Mardi 11 septembre à 18h à l'IFEA
Ayça Yılmaz Deniz (Université Paris Descartes)

inscription avant le 10 septembre à midi : https://www.inscription-facile.com/form/XJTqIqSmAg4UkAUKGBqr

Émergence du sujet col blanc dans la société turque: expériences vécues, raisons d'agir et visions du monde

Cette thèse porte sur un phénomène nouveau, émergeant en Turquie dans les années 2000 : les sujets cols blancs.  Il s’agit la mobilisation d’un petit groupe des travailleurs salariés, non-salariés et des chômeurs s’appelant eux-mêmes comme cols blancs et qui initient une mobilisation sociale sous forme des plateformes : Ces dernières s’appellent « Plateforme Plaza-Action », « Fuis et Viens Chez Nous » et « Ouvriers en Col Blancs ».

En mobilisant les outils théoriques et méthodologiques de la Théorie critique et de la Phénoménologie, et par une comparaison avec l’analyse de Charles Wright Mills sur les cols blancs américaine, la thèse problématise les raisons pour lesquelles ces individus s’auto-construisent en tant que « col blanc » pour se mobiliser. Pour quelles raisons, avec quelles visions du monde et pour quelles finalités se mobilisent ces individus et se construisent en tant que « col blanc » ?

Pour répondre à cette question, nous avons étudié les expériences et les contradictions communément vécues qui rassemblent ces individus et les négativités que produisent leurs mobilisations.

Les objectifs de ces individus sont d’initier un débat sur leurs vécues au travail ainsi que de problématiser les questions socio-politiques que la société turque a connu au cours des dix dernières années.

Pour comprendre ce phénomène, nous nous sommes concentrés d’abord sur leurs expériences vécues au travail. Ces dernières constituent des expériences de la sérialité tout contrairement à leurs attentes en ce qui concerne la libre expression de la subjectivité et l’autonomie individuelle qu’ils pensent que le travail les procura.

Face à cela ils essayent de se reconstruire en tant que sujet par le biais de la mobilisation. Il s’agit d’un processus de subjectivation et la quête de sens. L’expression « col blanc » désigne une typologie d’individus qui ont des expériences vécues spécifiques, caractérisées par la sérialité, ainsi que des compétences intellectuelles et professionnelles pour réaliser non seulement une auto-analyse mais aussi une analyse sociale, et qui développent une volonté de dépassement de leurs expériences vécues.


Mardi 18 septembre à 14h à l'IFEA
Deniz Pelek (Université Boğaziçi et Université Paris VIII)
intervention en anglais

inscription avant le 10 septembre à midi : https://www.inscription-facile.com/form/KW8cIt4GlvqPKAyaZUCQ

Uncovering the Nature of Labor Process in Turkish Agriculture: Workers, Mobility and Dispossession

This thesis is about how seasonal migrant workers phenomenon is being re-shaped in the process of agrarian transformation in Turkey in the face of a globalizing economy, which has forced big and small-scale farmers to invest in modifying their productive processes. I critically discuss that this transformation - by the means of the introduction of new technologies, changing crop composition and current consumer demands- depends part and parcel on the use of temporary agrarian workers. In light of the unavoidable trend in “transition”, I analyze the precarious conditions of farm workers. I employ a discussion how the transformation in the agrarian production have impacted/converted on the labor with a specific focus on the expansion of seasonal migrant workers in an unprecedented scale that symbolizes a radical change in economic, social, demographic, cultural and spatial realms with the changing character of the main labor force from peasant to proletarian. The goal of this dissertation is to understand the interplay between external pressures in economic and policy context and micro-politics at farm level, impacts on the labor structure and rural livelihoods. Links and conflicts between the economic context of farming, agricultural policies and livelihoods for workers and farm dwellers will be argued. Thus, I problematize how wider processes of agrarian transformation, dispossession and geopolitical developments re-shape migrant agricultural labor and also shaped by seasonal migration.

In fact, migration, the movement of peoples and individuals from one country to the next or from one city to the other, from one village to the neighbor, is an old concept but one that is periodically “reinvented” to fit specific socio-historical moments and political formations. To the agrarian context, “new peasantry”, “new migration”, “new rural spaces” are the topical issues. But what is “new migration”? and if there is a new migration then there must also be a “new migrant”? Who is she? who is he? What is “new peasantry”? What makes peasantry “new”? What is the “new” for rural areas?  In order to capture the “new”, I carried out fieldwork in five different regions –in Manisa, Bursa, Adana. Mersin and Şırnak-. Investigating the case of seasonal migrant workers in agrarian transformation process required to do a comprehensive research since all actors are interrelated each other to shape socio-economic relations and structures in the countryside. I conducted interviews with workers, farm owners, labor intermediaries and representatives from the state agencies and Non-Governmental Organizations.

 

ico newsletter