• 3è Rencontres d'Archéologie - La Cappadoce méridionale de la Préhistoire à l'époque Byzantine : 8-9/11/2012

    3èmes Rencontres d’Archéologie de l’IFEA   
      
    LA CAPPADOCE MÉRIDIONALE DE LA PRÉHISTOIRE À LA PÉRIODE BYZANTINE
      
    Istanbul, les 8-9 Novembre 2012

    Appel à contributions - Comité scientifique - Contacts - Programme (jour 1- jour 2)

    Les Rencontres d'Archéologie de l'IFEA bénéficient du soutien financier de TOTAL Turquie.TOTAL_LOGO_COUL_Q

     Appel à contributions
    rencontres3TR

    Il y a près de 25 ans, l’Institut Français d’Etudes Anatoliennes organisait à Istanbul, les 13 et 14 avril 1987, un colloque consacré à La Cappadoce méridionale jusqu’à la fin de l’époque romaine- Etat des recherches (éd . par Brigitte Le Guen-Pollet et Olivier Pelon aux éditions ERC, Paris 1991). Le site de Zeyve-Porsuk, au pied de la puissante chaîne du Taurus, y avait tenu une place particulièrement importante, avec trois communications, en tant que seule mission française opérant dans la région. Ce qui était vrai il y a un quart de siècle l’est encore aujourd’hui, où la fouille de Porsuk, après bien des interruptions, est toujours en activité, mais avec un nombre croissant d’opérations voisines, turques et italiennes en particulier, ces dernières d’ailleurs à l’origine d’un intéressant colloque tenu à Pavie en 2008 (Geo-Archaeological Activities in Southern Cappadocia, éd. par Lorenzo d’Alfonso, Maria Elena Balza et Clélia Mora, Italian University Press, 2010).

  • Alessandra Ricci - Life outside the Palace: residential spaces and social groups in the city of Constantinople and its suburbs in Late Antiquity 09/05/2011

    Séminaire "Pouvoir et espaces urbains"
    Lundi 09 mai à 18h00 à l'IFEA
    Alessandra Ricci
    (Koç Üniversitesi)
    "Life outside the Palace: residential spaces and social groups in the city of Constantinople and its suburbs in Late Antiquity"
    Intervention en anglais.

  • Anais LAMESA

    Dr. Anaïs LAMESA

     

    Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Statut : chercheuse associée à l'Institut Français d'Études Anatoliennes

    Pôle archéologie

    photo_identit

    Thèse de doctorat :

     «D'une Cappadoce à l'autre: questions historiques, géographiques et archéologiques»Doctorat d’Histoire dirigé par le prof. G. Traina (Paris IV-Ed1, Histoire romaine), doctorat soutenu le 19 mars 2016

    Curriculum vitae(à jour le 17 février 2016)

     

    - Curriculum vitae en français (pdf)
    Curriculum vitae en anglais (pdf)

  • Arpine Asryan

     

    Experience and positions

    • Dec/2012 – present Mashtots Institute of Ancient Manuscripts, the Matenadaran, Junior researcher at the Art History Department
    • November 2011 - present Post-graduate student of Institute of Art of National Academy of Sciences of Republic of Armenia

    - Thesis: Decorative sculpture of monuments of Tayk at 10-11 centuries (Supervisors: Seyranush Manukyan, Advisor: Zaruhi Hakobyan)

    • Apr/2011 – Nov/ 2011 Mashtots Institute of Ancient Manuscripts, the Matenadaran, senior librarian
    • Jul/2010 – Apr/2011 National Gallery of Armenia, Guide
    • 1/Jun/2010 - 17/Jun/2010 Armenian-French joind Archeological Fieldwork in Erebuni
    • 1/Jul/2009 - 30/Jul/2009 Armenian-U.S.A. joind Archeological Fieldwork in Shengavit
    • 1/Jun/200930/Jun/2009 Armenian-French joind Archeological Fieldwork in Erebuni

    Education completed

    • 2008-2010 Yerevan State University, Armenia Faculty of History, Department of Art History, Master of Arts (MA) in Art History

       -Thesis: The role of Heavenly Jerusalem in medieval sculpture of Armenia (Supervisor: Zaruhi Hakobyan)

    • 2004-2008 Yerevan State University, Armenia Faculty of History, Department of Art History, Bachelor's degree (BA) in Art History

    -Thesis: The role of the rider in the Armenian medieval sculpture (Supervisor: Zaruhi Hakobyan)

    Trainings and internships

    • 17/Jul/2012 – 26/Jul/ 2012 Georgian script (Summer school organised by  National Centre of Manuscripts, Tbilisi, Georgia)
    • 14/ Dec/ 2010 – 18/ Dec/ 2010 Training of guides of home-museums (Organised by Ministry of Culture RA and ICOM Armenia)
    • June/2006 Museum –Archival internship, Museums of Armenia
    • July/2005 Archeological - Ethnological expedition,Yerevan State University

    Publications

    1.  “Some ornaments of the monuments of Tao and their parallels in the Byzantine and Eastern christian art”, “2nd international conference Tao-Klarjeti. Materials” (under publication).
    2.  “Certain types of medieval ornaments in the architectural décor of Tayk in the 10-11th centuries”, “7th scientific session of young Armenian art historians, dedicated to 175th birth anniversary of Tigran Chukhajyan”.
    3.  “Relief sculpture of Akhtamar church of Surb Khach (Saint Cross)” // “Akhtamar” (monography, coauthor)

    Conferences attended

    1. “2nd International conference Tao-Klarjeti” 5-8 September, 2012, Tbilisi-Batumi, Georgia.
    2. “7th scientific session of young Armenian art historians, dedicated to 175th birth anniversary of Tigran Chukhajyan”, October 19-21, 2012, Yerevan-Arzakan, Armenia.

     

  • Asie mineure médiévale

    Cet axe de recherche se focalise principalement sur la Cappadoce et le patrimoine matériel. Il promeut la byzantinologie au sein de l'institut. Trois projets s'y inscrivent.

    Responsable : Anaïs LAMESA (IFEA-TÜBİTAK)

  • Bir yeri, bir şehri, bir bölgeyi savunmaya yönelik güçlendirmek 10. – 15. yüzyıllar arasında Anadolu ve çevre bölgelerindeki askeri mimarinin örnekleri

    Anadolu askeri mimarisi bugün hala, Makedonyalı imparatorların Bizansı fethinden Osmanlıların iktidarı ellerine geçirmesine kadar olan dönemin izlerini taşır.
    Şubat 2009'ta Prof. Dr. Hansgerd Hellenkemper'ın sunumuyla başlıyacak bu seminerin amacı, Türkiye (Konstantinopolis, Ani, ve Nicaea gibi) ve çevre bölgelerinde (Gürcistan, Ermenistan, Suriye v.b.) bulunan önemli savunma alanlarını tanıtmaktır.
    Seminerin ayrıntılı programı hazırlanmaktadır.
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. veya Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. adreslerine yazarak detaylı programa ulaşabilirsiniz.

    10. ve 15. yüzyıllar arasındaki dönemde, Anadolu bölgesinde çeşitli jeopolitik değişimler yaşandı. Makedonyalı imparatorların Bizansı fetihlerinden itibaren başlayan ve 1453'te Konstantinopolis'in fethiyle Osmanlı İmparatorluğu'nun iktidarının doruğa çıktığı dönemde, Anadolu bölgesi, çeşitli imparatorlukların ve krallıkların ortaya çıkışını ve yok oluşunu beraberinde getiren çok sayıda çatışmaya sahne olmuştur. Söz konusu iktidar sahipleri Bizanslılar, Selçuklular, Haçlılar, Ermeniler, Osmanlılar ve diğerleriydi.
    Bu geniş alana yayılmış kaleler dönemin şahitleridir. Bunların incelenmesiyle öğreneceğimiz çok şey vardır: Bir yandan genel bir bakışla belli bir bölgede jeostratejik ve siyasi konuları tahlil edip, diğer yandan daha ayrıntıcı bir bakışla, bir yerin mesela bir kalenin veya şehrin surlarının savunma ve mimari tekniklerini ve bunların gelişimini inceleyeceğiz. Bu açıdan bakıldığında Türkiye'nin kapsadığı alan çok verimli bir bölgedir; çünkü bu topraklar büyük imparatorlukların merkezleri olduğu gibi, aynı zamanda da kültürlerin kesiştiği en önemli bölgelerden sayılır: batısında Balkanlar ve Yunanistan, güneydoğusunda Arap dünyasi, doğusunda İran, kuzeydoğusunda ise Kafkasya bölgesiyle bağlantıları vardır. Ayrıca Haçlılar vasıtasıyla ya da ticari ve diplomatik alışverişlerle bu bölgenin Batıyla direk bağlantılarının olduğunu da unutmamalıyız.
    O halde bu seminer vasıtasıyla Bizans, Selçuklu, Osmanlı ve diğer tarihi dönemler üzerine çalışan araştırmacılar (arkeoloji, tarih ve mimari tarihi alanından gelen araştırmacılar, hocalar ve öğrenciler) ortak bir konu çevresinde bir araya gelecek. Bu konu askeri mimaridir. Üzerinde çalışacağmız örnekler hem Türkiye'den, hem de Anadolu'yu çevreleyen bölge ve kültürlere ait olacak. Böylece, yerel araştırmacıların daha hakim oldukları örnekleri diğerleriyle karşılaştırma olanağı bulacaklar.
    Bu seminer dizisi, sadece konunun uzmanlarına değil, aynı zamanda kültürel mirasla ilgilinen kişilere (mimarlar, restoratörler hatta siyasi aktörler) ve genel olarak herkese yönelik olarak düzenlendi.
    Seminerler Şubat 2009 itibariyla yaklaşık olarak ayda birkez düzenlenecek. Her seansta uzmanlar tarafından (tarihçi, arkeolog) hazırlanmış bir veya iki konferans verilecek. Konuşmadan sonra sorular, fikirler ve eleştiriler için zaman yaratılacak. Seminere katılanlar ve konuşmacılar küçük bir aperatif eşliğinde samimi bir ortam yaratma imkanı bulacaklar.

  • Bizans. Yapılar, Meydanlar,Yaşamlar

    Annie Pralong (éd.), Bizans. Yapılar, Meydanlar,Yaşamlar [Byzance. Monuments, personnages, places publiques], trad. par Buket Kitapçı Bayrı, IFEA/KitapYAYINEVİ, Istanbul, 2011

    Byzance : Monuments, personnages, places publiques regroupe, sous la direction d'Annie Pralong (CNRS), une sélection de contributions présentées lors des Rencontres byzantines, cycle de conférences organisé entre 2004 et 2007 par l'IFEA, en collaboration avec l'Institut français d'Istanbul et l'IRO.

    Véritables regards croisés sur la civilisation byzantine offerts par des spécialistes de la civilisaiton et l'art byzantins, les contributions sont réparties en 5 grands ensembles :

  • C. Giros: Bizanslılar ve Savaş (X-XIII yy'lar) (güncel değil)

    Les lettrés byzantins, clercs et laïcs, percevaient la guerre comme l’œuvre du diable, à laquelle l’empereur ne devait se résoudre qu’en ultime recours, lors d’une invasion du territoire de l’empire. Au XIe siècle, un rhéteur souligne ainsi que l’empereur doit agir envers les barbares par la persuasion, plutôt que par la violence et la guerre. Dans cette conception, qui ne justifiait théoriquement que les guerres défensives, les lettrés valorisaient la maîtrise d’un savoir technique, la stratégie et la tactique, qui étaient censés distinguer les Byzantins des Barbares. Si la notion de guerre sacrée, connue dans les pays d’Islam et dans l’Occident latin, n’a jamais réussi à s’imposer durablement à Byzance, l’armée devait toutefois être l’objet constant de la sollicitude impériale, et l’entretien des troupes était un souci permanent de l’administration byzantine. Pour Constantin VII (913-959), ”l’armée est à l’État ce que la tête est au corps, si bien que l’ensemble évolue nécessairement de concert”. Entre le Xe et le XIIIe siècle, la guerre fut l'affaire exclusive de l'État et dut être menée sur deux fronts, en Orient et en Occident. Les modalités de la guerre, les enjeux et le théâtre du conflit évoluèrent. En Orient, on passa, entre 950 et 980, d’une guérilla qui se pratiquait en rase campagne à la conduite de grandes expéditions impériales, qui aboutirent à l’extension territoriale de l’empire et à la réorganisation des frontières. Dans les Balkans, la construction d’un réseau de petites cités fortifiées permit de contrôler durablement l’espace compris entre l’Adriatique et la Mer Égée. À ces modifications des pratiques de la guerre répondit un renouvellement de la pensée militaire byzantine au Xe siècle. Les traités des stratégistes de cette époque témoignent des changements tactiques survenus : l'infanterie fut principalement utilisée de façon défensive (protection de la marche de l'armée, garnison des forteresses) et joua désormais, lors d'une bataille, un rôle de soutien pour la cavalerie. La guerre de siège devint un élément essentiel de la stratégie adoptée par les Byzantins. L’évolution de la tactique s’accompagna d’une adaptation des remparts aux nouvelles conditions de la guerre. Des innovations dans les systèmes de défense et d’attaque des remparts peuvent être repérés, entre le Xe et le XIIIe siècle, aussi bien dans les traités de poliorcétique que dans les systèmes fortifiés conservé.

