« In the middle of major international crisis: Georgia as a bargain coin or a battlefield for new cold war?”, in Central Asia and Caucasus, n°3 (57), 2009

« In the middle of major international crisis: Georgia as a bargain coin or a battlefield for new cold war?”, in Central Asia and Caucasus, n°3 (57), 2009

Thornike GORDADZE

Head of the Caucasian Laboratory at the French Institute of Anatolian Studies, IFEA (Istanbul-Baku)


At the beginning of the 19th century Carl von Clausewitz wrote that war is a continuation of political activity by other means. The Russian-Georgian war of 2008 fully corroborates this hypothesis. The hostilities, which lasted for only a few days, were just one episode in the Russian-Georgian confrontation that began long before August 2008 and still has a long way to go. Nevertheless, this short war can be considered the most important occurrence of the year in Georgia.

All the more or less significant events in Georgian foreign policy in 2008 are associated in some way with the war. They can be divided into two categories: a) Events that promoted or caused the war and b) events that occurred as a consequence. For instance, recognition by most of the West of Kosovo’s independence, cancellation of the Russian Federation’s sanctions against Georgia’s separatist regions and their militarization, and NATO’s refusal to offer Georgia the MAP at the Bucharest summit promoted the Russian-Georgian war. Whereas the American-Georgian charter and approval of a 4.5-billion-dollar aid plan for Georgia at a conference of sponsors in Brussels are consequences of the war.


Georgia and Russia: On the Warpath


At the beginning of 2008, during the anticipated presidential election campaign, Russian-Georgian relations were as hot as they could get. The Georgian leadership suspected some of the opposition forces that demanded retirement of the government and president the previous November of being in cahoots with Russia.

After he was re-elected, Mikhail Saakashvili said that his main aim was to normalize relations with Russia and promised to invite President Vladimir Putin to his inauguration. But soon declaration of Kosovo’s independence and its recognition by the U.S. and several EU countries put Russian-Georgian relations to a serious test. Russia’s reaction can be called extreme. Many countries, even EU member states (Spain, Rumania, and Cyprus), were against this recognition, but only Russia called so blatantly for re-examination of the generally accepted state borders. Not even Serbia took such an open stance. It is unlikely that Russia was prompted by feelings of “Slavic fraternity” alone in the Kosovo question. It was sooner the beginning of its aggressive policy on the international arena. Claiming protection of territorial integrity, Russia was actually threatening to begin fragmentation of the post-Soviet states, Georgia being the first to find itself on the Russian president’s chopping board.

On 21 February, Vladimir Putin and Mikhail Saakashvili met for the last time as presidents. It was not an easy encounter, although both leaders tried to present it in a positive light. They announced that air communication would soon be restored. Mikhail Saakashvili was in a hurry to say that some progress had been made in establishing joint control over the Roki Tunnel and the checkpoint on the Psou River (the Abkhazian part of the Georgian-Russian border). Later the Georgian leadership admitted that Putin did mention the Russian Federation’s intention to withdraw from the CIS agreement of 1996 that envisaged economic sanctions against Abkhazia (in reality Moscow has long failed to observe this agreement). And it did withdraw on 6 March after the Russian Foreign Ministry sent a corresponding note to the CIS Executive Committee.

Since 6 March, the Kremlin actively engaged in measures that brought the countries closer to an armed conflict. This was recognized as the most likely outcome of its strategy. After moving to unfreeze the Abkhazian and South Ossetian conflicts, Moscow hoped to break Tbilisi’s resistance and gain major concessions in the form of Georgia accepting a neutral status and abandoning its Euro-Atlantic orientation. If Georgia continued to resist, the Kremlin intended to play a tougher “foul game”1 and continue moving toward integrating Abkhazia and South Ossetia into its orbit, which Georgia justifiably called “creeping annexation.”

Election of the new president in the Russian Federation did not change the course toward toughening up the grip on Georgia. At the end of March, the State Duma held a special session on Abkhazia and South Ossetia at which there were calls to recognize the sovereignty of Georgia’s breakaway regions and protect the Russian citizens living there, even if it meant using force. The aim was to put pressure on Georgia since the resolution adopted only “recommended” that the executive branch “re-examine the expediency of protecting the security of the Russian citizens living in Abkhazia and South Ossetia.” In response to this, Mikhail Saakashvili offered the Abkhazian side new peaceful initiatives, but they failed to reach their objective since they were sent to the Abkhazian leadership, which had the least room for maneuver at that time due to its increasing dependence on Moscow.

The period between April and June (Mikhail Saakashvili’s first meeting with new Russian President Dmitry Medvedev) was characterized by growing tension. It became increasingly obvious that NATO would not be offering Georgia the MAP. The countries of the Alliance that voted against this hoped this move would defuse the tension on the Russian-Georgian front, but this proved to be a serious mistake. Immediately after the NATO Bucharest summit, Vladimir Putin sent a public letter to the heads of Abkhazia and South Ossetia and a few days later (16 April) signed a decree according to which the government and other state structures of the Russian Federation were to establish official relations with the corresponding structures of these separatist regions. This began legalization of Russia’s already long established relations with Abkhazia and South Ossetia.

