À la une

Ce mois-ci, la bibliothèque de l'IFEA vous propose une sélection d'ouvrages sur

Çatalhöyük – un village néolithique fouillé depuis 25 ans

préparée par 

Alice Vinet


Cliquez sur l'image

Vue d'une maison brûlée, on distingue les murs plâtrés conservés sur une importante élévation, et des aménagements internes : plateformes, four, piliers, etc. Photo : Jason Quinlan


Call for Papers Shipbuilding 2018


Due date for abstract submissions: 30 November 2017
Abstract format: 250-400 words
shipbuilding2018@pirireis.edu.tr

    Conference website http://shipbuilding2018.pirireis.edu.tr/




    En juillet 1990, Jean-Pierre Thieck, dit Michel Farrère, meurt à Paris, succombant au sida contre lequel il luttait depuis longtemps. Dans les premières pages de son livre, La Passion d’Orient, on peut lire un résumé de sa biographie écrite par Gilles Kepel qui le décrit comme « l’orientaliste français le plus éblouissant et le plus doué de sa génération ». Son éducation, né en 1949, d’une mère militante française d’origine juive tunisienne et d’un père syndicaliste anglais, le conduit tout d’abord au Caire puis en Afrique de l’Ouest. C’est à cette époque, que se combine sa vocation d’historien et son engagement communiste. Cet engagement militant lui vaudra quelques expulsions, dont la dernière d’Egypte, où il avait commencé une thèse sur la société urbaine du Caire. Il abandonne donc sa thèse et réoriente son intérêt vers la Syrie Ottomane, en particulier la ville d’Alep au XVIIIe siècle. Mais c’est surtout dans Beyrouth en guerre qu’il passe son temps et où il perd son cher ami, Michel Seurrat, enlevé puis assassiné par l’organisation du jihad islamique. La perte de son ami est un choc terrible et lui fait quitter le monde arabe pour partir à Istanbul. Il est rattaché à l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes à partir de 1985 où il devient correspondant pour le journal Le Monde. Pendant trois ans, il fait découvrir aux lecteurs français une Turquie ignorée. Observateur passionné de toutes les mutations d’un pays et d’une ville en effervescence (« Istanbul sens dessus dessous »), de l’émergence des mouvements de réislamisation aux manifestations de travestis (« La grève de la faim des travestis d’Istanbul »), en passant par le combat kurde (« Les Kurdes entre intégration et séparatisme »), il rédige 145 articles pour Le Monde et une soixantaine de pages d’un guide intime d’Istanbul « Les milles et une nuits » publié à la fin du volume Passion d’Orient. En 1989, il revient à Paris pour se faire hospitaliser.   

    Le 17 juillet 1990, le journal Le monde rend hommage à Jean Pierre Thieck :

    « Le Consul général de France, des historiens et journalistes turcs et étrangers, ses amis, ont jeté une couronne de fleurs dans le Bosphore en un lieu-symbole d'Istanbul : le pont d'Ortakoy qui joint l'Occident à l'Orient. Agrégé d'histoire, Jean-Pierre Thieck avait consacré ses recherches à l'empire ottoman à l'Institut français d'études anatoliennes d'Istanbul, après deux ans à l'Institut français d'études arabes de Damas et trois ans au Centre d'études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain à Beyrouth ».

    Sa bibliographie :

    « Le problème de la transition dans l’Egypte de Muhammad ‘Ali’ », in Analyses Theories, revue de l’université de Paris VIII, 1979.

    « Les Khitat al Tawfiqiyya de Ali Pacha Mubarak comme source de l’histoire urbaine du Caire au XIXe siècle : utilisation de l’informatique », in L’Egypte au XIXe siècle, actes du colloque d’Aix en Provence, 1979.

    « Un autre orientalisme », compte rendu du livre d’Edward Said, Orientalism, in Annales ESC, mai-aout 1980.

    « Décentralisation ottomane et affirmation urbaine à Alep dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle » in Mouvement communautaires et espaces urbains au Machreq, CERMOC, Beyrouth, 1985.

    « Observations sur l’élevage et le commerce des moutons dans la région de Raqqa en Syrie » (avec Jean Hannoyer), Production pastorale et société, MSH n°14, pp. 47-63.

    Passion d’Orient, Paris, Karthala, 1992.

    Voir aussi André Bourgey et Jean Hannoyer « Hommage à Jean Pierre Thieck » dans CEMOTI, 1991/11.

     

     

    Lu 19139 fois Dernière modification le Jeudi, 11 Octobre 2012 16:29

    Archives visuelles

    Présentation

    Les Archives visuelles de l’IFEA rassemblent des photographies prises par les chercheuses, chercheurs et étudiant-e-s au cours de leurs travaux. Elles permettent de retracer des itinéraires de recherche (classés notamment par collections) et de partager des clichés spécifiques à une thématique. Depuis 2014, une partie du fonds physique a pu être numérisé et mis en ligne grâce à notre collaboration avec SALT. Les photographies numériques sont consultables en ligne sur notre base de données alimentée par vos dons.
    13 000 clichés conservés dans la base de l'OUI seront également traités afin d'être mis à disposition.




    Dons et Projets

    Toutes recherches de clichés et propositions de dons (argentique et numérique) peuvent être adressées à ifea.photos@gmail.com

    Hébergement


    Partenaires et sponsors

    arkema ptsaltarastirma

    Suivez l'IFEA sur

    openedition-books 72dpipersee logologo canal u sans texte

     

    facebooktwitter

    French (Fr)Turkish (Tr)

    ico newsletter

    Parrainage

     0105080306

    L'Institut Français d'Études Anatoliennes lance une campagne de parrainage de son fonds de livres et cartes rares
    Pour plus d'information, cliquez ici
    French (Fr)Turkish (Tr)

    L'IFEA est un Institut de recherche français en Turquie. Dépendant du MAE et du CNRS, il a pour vocation de faciliter, de fédérer et d'impulser des recherches en sciences humaines et sociales et en archéologie. C'est une structure de services (bibliothèque, documentation, cartographie) et d'accueil des chercheurs, doctorants et stagiaires. L'institut propose une programmation scientifique ouverte au public.