Moving Stones. Europe’s Neolithic Bridge: Anatolia

En bref

L'IFEA est un Institut de recherche français en Turquie. Dépendant du MEAE et du CNRS, il a pour vocation de faciliter, de fédérer et d'impulser des recherches en sciences humaines et sociales. C'est une structure de services et d'accueil des chercheurs. L'institut propose une programmation scientifique ouverte au public. 

logo cnrsMEAEifre

ege


Fouilles et travaux archéologiques français

Afyon, Denizli, Kütahya, Uşak, [Eskişehir, Konya]

Prospection d'épigraphie et de géographie historique (1983-) / Thomas Drew-Bear

Pour aller plus loin : Banu Büyükgün, Men Kültüyle ilgili Eskişehir, Afyon, Kütahya ve Pamukkale arkeoloji müzelerinde bulunan bazı taş eserler, Y. Lisans Tezi, Eskişehir Üniv., 2006 ; AKÜ Afyonkarahisar kütüğü I, Afyon, AKÜniversitesi, 2001 ; Les résultats ont été publiés dans Araştırma Sonuçları Toplantıları IX et XI

İzmir

Fouilles de Claros (1913, 1950-1961, 1988-1997, 2001-)

Charles Picard (AIBL), Louis Robert (IFEA), Juliette de la Genière (Univ. Lille 3), Nuran Şahin (Univ. Ege), Jean-Charles Moretti (MOM-Lyon)
clarosDécouvert en 1907, le site de Claros a fait l'objet de plusieurs campagnes d'exploration entre 1913 et 1997. Après les premiers travaux dirigés par l'inventeur du site, Théodore Macridy, et par le Français Charles Picard en 1913, les principaux monuments ont été dégagés au cours des missions conduites par Louis Robert et Roland Martin, entre 1951 et 1960. Sortent alors de terre, outre l'entrée monumentale du sanctuaire (les Propylées), le grand temple dorique dédié à Apollon, le temple d'Artémis, les autels et deux files de monuments honorifiques d'époque hellénistique et romaine alignés le long de la voie qui menait jusqu'au temple. Un grand nombre d'inscriptions furent exhumées et en partie publiées par L. Robert. Après une assez longue interruption, les travaux sont repris en 1988 par une équipe franco-turque dirigée par Juliette de La Genière. La mission se proposait d'explorer les niveaux archéologiques les plus anciens, niveaux que les fouilles antérieures n'avaient pas permis d'atteindre. Les dispositifs destinés aux sacrifices, les autels archaïques et des structures remontant au Xème siècle av. J.-C. sont mis au jour entre 1988 et 1997. En 2000, la fouille a été poursuivie par une équipe turque de l'Université d'Izmir, tandis que la mission française travaillait à la publication des résultats des fouilles antérieures et à l'achèvement de l'étude architecturale du temple d'Apollon, entreprise dans les années 60 par R. Martin et P. Varène.
Pour aller plus loin : Les résultats préliminaires ont été présentés aux Kazı Sonuçları Toplantıları ; R. Étienne, P. Varène, Sanctuaire de Claros. L’architecture. Les Propylées et les monuments de la voie sacrée, ERC, Paris, 2004 ; Un bilan des recherches est disponible dans le premier volume des Rencontres d'Archéologie, en ligne sur HAL-SHS. À découvrir également sur l'archive numérique de l'École française d'Athènes, une collection de carnets de fouilles tenus par R. Martin durant les années 1950-1961.

Fouilles de l’Agora de Smyrne (2003-2008)

Thomas Drew-Bear (IFEA), Didier Laroche (ENSAS), Markus Kohl (IFEA - Univ. Lille 3), İsmail Taşlıalan (dir. Musée archéologique Izmir), Akın Ersoy (Univ. 9 Eylül)
Agora SmyrnaL'agora romaine d'Izmir (Smyrne) a été le site de plusieurs séries de fouilles, à partir de 1932 après son identification par Charles Texier en 1835. En 2001, un projet de parc archéologique incluant l'agora et d'autres sites patrimoniaux de la ville, y compris la citadelle, le théâtre et le stade est développé. Ce projet impliquait le défrichement de plusieurs sites, et de 2002 à travail 2005 une nouvelle campagne de fouille et de restauration a été entreprise par Mehmet Taşlıalan, directeur du Musée archéologique d'Izmir, en collaboration avec une équipe française dirigée par Thomas Drew-Bear. À partir de 2007, la direction du chantier est assumée par Akin Ersoy de l'université Dokuz Eylül d'Izmir.
Pour aller plus loin : Les résultats ont été publiés dans favicon persee Anatolia Antiqua