Other steps were also taken to increase the tension. In particular, Georgian drones were struck down over Abkhazian territory, which demonstrated the sides’ tactics: Tbilisi was trying to attract the attention of the international community by intentionally sacrificing its drones. Despite the assurances of the Russian and Abkhazian military that the drones were struck down by Abkhazian air defense systems, few doubted that Russian aviation was to blame. The United Nations Observer Mission in Georgia (UNOMIG), which is always cautious in its assessments, came to the same conclusion (26 May, 2008). Georgia wanted to show Russia’s latent aggression. And the latter wanted to see just how loyal the international community was to its principles and test the strength of the Georgian leadership’s nerves. For the moment the West was happy to limit itself to calls for caution, the Kremlin believed that any real problems were still a long way off and that it could continue putting pressure on Georgia.

At the end of April-beginning of May, the countries showed some of the first signs in a while of coming close to open warfare. Russia unilateral increased its peacekeeper contingent by adding paratroopers (its peacekeepers should not include offensive forces) in Abkhazia, which could have provoked Georgia to respond with force. But the Georgian authorities once more preferred to appeal to the international community, which, this time, produced a more perceptible result. The EU, NATO, and the U.S. asked Russia to re-examine its decisions to establish direct relations with the separatist authorities and to bring in additional forces in April. On 15 May, after several months of no-go, the U.N. General Assembly adopted the resolution prepared by Georgia calling for recognition of the right of refugees, forced migrants, and their descendants to return to Abkhazia regardless of their ethnic origin. The international community became convinced that passivity regarding the frozen conflicts in Georgia could lead to a major international crisis and war. High-ranking European (Javier Solana and Frank-Walter Steinmeier) and American (Matthew Bryza) diplomats, as well as ambassadors of the EU countries and the U.S., began actively visiting Sukhumi, Tbilisi, and Moscow in an attempt to prevent a military confrontation. Tbilisi succeeded in raising the settlement process to an international level and getting the international community to recognize Russia as a discriminating mediator.

In response, Russia built up its military might in both of the rebel regions, hoping that the Georgian leadership would make a mistake. At the end of May, with the objective of renovating the railroad, the Russian Federation brought rail forces into Abkhazia and accelerated the building of an unofficial military base in the Java District of South Ossetia.

Despite the active efforts of the international community, its actions were far too indecisive and slow to force Russia to curtail its policy. After Dmitry Medvedev was elected president, some members of the Georgian leadership hoped the heads of Russia’s bicephalous executive power branch would not see eye to eye and the president would take the upper hand over the prime minister and his team of hawks. Mikhail Saakashvili’s first meeting with Dmitry Medvedev at the summit of CIS heads of state kept these hopes alive and work even began on various documents, one of which called for the possible division of Abkhazia into Georgian and Russian “zones of responsibility,” which Kommersant newspaper supposedly got its hands on. But the lull in the escalation of the conflict was short-lived and the tension began to build again in July. This coincided with Condoleezza Rice’s visit to Georgia when it was no longer denied that Russian war planes were violating Georgian airspace. At the same time, the most extensive exercises of the Russian Armed Forces in the Northern Caucasus in recent years began near Georgia’s borders.

As for the war itself, there are numerous scenarios of how events developed, but most of them place the emphasis on who opened fire first. This is not the right way to look at the question. The situation on 7 August resulted from the accumulation of very different events and factors. It is possible that the Georgian army was the first to move on Tskhinvali in order to gain time since the adversary had already concentrated additional forces in South Ossetia and widespread hostilities were inevitable. It is possible that provocation had its role to play. The Russian leadership had been showing signs of frustration with Eduard Kokoity’s escapades. The tension was to his advantage since it helped him to obtain financial and other resources from Moscow. But the frustration Moscow was showing, could have been purposefully overplayed. Be that as it may, there can still be no denying that the development of events from at least March 2008 was leading directly to the military scenario.

The intrusion of Russian forces into Georgian territory, Moscow’s recognition of Abkhazia and South Ossetia, Georgia’s withdrawal from the CIS, and the curtailment of diplomatic relations between the countries as a result of the war led to a breakdown in direct contact between Georgia and Russia: all contacts were carried out through mediators, primarily the EU. French President Nicolas Sarkozy managed to achieve a cease-fire but could not force Russia to fulfill all the points of the Medvedev-Sarkozy agreement. After achieving a certain amount of success in extending its territorial control, Moscow lost its status of peacekeeper and openly became a side in the conflict. The country’s image was dealt a heavy blow. Russia’s main victory can probably be seen in the fact that it put a temporary halt to NATO’s extension by preventing Georgia and Ukraine from joining this organization. But the Kremlin was unable to either overthrow Mikhail Saakashvili or achieve Georgia’s de-sovereignization.

After calling the Georgian president a “political corpse” and refusing to hold talks with him, the Kremlin began espousing the fact that it “was talking to the Georgian people but not to its government.” Only the Kremlin knows what it means by the Georgian “people” or “peoples” in this context. Abkhazia and South Ossetia had been good bait for manipulating the Georgian authorities. But after the war most of the Georgian establishment understood that The Kremlin could not voluntarily give back these regions, which noticeably decreased Russia’s influence on Georgia. But Moscow would try to exert its influence by other means. Russia has several levers for this. First, the relations between the Orthodox churches of the two countries and, second, the Georgian diaspora in Russia.