  • Çetinkaya /Lamesa - Constantinople, image de l'empire byzantin (330-1453) : 26/10/10

    Séminaire "Constantinople, image de l'empire byzantin (330-1453)"
    Mardi 26 octobre 2010 à 17h30 à l’IFEA

    Séminaire d'introduction par Haluk Cetinkaya et Anais Lamesa

  • Constantinople, image de l’empire byzantin (330-1453)

    Organisateurs : Anaïs Lamesa, Ayşe Belgin-Henry et Suna Çağaptay

    Séminaire mensuel sur la période byzantine.

    Constantinople, la Ville par excellence, capitale centrale de l'Empire byzantin, a été fondée par Constantin Ier en 330. Elle devait être la seconde Rome. Les recherches dans la Capitale byzantine continue. Des fouilles comme celle de Yenikapı ont récemment remis en question les connaissances des Byzantinistes sur les ports, le commerce et les techniques de construction navale.

  • Cycle de conférences Regards croisés sur la civilisation byzantine

     1 - Exposé des motifs | 2 - Mise en œuvre | 3 - Programme

    L’histoire médiévale jouit depuis quelques années en Turquie d’un préjugé très favorable auprès du public et l’intérêt pour la civilisation byzantine s’exprime par la présence grandissante d’universitaires turcs qui enseignent les disciplines de cette période, mais aussi par le développement du tourisme qui fait appel à des guides, pour la plupart formés à l’université. Ceux-ci souhaitent enrichir leur savoir sur la période médiévale et sont demandeurs de conférences données par des spécialistes.

    C’est dans ce contexte qu’a germé, en 2003, l’idée de monter un cycle de conférences destiné à un public de qualité, intéressé et varié, mettant en lumière des moments forts, des lieux célèbres ou méconnus, de cette ville et de ses environs, que les travaux de spécialistes ont contribué à faire connaître. Ce cycle de conférences s’est donné pour objectif non pas de couvrir les 10 siècles d’histoire de l’empire byzantin mais d’en illustrer certains aspects en recourant à des approches disciplinaires variées et croisées : histoire, histoire de l’art, iconographie, archéologie, pour faire revivre, avec le témoignage des textes disponibles, cette vaste époque, ses hommes, ses monuments.

    2 - Mise en œuvre

    Ce cycle de conférences n’aurait pu voir le jour sans la collaboration de trois organismes et le soutien de leurs directeurs : l’IFEA (Pierre Chuvin), l’Institut Culturel Français de Taksim (IFI) (Alain Bourdon puis Arnaud Littardi) et la Fédération des Guides de Turquie (TUREB) (Şerif Yenen), chacun assumant une partie bien précise du cahier des charges.

    A l’IFEA revenait le choix des conférenciers et de leur thème d’intervention et les frais de voyage et de séjour, ainsi qu’un dîner offert à l’issue de la conférence ; à l’IFI, le prêt de sa salle de spectacle et de son matériel de traduction simultanée ainsi que la prise en charge des frais de traduction, d’impression des affiches et cartons d’invitation  et de leur diffusion ; à TUREB  revenait l’annonce des conférences par les médias et la presse, ainsi que l’enregistrement vidéo des conférences en français et en turc et leur duplication à l’identique sur CD-Rom, puis DVD, mis à la disposition des guides.

    Cette triple association a parfaitement fonctionné et a permis d’accueillir 26 conférenciers français ou francophones qui ont illustré de janvier 2004 à juin 2007, différents aspects, différents moments de la civilisation byzantine.

    3 - Programme

    Ces conférences mensuelles, d’une durée d’une heure, ont toutes été suivies d’échanges avec le public facilités par la traduction simultanée effectuée par une interprète hautement qualifiée.

    Date

    Conférencier

    Affiliation

    Titre de la conférence

    Vidéo

    21/01/2004 Marie-France Auzépy Paris VIII Sainte-Sophie dans la vie politique, économique et religieuse de Constantinople oui
    19/02/2004 Nicole Thierry EPHE Découvertes de la Cappadoce  
    31/03/2004 Nano Chadizidakis Université de Joannina (Grèce) Les Icônes de Constantinople  
    26/04/2004 Stéphane Yerasimos Paris VIII Comment les églises sont devenues mosquées oui
    27/05/2004 Michel Kaplan Paris I - Panthéon-Sorbonne Une grande fondation impériale : le monastère du Pantokratôr (Zeyrek Camii) oui
    23/06/2004 Catherine Jolivet-Levy Paris I - Panthéon-Sorbonne Derniers feux de l’art byzantin à Constantinople : Kariye Camii (St-Sauveur in Chora) oui
    16/10/2004 Jean-Claude Cheynet Paris IV - Sorbonne Les sceaux byzantins : Images d’une société oui
    25/11/2004 Jean-Pierre Sodini Paris I - Panthéon-Sorbonne L’urbanisme de Constantinople : de Constantin à Justinien  
    18/12/2004 Peter Schreiner Université de Cologne Les voyageurs à Constantinople au Moyen Age et leurs guides  
    19/01/2005 Véronique François CNRS-IFPO Se soigner, se protéger des démons : la vaisselle de terre à Constantinople et Istanbul  
    16/02/2005 Brigitte Pitarakis CNRS-LHB Paris Les bijoux de l'empire et les orfèvres de Constantinople (IVe - VIIe siècles)  
    23/03/2005 Marie-France Auzépy Paris VIII At Meydanı : l’hippodrome byzantin et ottoman (IVe - XVIe siècles) oui
    20/04/2005 Michel Balivet Université d’Aix-en-Provence Les Turcs dans  Constantinople (XIe - XVe siècles) oui
    07/06/2005 Christophe Giros Université Lyon II Les Byzantins et la guerre (Xe - XIIIe siècles)  
    25/01/2006 Pierre Chuvin IFEA - Paris X Nanterre Quand Sainte Sophie était neuve : le décor coloré de la basilique à son inauguration  
    22/02/2006 Jean-Pierre Grélois Centre d'Histoire Byzantine Paris Monuments byzantins disparus et retrouvés : la contribution des voyageurs (16-18s) oui
    22/03/2006 Elisabeth Malamut Universite Aix-Marseille I Constantinople sous le règne d’Alexis Ier oui
    19/04/2006 Nicole Thierry EPHE Églises royales d'Anatolie au Xe siècle : Ağtamar, Işhan et Tokalı oui
    24/05/2006 Paul Magdalino Université St Andrews (GB) - Koç University La renaissance byzantine à l’époque des Paléologues : Théodore Metochite et le Monastère de Chora oui
    29/11/2006 Scott Redford RCAC L’Anatolie et les Croisades oui
    13/12/2006 Pierre Chuvin IFEA - Paris X Nanterre “Manière de montrer” les mosaïques et fresques de Saint-Sauveur (Kariye Camii) oui
    28/02/2007 Marie-France Auzépy Paris VIII Constantinople et les Arabes (VIIe-IXe siècles)  
    21/03/2007 Alessandra Ricci RCAC L'amour pour la campagne chez les Byzantins ? : la banlieue asiatique de Constantinople  
    25/04/2007 Michel Balivet Université d’Aix-en-Provence Théologiens byzantins et turcs en contact : les rencontres d'Iznik (1354) et d'Ankara (1391)  
    16/05/2007 Polymnia Athanassiadi Université d'Athènes - EfA La tradition mystique en Anatolie: d'Ismail Emre à l'Empereur Julien  
    13/06/2007 Mehmet Baha Tanman Université d'Istanbul L'architecture des établissments soufis en Anatolie médiévale  
  • E. Malamut : Constantinople à l’époque d’Alexis I

    Notre dessein sera de montrer le visage de Constantinople sous le règne d’Alexis I sous trois grands angles : les palais, les fondations religieuses de la famille impériale, l’évolution de la configuration urbaine avec le développement des quartiers Nord-Ouest de la ville et le développement commercial de la partie Sud de la Corne d’Or.

    Dans l’étude des palais, nous découvrirons successivement le nouvau centre de la cour des Comnènes au palais des Blachernes avec la grande salle du trône, dit le Triclinos d’Alexis, les transformations du Grand Palais et l’évolution du cérémonial, la permanence de la Porphyra, l’importance croissante des palais à l’extérieur de la ville et la décadence de la symbolique l’hippodrome.

    L’étude des fondations religieuses de la famille impériale nous amène à distinguer les constructions d’églises et de monastères privés des fondations d’établissements impériaux à caractère charitable, les « maisons pieuses ». Parmi les constructions religieuses privées, nous considérerons le monastère du Pantepoptès et celui de Saint-Jean-Prodrome de Pétra par Anne Dalassène, l’église du Saint-Sauveur à Chôra (Kaiye Camii) par Marie de Bulgarie et Isaac, un neveu d’Alexis, la fondation du monastère de la Vierge-Pleine-de-Grâce et de celui du Christ Philanthrôpos par le couple impérial Irène Doukaina et Alexis, la construction de l’église et du monastère du Christ Évergétis (Gül Camii) par Jean, le fils d’Isaac, frère de l’empereur et, enfin la fondation de l’église et monastère de la Théotokos Pammakaristos (Fethiye Camii), par Adrien, le frère d’Alexis. Les grandes maisons pieuses qui ont marqué la philanthropie d’Alexis I sont le Myrélaion, le Pétrion et surtout l’Orphanotropheion, que nous examinerons successivement.

    Ensuite nous montrerons à quel point les quartiers Nord-Ouest de la capitale se sont développés, d’abord avec l’attraction des Blachernes et de toutes les fondations susdites pour l’aristocratie princière, mais aussi pour l’ensemble des grands nobles militaires et civils. Enfin le règne d’Alexis a marqué l’évolution des quartiers commerciaux de la ville, avec l’abandon des rives sud de la capitale et l’attraction de plus en plus grande de la Corne d’Or, notamment avec l’établissement des Vénitiens et l’octroi de leur « embolos » par le chrysobulle de mai 1082, mais aussi celui des Pisans en 1111, tandis que sont écartés progressivement les Amalfitains, dont les belles maisons et les églises ornent encore l‘ensemble de la Corne d’Or, et définitivement les Juifs qui sont transférés à Péra à côté de la léproserie.

  • Enis Karakaya - Les traces archéologiques de Rufinianus (Caddebostan) : 15/03/2011

    Séminaire Constantinople, image de l’empire byzantin (330-1453)
    Mardi 15 mars 2011 à 18h00 à l’IFEA
    Enis Karakaya (Historien de l’Art)
    "Les traces archéologiques de Rufinianus (Caddebostan)"
    Intervention en turc.

  • Enis Karakaya - Les traces archéologiques de Rufinianus (Caddebostan) : 15/03/2011

    Séminaire Constantinople, image de l’empire byzantin (330-1453)
    Mardi 15 mars 2011 à 18h00 à l’IFEA
    Enis Karakaya (Historien de l’Art)
    "Les traces archéologiques de Rufinianus (Caddebostan)"
    Intervention en turc.
  • Enis Karakaya - Runfinianus'tan günümüze ulaşan arkeolojik izler: 15/03/2011

    Seminer "Konstantiniye, Bizans İmparatorluğu'nun imgesi (330-1453)"
    15 Mart Salı saat 17:30’da, IFEA’da, 
    Enis Karakaya
     (Sanat tarihçisi): 
    "Rufinianus'tan (Caddebostan) günümüze ulaşan arkeolojik izler" 
    Sunum dili Türkçe’dir.

