• 6 decembre 2010 / Cartothèque de l'IFEA

    Thumbnail image6 Décembre 2010 / Cartothèque de l'IFEA - la carte de la semaine :
    1845, "plan du siège de Constantinople par Mohammed II", Atlas de l'Empire Ottoman, J de Hammer, traduit par JJ Hellert. (IFEA)
    Ce plan très précis comporte des légendes sur les bâtiments principaux, les campements militaires et le placement des divisions, les portes des remparts, le nombre de combattants Ottomans et Grecs, ainsi que l'emplacement et le nombre de la flotte Ottomane.

  • Cartes et plans de villes de provinces Turques

    Thumbnail image

    Ankara - Guide Baedeker de 1914
    Thumbnail image Ankara en 1926
    Thumbnail image Izmir (Smyrne) fin 19 S
    Thumbnail image Izmir en 1905 
    Thumbnail image Bursa (Brousse) en 1911
    Thumbnail image Bursa par Albert Gabriel dans les années 1940
     P. Lebouteiller - Atelier de Cartographie de l'IFEA - Mai 2012

  • Cartes sur l'empire Ottoman

    Thumbnail image  L'étendue de l'empire Ottoman
    Thumbnail image  Ottoman empire in 1481
    Thumbnail image  Carte de l'empire Ottoman par Kiepert en 1841
    P. Lebouteiller - Atelier de Cartographie de l'IFEA - Mai 2011



     

  • Faruk Bilici - Présentation d'ouvrage - 30/3/2018

    Vendredi 30 mars 2018 à 18h à l'IFEA
    Faruk Bilici
    (Inalco) présentera son nouvel ouvrage L'expédition d'Égypte. Alexandrie et les Ottomans

    inscription avant le 29 mars à midi : https://www.inscription-facile.com/form/nve3CGytLxtZsLqUusYg

    L'expédition d'Égypte (1798-1801) a surtout été étudiée à partir des sources françaises et britanniques, c'est la première fois que les archives ottomanes, conservées en Turquie, en Égypte et en Bulgarie, sont mobilisées si massivement pour écrire « l’autre histoire », vue et vécue par l’Empire ottoman en mettant au centre de la problématique Alexandrie. Aux objectifs flous dès ses débuts et d’une durée relativement courte, cette expédition a pourtant eu des conséquences durables sur les équilibres politiques, économiques et sociaux de l’Empire ottoman. Ce qui paraissait être au départ une expédition punitive contre les beys mamelouks s’est transformée en un conflit international déplaçant le centre de gravité des politiques européennes en Méditerranée orientale.

    Cet ouvrage a été couronné par le prix Édouard Goby de l’Institut de France en 2016.

    Professeur des universités à l’Institut national des langues et civilisations orientales, Faruk Bilici est spécialistes des relations franco ottomanes. Membre de l’équipe scientifique de l’IFEA, de 1990 à 1993, Faruk Bilici était détaché par le CNRS au Centre d’études alexandrines de 2013 à 2015. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles.


    Table des matières

    Introduction

    Les sources primaires
    L’historiographie ottomane et l’expédition d’Égypte

    I-La France, Alexandrie et l’Empire ottoman

    La République victorieuse et les inquiétudes ottomanes
    Le Rapport d’Ahmed Atıf Efendi

    L’Égypte et la diplomatie ottomane

    II-Les Ottomans et l’occupation d’Alexandrie

    La grande surprise !
    La prise d’Alexandrie et Selim III

    Les premières réactions ottomanes

    III-Alexandrie et la guerre ottomane totale contre la France

    La bataille décisive pour l’histoire de la Méditerranée orientale : Aboukir
    Tremblement de terre au sommet de l’État ottoman

    La responsabilité d’Izzet Mehmed Pacha

    Nouveau grand vizir, nouveau « conquérant » de    l’Égypte : Yusuf Ziyâ Pacha

    La guerre sainte !

    Lutte idéologique contre la propagande de Bonaparte

    Le sort des Français : du statut d’« invités » à la prison

    La constitution de la seconde coalition contre la France L’Égypte assiégée de toutes parts

    IV-De la défaite ottomane à Aboukir à la reconquête d’Alexandrie

    Le rôle de la marine ottomane dans la guerre ottomano-française devant Alexandrie
    Ultime victoire de Bonaparte : débâcle ottomane à Aboukir

    Début des négociations et retour en France de Bonaparte El-Arich : ondes de choc à Alexandrie

    Aboukir, Canope ou la bataille d’Alexandrie

    Les forces ottomanes et l’assaut final sur Alexandrie

    La prise de Rosette et de Rahmâniye

    L’évacuation du Caire par l’armée française

    Mourir pour Alexandrie ?

    Alexandrie dans la « nouvelle Égypte »

    Le sort réservé aux beys mamelouks par la Porte

    La nouvelle administration

    V-Alexandrie lors de l’expédition

    Alexandrie à la fin du XVIIIe siècle : une ville en déclin ?
    La question de l’eau : le canal d’Alexandrie et la barrière maritime

    Le canal d’Alexandrie

    La barrière maritime

    Les travaux hydrauliques après l’expédition d’Égypte

    Le contexte institutionnel d’Alexandrie

    La question religieuse avant l’expédition française

    La question religieuse durant l’occupation française

    Système de défense de la ville d’Alexandrie

    Conclusion

    - Sélection de documents
    - Glossaire

    - Repères chronologiques

    - Abréviations

    - Sources et bibliographie

    - Index des noms de personnes

    - Index géographique et ethnique

    - Table des illustrations
  • Fatma Ben Slimane - Politique et religion dans les débats autour des réformes en Tunisie (1830-1860) - 2/5/2018

    Mercredi 2 mai 2018 à 18h à l'IFEA
    Fatma Ben Slimane
    (Université de Tunis)

    inscription avant le 2 mai à midi : https://www.inscription-facile.com/form/FJ8ueks3UN5rQCB4ZZfJ

    Politique et religion dans les débats autour des réformes en Tunisie (1830-1860)

    À partir des années 30 du XIXe siècle, la province ottomane de Tunis a connu un mouvement de réforme qui va se prolonger jusqu'à l’établissement du protectorat français en 1881. Dans une première phase, ces réformes, inspirées de celles expérimentées par le centre de l’empire et par Mehmet Ali d’Égypte,  porteront  sur le domaine militaire : création d’une armée « nizami», suivie, en 1840, par une école militaire prodiguant son enseignement moderne (des instructeurs européens, de nouvelles disciplines (telles que les mathématiques, la géographie, les langues étrangères etc.). Dans un second temps le gouvernement des beys adopte en 1857 une charte des droits connue sous le nom de ‘Ahd al-Amâne (pacte de sécurité) sur la base de laquelle sera élaborée la première constitution tunisienne (mise en application en 1861). Mais ce mouvement de modernisation, impulsé par les élites du pouvoir dans le but de consolider l’État, a déclenché  dès le départ une opposition qui, au nom de la religion, a mis en cause les différentes initiatives innovatrices. Les réformes constitutionnelles ont contribué à approfondir le débat entre le politique et le religieux.

    Fatma Ben Slimane a rédigé une thèse : Territoire et identité, la formation de la régence de Tunis à l’époqueottomane. Elle enseigne l’histoire de la Tunisie ottomane, elle s’intéresse aux questions suivantes :

    * la territorialité : la formation des  frontières en Tunisie et au Maghreb ottoman.
    * les appartenances :
    la nationalité, les protégés (capitulations)
    * les réformes constitutionnelles au XIXe siècle.

    * l’historiographie tunisienne de la  période ottomane.