The Russian Orthodox Church (ROC) continues to officially regard the Churches of South Ossetia and Abkhazia as part of the Georgian church. The Russian political leadership well understands the significance of the church keeping in mind the great influence of the church on society in Georgia and the frequently difficult relations between the Georgian leadership and the religious institution. The Kremlin is pursuing the goal of driving a wedge between the government and religion in Georgia. The incidents in the village of Perevi on 12-13 December can also be regarded in this context, when the Georgian Patriarchy was credited with the four-hour de-occupation of the village and the return of the Russian military was presented as a “response to the president’s thoughtless statement.”2

The Georgian diaspora in Russia poses several difficulties for the Kremlin. Despite the numerous statements by Russian politicians about the millions of Georgians in Russia, there is barely more than half a million of them. Attempts to use this resource against the Georgian leadership cannot be very successful while nationalism and xenophobia about Caucasian nationals prevail in Russia. Most Russian Georgians do not feel much sympathy for the Russian authorities since they constantly have to deal with the arbitrary behavior of the criminal

1 I borrowed this “sports analogy” from Sergey Markedonov, who used it for the first time in an article in Russia’s Vesti of 13 April, 2005.

2 In reality credit for the temporary withdrawal of Russian troops from Perevi should have gone to European diplomats who repeatedly asked the Russian authorities to liberate the village, which was outside the borders of the former South Ossetian Autonomous Area. The Georgian Patriarchy had “a very distant and indirect relation” to this, to put it mildly. But the Russian authorities tried to tie this fact to Ilia II’s visit to Moscow and win the gratitude of the Georgian Orthodox Church (GOC) and Europe at the same time. And the return of the Russian armed forces to the village was presented as a “response to Saakashvili’s short-sighted statements.”

La coopération franco-azerbaidjanaise Version imprimable

Coopération culturelle


Dans le domaine de la coopération culturelle, plusieurs partenariats ont été signés entre le Ministère français de la Culture et de la Communication et le Ministère azerbaïdjanais de Culture et du Tourisme. Quatre accords concernant la coopération et l’action culturelle, ainsi qu’un accord entre le Comité d’Etat azerbaïdjanais pour les Problèmes de la Famille, de la Femme et de l’Enfant et le Ministère de l’Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement de la République française, ont été signés lors de la visite d’Etat d’Ilham Aliev en France, en 2007. Parmi ces partenariats, il faut citer en autres celui passé entre la Bibliothèque Nationale de France et la Bibliothèque Nationale d’Azerbaïdjan.


Pourtant, les liens culturels entre les deux pays sont tout à fait récents : « Il y a encore quinze ans, il n’y avait ici rien ou presque en matière de francophonie. Je dois à mes prédécesseurs d’avoir défriché le terrain en mettant en place un système de filières d’apprentissage du français dans les universités et d’avoir créé tout un système d’écoles de référence sur la quasi-totalité du territoire azerbaïdjanais. Longtemps, la politique a consisté à mettre en place l’apprentissage général du français. Aujourd’hui, nous sommes à un autre niveau, nous développons l’apprentissage du français sur objectifs spécifiques (langue technique) », dit Hugues Baltzinger, conseiller de coopération et d’action culturelle.

Ce redéploiement s’explique, en partie, par la politique du gouvernement azerbaïdjanais qui, il y a deux ans, a mis en place un programme de bourses du gouvernement. La France est leader dans ce programme. Ce dernier a pour objectif de former non seulement des généralistes en économie, en droit ou en sciences politiques, mais aussi des spécialistes en médecine, en développement agricole, en écologie, en nouvelles technologies, en métallurgie… Cette liste de priorités est nouvelle pour l’Azerbaïdjan. Et il s’agit de domaines dans lesquels les Français excellent. « Par conséquent, il y a une vraie volonté de coopération avec nous, or nous manquons pour le moment de spécialistes azerbaïdjanais maîtrisant le français technique, poursuit Hugues Baltzinger. Heureusement, nous sommes en train de pallier ce problème et de mettre en place des instruments qui nous permettront, dans quelques années, d’avoir encore plus d’étudiants. Pour l’instant, il y a 40 boursiers azerbaïdjanais en France et 27 en Allemagne, qui est le deuxième pays d’accueil, après la France. »



Coopération universitaire


Les partenariats universitaires existants sont soit bilatéraux, soit inscrits dans les programmes européens. Parmi les premiers, on peut citer les liens entre l’Université de Strasbourg, l’Université de Grenoble, celle de Nice Sophia Antipolis et certaines universités azerbaïdjanaises. Mais, le plus souvent, les partenariats sont nés de programmes européens, notamment lorsque les universités ont remporté ensemble un projet Tempus, ce qui a permis à certaines universités locales d’intégrer soit des réseaux d’universités européens, soit des réseaux d’universités francophones en Europe Centrale et Orientale. C’est le cas, par exemple, de l’Université d’Architecture et de Génie civil de Bakou. Aujourd’hui, on compte de plus en plus d’universités qui signent des accords de coopération bilatéraux.


« La France suscite toujours un attrait particulier pour les jeunes Azerbaïdjanais qui veulent aller y vivre et y étudier. Ce qui les attire chez nous, c’est la qualité de notre enseignement, le coût relativement peu important des études et la réputation de certaines filières, comme la filière médicale par exemple. Il y a beaucoup d’étudiants azerbaïdjanais en médecine qui veulent venir étudier en France parce que nous avons l’une des meilleures médecines au monde. Idem pour les sciences politiques, l’agriculture et de nombreuses autres disciplines. Toutefois, lorsqu’ils arrivent sur place, ils sont pris au dépourvu par notre système d’enseignement : en Azerbaïdjan, en effet, on travaille beaucoup moins sur l’écrit qu’en France et les étudiants azerbaïdjanais qui découvrent notre système sont souvent étonnés par la part importante que prend le travail écrit, analyse le conseiller culturel.