  • Enis Karakaya - Runianus'tan (Caddebostan) günümüze ulaşan arkeolojik izler: 15/03/2011

    Seminer "Konstantiniye, Bizans İmparatorluğu'nun imgesi (330-1453)"
    15 Mart Salı saat 17:30’da, IFEA’da, 
    Enis Karakaya
     (Sanat tarihçisi): 
    "Runianus'tan (Caddebostan) günümüze ulaşan arkeolojik izler" 
    Sunum dili Türkçe’dir.
  • Esra Erdoğan - Konstantinopolis manastırları ve insan sevgisi: II. Andronikos dönemi : 22/02/11

    Séminaire "Constantinople, image de l'empire byzantin (330-1453)"
    Mardi 22 février 2011 à 18h00 à l’IFEA
    Esra Erdoğan
    (Historienne de l'art, Mimar Sinan Üniversitesi)
    "Konstantinopolis manastırları ve insan sevgisi: II. Andronikos dönemi"
    Intervention en turc avec résumés en anglais

  • Esra Erdoğan - Konstantinopolis manastırları ve insan sevgisi: II. Andronikos dönemi : 22/02/11

    Séminaire "Constantinople, image de l'empire byzantin (330-1453)"
    Mardi 22 février 2011 à 18h00 à l’IFEA
    Esra Erdoğan
    (Historienne de l'art, Mimar Sinan Üniversitesi)

    "Konstantinopolis manastırları ve insan sevgisi: II. Andronikos dönemi"
    Intervention en turc avec résumés en anglais

  • Ferudun Özgümüş - İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar : 12/04/2011

    Séminaire "Constantinople, image de l'empire byzantin"
    Mardi 12 avril 2011 à 18h à l’IFEA
    Ferudun Özgümüş (Historien de l’Art, Istanbul Üniversitesi, Istanbul)
    "İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar"
    Intervention en turc.

  • Ferudun Özgümüş - İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar : 12/04/2011

    Seminer "Konstantiniye, Bizans İmparatorluğu'nun imgesi (330-1453)"
    12 Nisan Salı saat 18:00’da, IFEA’da, 
    Ferudun Özgümüş
     (Sanat tarihçisi, İstanbul Üniversitesi): 
    "İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar"  
    Sunum dili Türkçe’dir.

  • Ferudun Özgümüş - İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar : 12/04/2011

    Séminaire "Constantinople, image de l'empire byzantin"
    Mardi 12 avril 2011 à 18h à l’IFEA
    Ferudun Özgümüş (Historien de l’Art, Istanbul Üniversitesi, Istanbul)
    "İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar"
    Intervention en turc.

  • Ferudun Özgümüş - İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar : 12/04/2011

    Seminer "Konstantiniye, Bizans İmparatorluğu'nun imgesi (330-1453)"
    12 Nisan Salı saat 18:00’da, IFEA’da, 
    Ferudun Özgümüş
     (Sanat tarihçisi, İstanbul Üniversitesi): 
    "İstanbul Üniversitesi Güzel Sanatlar Bölümü Adına İstanbul Sur İçinde Yapılan Arkeolojik Çalışmalar"  
    Sunum dili Türkçedir.

  • Fortifier un lieu une ville un territoire entre le Xe et le XVe siècle. Exemples anatoliens et des régions voisines

    Ce séminaire mensuel s'attachera à présenter un large panel de sites fortifiés bâtis entre le Xe et le XVe siècle en Anatolie et dans les régions voisines. Cette période est marquée entre autre par les dernières splendeures de l'empire byzantin avant sa désagrégation et l'avènement de l'empire ottoman. À travers les exemples présentés (Constantinople, Ani, Diyarbakır,...), les intervenants aborderont des questions liées à l'architecture militaire et, à une échelle plus large, à des notions de géostratégie ou de protection du territoire.

    La période qui s'étend du Xe au XVe siècle a été fortement marquée par de nombreux remaniements géopolitiques en Asie Mineure. En effet, des reconquêtes byzantines réalisées par les empereurs macédoniens jusqu'à l'avènement de l'empire ottoman marqué par la prise de Constantinople en 1453, cette partie du monde qui était centrée sur l'Anatolie a été le théâtre de nombreux conflits marquant la naissance et la mort de plusieurs empires ou royaumes. Ils étaient byzantins, saldjuqides, croisés, arméniens, ottomans et bien d'autres encore.
    Les multiples forteresses qui parsèment cette vaste étendue en sont les témoins. Leur étude a donc beaucoup à nous apprendre, et ce d'une part, à une échelle macroscopique, sur un territoire donné pour analyser des questions d'ordre géostratégique et politique, et d'autre part, à une échelle microscopique, au niveau d'un site, sur un château ou un rempart urbain par exemple, pour analyser les techniques de défense et de construction employées ainsi que leur évolution. A cet égard le territoire qu'occupe la Turquie contemporaine a beaucoup à offrir puisque en plus d'avoir été le centre des plus grands empires, elle fut également un des carrefours culturels des plus importants, en contact avec les Balkans et la Grèce à l'ouest, le monde arabe au sud-est, la Perse à l'est et le Caucase au nord-est, sans oublier des liens étroits avec l'Occident via les Croisades ou les échanges commerciaux et diplomatiques.
    Ce séminaire est donc l'occasion de faire se rencontrer les acteurs de la recherche (chercheurs, professeur et étudiant, qu'ils soient archéologues, historiens ou historiens de l'architecture) des différentes périodes historiques (byzantine, saldjuqide, ottomane,...) par le biais de ce thème commun à tous : l'architecture militaire. Les exemples présentés seront de Turquie bien sûr, mais également tirés des nombreux pays et cultures qui entourent l'Anatolie afin de permettre de faire des comparaisons avec les sites que les chercheurs locaux connaissent mieux.
    Outre ce public spécialisé, ce programme de conférence s'adresse également aux acteurs du patrimoine (architectes, restaurateurs, et pourquoi pas personnalités politiques) ainsi qu'au grand public.
    Ces séminaires auront lieu à un rythme mensuel à partir de février. Chaque séminaire consiste en une ou deux conférences données par des spécialistes (historien ou archéologue) suivies des questions du public et du traditionnel apéritif où intervenants et membres du public peuvent échanger plus directement.

  • Haluk Çetinkaya - İstanbul'da Bizans dönemi tahıl ambarları : 04/01/11

    Séminaire "Constantinople, image de l'empire byzantin (330-1453)"
    Mardi 4 janvier 2011 à 18h00 à l’IFEA
    Haluk Çetinkaya
    (Mimar Sinan üniversitesi)
    "İstanbul'da Bizans dönemi tahıl ambarları"
    Intervention en turc

  • Historique de l'IFEA 1929-1989

    Dans un rapport daté du 21 mai 1929 et adressé au ministre des Affaires étrangères, René Dussaud, conservateur en chef du département des Antiquités orientales du Musée du Louvre, constatait qu'à cette date, il n'y avait plus de mission archéologique française en Turquie pour poursuivre la tradition de celles qui s'y étaient succédé au cours du XIXe siècle. De retour d'Ankara où il avait eu des entretiens dans les milieux officiels turcs et français, il suggérait de développer les recherches dans deux directions : les antiquités islamiques et les antiquités proprement anatoliennes. Il proposait en outre au ministre la création d'un Institut installé dans les locaux de l'ancienne ambassade de France près la Sublime Porte. Cet Institut, écrivait-il, "devait être pour nos jeunes savants la porte de l'Anatolie", les préparant à l'exploration "que cette dernière réclame dans tous les domaines".

    Ce projet prit corps et, le 26 mars 1930, l'ambassade de France à Ankara adressa une note à ce sujet au ministère des Affaires étrangères de Turquie qui donna rapidement son accord pour la création de l'Institut Français d'Archéologie. Cet Institut s'établit dans le bâtiment de l'ancien drogmanat de l'Ambassade à Istanbul, construit en 1874, et fut inauguré le 1er octobre 1930 par Sébastien Charléty, recteur de l'Académie de Paris. Une note du ministère des Affaires étrangères de Turquie, datée du 28 février 1931 et adressée à l'Ambassade de France, fixa le cadre de l'Institut. 

    Le premier directeur de l'Institut, Albert Gabriel, professeur à l'Université de Strasbourg et auteur de nombreuses publications sur les monuments turcs d'Anatolie, conserva sa résidence permanente en France. Il était assisté d'un comité constitué d'administrateurs et de personnalités scientifiques, spécialistes de l'orientalisme ancien et moderne, de l'archéologie classique et des études byzantines.

    Trois ans après sa création, l'Institut fit paraître sa première publication dans la collection des Mémoires. Celles des Études anatoliennes, puis des Monuments turcs d'Anatolie devaient bientôt suivre. Des pensionnaires scientifiques furent nommés. Ils résidèrent à Istanbul de manière permanente : Edmond Saussey (études turques modernes), Raymond Jestin (études sumériennes), Pierre Devambez (archéologie classique), Emilie Haspels (archéologie classique), de nationalité néerlandaise, Henry Corbin (études iraniennes), Pierre Prost (études turques), et Marcel Colombe (études turques).

    Un chantier de fouilles fut ouvert en 1936 sur le site de Yazilikaya, auquel participèrent P. Devambez, E. Haspels et R. Jestin, avec le concours de Halet Çambel, assistante à l'Université d'Istanbul.

    Au printemps de 1941, Albert Gabriel, que l'invasion de la France avait surpris en Turquie, posa sa candidature au Collège de France et quitta son poste. Au cours de l'été de la même année, Henri Seyrig assura pendant quelques mois la direction de l'Institut, puis rejoignit la France Libre. À son départ, il confia l'Institut à Henry Corbin, demeuré sur place, qui quittera la Turquie pour l'Iran en 1945.

    Albert Gabriel fut renouvelé à cette date comme directeur, toujours sans obligation de résidence. Deux membres scientifiques furent nommés : Robert Mantran, historien de la Turquie ottomane et Henri Metzger, archéologue classique. Ce dernier fut remplacé en 1947 par Xavier de Planhol, géographe. Au début des années 50, les contrats de R. Mantran et X. de Planhol vinrent à terme. Les postes vacants ne furent pas pourvus. Dès lors, l'Institut devait demeurer sans pensionnaires pendant plus d'une décennie.

    En 1950, deux chantiers de fouilles furent ouverts, à Claros et à Xanthos, mais sans rapport direct avec l'Institut, qui ne servit plus que d'étape pour les archéologues.

    En 1956, Louis Robert, professeur au Collège de France, spécialiste d'épigraphie grecque et de géographie historique, fut nommé directeur en remplacement d'Albert Gabriel, qui avait atteint l'âge de la retraite. Il conserva de même sa résidence permanente en France.

    Louis Robert mit un terme aux anciennes collections de publications et les remplaça par la Bibliothèque archéologique et historique de l'Institut Français d'Archéologie d'Istanbul, qui devait compter 28 titres en moins d'un quart de siècle.

    En 1964, Louis Robert fut remplacé par Emmanuel Laroche, professeur à l'Université de Strasbourg, spécialiste des langues et civilisations anatoliennes. Il ne résida pas non plus à Istanbul de manière permanente.

    L'Institut ne comptant plus de pensionnaires scientifiques, Jean-Pierre Sodini, spécialiste d'archéologie byzantine, y fut détaché par le CNRS de 1969 à 1972.

    Onze ouvrages devaient paraître dans la collection de l'Institut au temps de la direction d'Emmanuel Laroche.

    À partir de 1972, Paul Lemerle, professeur au Collège de France, appela à plusieurs reprises l'attention du directeur général des Relations culturelles sur la situation de l'Institut : maison vide, bibliothèque manifestement insuffisante, absence de pensionnaires scientifiques, directeur résidant en France. Il recommandait que, si une solution n'était pas trouvée pour remédier à cet état de choses, la maison soit purement et simplement fermée.

    Au printemps de 1975, il fut décidé que l'Institut aurait désormais un directeur résident et des pensionnaires scientifiques. Un conseil scientifique fut constitué. Lors de sa première réunion, le 5 juillet 1975, il fut décidé de donner à l'établissement l'intitulé nouveau d'Institut Français d'Études Anatoliennes, marquant ainsi la plus large ouverture de ses activités vers l'ensemble des civilisations qui se sont succédé sur le territoire de la Turquie, des périodes les plus anciennes à nos jours. Lors de sa seconde réunion, il élit au poste de directeur Henri Metzger, professeur à l'Université de Lyon II, spécialiste d'archéologie classique, directeur des fouilles de Xanthos et du Létôon. Il nomma d'autre part comme pensionnaires Sylvestre Dupré, archéologue de l'Anatolie ancienne, François Georgeon, historien de la Turquie moderne, et Jean-Marie Carrié, historien de Rome. En 1978, Alain Davesne, archéologue classique, et Francis Joannès, assyriologue, succédèrent à S. Dupré et à J.-M. Carrié. En 1979, Dominique Halbout du Tanney, historienne de l'art ottoman, succéda à F. Georgeon. Serge Sadler fut affecté à l'Institut comme architecte. Michel Coindoz fut nommé pensionnaire la même année.

