres d’altitude.

Les directeurs successifs :

  • Emmanuel Laroche (1971-1982), directeur de l’Ifea,
  • Henry Metzger (1983-1986), directeur de l’Ifea,
  • Alain Davesne (1985-1996), CNRS, Paris ;

Les partenaires 

  • Musée des civilisations anatoliennes d’Ankara,
  • Ifea (financement, matériel, administration),
  • Ministère des affaires étrangères de France à partir de 1974 (financement),
  • Université de Strasbourg II avec Jean-François Bommelaer (septembre 1984 : mission de prospection sur le site),
  • Musée de Silifke (étude, mise en valeur) ;

Les niveaux d’occupation :

Le site semble avoir été occupé de l’époque néolithique à l’époque byzantine. Les seuls témoins de la période néolithique sont les fonds de cabanes, les trous de poteaux et des haches de pierre polies retrouvées en surface. La découverte de deux inscriptions araméennes et d’un tombeau inscrit serait la preuve de l’occupation louvite du site. Ces inscriptions, ce tombeau ainsi que des reliefs confirment l’occupation perse de Meydancıkkale. La ville était également protégée par des fortifications datant de cette période à l’entrée du site et son enceinte était pourvue de remparts en gros appareil, et de tours puissantes. Cette enceinte fut reconstruite à l’époque hellénistique. Le site est le témoin d’une occupation lagide par une garnison pendant l’expédition de Ptolémée III Evergète vers Antioche en 246. La découverte du trésor de Meydancıkkale prouve également cette occupation lagide. Le site fut certainement abandonné à la fin de la période hellénistique pour reprendre vie au IIIème siècle après J.C. Les fortifications en partie détruites semblent avoir été utilisées tel quel. Le rôle défensif du site fut abandonné au profit d’une activité agricole et d’élevage dont les ustensiles métalliques retrouvés sont les témoins. Entre le VIe siècle et le Xe siècle, le site fut certainement de nouveau abandonné avant de retrouver une occupation byzantine autour des Xe et XIe siècles puisque des monnaies de cette époque furent retrouvées.
Meydancıkkale a donc eu un rôle de place forte important entre la période perse et la période hellénistique. Selon une prospection effectuée dans un rayon de 30 km autour de Meydancıkkale, une vingtaine de sites situés en hauteur ayant eu un rôle similaire a été retrouvée avec Meydancıkkale comme point de commandement en tout cas à la période hellénistique (relevage de tessons de céramique de cette époque sur ces éperons).

Les résultats :

La fouille de la fortification de Meydancıkkale a permis de mettre à jour un matériel varié : monnaies, tessons de céramique, fragments de décors architecturaux, reliefs, inscriptions…  Les découvertes les plus significatives sont les inscriptions araméennes, une fosse et surtout le trésor de monnaies hellénistiques dit Trésor de Gülnar. Au début des fouilles certains de ces objets ont été envoyés au musée d’Ankara, ensuite, le musée de Silifke a pris le relais pour l’étude et la présentation au public des objets retrouvés.
Le Trésor de Gülnar demeure la découverte la plus spectaculaire de l’histoire des fouilles de Meydancıkkale. Il a été exhumé en 1980. Ce trésor se compose de 5215 pièces d’argent hellénistiques dont 2000 monnaies ptolémaïques. Il a été découvert dans les fondations d’un bâtiment du site, certainement un bâtiment officiel. Il avait probablement été enfoui entre 240 et 235. Les pièces avaient été cachées dans trois vases : une marmite à quatre anses avec son couvercle, une œnochoé, une cruche à deux anses. Les types de monnaies retrouvées sont : les alexandres, Démétrius Poliorcrète, Antigone Gonatas, les lysimaques, les Séleucides, les Attalides et les Ptolémées.
L’étude du trésor a occupé Alain Davesne et Georges le Rider pendant prés de neuf ans afin de parvenir à la publication du catalogue Gülnar II. Le trésor de Meydancikkale en 1989 avant même la sortie de Gülnar I. Le site de Meydancikkale en 1998. Ce trésor est aujourd’hui exposé au musée de Silifke.
Lu 17121 fois