Par ailleurs, depuis que l’Azerbaïdjan fait partie du Conseil de l’Europe, Strasbourg est devenu un pôle d’attraction important pour les Azerbaïdjanais. Sans oublier les générations d’étudiants qui reviennent après avoir fait des études en France, et dont l’exemple génère des vocations auprès des jeunes locaux.


« Nous faisons en permanence des efforts pour attirer encore plus de jeunes vers la France. Le programme de bourses du gouvernement français, qui existe depuis de très nombreuses années, s’est beaucoup diversifié ces derniers temps : au départ, de nombreux professeurs de français ont été envoyés en formation en France. Ensuite, nous avons commencé à former des spécialistes en sciences politiques, en droit, en administration. Par conséquent, on compte aujourd’hui dans l’Appareil d’Etat, dans l’Appareil Présidentiel et dans les ministères de l’Azerbaïdjan de plus en plus de francophones. Il s’agit d’ex-boursiers qui sont revenus et qui occupent aujourd’hui des postes importants», confie Hugues Baltzinger.

Il existe au Centre Culturel un endroit où l’on fournit des informations sur la France. « Nous avons aussi commencé à aller dans les universités, pour promouvoir l’enseignement en France, l’enseignement en français et, ce qui est tout à fait nouveau, l’enseignement en anglais en France, puisque nous avons plusieurs universités qui, avec l’ouverture européenne, créent des cycles en anglais », détaille le conseiller.


Les programmes destinés aux institutions sont aujourd’hui florissants. Notamment, les programmes CISAP pour la haute fonction publique, le concours de l’ENA et le programme « Courants » du Ministère de la Culture et de la Communication, qui se concentrent essentiellement sur l’institutionnel de la culture. Des programmes spécifiques destinés aux managers devraient bientôt être mis en place.



Coopération technique


« L’une des tâches de l’Ambassade de France en Azerbaïdjan et, en particulier, du Service de Coopération et d’Action Culturelle (SCAC), est de promouvoir les valeurs européennes. Ce sont, d’un côté, les valeurs intellectuelles, morales etc., mais ce sont aussi des valeurs techniques et, globalement, le savoir-faire européen. On « colle » donc au maximum à tous les programmes européens, et on essaye de promouvoir les programmes de l’UE : Taiex, Twinning Programs, etc. », explique Hugues Baltzinger.


Au niveau bilatéral, dans le domaine de la coopération pour un Etat de Droit, le SCAC met en place des programmes à destination du Ministère de l’Intérieur – lutte contre le trafic de stupéfiants - et des Troupes Intérieures (l’équivalent de la gendarmerie française).


« Le SCAC promeut la coopération entre l’ENA et une administration récemment créée en Azerbaïdjan : le Comité d’Etat pour la Haute Fonction Publique. Ce dernier a mis en place un système de concours pour intégrer la fonction publique et a demandé notre aide. Le directeur des relations internationales de l’ENA était à Bakou, il y a peu de temps. Nous contribuons ainsi à créer une nouvelle fonction publique, qui n’est pas uniquement basée sur la cooptation, mais aussi sur le mérite par l’intermédiaire des concours », souligne le conseiller.


Parfois, la coopération technique peut avoir de l’influence sur la coopération institutionnelle. « Il y a quelques années, nous avions monté un programme d’aide au département vétérinaire du Ministère de l’Agriculture, sur les maladies des ovins et des bovins et plus particulièrement la brucellose et la fièvre aphteuse. L’Union européenne était extrêmement intéressée par cette coopération et Bruxelles a débloqué des fonds assez importants. Pour simplifier la gestion de ces fonds, nous avons, en collaboration avec le Ministère azerbaïdjanais de l’Agriculture, œuvré à la création d’un Service d’Etat Vétérinaire indépendant », relate Hugues Baltzinger. C’est ainsi que, en 2004-2005, fut créée cette entité tout à fait particulière qu’est le Service d’Etat Vétérinaire. Ce service, qui est compétent pour toutes les questions d’ordre vétérinaire en Azerbaïdjan, est le fruit de la coopération technique de l’Azerbaïdjan avec la France et l’Europe.



Coopération scientifique


Grâce aux efforts des deux pays, de plus en plus de programmes de coopération dans les domaines de la biochimie, de la génétique ou de la chimie voient le jour. Ils recouvrent de nombreux secteurs qui vont des ferments lactiques à la pharmacologie, notamment la sauvegarde des plantes du Caucase à laquelle contribuent le CNRS et les entreprises intéressées par tous les produits pharmacologiques. « Nous montons de plus en plus de bourses en co-tutelle, et nous finançons ainsi en partie les bourses des étudiants qui vont en France dans les instituts de recherche ou dans les laboratoires de recherche spécialisés. Cela marche extrêmement bien », se félicite Hugues Baltzinger.


Un autre exemple de coopération scientifique : le programme arboricole. «Du temps de l’Union soviétique il existait, dans le centre de l’Azerbaïdjan, à Quba plus précisément, un verger où se trouvaient toutes les races de pommiers et de poiriers. Après l’effondrement de l’URSS, par manque de moyens, ce centre a périclité. Les autorités azerbaïdjanaises se sont adressées à nous pour aider à faire revivre ce verger-pilote. Nous les avons mis en contact avec la Chambre d’Agriculture du Loiret et nous avons monté un programme qui a été, tout d’abord, un programme de sauvegarde du matériel végétal mais qui, par la suite, est devenu un programme économique : une coopérative regroupant les arboriculteurs de la région a été créée ; du matériel végétal français a été acheté par la partie azerbaïdjanaise et enfin, nous avons procédé à des essais de blé dans toutes les régions de l’Azerbaïdjan. Progressivement, la science, la technique et le business ont fédéré et aujourd’hui c’est un programme, autonome, qui fonctionne assez bien », explique le conseiller culturel.