    Le sous-sol du bâtiment fut aménagé de manière à pouvoir accueillir une réserve de la bibliothèque ainsi qu'un bureau d'architecte. La cour intérieure fut recouverte d'une toiture et transformée en salle de travail.

    Trois rencontres scientifiques eurent lieu à l'Institut au temps de la direction d'Henri Metzger ; en octobre 1977, un colloque sur la Lycie antique (les Actes en furent publiés dans la Bibliothèque... de l'Institut, tome XXVII) ; en septembre 1978, le "Colloque franco-turc d'histoire des institutions" (une partie des communications fut publiée dans les Annales de la Faculté de Droit d'Istanbul, t. XX, VI-47, 1979) ; en octobre 1979, un colloque sur les techniques de laboratoire appliquées à l'étude des céramiques archaïques de l'Anatolie égéenne.

    À partir du tome XXVI, la Bibliothèque... prit le nom de Bibliothèque de l'Institut Français d'Études Anatoliennes.

    Par Henri Metzger (Directeur de l’IFEA de 1975 à 1980)

    Atteint par la limite d'âge, Henri Metzger quitta son poste le 1er octobre 1980. Son successeur fut Georges Le Rider, administrateur général de la Bibliothèque Nationale, qui prit ses fonctions en juillet 1981 : il devait les occuper jusqu'au 30 septembre 1984.

    1981-1984 - par Georges Le Rider

    Au cours du Conseil scientifique de juillet 1981, plusieurs décisions importantes furent prises : le nombre des pensionnaires de l'Institut serait porté de trois à cinq, par l'addition d'un pensionnaire français et celle d'un pensionnaire turc ; le directeur serait assisté d'un secrétaire général ; un architecte VSNA et un photographe seraient affectés à l'Institut dès que possible.

    En octobre 1981, Alain Davesne et Francis Joannès furent nommés chercheurs au CNRS. Ils furent remplacés par Bertrand Lafont, assyriologue, et Nicolas Vatin, turcologue, qui arrivèrent à l'Institut comme Michel Coindoz commençait sa deuxième année. Le poste de quatrième pensionnaire français fut attribué à Michel Balivet, spécialiste de Byzance. A leur tour, Bertrand Lafont et Michel Coindoz quittèrent l'Institut en septembre 1982, le premier pour le CNRS, le second pour un emploi dans le secteur privé. Ils eurent comme successeurs François Déroche, spécialiste des Corans, et Gérard Groc, historien de l'époque contemporaine. Le pensionnaire turc, Ibrahim Çaglar, fut recruté à la fin de 1982 : il préparait lui aussi une thèse sur l'époque contemporaine.

    Serge Sadler, architecte, devint secrétaire général de l'Institut, et le poste d'architecte fut occupé par Olivier Baudon, VSNA. Paul Vesseyre fut recruté comme photographe du milieu de 1982 à la fin de 1983.

    L'arrivée de ces nouveaux membres à l'Institut posa un problème de locaux. Une extension fut accordée dans le Palais de France, où l'Institut disposa de six chambres-bureaux. En outre, des plans furent soumis au Ministère pour la transformation du bâtiment même de l'Institut.

    La bibliothèque, qui se trouvait aussi à l'étroit, fut dotée de rayonnages compacts qui augmentèrent considérablement la capacité de stockage.

    Un effort particulier fut accompli pour développer des actions en commun avec des spécialistes turcs et l'Institut put ainsi présenter un programme scientifique fondé sur une collaboration franco-turque : étude du quartier de Galata à Istanbul, recherche sur la presse de langue française en Turquie sous l'Empire Ottoman et la République, travaux dans les collections des Musées d'Istanbul (Musées archéologiques, Musée de Topkapı, Musée des Arts Turcs et Islamiques), participation à la fouille turque de Domuztepe, etc.

    Plusieurs rencontres et colloques furent organisés : en mai 1982, une réunion présidée par le Professeur Ekrem Akurgal mit au point les possibilités de collaboration franco-turque en matière de recherche ; en mai 1983, fut tenue une "Première semaine juridique franco-turque" ; en mai 1984, deux colloques eurent pour thème, l'un : "La presse de langue française en Turquie" (il fut suivi d'une journée d'études sur le mouvement des "Jeunes Turcs"), organisé en collaboration avec l'École Supérieure de Journalisme de l'Université d'Istanbul. En outre, au cours de l'hiver et du printemps 1983-1984, cinq conférences furent faites en français à l'Institut par des spécialistes turcs.

    Plusieurs expositions furent présentées à Istanbul avec la participation de l'Institut : l'une, notamment, eut lieu dans une salle de la Bibliothèque Süleymaniye, en hommage à la mémoire d'Albert Gabriel.

    1984-1990 - par J.-L. Bacqué-Grammont

    À Georges Le Rider, nommé professeur à l'Université de Paris IV, succéda le 1er octobre 1984 Jean-Louis Bacqué-Grammont, directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique, turcologue et historien de l'Empire ottoman, qui poursuit et développe les activités de l'Institut dans les directions imprimées par ses devanciers.

    À la fin de 1989, on peut brosser de l'Institut le tableau qui suit.

    Missions

    L'Institut est l'un des 21 instituts et centres de recherches français à l'étranger dépendant de la Sous-Direction des Sciences Sociales et Humaines de la Direction Générale des Relations Culturelles, Scientifiques et Techniques du Ministère des Affaires Étrangères.

    L'Institut est un établissement d'accueil et de recherche pluridisciplinaire, dont le domaine d'activité s'étend, chronologiquement, de la préhistoire à l'époque contemporaine, géographiquement au territoire de la République de Turquie en tout cas, d'une manière générale au monde ottoman, voire turc, là où n'est pas déjà implanté un institut français analogue.

    À côté des programmes de recherche personnels de ses membres, l'Institut développe ses propres programmes, ponctuels ou permanents, seul ou en collaboration avec d'autres institutions scientifiques françaises, turques ou de pays tiers. Ces programmes peuvent concerner des études sur le terrain (reconnaissances, prospections) ou porter sur la constitution de banques de données, grâce à l'équipement informatique performant dont il s'est peu à peu doté. Dans ce dernier domaine, les principaux axes de recherche sont, pour l'Antiquité, la numismatique grecque et romaine, pour les études turques, les cimetières de l'époque ottomane envisagés des divers points de vue de l'épigraphie, de l'histoire des institutions, de la société, de l'art et de l'urbanisme.

    Le bilan de l'activité et les projets de l'Institut à court ou moyen terme sont soumis annuellement au contrôle d'un Conseil scientifique présidé par le Sous-Directeur des Sciences Sociales et Humaines et auquel participent un représentant du Centre National de la Recherche Scientifique et un représentant de la Direction de la Recherche et des Études Doctorales du Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. En 1989, les membres du Conseil Scientifique sont :

    • M. Louis BAZIN, professeur à l'Université de Paris III, directeur d'études à l'École pratique des Hautes Études. Turcologue.
    • Mme Marie-Claire CAUVIN, directeur de recherche au CNRS. Préhistorienne.
    • M. Gilbert DAGRON, professeur au Collège de France. Byzantiniste.
    • M. Paul GARELLI, membre de l'Institut, professeur au Collège de France. Assyriologue.
    • M. Christian LE ROY, professeur à l'Université de Paris I, chef de la mission archéologique de Xanthos-Létoon.
    • M. Robert MANTRAN, professeur honoraire à l'Université de Provence. Ancien pensionnaire de l'IFÉA. Historien de l'Empire ottoman.
    • M. Olivier PELON, professeur à l'Université de Lyon II, chef de la mission archéologique de Porsuk.
    • M. André RAYMOND, professeur à l'Université de Provence. Historien des provinces arabes de l'Empire ottoman.
    • M. Jean-Pierre SODINI, professeur à l'Université de Paris I. Ancien membre scientifique de l'IFÉA. Archéologue.
    • M. Jacques THOBIE, professeur à l'Université de Rennes II. Historien de l'économie et de la société en Turquie et au Moyen-Orient.

    Depuis 1985 est greffée sur l'Institut une formation du CNRS, le Groupe de Recherche no. 736, "Société, architecture et urbanisme en Turquie", composé d'architectes, d'urbanistes, d'historiens et de sociologues français, turcs et de pays tiers, qui poursuivent des recherches sur les formes traditionnelles de l'habitat et l'histoire du développement urbain en Turquie.

    En 1988 a été créé au sein de l'Institut une nouvelle structure, l'Observatoire Urbain d'Istanbul, calqué dans son principe sur l'exemple très encourageant de l'Observatoire Urbain du Caire Contemporain, expérimenté au Centre d'Études et de Documentation Juridique et Sociale (CEDEJ) du Caire. Cet Observatoire Urbain dépend à la fois du Ministère des Affaires Étrangères et du Bureau de la Recherche Architecturale au Ministère de l'Équipement et du Logement. Il a pour mission de constituer un fonds de documentation (cartes, plans, photographies, livres et périodiques) sur l'évolution urbaine d'Istanbul et d'autres villes de Turquie. Mais aussi d'agir comme un organisme de liaison entre équipes et chercheurs de tous pays travaillant dans ce domaine. Un chercheur permanent est affecté à l'Observatoire Urbain et a, entre autres tâches, celle d'assurer la publication d'un bulletin de liaison semestriel.

    D'une manière générale, la vocation de l'Institut est de promouvoir les études anatoliennes par les recherches qui sont poursuivies en son sein ou avec sa collaboration, l'organisation de rencontres scientifiques (de la table ronde au congrès international), de conférences et d'expositions, par des publications et en contribuant à la réalisation de missions de spécialistes turcs en France et français en Turquie.

    Texte écrit par Jean-Louis Bacqué-Grammont

    Voir aussi le Courrier de l'IFEA rédigé sous l'initiative de Paul Dumont en mars 2000 faisant l'état des lieux des projets scientifiques en cours et de l'équipe de chercheurs en place (cliquez ici).

  • IFEA'nin tarihi 1929-1989

    Louvre Müzesi Yakın Doğu eserleri sorumlusu René Dussaud, Fransa Dışişleri Bakanlığı’na sunduğu 21 Mayıs 1929 tarihli raporda, Fransa’nın 19. yüzyılda peşpeşe yürüttüğü kazılarla başlayan arkeoloji geleneğini devam ettirecek çalışmaların Türkiye’de artık yapılmadığını belirtmekteydi. René Dussaud, Türk ve Fransız resmi makamlarıyla görüşmelerde bulunduğu Ankara’dan döndüğünde, araştırmaların; İslam ve Anadolu eserleri olmak üzere, iki koldan yürütülmesi teklifinde bulunmuş; ayrıca Fransa’nın Osmanlı dönemindeki eski elçilik binası bünyesinde bir enstitü kurulmasını önermişti. René Dussaud söz konusu enstitü için, “Anadolu ile ilgili araştırmaların her alanda yürütülmesi için”, “genç araştırmacılarımızı” saha çalışmalarına hazırlayan ve “Anadolu kapılarını aralayan bir enstitü olmalı” ifadesini kullanmıştı.

    Enstitü fikri, Ankara’daki Fransa Büyükelçiliğinin, Türkiye Dışişleri Bakanlığına 26 Mart 1930 tarihinde müracaatından çok kısa bir süre sonra, Bakanlığın onayı üzerine, Fransız Arkeoloji Enstitüsünün kurulması ile hayata geçirilmiştir. Enstitü, İstanbul’daki eski Fransız Büyükelçiliğine ait, 1874 yılında inşa edilmiş tercümanlık binasında, 1 Ekim 1930 tarihinde, Paris Akademisi rektörü Sébastien Charléty tarafından açılmıştır. Türkiye Dışişleri Bakanlığının, Fransız Büyükelçiliğine sunduğu 28 Şubat 1931 tarihli nota, enstitünün resmi çerçevesini belirlemiştir.

    Strasbourg Üniversitesi profesörü, Anadolu’daki eserler hakkında çok sayıda yayının sahibi ve enstitünün ilk müdürü olan Albert Gabriel, Fransa’da ikamet etmeye devam etmişti. Albert Gabriel’e aralarında Antik dönem ve Yeni Çağ şarkiyatçıları, klasik arkeoloji ve Bizans çalışmaları uzmanlarından oluşan bir araştırmacı topluluk ve idareci personel eşlik etmekteydi.