Muğla

Fouilles de Labraunda (1948- ) [participation française depuis 2006]
Site officiel de la mission : http://www.labraunda.org

Axel Persson, Gösta Säflund, Pontus Hellström, Lars Karlsson (Univ. Uppsala), Olivier Henry (IFEA)
labraundaLes fouilles de cette cité grecque, centre religieux et de pèlerinage de la Carie consacré à Zeus Labrandos, ont débuté en 1948.
Plusieurs campagnes ont été menées et ont permis la découverte de nombreux bâtiments dans l'enceinte du sanctuaire, d'un complexe funéraire comptant plus de 100 tombes, de tours de défense ainsi que de très nombreuses inscriptions en grec et en langue carienne.
La participation française à ces fouilles débute en 2006 avec la participation d'Olivier Henry, qui assume depuis 2011 la direction des fouilles.
Pour aller plus loin : Les résultats ont été publiés dans favicon persee Anatolia Antiqua

Muğla-Aydın

Carie debordMission archéologique et épigraphique en Carie (1989-2006)

Pierre Debord (Univ. Bordeaux 3), Ender Varinlioğlu (Univ. Antalya)
L'équipe franco-turque a consacré ses recherches épigraphiques et archéologiques en Carie (provinces de Mugla et Aydin) de l'époque classique à la fin de la période byzantine à des sites que l'on peut définir d'importance moyenne si l'on prend comme référence les grandes agglomérations antiques plus proches de la côte que sont Éphèse, Milet ou Pergame. Ces sites ont cependant constitué, au moins à partir de l'époque hellénistique, autant de cités grecques ou de modèle grec avec une couverture monumentale adaptée (théâtre, agora, gymnase, portiques etc.) et des institutions qui tendent à se standardiser. Les sites étudiés sont les antiques Harpasa (Esenköy), Orthosia (Sivri Tepe), Bargasa (Haydere) et Hyllarima (Asarcik Tepesi). L'entrée dans l'histoire de cette communauté est très ancienne puisque Hyllarima-Wallarima figure dans les chroniques hittites au IIème millénaire avant notre ère. Avant d'être progressivement intégrée à la culture grecque (à partir du IVème s. av. J.-C.) Hyllarima est carienne comme le montre une inscription bilingue (carien-grec). Après diverses péripéties, dues en particulier à la domination rhodienne sur la région, elle devient -ou redevient- une cité de plein exercice.
Le premier trait commun à tous les sites étudiés est l'absence d'études spécifiques les concernant : quelques pages au plus leurs ont été consacrées jusqu'à présent. Il s'agit pourtant de cités grecques ou de modèle grec possédant tous les attributs monumentaux et sans aucun doute les institutions correspondantes.

L'objectif de la mission consiste à établir un diagnostic approprié (relevé des vestiges, sondages, carte archéologique, épigraphie, numismatique, synthèse d'histoire régionale) à chacun des sites considérés en appliquant une méthode quasi identique.

  1. Un levé topographique qui s'efforce de prendre en compte dès la première intervention la majeure part des vestiges apparents de façon à donner une image cartographique du site antique rapporté aux courbes de niveau de la carte moderne au 1/25 000ème.
  2. Simultanément et/ou à la suite, une évaluation sommaire du site qui permet de repérer les principales caractéristiques : axes d'urbanisme, de circulation ; identification d'ensembles monumentaux.
  3. Affinement du relevé, choix des sondages significatifs pour mieux localiser tel espace ou tel monument, établir une stratigraphie, préciser la chronologie.
  4. Évaluation finale par le rassemblement de toute la documentation disponible, provenant de la fouille ou de toutes les autres sources repérables. en vue de publication et de fourniture aux autorités turques de fiches documentaires concernant chacun des sites
Pour aller plus loin : P. Debord, E. Varinlioğlu (eds.) Cités de Carie Harpasa, Bargasa, Orthosia dans l'Antiquité, Rennes, PUR, 2010 ; P. Debord, E. Varinlioğlu (eds.) Les Hautes terres de Carie, Bordeaux-Paris Ausonius, De Boccard, 2001 ; O. Henry, "Considérer la mort : de la protection des tombes dans l'antiquité à leur conservation aujoud'hui.", Istanbul, juillet 2003 et Olivier Henry (ed.) 4th Century Karia. Defining a Karian identity under the Hekatomnids, Varia Anatolica XXVIII, IFEA - De Boccard 2013