Le succès de ce projet en a généré un autre, qui est un projet dans le domaine de la génétique : « Il existe, en Europe, une maladie génétique des prunus, c’est-à-dire des arbres à noyau   abricotiers, pêchers, pruniers etc. - qui a coûté depuis quelques années plus de 30 milliards d’euros. On s’est aperçu que le matériel végétal importé ici et greffé sur le matériel végétal azerbaïdjanais n’était pas malade. Nous en avons conclu que le matériel végétal local était résistant au virus ! Nous soutenons actuellement une coopération entre l’INRA de Bordeaux et l’Institut de Génétique de l’Université d’Etat de Bakou, à laquelle nous tentons d’associer l’Ukraine, qui possède en Crimée, « le jardin de Nikita », dans lequel se trouve le plus bel échantillonnage de prunus au monde ».


Hormis ces programmes, de nombreux autres projets en gestation, dans les domaines de l’aéronautique (dans les études des satellites et des images satellitaires qui permettent de prévoir les tremblements de terre), des mathématiques, des nanotechnologies, etc. La coopération scientifique, déjà active, a un avenir prometteur.


« Aujourd’hui, l’Azerbaïdjan ne se gêne plus pour formuler ses souhaits et ses besoins. L’ouverture avec le programme de bourses permet de dire, de manière très humble, qu’on a besoin de nous. Je trouve que c’est extrêmement profitable à la coopération parce que les besoins sont importants et que la volonté que nous, Français, avons de travailler ici est grande. En ce moment, la conjoncture est assez favorable pour resserrer nos liens », assure Hugues Baltzinger.



Encadré

L’Institut Français des Etudes Anatoliennes (IFEA) fait partie de la vingtaine d’instituts de recherche français situés à l’étranger et en grande partie financés par le Quai d’Orsay. L’IFEA, c’est aussi l’un des plus anciens instituts français à l’étranger. Il a été créé en 1930, pour encadrer les activités de la mission archéologique française en Turquie. Mais, progressivement, ses activités se sont développées : aujourd’hui l’IFEA mène des recherches dans toutes les sciences humaines   l’archéologie, l’histoire (ancienne, médiévale, moderne), la sociologie, l’économie, la géographie, les sciences politiques, la linguistique, etc. L’IFEA compte une trentaine de chercheurs et organise de nombreux événements scientifiques tous les ans.

Visa France a rencontré Thornike Gordadze, chercheur et responsable de l’antenne de l’IFEA de Bakou.

Visa France : Parlez-nous de l’antenne de l’IFEA sur le Caucase que vous dirigez et de ses activités...

Thornike Gordadze : La création et l’installation de l’Observatoire du Caucase à Bakou sont assez récentes. Ce département existe depuis 2000. Jusqu’en 2003, il se situait à Istanbul, où se trouvent tous les laboratoires de l’IFEA. Comme l’IFEA, l’Observatoire du Caucase est également pluridisciplinaire. Principalement, nos séminaires portent sur les sciences politiques, mais pas uniquement. Les linguistes, les historiens, les sociologues y participent beaucoup. Nous organisons des séminaires et des conférences à Bakou et à Tbilissi et nous accueillons les chercheurs français et européens qui s’intéressent au Caucase. Parfois, nous participons à des joint-ventures avec les autres centres français d’études et de recherches, par exemple avec le Centre franco-russe des sciences sociales de Moscou.

Le séminaire que j’organise tous les mois s’intitule « La formation des identités nationales dans le Caucase ». Il permet de brasser un nombre de sujets assez large. Les sujets des conférences sont plus vastes. Récemment, j’ai organisé une conférence avec des historiens sur le legs des empires des différentes régions : l’empire ottoman, l’empire russe, l’empire perse. Actualité oblige : au mois de mars 2009, à Tbilissi, j’ai également réuni des chercheurs pour un colloque international sur la politique de l’UE vis-à-vis de la Russie après la guerre en Géorgie. De nombreux chercheurs européens, les diplomates de l’UE et les ministres géorgiens y ont participé. C’était un vrai succès, car peu de colloques réunissent autant de monde dans la région. En juin on a tenu, ici à Bakou, un séminaire sur l’islam et la politique.

Il m’arrive de co-organiser des événements avec des instituts de recherche basés en France, particulièrement avec le CERI, où je suis chercheur associé. D’ailleurs, nous recevons assez souvent des chercheurs du CERI. On envoie aussi, de temps en temps, des chercheurs locaux en France, notamment à l’EHESS (l'École des hautes études en sciences sociales), surtout les historiens. Nous en avons déjà envoyé trois avec des bourses de 2-3 mois.

Quels sont les raisons et les avantages du transfert de l’antenne caucasienne de l’IFEA d’Istanbul à Bakou ?