    Enstitü, kurulduktan üç yıl sonra, ilk yayınını mémoires yani tezler dizisi adı altında çıkarmıştı. Bunları Anadolu Araştırmaları ve Anadolu’nun Türk anıtları isimli koleksiyonlar takip etmişti. Enstitüye, İstanbul’da daimi olarak ikamet edecek ve aralarında, türkiyat dalında Edmond Saussey, Pierre Prost ve Marcel Colombe’u, Sümer araştırmaları dalında Raymond Jestin’i, klasik arkeoloji alanında Pierre Devambez ve Hollanda uyruklu Emilie Haspels’i, İran araştırmaları konusunda Henry Corbin’i sayabileceğimiz araştırmacılar atanmıştı.

    İstanbul Üniversitesi'nde asistan Halet Çambel’in desteği ile Yazılıkaya’da P. Devambez, E. Haspels ve R. Jestin’in katıldığı kazılara 1936 yılında başlanmıştı.

    Fransa'nın işgali sırasında Türkiye'de bulunan Albert Gabriel, 1941 yılının baharında, görevinden istifa ederek, Collège de Franceisimli kuruma başvuruda bulunmuştu. Aynı yılın yazında, Henri Seyrig enstitüyü birkaç ay yönettikten sonra, Özgür Fransa siyasi hareketine katılmıştı. Henri Seyrig ayrılırken, enstitüyü Türkiye’de ikamet eden Henry Corbin’e emanet etmiş, Cobin ise 1945'te Türkiye'den ayrılarak İran’a gitmişti.

    Aynı tarihte, Albert Gabriel, ikamet zorunluluğu olmaksızın, yeniden müdür makamına gelmiş ve enstitüye, Osmanlı tarihçisi Robert Mantran ve klasik arkeolog Henri Metzger olmak üzere, iki araştırmacı tayin edilmişti. Henri Metzger’in yerine, 1947 yılında coğrafyacı Xavier de Planhol atanmıştı. R. Mantran ve X. Planhol’un sözleşmeleri, 1950li yılların başında sona erdiğinde, boşalan makamlara kimse geçmemiş, bu nedenle enstitü, on yılı aşkın bir süre araştırmacısız kalmıştır.

    Klaros ve Ksantos kazıları, 1950 yılında başlamış fakat enstitü ile doğrudan ilişkisi olmayan bu çalışmalar sırasında enstitü, arkeologlar açısından bir bekleme noktası görevi görmüştür.

    Collège de France profesörü, Yunan yazıtları ve tarihi coğrafya uzmanı Louis Robert, emeklilik yaşına ulaşan Albert Gabriel yerine, müdür olarak 1956 yılında atanmış ve o da Fransa'da ikamet etmeye devam etmişti.

    Louis Robert enstitünün önceki yayın dizilerine son vermiş ve bunların yerine geçen İstanbul Fransız Arkeoloji Enstitüsü Arkeoloji ve Tarih Kitaplığı isimli yayın dizisinden yirmi beş yıldan az sürede yirmi sekiz yayın eksilmiştir.

    Louis Robert’in yerine 1964 yılında atanan, Strasbourg Üniversitesi profesörü, Anadolu Medeniyetleri ve dilleri uzmanıEmmanuel Laroche da daimi şekilde İstanbul’da ikamet etmemekteydi.

    Resmi araştırmacısı kalmayan enstitüsüye, CNRS (Milli Bilimsel Araştırmalar Merkezi), Bizans arkeolojisi uzmanı Jean-Pierre Sodini’yi 1969-1972 dönemi için atadı.

    Emmanuel Laroche müdüriyeti sırasında on bir yeni kitap, enstitü yayınları arasında yerini almıştır.

    Collège de France profesörü Paul Lemerle, Kültürel İlişkiler yetkililerinin dikkatini, 1972 yılından itibaren, enstitünün ıssız ve kütüphanenin gerçekten yetersiz hâline ayrıca araştırmacı eksikliğine ve müdürlerin Fransa'da ikamet etmesi gibi konulara çok kere çekmiştir. Bu durumun giderilmesi için, bir çözüm bulunmaması hâlinde, enstitünün tamamen kapatılmasını önermiştir.

    Böylelikle enstitünün bundan böyle İstanbul’da ikamet eden bir müdürünün ve araştırmacılarının olmasına 1975 yılının baharında karar verilmiş ve bir bilim kurulu oluşturulmuştur. Kurulun 5 Temmuz 1975 tarihindeki ilk toplantısı sırasında, kurum isminin Fransız Anadolu Araştırmaları Enstitüsü olarak değiştirilmesine ve faaliyetlerinin, en eski dönemlerden günümüze Türkiye toprakları üzerinde kurulmuş tüm uygarlıklara varana dek, mümkün olduğunca genişletilmesine karar verilmiştir. İkinci toplantıda, Lyon II Üniversitesi profesörü, klasik arkeoloji uzmanı, Ksantos ve Letoon kazıları başkanı Henri Metzger enstitü müdürlüğüne seçilmiş; öte yandan, eski Anadolu uzmanı arkeolog, Sylvestre Dupré, modern Türkiye tarihçisi François Georgeon ve Roma tarihçisi Jean-Marie Carrié, araştırmacı olarak atanmıştır. S. Dupré ve J.M. Carrié’nin yerine klasik arkeolog Alain Davesne ve Asur araştırmaları uzmanı Francis Joannès 1978 yılında tayin edilmiştir. F. Georgeon’un yerine ise Osmanlı sanat tarihçisi Dominique Halbout du Tanney 1979 yılında geçmiştir. Aynı yıl enstitüye, Serge Sadler mimar, Michel Coindoz ise araştırmacı olarak atanmıştır.

    Binanın bodrum katı bir kitap deposunu ve bir mimar ofisini karşılayabilecek şekilde düzenlenmiş ve iç avlu, çatı ile kaplanarak çalışma odasına dönüştürülmüştür.

    Henri Metzger’in müdürlüğü sırasında, enstitüde üç bilimsel toplantı düzenlenmiştir. Antik Likya konulu bir kolokyum 1977 yılının ekim ayında gerçekleşmiştir. Bu toplantıda sunulan bildirilerin kitabı, enstitü yayınlarının XXVII numaralı cildinde yayımlanmıştır. Kurumların tarihi konulu Fransızca ve Türkçe olarak iki dilde düzenlenmiş bir kolokyum, 1978 yılının eylül ayında gerçekleşmiş ve buradaki sunumların bir kısmı, İstanbul Üniversitesi Hukuk Fakültesi mecmuasının XX VI-47 numaralı cildinde, 1979 yılında yayımlanmıştır. Aynı yılın ekim ayında Ege Bölgesinin arkaik dönem seramikleri üzerinde uygulanan laboratuvar teknikleri konulu bir kolokyum düzenlenmiştir.

    Enstitünün yayınları, XXVI numaralı ciltten itibaren, Fransız Anadolu Araştırmaları Enstitü Kitaplığı ismini almıştır.

    Enstitünün 1975-1980 yılları arasında müdürlüğünü yapan Henri Metzger, yaş sınırı nedeniyle 1 Ekim 1980 tarihinde görevinden ayrılmıştır. Yerine Fransa Milli Kütüphanesi yöneticisi Georges le Rider, 1981 yılının temmuz ayında geçmiş ve 30 Eylül 1984 tarihine kadar görevde kalmıştır.

    1981 yılının temmuz ayında gerçekleşen bilim kurulu toplantısında önemli kararlar alınmıştır. Örneğin enstitüdeki araştırmacı sayısı bir Fransız ve bir Türk araştırmacının daha katılımıyla üçten beşe yükselmiş, müdüre yardımcı olmak üzere bir genel sekreter gelmiş, milli gönüllülük hizmeti (VSNA) kapsamında bir mimar ve bir fotoğrafçı enstitüye kısa sürede atanmıştır.

    Alain Davesne ve Francis Joannès 1981 yılının ekim ayında, CNRS’e araştırmacı olarak atanınca, gidenlerin yerine Asur araştırmaları uzmanı Bertrand Lafont ve türkiyatçı Nicolas Vatin getirilmiştir. Aynı dönem, Michel Coindoz da enstitüde ikinci yılına başlamaktaydı. Bizans araştırmaları uzmanı Michel Balivet, dördüncü Fransız araştırmacı olarak görevlendirildi. 1982 yılının eylül ayında, Bertrand Lafont CNRS’te Michel Coindoz ise özel sektörde çalışmak üzere enstitüden ayrıldılar. Onların yerine Kur’an uzmanı François Deroche ve çağdaş dönem tarihçisi Gérard Groc geldiler. Çağdaş dönem üzerine bir tez hazırlamakta olan Türk araştırmacı, İbrahim Çağlar da 1982 yılı sonunda göreve başladı.

    Mimar Serge Sadler, enstitünün genel sekreteri oldu ve mimarlık görevi, (milli gönüllülük hizmeti çerçevesinde) Olivier Baudon tarafından devam ettirildi. Paul Vesseyre ise 1982 yılının ortasından 1983 yılının sonuna kadar fotoğrafçı olarak çalıştı.

    Ekibe yeni üyelerin katılması, enstitüde bir yer sorunu teşkil edince, enstitü tarafından kullanılması için, Fransız Sarayı’nda altı ofis tahsis edildi. Ayrıca enstitü binasının mimari dönüşümü için, Fransa Dışişleri Bakanlığı’na birtakım planlar sunulmuştur.

    Alan darlığı sorunundan muzdarip kütüphane de sıkıştırılabilen raflama yöntemi ile donatılarak, depolama imkanı önemli ölçüde arttırıldı.

    Enstitü ve Türk uzmanların ortaklaşa etkinlikler düzenlemesine özen gösterildi. Bu sayede Türkiye Fransa işbirliğine dayanan araştırma programları hazırlandı. Galata mahallesi konulu  araştırmalar, Osmanlı İmparatorluğu ve Cumhuriyet döneminde iletişim dili olarak Fransızcayı kullanan basın hakkında incelemeler, İstanbul Arkeoloji Müzeleri, Topkapı Müzesi, Türk ve İslam Eserleri Müzesi gibi müzelerin koleksiyonları üzerine çalışmalar ve Domuztepe’deki kazıya katılım gibi etkinlikler bu çalışmalara bir örnektir.

    Ayrıca birtakım söyleşi ve kolokyumlar da düzenlenmiştir. Araştırmacılık alanında Türkiye ve Fransa arasında işbirliği olanaklarının tartışıldığı bir oturum, 1982 yılının mayıs ayında Profesör Ekrem Akurgal başkanlığında gerçekleşmiş, Fransa ve Türkiye’den katılımcılarla birinci hukuk haftası 1983 yılının mayıs ayında düzenlenmiştir. Gazetecilik Yüksek Okulu’nun desteğiyle düzenlenen “Türkiye'de Fransızca dilinde yayın yapan basın” ve ikincisi de “Jön Türk hareketi” konulu iki çalıştay 1984 yılının mayıs ayında düzenlenmiştir. Ayrıca 1983-1984 yıllarının kış ve bahar aylarında, Türk uzmanlar enstitüde beş Fransızca konferans vermiştir.

    Enstitünün katılımıyla, İstanbul’da çeşitli sergiler hazırlanmıştır. Bunlardan bilhassa, Albert Gabriel’e ithafen gerçekleşen sergi, Süleymaniye Kütüphanesinde düzenlenmiştir.

    Paris-Sorbonne Üniversitesine profesör olarak atanan Georges Le Rider’ün yerine, CNRS’in kıdemli araştırmacılarından, Türkiyatçı ve Osmanlı İmparatorluğu tarihçisi Jean-Louis Bacqué-Grammont 1 Ekim 1984 tarihinde göreve gelmiş ve enstitüsünün faaliyetlerine seleflerinin açtığı yolda devam etmektedir.

    1989 yılı sonu itibariyle enstitünün misyonunu şöyle özetleyebiliriz. Enstitü, Fransa Dışişleri Bakanlığı’nın Kültürel, Bilimsel ve Teknik İlişkiler Genel Müdürlüğü - Sosyal ve Beşeri Bilimler Alt Müdürlüğü’ne bağlı olarak, Fransa toprakları dışında faaliyet gösteren 21 araştırma kurumundan biridir.

    Enstitü, tarihöncesinden günümüze, başta Türkiye Cumhuriyeti toprakları olmak üzere, Osmanlı hatta Türk dünyasının genelini konu edinen ve benzer bir Fransız enstitüsünün bulunmadığı coğrafyalara dek uzanan bir çok daldaki araştırmaya ev sahipliği eden bir kurumdur.