Muğla-Bodrum

Mission archéologique et épigraphique À l’Est d’Halicarnasse (2006-2009)

Koray Konuk (CNRS - Institut Ausonius Univ. Bordeaux 3)

Équipe: Raymond Descat, Patrice Brun, Alain Bresson, Pascal Lebouteiller, Jean François Pichonneau, Olivier Henry, Philip Niewöhner, Stefan Giese, Elif Erdem, Nelly Martin

Champs d'étude: Épigraphie et archéologie en Carie (provinces de Muğla et Aydın) de l'époque classique à la fin de la période byzantine. Relevé des vestiges, carte archéologique, géographie historique, épigraphie, numismatique, synthèse d'histoire régionale.

{flv}24012011_descat{/flv}
{flv}24012011_koray{/flv}

Projets de recherche et thèses

Olivier HENRY, "Tombes de Carie-Tombes cariennes : contribution de l'architecture funéraire à l'histoire de la Carie aux périodes classique et héllénistique" Thèse en archéologie effectuée à Bordeaux 3 sous la direction de Pierre Debord. Soutenue en 2005

Anne-Valérie SCHWEYER, Prospection en Lycie de l'ouest, relevé des monuments funéraires et inscriptions des sites lyciens identifiés dans le golfe de Fethiye et dans la vallée de la Xanthe (1988)

Mémoire de l'IFEA

Anne-Valérie SCHWEYER, Les Lyciens et la mort. Une étude d’histoire sociale, [Varia Anatolica XIV] 2002
J. des COURTILS et J.-Ch. MORETTI Grands Ateliers d’architecture dans le monde égéen du VIe siècle av. J.-C. Actes du colloque d’Istanbul, 23-25 mai 1991, [Varia Anatolica III] 1993
Louis Robert, Le sanctuaire de Sinuri près de Mylasa. Première partie. Les inscriptions grecques, [Mémoires de l'Institut Français d'Archéologie de Stamboul 7] 1945
Aksidil Akarca, Les monnaies grecques de Mylasa, [Bibliothèque Archéologique et Historique de l'Institut Français d'Archéologie de Stamboul 1] 1959
Pierre Devambez, Le sanctuaire de Sinuri près de Mylasa. Seconde partie. Architecture et céramique, [Bibliothèque Archéologique et Historique de l'Institut Français d'Archéologie de Stamboul 8] 1959
Pierre Devambez, Bas-reliefs de Téos, [Bibliothèque Archéologique et Historique de l'Institut Français d'Archéologie de Stamboul 14] 1962
Jean-Paul Roux, Les traditions des nomades de la Turquie méridionale, [Bibliothèque Archéologique et Historique de l'Institut Français d'Archéologie de Stamboul 24] 1969
Bibliothèque de l'Institut Français d'Études Anatoliennes Actes du colloque sur la Lycie antique, [Bibliothèque de l'Institut Français d'Études Anatoliennes 27]1980
Dominique Kassab, Statuettes en terre cuite de Myrina. Corpus des signatures, monogrammes, lettres et signes, [Bibliothèque de l'Institut Français d'Études Anatoliennes 29] 1988
Alain Davesne, La frise du temple d'Artémis à Magnésie du Méandre. Catalogue des fragments du Musée du Louvre, [Recherches sur les Civilisations Mémoire n° 11], ADPF, 1982

Éléments de bibliographie

Les résultats des fouilles de Xanthos et du Létôon (1958-1989)

Les résultats des fouilles de Xanthos et du Létoon ont été publiés, sous le sigle de l'Institut aux Éditions Klincksieck, à Paris.
Huit volumes sont parus.