Il faut rappeler qu’initialement, l’antenne caucasienne n’existait même pas. L’IFEA ne couvrait pas le Caucase. La création de l’Observatoire, puis le fait qu’on a délocalisé l’antenne ici, à Bakou, prouve que l’intérêt pour cette zone de la part de la France et de l’Europe est croissant. A Bakou nous sommes plus directement sur le terrain. Cet été, lors de la guerre en Géorgie, le fait d’être ici, en plein cœur des événements, s’est avéré très utile. Notre expertise en la matière a été largement sollicitée non seulement pas les journalistes, mais aussi par les décideurs français et européens

Comment expliquer la croissance de l’intérêt de la France et de l’Europe vis-à-vis du Caucase ?

Les pays du Caucase sont devenus, avec l’élargissement européen, des voisins proches de l’UE. Ces pays sont devenus ses partenaires privilégiés puisqu’ils font partie du programme de partenariat oriental de l’UE. A long terme, ils aspirent tous à rejoindre l’Europe Unie. Par conséquent, l’Europe et la France , qui est l’un des pays moteurs de l’UE, ne peuvent pas fermer les yeux sur ce qui se passe dans le Caucase. Les événements de l’été 2008 ont montré à quel point la région est cruciale pour la sécurité régionale, pour les relations de l’UE avec la Russie et avec la Turquie , et pour les questions sécuritaires, mais aussi énergétiques. Il serait pratique que l’un des itinéraires alternatifs d’acheminement des ressources énergétiques vers l’UE passe par le Caucase du Sud, notamment par l’Azerbaïdjan et la Géorgie. L’intérêt de l’Europe vis-à-vis de cette zone est donc très naturel.

Comment évaluez vous l’état actuel de la coopération en sciences humaines entre la France et l’Azerbaïdjan?

Cette coopération se développe et, à mon avis, l’Azerbaïdjan en a grandement besoin. Le pays a vu exploser sa croissance économique, et l’afflux d’argent dans les caisses est très sensible. Hélas, pour le moment, cet argent ne va pas forcement dans la science et l’éducation (ou alors dans les domaines de la science immédiatement applicables à l’économie, comme le business management ou le secteur pétrolier). Notre rôle à nous, c’est aussi d’encourager les jeunes Azerbaïdjanais qui sortent des universités et qui aimeraient se consacrer à la recherche, de leur dire qu’il y a des possibilités de carrière, des bourses. Je suis plutôt optimiste concernant l’avenir des sciences humaines : lorsque je fais mes séminaires dans le Centre Culturel Français de Bakou (et à Tbilissi), la salle est toujours pleine, l’intérêt est évident !


Coopération linguistique


Voici d’abord quelques chiffres :

Nombre d’écoles azerbaïdjanaises où on enseigne le français : 399

Nombre d’enseignants de Français Langue Etrangère (FLE) : 908

Nombre d’apprenants du français en Azerbaïdjan : 74.634


L’Université des Langues d’Azerbaïdjan avait jusqu’en 1998 le monopole de la formation des professeurs de français. Aujourd’hui, les filières de français sont au nombre de cinq :

  • Université des Langues d’Azerbaïdjan (Bakou)

  • Université Pédagogique de Bakou

  • Université de Nakhitchevan

  • Université de Gandja

  • Université de Lenkoran


Très longtemps, notre politique linguistique consistait à créer des écoles dans lesquelles on apprenait le français. L’anglais est, bien sûr, la langue étrangère dominante, et le russe tient dans ce pays une place particulière pour des raisons historiques évidentes. Le français occupe la deuxième place après l’anglais, devant l’allemand, ce qui est plutôt bien. « Actuellement, dans les écoles secondaires, le français est peut-être en légère baisse. En revanche, dans les universités et les instituts techniques et scientifiques, c’est l’inverse qui se produit. Cette tendance est assez récente, mais, depuis trois-quatre ans, tout le monde veut apprendre le français », se réjouit Hugues Baltzinger.


Quelles sont les raisons de l’explosion de l’intérêt pour la langue de Molière? « Je pense que tout le monde a plus ou moins appris l’anglais. Et donc, comme tout le monde le parle, cela ne vous confère aucun avantage sur le marché du travail. Or le français est l’une des langues des organisations internationales ; il est donc important pour les étudiants qui font du droit, de l’économie, des sciences politiques de le posséder en plus de l’anglais. Demain, il en sera de même pour les techniciens, les médecins, les ingénieurs agricoles, les scientifiques… Il y a un véritable besoin d’ouverture et une volonté de parler français. »


Pour maintenir et renforcer cet intérêt, le service culturel ouvre des cours de français auprès des administrations et dans certaines universités techniques. « On parle même de créer une chaire de français dans certaines universités techniques, telles que l’Université de Médecine, l’Université d’Architecture et de Génie civil, l’Institut Polytechnique (qui s’appelle maintenant l’Université Technique), l’Académie d’Agriculture… Bref, on essaie de cibler les établissements, en fonction des priorités azerbaïdjanaises, mais surtout de l’expertise qu’on peut leur apporter », précise Hugues Baltzinger.