    Araştırmacılarının kişisel çalışmalarına ek olarak enstitü, kısa süreli veya uzun soluklu araştırma programlarını tek başına olduğu gibi, Fransız, Türk ya da başka bir ülkenin bilimsel kurumları ile işbirliği içinde yürütmektedir. Bu araştırmalar, keşif ve yüzey araştırması gibi saha çalışmaları olabileceği gibi, zaman içerisinde edinilen yüksek performanslı bilgisayar aracılığıyla gerçekleştirilen kaynak ve veri tabanı çalışmalarını da kapsamaktadır. Bu doğrultuda, alanlara göre belli başlı birtakım araştırma konuları belirlenmiştir. Örneğin Antik Çağ alanında, Yunan ve Roma meskûkâtı; Türkiyat alanında, Osmanlı dönemi mezarlıkları yazıtbilimi, kurumlar tarihi, toplum, sanat ve şehircilik gibi birçok açıdan işlenmesi düşünülmektedir.

    Enstitünün faaliyet raporu ve kısa ila orta vadedeki projeleri, her yıl Sosyal ve Beşeri Bilimler Müdürü başkanlığında toplanan ve bir CNRS temsilcisi ile Yüksek Eğitim Bakanlığı Araştırma ve Doktora Eğitimi Müdürlüğünden bir temsilcinin katıldığı Bilim Kurulunun takdirine sunulmaktadır.

    Bilim Kurulunun 1989 yılındaki üyeleri aşağıda sıralanmıştır:

    • Sn. Louis BAZIN, Paris III Üniversite profesörü, Uygulamalı İleri Araştırmalar Okulunda araştırma sorumlusu. Türkolog.
    • Sn. Marie-Claire CAUVIN, CNRS araştırma sorumlusu. Tarih öncesi araştırmacısı.
    • Sn.; Gilbert DAGRON, Collège de France kurumunda profesör. Bizans araştırmacısı.
    • Sn. Paul GARELLI, enstitü araştırmacısı, Collège de France kurumunda profesör. Asur araştırmaları uzmanı.
    • Sn. Christian LE ROY, Paris I Üniversitesi profesörü, Ksantos-Letoon kazıları başkanı.
    • Sn. Robert MANTRAN, Provence Üniversitesi fahri profesörü. Eski IFEA araştırmacısı. Osmanlı tarihçisi.
    • Sn. Olivier PELON, Lyon II Üniversitesi profesörü, Porsuk kazısı başkanı.
    • Sn. André RAYMOND, Provence Üniversitesi profesörü. Osmanlı İmparatorluğu’nun  Arap vilayetleri tarihçisi.
    • Sn. Jean-Pierre SODINI, Paris I Üniversitesi profesörü. Eski IFEA araştırmacısı. Arkeolog.
    • Sn. Jacques THOBIE, Rennes II Üniversitesi profesörü. Türkiye ve Orta Doğu’da ekonomi ve toplum tarihi uzmanı.

    İçinde Türk, Fransız ve başka uyruklardan mimar, tarihçi ve şehir planlamacılarının bulunduğu, “Türkiye'de toplum, mimari ve şehircilik” ismini taşıyan CNRS’in 736 numaralı araştırma grubu, Türkiye'de kentleşme tarihi ve geleneksel konut ile ilgili araştırmalarını, 1985 yılından beri enstitüye bağlı devam ettirmektedir.

    Kahire Hukuki ve Sosyal Dokümantasyon ve Araştırma Merkezi (CEDEJ) bünyesinde hayata geçirilmiş olan son derece başarılı Kahire Şehir Gözlem Merkezi örneğinden yola çıkarak, enstitüsü bünyesinde 1988 yılında İstanbul Şehir Gözlem Merkezikurulmuştur. Kahire’deki bu merkez, hem Dışişleri Bakanlığına hem de Yapı ve Konut Bakanlığının Mimari İncelemeler Dairesine bağlıdır. İstanbul Şehir Gözlem Merkezi ile İstanbul’un ve Türkiye'nin diğer şehirlerinin kentsel gelişimi ile ilgili harita, plan, fotoğraf, kitap ve süreli yayın gibi belgelerinin bir araya getirilmesi ve aynı zamanda, bu konuda çalışan uluslararası araştırmacılar arasında bağlantıların kurulması amaçlanmıştır. Görevleri arasında, altı ayda bir çıkan yayınını hazırlamak da bulunan bir araştırmacı, İstanbul Şehir Gözlem Merkezine atanmıştır.

    Enstitünün genel olarak görevinin, Türk uzmanların Fransa’da ve Fransız uzmanların Türkiye'de çalışabilmesini sağlayarak, bünyesinde veya başka kurumlarla birlikte yürütülen Anadolu konulu araştırmalarını açık oturum ve uluslararası konferans gibi bilimsel toplantılar, konferans, sergi ve yayınlar aracılığıyla geliştirmek olduğunu söyleyebiliriz.

    Metin, Jean-Louis Bacqué-Grammont tarafından yazılmıştır.

    Ayrıca, Paul Dumont girişimi ile 2000 yılının mart ayında yazılmış ve o dönemki araştırma projeleri ve araştırmacılardan söz eden durum raporu niteliğindeki IFEA metnine de (Courrier de l’IFEA) bakılabilir.

  • Ivana Jevtic - La "renaissance paléologue": le témoignage des monuments constantinopolitains des XIII-XIVe siècles : 07/12/10

    Séminaire "Constantinople, image de l'empire byzantin (330-1453)"
    Mardi 7 décembre 2010 à 18h00 à l’IFEA
    Ivana Jevtic
    (Koç University)
    "La "renaissance paléologue": le témoignage des monuments constantinopolitains des XIII-XIVe siècles."
    Interventions en anglais avec résumés en turc

  • J.P. Grélois : Monuments byzantins disparus et retrouvés : la contribution des voyageurs (XVIe-XVIIIe s.)

    Dès le Moyen Âge, le territoire de l’Empire byzantin — et avant tout Constantinople, sa capitale — a vu passer des voyageurs venus de tous horizons, diplomates, marchands, prisonniers, pèlerins, missionnaires, qui ont parfois laissé des récits. Lors de leurs visites, les guides leur racontaient des historiettes à propos des bâtiments, des statues, des ruines, des sites… et leur vantaient l’abondance des reliques conservées dans les sanctuaires,

    Pierre Gilles (1489-1555) est le premier voyageur à confronter systématiquement les informations et observations recueillies in situ avec les textes anciens, classiques et byzantins. Il séjourna dans l’Empire ottoman, et surtout à Istanbul, entre 1544 et 1552. Revenu finir ses jours à Rome, c’est dans les bibliothèques de cette ville qu’il élabora son œuvre, en grande partie grâces aux manuscrits alors inédits. Son Bosphore de Thrace et sa Topographie de Constantinople restent une base essentielle pour la connaissance des monuments de la capitale et de ses environs immédiats - malheureusement pour nous sans la moindre illustration.

    Nous suivrons en trois occasions une démarche inspirée de Pierre Gilles. Partant des sources byzantines qui documentent trois monuments, nous les reconnaîtrons dans les témoignages de voyageurs de l’époque ottomane (16-18e siècles) complétés par des gravures et dessins contemporains.

    Le monastère de la Vierge Pammakaristos — aujourd’hui Fethiye camii — sera notre premier exemple. Siège du patriarcat grec orthodoxe après la conquête (1455 à 1588), le complexe de bâtiments a été particulièrement visité et décrit par les voyageurs allemands (XVIe siècle). En combinant les informations que nous fournissent les diverses descriptions, nous pouvons nous faire une image quasi-complète de l’église, avant les aménagements liés à sa transformation en mosquée. Des gravures représentent des éléments aujourd’hui complètement disparus (mobilier, décors).

    Le deuxième exemple est une église qui a complètement disparu, Saint-Jean du Dihippion. Probablement construite au commencement du viie siècle, elle se dressait à l’entrée de l’Hippodrome (At meydanı). Elle est connue par les sources byzantines jusqu’à la fin de l’Empire. Dès la seconde moitié du xve siècle, les documents ottomans et les récits de voyages la désignent comme l’une des ménageries où l’on gardait les fauves du Sultan (Arslanhane). Un texte encore inédit, rédigé à l’occasion de son démantèlement en 1609, donne des précisions sur son architecture et son décor.

    Nous terminerons par un complexe monumental de Bursa lié aux origines de l’État ottoman. Un grand monastère dédié à saint Jean Baptiste existait à l’angle nord-est de l’acropole. Lorsque Orhan prit la ville en 1326, il fit d’une dépendance de l’église le tombeau de son père Osman : c’est ce que les chroniqueurs ottomans appellent la Coupole d’Argent (Gümüşlü Kümbet). Après la mort du conquérant, son fils Murat Ier l’ensevelit dans l’église elle-même (Orhan türbesi). De 1588 au tremblement de terre de 1855, des voyageurs — une trentaine — décrivent telle ou telle partie de l’ensemble dont ils reconnaissent l’origine byzantine. Ces témoignages souvent fragmentaires ne permettaient guère de se faire une idée du complexe architectural, jusqu’à ce que soient découverts et publiés trois dessins exécutés entre 1675 et 1835.

    {flv}conf_byz/2006/grelois2006_tr{/flv}
  • J.P. Grélois: Kaybolmuş ve yeniden bulunmuş Bizans anıtları: Seyyahların katkısı (XVI.-XVIII.yy'lar) (güncel değil)

    Dès le Moyen Âge, le territoire de l’Empire byzantin — et avant tout Constantinople, sa capitale — a vu passer des voyageurs venus de tous horizons, diplomates, marchands, prisonniers, pèlerins, missionnaires, qui ont parfois laissé des récits. Lors de leurs visites, les guides leur racontaient des historiettes à propos des bâtiments, des statues, des ruines, des sites… et leur vantaient l’abondance des reliques conservées dans les sanctuaires,

    Pierre Gilles (1489-1555) est le premier voyageur à confronter systématiquement les informations et observations recueillies in situ avec les textes anciens, classiques et byzantins. Il séjourna dans l’Empire ottoman, et surtout à Istanbul, entre 1544 et 1552. Revenu finir ses jours à Rome, c’est dans les bibliothèques de cette ville qu’il élabora son œuvre, en grande partie grâces aux manuscrits alors inédits. Son Bosphore de Thrace et sa Topographie de Constantinople restent une base essentielle pour la connaissance des monuments de la capitale et de ses environs immédiats - malheureusement pour nous sans la moindre illustration.

    Nous suivrons en trois occasions une démarche inspirée de Pierre Gilles. Partant des sources byzantines qui documentent trois monuments, nous les reconnaîtrons dans les témoignages de voyageurs de l’époque ottomane (16-18e siècles) complétés par des gravures et dessins contemporains.

    Le monastère de la Vierge Pammakaristos — aujourd’hui Fethiye camii — sera notre premier exemple. Siège du patriarcat grec orthodoxe après la conquête (1455 à 1588), le complexe de bâtiments a été particulièrement visité et décrit par les voyageurs allemands (XVIe siècle). En combinant les informations que nous fournissent les diverses descriptions, nous pouvons nous faire une image quasi-complète de l’église, avant les aménagements liés à sa transformation en mosquée. Des gravures représentent des éléments aujourd’hui complètement disparus (mobilier, décors).

    Le deuxième exemple est une église qui a complètement disparu, Saint-Jean du Dihippion. Probablement construite au commencement du viie siècle, elle se dressait à l’entrée de l’Hippodrome (At meydanı). Elle est connue par les sources byzantines jusqu’à la fin de l’Empire. Dès la seconde moitié du xve siècle, les documents ottomans et les récits de voyages la désignent comme l’une des ménageries où l’on gardait les fauves du Sultan (Arslanhane). Un texte encore inédit, rédigé à l’occasion de son démantèlement en 1609, donne des précisions sur son architecture et son décor.

    Nous terminerons par un complexe monumental de Bursa lié aux origines de l’État ottoman. Un grand monastère dédié à saint Jean Baptiste existait à l’angle nord-est de l’acropole. Lorsque Orhan prit la ville en 1326, il fit d’une dépendance de l’église le tombeau de son père Osman : c’est ce que les chroniqueurs ottomans appellent la Coupole d’Argent (Gümüşlü Kümbet). Après la mort du conquérant, son fils Murat Ier l’ensevelit dans l’église elle-même (Orhan türbesi). De 1588 au tremblement de terre de 1855, des voyageurs — une trentaine — décrivent telle ou telle partie de l’ensemble dont ils reconnaissent l’origine byzantine. Ces témoignages souvent fragmentaires ne permettaient guère de se faire une idée du complexe architectural, jusqu’à ce que soient découverts et publiés trois dessins exécutés entre 1675 et 1835.