En ce qui concerne l’enseignement secondaire, il y a, en Azerbaïdjan, une cinquantaine d’écoles spécialisées en français. Il existe un institut de formation continue des professeurs de français, que le service culturel de l’Ambassade de France aide et appuie. Il existe également une Association des Professeurs de français, extrêmement active, qui édite le journal Le Français en Azerbaïdjan. « Nous envoyons tous les ans en France des professeurs dans des centres de formation de FLE en France et nous avons créé, en 2005, le « village français », où nous organisons pendant deux semaines (deux sessions d’une semaine) des cours de français pour les enseignants qui ne partent pas en France. Nous invitons des pédagogues français de France et, pendant quinze jours, nous formons des professeurs de français aux méthodes d’enseignement adéquates. » L’Association des Professeurs de Français d’Azerbaïdjan (APFAZ), a été créée en 1996 par trois professeurs de l’Université des Langues d’Azerbaïdjan. C’est une association bénévole à but non-lucratif, qui a pour objectif le soutien à l’enseignement du français en Azerbaïdjan à tous les niveaux (scolaire et universitaire), ainsi que la promotion et la diffusion de cette langue et de sa civilisation. Depuis sa création, l’APFAZ est membre de la Fédération Internationale des Professeurs de Français (FIPF). Elle compte actuellement plus de 300 membres et possède deux voix lors des votes de la FIPF.


Il ne faut pas oublier le rôle que jouent dans la promotion de la langue et de la culture française les anciens boursiers. Il y a quelques années, rares étaient ceux d’entre eux qui revenaient au pays, mais aujourd’hui la tendance s’est complètement inversée. Depuis l’explosion de la croissance économique due aux revenus pétroliers, les jeunes reviennent, attirés par des salaires élevés et des possibilités de carrière fulgurante. Par conséquent, les ex-boursiers sont très présents dans l’administration. Il y en a beaucoup, notamment au Ministère de la Culture et du Tourisme, qui a fait un très gros effort et a embauché ces dernières années de nombreux francophones : département des relations internationales mais également dans les autres directions et dans le tourisme.



Coopération audio-visuelle


L’Azerbaïdjan fait partie des pays où la France envoie un attaché audiovisuel régional. Il est basé à Istanbul. En Azerbaïdjan, deux chaînes de télévision diffusent des programmes français : Lider TV et ITV (cette dernière est la chaîne publique). Elles diffusent des programmes français par l’intermédiaire de Canal France International (CFI). Lider TV a également un accord avec la chaîne franco-allemande ARTE.


Dans le domaine de l’audiovisuel, le service culturel entretient une relation amicale avec Roustam Ibragimbekov, célèbre écrivain, scénariste, réalisateur et producteur azerbaïdjanais (il a notamment écrit le scénario du film de Nikita Mikhalkov « Soleil trompeur », qui a reçu le grand prix du jury à Cannes en 1994). Ibragimbekov a créé ici un festival de cinéma « le Festival Est-Ouest », un théâtre, « le théâtre Ibrus » ainsi qu’une école de cinéma. « Nous essayons de coopérer le plus souvent possible, raconte Hugues Baltzinger. Ainsi, récemment, nous avons fait venir Vitali Kanevski, acteur et réalisateur russe (réalisateur entre autres du film « Bouge pas, meurs et ressuscite »), qui a donné à Bakou une master-class pendant trois semaines. Nous avons également organisé un concours pour envoyer deux personnes au festival de Cannes cette année. La coopération audiovisuelle commence à se développer. L’Azerbaïdjan, comme tous les pays de l’ex-URSS, revient de loin : dans toute cette zone, le cinéma a été assez mal traité, c’est devenu un art négligé. Et après l’obtention de l’indépendance, la diffusion des DVD piratés a littéralement tué les salles de cinéma. Aujourd’hui, le cinéma commence à renaître à Bakou, après une période difficile, en grande partie grâce à l’impulsion donnée par Ibragimbekov et par celle annoncée du Ministre de la Culture et du Tourisme, M. Abulfaz Qaraev. Cependant, pour le moment, il y a encore trop peu d’événements cinématographiques », regrette le conseiller.


Source : Le Service de Coopération et d’Action Culturelle de l’Ambassade de France en Azerbaïdjan.



Centre Culturel Français de Bakou


Le Centre Culturel Français de Bakou a été inauguré officiellement le 11 avril 2005 en présence de plusieurs ministres azerbaïdjanais et d’une délégation de parlementaires français.

Il est situé en plein centre de la capitale azerbaïdjanaise, à proximité du nouveau parc Heydar Aliev. Sur une superficie de 350 m2, le CCF dispose de deux espaces d’exposition, d’une médiathèque comportant près de 7 000 ouvrages en français ainsi que de nombreux journaux, périodiques, cassettes vidéo, CD, BD, DVD, CD-ROM et jeux de société ; d’une salle vidéo ; de quatre salles de cours ; d’un espace de convivialité et de bornes informatiques en libre accès. C’est donc un espace d’apprentissage, de rencontre, d’information, de recherche et d’exposition qui occupe une place importante dans la vie culturelle de Bakou.

Visa France a rencontré Hugues Baltzinger, le directeur du Centre Culturel de Bakou et Conseiller de coopération et d’action culturelle à l’Ambassade de France.


Visa France : Dans quelles circonstances le Centre Culturel de Bakou a-t-il été créé ?


Hugues Baltzinger : Initialement, il existait ici un Centre de ressources dans les locaux de l’Université des Langues d’Azerbaïdjan. Sur une initiative du sénateur Boyer reprise par le sénateur Dupont, nous avons décidé de créer un Centre culturel ayant pour nom Centre Culturel « George-Sand ». En fait, George Sand, à son époque, avait découvert une traduction en anglais de Koroglou (épopée traditionnelle azerbaïdjanaise). Intéressée par le texte, elle en avait elle-même assumé la traduction. Alexandre Dumas a également voyagé dans la région, mais un centre portant son nom étant déjà ouvert en Géorgie, nous avons décidé de donner à celui de Bakou le nom de l’écrivaine française. Il a pu voir le jour essentiellement grâce à une subvention exceptionnelle du Sénat français.

Le Centre a donc été ouvert dans un bâtiment qui est aujourd’hui celui du Ministère des Situations d’Urgence mais qui, à l’époque, était l’Institut de recherche sur les projets architecturaux. Il se trouve sur l’une des places les plus fréquentées de Bakou, la place de l’Académie de Musique, où se trouve aussi l’ex-Palais des Congrès, qui s’appelle aujourd’hui Palais « Heydar-Aliev ».


Qui pousse aujourd’hui la porte du Centre Culturel Français de Bakou et pour quelles raisons ?


Ce sont le plus souvent les étudiants des filières de français, les étudiants qui apprennent déjà le français ou ceux qui veulent l’apprendre.

Le Centre est également fréquenté par les membres de la communauté française installée sur place, spécialement par les épouses et les enfants des employés français en Azerbaïdjan. Nous avons une heure de conte pour les petits enfants, des animations, des expositions. Viennent aussi les gens de l’Union des photographes et des peintres. Plus généralement, tous ceux qui s’intéressent à la culture poussent notre porte simplement pour voir ce qu’on y fait, ce qu’on y dit, ce qu’on y présente, ce qu’on y expose.


Ainsi, l’enseignement de la langue française représente une part importante de vos activités ?


L’enseignement du français représente, en effet, une très grande part de nos activités. Près de mille étudiants fréquentent nos cours sur une année. La réduction des budgets alloués à la coopération culturelle et la volonté d’accroître l’autonomie financière des centres culturels nous amènent à développer de plus en plus les activités de cours de français. Il existe des cours destinés en priorité au français général, mais nous avons aussi des cours sur objectifs spécifiques. Les administrations azerbaïdjanaises sont nos partenaires privilégiés. Ainsi nous dispensons des cours de français au Ministère des Affaires Etrangères ; au Ministère de l’Intérieur ; au Ministère de la Défense ; au Ministère du Travail et des Affaires sociales ; à l’Université de Médecine et à l’Académie d’Agriculture. Cette liste n’est bien ni exhaustive, ni définitive.


Parmi les événements que vous avez-organisés en 2008, lequel a été le plus apprécié par le public azerbaïdjanais ? Et le plus fréquenté ?


L’exposition « Essences insensées » organisée par Culturesfrance et consacrée aux parfums a eu un succès incroyable. C’était une exposition, « hors les murs », consacrée aux flacons de parfums dessinés par des grands designers français. En Azerbaïdjan, comme dans le monde entier, les parfums français sont très appréciés, de plus, l’endroit où avait lieu l’exposition est extraordinaire, en plein centre de Bakou, ce qui a, sans doute, contribué à son succès.

Nous avons également organisé un concert de jazz, également très apprécié par le public bakinois féru de jazz.


Quels sont vos grands projets pour 2009 ?


Nous en avons beaucoup. D’abord, dans le domaine de la musique, nous avons décidé de dédier notre programme musical 2009 aux voix. Nous avons commencé par un spectacle de flamenco, un mélange de chant et de danse. Ensuite, le 16 avril, Patrick Calafato, haute-contre, s’est produit dans la rotonde du Centre des Musées. Sensation à Bakou, car c’était une première : il n’y avait jamais eu de concert de haute-contre auparavant ! En juin, le Centre Culturel Français a invité le groupe polyphonique corse « A Fileta ». Ensuite, en septembre, nous présenterons des poèmes chantés de musique contemporaine. Certains de ces poèmes ont été écrits par le président de l’INALCO (l’Institut national des langues et civilisations orientales, qui coopère avec l’Azerbaïdjan puisqu’on y a ouvert un département azerbaïdjanais) et mis en musique par un jeune compositeur français, Pierre Thilloy, en résidence d’artiste à Bakou depuis quelques années, qui édite en France certains compositeurs contemporains azerbaïdjanais. Enfin, nous terminerons l’année musicale en novembre par le concert de Fabrice Di Falco, sopraniste. Les hautes-contre sont très peu connus (il n’y en a jamais eu à Bakou, mais le public sait ce que c’est) ; en revanche, personne ne sait ici ce que c’est qu’un sopraniste. Je pense que ce sera l’événement culturel de l’année à Bakou.

Si l’espace dévolu aux expositions dans le Centre Culturel n’est pas très grand, nous tenons beaucoup à notre petite salle d’exposition, puisqu’elle nous permet d’exposer la jeune création azerbaïdjanaise. J’aimerais aussi y faire venir des représentants de la jeune création française : des photographes ou des peintres, jusqu’ici inconnus. Nous voulons organiser (cela sera fait sans doute en septembre) une grande exposition sur l’écologie, consacrée en particulier à la défense des esturgeons dans la mer Caspienne. C’est un projet que nous montons avec le Ministère de l’Ecologie de l’Azerbaïdjan et je veux le faire à l’extérieur du Centre : nous souhaitons accrocher des photos grand format sur les murs extérieurs de l’Ambassade. Nous procéderons de la même manière avec l’exposition technique d’une grande société française, qui fait de l’exploitation pétrolière. Par ce genre d’expositions, je tiens à rappeler, si besoin est, que la France n’est pas uniquement le pays des parfums et de la mode, mais également celui de la technique et de la technologie.



Encadré


Contact

Centre Culturel Français

67, rue Fuzouli, Bakou

T.: (+ 994 12) 596 35 80
Fax : (+ 994 12) 596 35 81
E-mail :
\n // -->Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.