    {flv}conf_byz/2006/grelois2006_tr{/flv}
  • J.P. Sodini : Constantinople (IVe-VIe s.) : naissance d’une mégapole

    Constantinople prend la suite d’une petite ville qui avait été fondée par les Mégariens au VIIe s. et n’avait connu, en dépit de sa position, qu’un développement limité aux époques classique, hellénistique et romaine. De ces installations, les plus importantes étaient sans doute les deux ports de la Corne d’Or, le Néorion et le Prosphorion.
    Constantin et ses successeurs accroissent considérablement la superficie de la ville, aménagent son hinterland (défense et alimentation en eau), créent deux nouveaux ports sur la Propontide avec les greniers pour stocker le blé amené d’Egypte par la flotte annonaire. Théodose II construit de formidables murailles terrestres, que des découvertes et des restaurations récentes ont permis de mieux connaître. A l’intérieur de l’espace urbanisé, borné par la muraille de Constantin, du terrain est gagné sur la mer, des terrassses sont aménagées. Des grands axes (cardines et decumani), le principal et le mieux connu est la Mese, occupée en partie par l’actuelle Divan Yolu, qui partait du Palais, bâti sur le modèle tétrarchique (accolé à un hippodrome), et de la cathédrale, Sainte-Sophie, et décrivait une fourche à hauteur du Capitole et du Philadelphion. Le bras Sud aboutissait à la Porte Dorée de la muraille de Constantin, puis continuait vers la Porte homonyme de la muraille thédosienne, toutes deux empruntées par les cortèges triomphaux, et se fondait dans la Via Egnatia. Le bras Nord menait aux Saints Apôtres, puis à la porte du Deuteron et à la porte de Charisius dans la muraille théodosienne. Ces voies à portique étaient rythmées par des places de forme variées, des tétrapyles, des nymphées. Des colonnes honorifiques, des groupes statuaires, des statues d’empereurs et de hauts magistrats les décoraient. Les portiques regroupaient différents marchands et artisans, rangés par spécialités, dont les bazars actuels sont les lointains survivants. Les itinéraires impériaux empruntaient ces voies lors de processions faites aux différents sanctuaires de la ville. Les bâtiments publics étaient loin de se limiter aux églises : des basiliques judiciaires, des sénats, des prétoires, une université ont pu être localisés grâce aux sources écrites. L’habitat reste mal connu : des domus à étages ont dû coexister avec de grandes maisons individuelles, comme à Ephèse.
    Idéologiquement, économiquement, architecturalement, Constantinople s’inscrit dans le grand mouvement d’urbanisme égéen et proche-oriental qui dure jusque vers le milieu du VIe s. Elle influença même à partir du milieu du Ve s. de grandes métropoles régionales comme Antioche, Alexandrie, Carthage, Ravenne, Jérusalem.

  • J.P. Sodini: Konstantinopolis: Bir Megapolün Doğuşu (IV.-VI.yy'lar) (güncel değil)

    Constantinople prend la suite d’une petite ville qui avait été fondée par les Mégariens au VIIe s. et n’avait connu, en dépit de sa position, qu’un développement limité aux époques classique, hellénistique et romaine. De ces installations, les plus importantes étaient sans doute les deux ports de la Corne d’Or, le Néorion et le Prosphorion.
    Constantin et ses successeurs accroissent considérablement la superficie de la ville, aménagent son hinterland (défense et alimentation en eau), créent deux nouveaux ports sur la Propontide avec les greniers pour stocker le blé amené d’Egypte par la flotte annonaire. Théodose II construit de formidables murailles terrestres, que des découvertes et des restaurations récentes ont permis de mieux connaître. A l’intérieur de l’espace urbanisé, borné par la muraille de Constantin, du terrain est gagné sur la mer, des terrassses sont aménagées. Des grands axes (cardines et decumani), le principal et le mieux connu est la Mese, occupée en partie par l’actuelle Divan Yolu, qui partait du Palais, bâti sur le modèle tétrarchique (accolé à un hippodrome), et de la cathédrale, Sainte-Sophie, et décrivait une fourche à hauteur du Capitole et du Philadelphion. Le bras Sud aboutissait à la Porte Dorée de la muraille de Constantin, puis continuait vers la Porte homonyme de la muraille thédosienne, toutes deux empruntées par les cortèges triomphaux, et se fondait dans la Via Egnatia. Le bras Nord menait aux Saints Apôtres, puis à la porte du Deuteron et à la porte de Charisius dans la muraille théodosienne. Ces voies à portique étaient rythmées par des places de forme variées, des tétrapyles, des nymphées. Des colonnes honorifiques, des groupes statuaires, des statues d’empereurs et de hauts magistrats les décoraient. Les portiques regroupaient différents marchands et artisans, rangés par spécialités, dont les bazars actuels sont les lointains survivants. Les itinéraires impériaux empruntaient ces voies lors de processions faites aux différents sanctuaires de la ville. Les bâtiments publics étaient loin de se limiter aux églises : des basiliques judiciaires, des sénats, des prétoires, une université ont pu être localisés grâce aux sources écrites. L’habitat reste mal connu : des domus à étages ont dû coexister avec de grandes maisons individuelles, comme à Ephèse.
    Idéologiquement, économiquement, architecturalement, Constantinople s’inscrit dans le grand mouvement d’urbanisme égéen et proche-oriental qui dure jusque vers le milieu du VIe s. Elle influença même à partir du milieu du Ve s. de grandes métropoles régionales comme Antioche, Alexandrie, Carthage, Ravenne, Jérusalem.

  • Jean-Pierre Grélois - Le regard occidental sur les monuments byzantins de Constantinople : 09/11/10

    Séminaire "Constantinople, image de l'empire byzantin (330-1453)"
    Mardi 9 novembre 2010 à 17h30 à l’IFEA
    Jean-Pierre Grelois (CNRS, Paris)
    "Le regard occidental sur les monuments byzantins de Constantinople"
    Intervention en anglais avec résumés et traductions en turc.

  • Jean-Pierre Sodini - L’implantation du pouvoir religieux à Xanthos et dans les villes lyciennes et leur chora du IVe au VIIe siècle : 10/01/11

    Un chercheur à l'honneur : Jean-Pierre Sodini
    Dans le cadre du séminaire d'archéologie "Pouvoir et espaces urbains"
    Jean-Pierre Sodiniest professeur à l'Université Paris I-Sorbonne etmembre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres
    Lundi 10 janvier 2011 à 18h à l'IFEA
    "L’implantation du pouvoir religieux à Xanthos et dans les villes lyciennes et leur chora du IVe au VIIe
    siècle"

    Mardi 11 janvier 2011
    à18h au centre Koç RCAC (Nuru Ziya sok. no.5, Beyoğlu)
    "Les villes paléochrétiennes en Egée et au Proche Orient: leur développement et les ressorts de leur dynamisme"
    Les deux interventions se feront en anglais

  • Jean-Pierre Sodini - L’implantation du pouvoir religieux à Xanthos et dans les villes lyciennes et leur chora du IVe au VIIe siècle 10/01/2011

    Un chercheur à l'honneur : Jean-Pierre Sodini
    Dans le cadre du séminaire d'archéologie "Pouvoir et espaces urbains"

    Jean-Pierre Sodiniest professeur à l'Université Paris I-Sorbonne et membre de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres
    Lundi 10 janvier 2011 à 18h à l'IFEA
    "L’implantation du pouvoir religieux à Xanthos et dans les villes lyciennes et leur chora du IVe au VIIe siècle"
    Mardi 11 janvier 2011
    à18h au centre Koç RCAC (Nuru Ziya sok. no.5, Beyoğlu)
    "Les villes paléochrétiennes en Egée et au Proche Orient: leur développement et les ressorts de leur dynamisme"
    Les deux interventions se feront en anglais

  • Jean-Pierre Sodini - Xanthos’ta ve Likya kentlerinde dinsel iktidarın kurulması ve IV. yüzyıldan VII.yüzyıla choraları 10/01/2011

    Sahnede usta bir araştırmacı konferans serisinde 
    Arkeoloji Semineri:"İktidarlar ve kentsel alanlar" kapsamında 
    10 Ocak Pazartesi, saat 18:00’da,
    Jean-Pierre Sodini (Paris I- Panthéon Sorbonne Üniversitesi)
    "Xanthos’ta ve Likya kentlerinde dinsel iktidarın kurulması ve IV. yüzyıldan VII.yüzyıla choraları"
    Sunum dili İngilizce'dir.
    11 Ocak Salı 2011, saat 18:00'da, Koç RCAC'ta (Nuru Ziya sok. no.5, Beyoğlu)
    "Ege'de ve Yakın Doğu'da erken Hristiyanlık döneminde kentlerin gelişimi"
    Sunum dili İngilizcedir.

  • Jeanine Abdul Massih - Cyrrhus'te Helenistik ve Bizans Dönemi (Kuzey Suriye) : 23/03/2011

    Seminer "Zaman İçinde İnsanoğlunun Barınağı olarak Konut "
    31 Mart 2011 Çarşamba saat 17:30'da, IFEA'da,
    Jeanine Abdul Massih (Lübnan Üniversitesi, Cyrrhus Lübnan-Suriye Misyonu)
    "Cyrrhus'te Helenistik ve Bizans Dönemi (Kuzey Suriye) "
    Sunum dili Fransızca'dır.

  • Jeanine Abdul Massih - Époque hellénistique et Byzantine à Cyrrhus (Syrie du Nord) : 23/03/2011

    Séminaire "L’habitation, l’abri de l’homme à travers les âges"
    Jeudi 31 mars 2011 à 17h30 à l’IFEA
    Jeanine Abdul Massih (Université Libanaise, Mission Libano-Syrienne de Cyrrhus)
    " Époque hellénistique et Byzantine à Cyrrhus (Syrie du Nord) "
    Intervention en français

  • Koray Konuk, Raymond Descat et Philipp Niewohner - À l'Est d'Halicarnasse : 24/01/11

    Célébration: Naissance de l'amitié franco-allemande, Traité de l'Élysée signé le 22 janvier 1963
    Séminaire co-organisé avec le DAI

    Prospection archéologique "À l'Est d'Halicarnasse"

    Lundi 24 janvier 2011 à 18h à l'IFEA
    Présentation de la prospection co-dirigée par Koray Konuk, Raymond Descat et Philipp Niewohner (DAI) pour la partie byzantine
    Avec la présence de madame le Consul Général d'Allemagne Brita Wagener et de Monsieur le Consul Général de France Hervé Magro

    {flv}24012011_descat{/flv}
  • Ludivine Voisin - The Greek monasteries in Latin Constantinople: a model or an exception in Greco-Latin territories ? : 11/04/2012

    Séminaire "Archéologies Anatoliennes"

    Cycle "Constantinople, image de l'empire byzantin (330-1453)"

    Ludivine Voisin (Université de Rouen)
    "The Greek monasteries in Latin Constantinople: a model or an exception in Greco-Latin territories ?"
    Mercredi 11 avril 2012 à 18h à l'IFEA
    Intervention en anglais
  • Ludivine Voisin - The Greek monasteries in Latin Constantinople: a model or an exception in Greco-Latin territories ? : 11/04/2012

    "Anadolu Arkeolojileri" Semineri

    "Konstantiniye, Bizans İmparatorluğu'nun imgesi (330-1453)" Dizisi

    Ludivine Voisin (Rouen Üniversitesi)
    "The Greek monasteries in Latin Constantinople: a model or an exception in Greco-Latin territories ?"
    11 Nisan Çarşamba, saat 18:00’de, IFEA’da
    Sunum dili Ingilizce'dır.
  • M. Balivet : Les Turcs dans Constantinople avant la conquête ottomane

    On imagine trop souvent l’histoire byzantine et l’histoire turque médiévale en termes de succession radicale et violente d’une civilisation par une autre.S’il y a effectivement eu une concurrence serrée entre Byzance et les Turcs à partir de l’arrivée de ces derniers en Anatolie au XIe siècle et jusqu’ à la prise de Constantinople par Mehmed Fatih en 1453, il y a également, en profondeur, pendant ces 4 siècles de confrontation turco-byzantine, un très actif et pacifique processus d’interaction politique et culturelle entre le vieil empire romano-byzantin et les sultanats et les émirats turcs en plein essor (apogée seldjoukide aux XIIe et XIIIe s. – dynamisme turkmène au XIVe s. et enfin expansion ottomane aux XIVe-XVe s.).

    De même qu’il y avait des Byzantins ralliés aux Turcs qui jouèrent un rôle déterminant à la cour seldjoukide de Konya et chez les premiers souverains ottomans de Bursa, il y avait aussi dans les cercles dirigeants de la capitale byzantine des Turcs intégrés à la société impériale comme soldats d’élite, hauts fonctionnaires,familiers des empereurs, princes turcs en exil ou marchands installés au cœur de Constantinople avec quartier musulman et mosquée.

    J’illustrerai cette présence pacifique des Turcs dans Constantinople, bien avant la conquête ottomane de la ville impériale par quelques cas bien attestés par les sources byzantines pour montrer l’intimité certaines de deux sociétés beaucoup plus mêlées que l’on ne l’imagine souvent.

    Un exemple parmi beaucoup : c’est un prince ottoman qui, en 1453, défendit une partie des remparts de Byzance contre l’assaut de ses compatriotes, tandis qu’il y avait dans l’armée du sultan Mehmed II beaucoup d’irréguliers chrétiens combattant aux côtés des Turcs !

  • M.F. Auzépy : At Meydan : l’hippodrome byzantin et ottoman (IVe - XVIe siècles)

    L’hippodrome était un monument essentiel de la capitale byzantine, et il l’est resté sous les Ottomans. L’endroit a d’ailleurs gardé sa forme jusqu’à maintenant et quelques monuments byzantins y sont encore en place. C’est donc un lieu d’une grande continuité dans la ville depuis sa construction sous Septime Sévère jusqu’à nos jours.

    L’hippodrome faisait partie du palais impérial — qui occupait l’emplacement de Sultanahmet — auquel il était relié par une tribune du haut de laquelle l’empereur assistait aux courses. L’hippodrome fut ainsi dès sa création un endroit de divertissement : des courses de chevaux s’y déroulaient, entrecoupées d’intermèdes, tels que chants, danses et acrobaties. Mais il fut aussi, surtout dans la première partie de son histoire, jusqu’au VIIIe siècle, un espace politique où le peuple pouvait s’adresser à l’empereur, toujours présent aux courses, le dialogue étant parfois houleux et pouvant dégénérer en émeute comme le montre l’exemple de la sédition Nika en 532. Au VIe siècle, la division des équipes de cochers en « couleurs », les Verts et les Bleus, devint même une division politique et les affrontements entre membres des « couleurs », des jeunes gens surtout, ont rythmé la vie de l’Empire.

    L’hippodrome est d’abord un bâtiment dont les fondations sont énormes puisqu’il a fallu corriger la déclivité  de la pente au nord de l’édifice : elle sont encore visibles. Si les gradins qui entouraient la piste, longue d’environ 450 mètres, ont disparu, ainsi que la tribune impériale, la séparation centrale ou spina (épine) garde quelques-uns des monuments qui la décoraient : l’obélisque de Théodose, dont la base représente les empereurs assistant aux courses, la colonne serpentine, monument célébrant la victoire des Grecs sur les Perses à Platées (478 av JC) et représentant 3 serpents entrelacés supportant sur leurs têtes un trépied d’or, aujourd’hui disparu, l’obélisque de maçonnerie.

    L’organisation des courses à la période médiobyzantine est bien connue parce qu’elle a été décrite en détail dans le Livre des Cérémonies, compilé par ou pour l’empereur Constantin VII (913-959) : on peut ainsi savoir quand avaient lieu les courses, quel était leur déroulement, quel personnel était au service des cochers et des coureurs, de l’entretien de la piste etc... Les courses étaient fréquentes, même si la christianisation de l’empire avait entraîné un aménagement du calendrier des jeux : elles étaient suspendues durant les Carêmes précédant Noël et Pâques, et reprenaient solennellement après Pâques lors des Courses d’Or, mais fêtaient aussi des fêtes chrétiennes comme Noël. Elles avaient lieu aussi pour fêter des événements dynastiques (mariage ou naissance d’un empereur) et lors de la grande fête de la Ville, le 11 mai, où était fêté son ‘anniversaire’, c’est-à-dire la commémoration de l’inauguration de Constantinople par Constantin Ier le 11 mai 330. Le déroulement des courses était minutieusement réglé et les vainqueurs avaient, au moins jusqu’au VIIIe siècle, droit à l’érection de statues — dont certaines sont aujourd’hui au Musée Archéologique d’Istanbul — et au chant d’acclamations en leur honneur.

    Ces différents aspects de l’hippodrome, architectural, festif, cérémoniel et politique seront abordés durant la conférence où l’on montrera aussi l’évolution de l’usage de l’hippodrome au cours des onze siècles byzantins, d’un espace ouvert à la contestation à un espace entièrement réglé par le cérémonial impérial.

    {flv}conf_byz/2005/auzepy2005_tr{/flv}
  • Özgü Çömezoğlu - Bizans Döneminde günlük kullanımda cam 03/05/2011

    "Konstantiniye, Bizans İmparatorluğu'nun imgesi (330-1453)"
    3 Mayıs Salı, saat 18:00’da, IFEA’da
    Özgü Çömezoğlu (Sanat tarihçisi, İstanbul Üniversitesi) :
    "Bizans Döneminde günlük kullanımda cam” 
    Sunum dili Türkçe’dir.

  • Özgü Çömezoğlu - Bizans Döneminde günlük kullanımda cam 03/05/2011

    "Konstantiniye, Bizans İmparatorluğu'nun imgesi (330-1453)"
    3 Mayıs Salı, saat 18:00’da, IFEA’da
    Özgü Çömezoğlu (Sanat tarihçisi, İstanbul Üniversitesi) :
    "Bizans Döneminde günlük kullanımda cam” 
    Sunum dili Türkçe’dir.

  • Özgü Çömezoğlu - The use of glass on everyday life in Byzantine period : 03/05/2011

    Séminaire "Constantinople, image de l’Empire byzantin"
    Mardi 03 mai à 18h00 à l'IFEA
    Özgü Çömezoğlu
    (Historien de l'art, İstanbul Üniversitesi)
    "The use of glass on everyday life in Byzantine period"
    Intervention en turc.

  • Présentation du pôle Archéologie

    Depuis sa création en 1930, l’IFEA est rapidement devenu un outil indispensable de l’archéologie française en Turquie. Centre de recherche et appareil de soutien aux acteurs français (et européens) de l’archéologie en Turquie, l’IFEA a remis l’archéologie au cœur de ses activités de recherche en revenant au centre du dispositif de la recherche archéologique française en Turquie.
    Les activités du pôle archéologie sont coordonnées par Néhémie Strupler, archéologue spécialiste de l'âge du Bronze au Proche-Orient.
    contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    La mission du pôle Archéologie, au sein de l’IFEA, consiste à développer des axes de recherche afin de dynamiser la recherche franco-turque, accueillir nos collègues, étudiant.e.s comme enseignant.e.s/chercheur.e.s, par l’intermédiaire de bourses (de courte durée, de doctorat, etc.), accompagner les archéologues dans leurs démarches scientifiques et administratives, à capitaliser et relayer en Turquie les résultats de leurs travaux et enfin à informer nos collègues de l’évolution de la procédure en matière d’archéologie. Nos objectifs sont de développer les collaborations franco-turques, de favoriser les relations entre nos collègues locaux et étrangers et de mettre en valeur les compétences des archéologues français en leur offrant la visibilité qu'ils méritent. Séminaires, ateliers de formation, programmes de recherche, publications, archives ouvertes sont autant d’actions que nous menons à l'IFEA et auprès de nos partenaires scientifiques, avec la volonté d'agir comme passerelle permettant aussi bien la diffusion de savoirs comme les échanges humains. Notre offre d’activités scientifiques répond en outre, au souhait du monde académique turc de voir les instituts de recherches ouvrir des possibilités de formations et de spécialisations aux étudiant.e.s et jeunes chercheur.e.s locaux tout en dynamisant les échanges entre chercheur.e.s et institutions de recherche. L’IFEA est un lieu de synergies pour :

    • L’organisation d’ateliers de formation en développeant des approches pratiques tout en renforçant notre offre bibliographique dans la bibliothèque de l’IFEA
    • La recherche à travers ses chercheur.e.s, doctorant.e.s et étudiant.e.s en menant des travaux en Turquie en lien avec notre programmation scientifique. Les chercheur.e.s et chercheur.e.s associé.e.s sont largement impliqué.e.s dans les missions archéologiques franco-turques et programmes archéologique turcs et internationaux. La bibliothèque de l’IFEA est également un outil important de recherche.
    • L’expertise régionale : la connaissance des institutions et administrations turques et du contexte régional permet d’apporter une expertise technique, d’optimiser les partenariats en fonction des programmes et d’évaluer les risques.
    • Encadrement des partenariats et sponsoring: l’IFEA apporte une garantie institutionnelle française sur le sol turc ainsi qu’une présence logistique dans le cadre de partenariats entre institutions de recherche turques et françaises ou bien dans la recherche se sponsors. L’IFEA est porteur de projets européens.
    • Mise en réseau des chercheurs et institutions de recherche: le Pôle Archéologie, par l’organisation de conférences, colloques et ateliers à Istanbul comme en province, entretient et élargit les relations institutionnelles avec les universités turques ainsi que son réseau d’archéologues, en constant renouvellement ces dernières années.

    Ces activités sont soutenues par une politique de visibilité et de diffusion:

    • Tenue de la conférence annuelle des Rencontres d’Archéologie de l’IFEA dont les actes sont disponibles en ligne
    • Anatolia Antiqua, la collection Varia Anatolica sont en ligne sur les portails Persée et revues.org tandis que la série Patrimoines au présent des Dossiers de l’IFEA est éditée sur la plateforme Open Edition books.
    • Publication de réflexions sur le blog Dipnot
    • l’IFEA s’associe ou organise des colloques avec des partenaires turcs,français et les instituts étrangers. Il organisation également des expositions visant à faire découvrir des pans de ses archives documentaires et cartographiques ainsi que ses recherches et s’associe également à des évènements muséographiques

    La bibliothèque de l'IFEA possède un important fonds archéologique, enrichi régulièrement qui est poncutellement mis en avant par une sélection d'ouvrages autour d'un thème (qu'il s'agisse de villes, de questions brûlantes, de problématiques en lien avec notre programmation scientifique, ou de la mise en valeur d'auteurs emblématiques pour nos disciplines ou ayant imprimé leur marque dans l'histoire de l'institution....).

  • R. Descat, K. Konuk - Prospection archéologique "À l'Est d'Halicarnasse" : 24/01/2011

    Célébration: Naissance de l'amitié franco-allemande, Traité de l'Elysée signé le 22 janvier 1963
    Séminaire co-organisé avec le DAI

    Prospection archéologique "À l'Est d'Halicarnasse"

    Lundi 24 janvier 2011 à 18h à l'IFEA
    Présentation de la prospection co-dirigée par Koray Konuk, Raymond Descat et Philipp Niewohner (DAI) pour la partie byzantine
    Avec la présence de madame le Consul Général d'Allemagne Brita Wagener et de Monsieur le Consul Général de France Hervé Magro


    Raymond Descat

    {flv width="512"}24012011_koray{/flv}
    Koray Konuk
  • Simon RETTIG

    Post doc Freie Universität Berlin

    Koserstr. 20
    Room A 118
    14195 Berlin
    Tel +49 (0) 30 838 53835
    Fax +49 (0) 30 838 53810
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Page personnelle

  • Sylvie Yona WAKSMAN

    Chargée de recherches au CNRS, archéomètre
    Responsable de l'équipe 2 de l'UMR5138 "Production, diffusion, commercialisation"
    Présidente du Groupement des Méthodes Pluridisciplinaires Contribuant à l'Archéologie (GMPCA)

    Tél.: (33) (0)4 72 71 58 70
    Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

    Voir sa page professionnelle

  • Traité de l'Élysée

    Célébration du Traité de l'Élysée

    Le 24 janvier dernier, l'IFEA a organisé un séminaire en collaboration avec le DAI au cours duquel ont été présentés les résultats de la prospection archéologique "À l'est d'Halicarnasse".

    Madame le Consul Général d'Allemagne Brita Wagener, Monsieur le Consul Général de France Hervé Magro et Nora Şeni, présents lors de cet événement, ont parlé d'une même voix pour souligner l'importance des liens d'amitié entre la France et l'Allemagne dans le cadre de la coopération scientifique.

  • Zeynep Ahunbay - Marmara Sea Walls and some notes on their Preservation Problems : 23/03/2012

    Seminer "Anadolu Arkeolojileri"

    Dizi "Konstantiniye, Bizans İmparatorluğu'nun imgesi (330-1453)"

    Prof. Dr. Zeynep Ahunbay (İstanbul Teknik Üniv.) 
    "Marmara Sea Walls and some notes on their Preservation Problems"
    23 Mart Cuma, saat 18:00'da, IFEA'da
    Sunum dili İngilizce'dir.